Revens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Revens
Revens.
Revens.
Blason de Revens
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Arrondissement Le Vigan
Canton Trèves
Intercommunalité Communauté de communes Causses Aigoual Cévennes
Maire
Mandat
Madeleine Macq
2014-2020
Code postal 30750
Code commune 30213
Démographie
Population
municipale
28 hab. (2011)
Densité 2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 05′ 16″ N 3° 17′ 50″ E / 44.0878, 3.297244° 05′ 16″ Nord 3° 17′ 50″ Est / 44.0878, 3.2972  
Altitude Min. 428 m – Max. 913 m
Superficie 13,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Revens

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Revens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Revens

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Revens

Revens est une commune française située à l'extrémité ouest du département du Gard, en région Languedoc-Roussillon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située à l'extrémité ouest du Causse Noir (lui même à l'ouest du massif de l'Aigoual) avant que celui-ci ne tombe en falaises abruptes dans les gorges de la Dourbie, Revens est la commune la plus à l'ouest du département du Gard au sein d'un paysage sévère et rude typique des grands causses. Au sein du canton de Trèves, elle fait partie du territoire du chef-lieu d'arrondissement du Le Vigan.

Histoire[modifier | modifier le code]

Revens faisait partie de la viguerie du Vigan et de Meyrueis, et du diocèse de Nîmes, archeprêtré de Meyrueis. Ce village aux allures médiévales apparaît au XIIe siècle sous le nom de Rodens. Puis son nom évolue au fil des cartulaires et autres archives. Curieusement, il disparaît des dénombrements à partir de 1384 et jusqu'au milieu du XVe siècle.

Les armoiries de la commune sont d'argent, à un sautoir de gueules accompagné de quatre tourteaux identiques.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1816 Jean JEAN    
1816 1822 Joseph fils CALAZEL    
1822 1824 Jean CARTAIRADE    
1824 1830 Joseph fils CALAZEL    
1830 1835 Baptiste ANDRE    
1835 1848 Jean fils JEAN    
1848 1860 Philippe SERBEL    
1860 1865 Antoine CALAZEL    
1865 1884 Antoine MAILLE    
1884 1885 Pierre POUJOL    
1885 1888 Justin COUDERC    
1888 1905 Pierre MAILLE    
1905 1909 Auguste MAZERAND    
1909 1917 Benjamin GUIBAL    
1917 1919 Louis GABALDA    
1919 1920 Benjamin GUIBAL    
1920 1935 Félix CALAZEL    
1935 1945 Jean ANDRE    
1945 1947 Benjamin GUIBAL    
1947 mars 1995 André BOYER DVD Parrain d'Édouard Balladur à l'élection présidentielle de 1995
mars 1995 2007 Henri BEC    
mars 2007 en cours Madeleine MACQ    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 28 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
160 158 219 242 290 291 261 273 243
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
198 192 191 198 198 212 216 204 193
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
168 157 136 106 114 80 73 55 39
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
39 36 27 17 30 24 28 28 28
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Revens est la deuxième commune la moins peuplée du département du Gard.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Pierre de Revens : commencée au début du XIXe siècle, l'église verra son achèvement par la construction du clocher en 1889. Cette église a remplacé l'église Saint-Pierre (devenue aujourd'hui l'ermitage Saint-Pierre), ancienne paroisse située sur la rive droite de la Dourbie, très excentrée par rapport aux fermes et hameaux de la commune.

Le Menhir de Revens : les menhirs isolés ne sont pas rares sur les causses mais, hélas, aucun n'a jamais livré le secret de sa fonction, de sa signification culturelle. Ce menhir-là est battu par les vents, délité par le gel, lessivé par la pluie. Il s'érode de jour en jour comme en témoignent les brisures dispensées au sol autour de lui. Il devait donc être autrement plus élevé !

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :