Vissec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vissec
Vue panoramique du Cirque de Vissec (photomontage)
Vue panoramique du Cirque de Vissec (photomontage)
Blason de Vissec
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Languedoc-Roussillon
Département Gard
Arrondissement Le Vigan
Canton Alzon
Intercommunalité Communauté de communes du Pays viganais
Maire
Mandat
Laurent Pons
2008-2014
Code postal 30770
Code commune 30353
Démographie
Gentilé Vissécois
Population
municipale
53 hab. (2011)
Densité 2,4 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 54′ 02″ N 3° 27′ 35″ E / 43.9005555556, 3.45972222222 ()43° 54′ 02″ Nord 3° 27′ 35″ Est / 43.9005555556, 3.45972222222 ()  
Altitude Min. 340 m – Max. 793 m
Superficie 21,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Vissec

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Vissec

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vissec

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vissec
Liens
Site web http://vissec.free.fr

Vissec est une commune française du département du Gard en Languedoc-Roussillon, située entre trois causses : le Larzac, le Causse de Campestre et le Causse de Blandas.

Ses habitants s'appellent les Vissécois ou Vissecols (prononcer : Vissegols avec le S).

Avec 48 habitants recensés en 2006 (contre 265 en 1881), elle se situe à la cinquième place des communes du Gard les moins peuplées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte

Situé en aval d’une confluence de vallées (celles de la Vis et de la Virenque), dans un milieu karstique, le village de Vissec est remarquable par sa situation en zone de lit sec, au fond du cirque éponyme. La rivière de la Vis "disparaît" en effet au sortir d’Alzon, précisément au Moulin de Larcy et la Virenque en fait de même au sein de sa propre vallée. Ce n’est que de manière épisodique, lors de grosses pluies en amont, que la rivière resurgit au sein de son lit. Quelques kilomètres en aval, le Cirque de Navacelles est quant à lui situé au-delà de la résurgence naturelle de la Vis.

Le village est à 464 m d'altitude (référence prise sur la place devant le château). Les moulins de la résurgence de la Foux sont à 358 m[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Le territoire de Vissec s'étend, outre la vallée de la Vis, sur le causse de Campestre (Campestre-et-Luc), sur le causse de Blandas (Blandas) et sur le causse du Larzac (Sorbs, Saint-Michel-d'Alajou et Saint-Maurice-Navacelles).

Rose des vents Campestre-et-Luc
(Gard)
Blandas
(Gard)
Rose des vents
Sorbs
(Hérault)
N
O    Vissec (Gard)    E
S
Saint-Michel-d'Alajou
(Hérault)
Saint-Maurice-Navacelles
(Hérault)

Présentation[modifier | modifier le code]

Située dans la zone sud des grands causses majeurs (Larzac méridional et ses annexes, causses de Blandas et de Campestre), la commune de Vissec présente par rapport à ses voisines caussenardes une originalité géographique certaine.

En effet, toutes les communes des causses voisins ont leur chef-lieu installé sur le plateau et leur territoire s’étend sur les versants de la vallée voisine jusqu’à son talweg. C’est le cas de Blandas et de Rogues sur le causse de Blandas, de Campestre-et-Luc sur le causse de Campestre, et aussi de Saint-Maurice ou de Sorbs sur le Larzac méridional.

Pour Vissec, il en va tout autrement : le chef-lieu est au fond du cirque éponyme dans la vallée (en l’occurrence la vallée sèche de la Vis) et l’essentiel de son territoire occupe les versants de la Vis. S’y ajoutent trois morceaux de plateaux : l’extrême langue sud-ouest du causse de Blandas, une portion du causse de Campestre et une partie de Larzac méridional.

Dans les deux cas, on sent la nécessité pour les anciennes communautés villageoises de maîtriser un terroir aux potentialités complémentaires :

  • un morceau de plateau pour la culture dans les dépressions et pour l’élevage dans les zones incultes ;
  • un versant pour le bois ou les parcours (à l’ubac) ou pour la vigne et quelques cultures de céréales (à l’adret) ;
  • un fond de rivière pour les cultures sur basses terrasses alluviales (chanvre, légumes, etc.) et pour l’eau (si toutefois la rivière n’est pas sèche).

La géographie du territoire vissecol est donc à la fois très classique du milieu caussenard, par l’existence d’un finage qui associe les trois éléments essentiels à la vie d’une communauté ancienne, et très originale, par la répartition de ces éléments à partir du centre villageois.

vue du village de Vissec

Relief[modifier | modifier le code]

À la différence des autres communes des causses, l’élément structurant du paysage vissecol n’est donc pas le plateau mais la vallée.

Le dénivelé entre le talweg et le plateau va en s’accentuant vers l’aval mais est en moyenne de 250 mètres ; l’altitude du plateau étant de l’ordre de 700 à 710 mètres avec des points hauts culminants entre 730 et 780 mètres.

La vallée a été creusée par la Vis et la Virenque, au cours de l’ère quaternaire (c’est-à-dire pendant les trois derniers millions d’années). Le quaternaire étant une période froide, entrecoupée de courtes « interglaciaires », l’essentiel du processus d’érosion s’est donc développé sous climat périglaciaire.

Le creusement s’est effectué dans une série de terrains sédimentaires d’âge jurassique formé de strates calcaires ou argilo-calcaires affectées par des failles.

Or, la Vis et la Virenque sont des rivières allogènes venues des Cévennes voisines : en milieu calcaire, elles provoquent une érosion chimique et mécanique forte car leurs eaux sont peu minéralisées et charrient des galets de quartz et de granit (les « albarons »).

Le relief associe donc trois types de modelé : fluvial, périglaciaire et karstique.

  • Le modelé fluvial est naturellement surtout visible dans la vallée. En amont de leur confluence, la Vis et la Virenque ont un parcours sinueux mais globalement rectiligne : du nord au sud pour la Vis, du nord-ouest au sud-est pour la Virenque. Leur confluence à laquelle s’ajoute celle du vallat des Mourgues est due à la présence d’une zone lithologiquement fragilisée par la grande faille sud-ouest/nord-est qui traverse le territoire vissecol.

En aval de la confluence se développe une série de méandres encaissés dont le premier (celui des Pailhés), probablement recoupé à l’interglaciaire Riss-Wurm(c’est-à-dire, il y a environ 100 000 ans) mais peut-être avant, a été à l’origine d’une terrasse alluviale formée par le bras abandonné du méandre. C’est en ce lieu, rare espace agricole disponible en fond de vallée, que s’est installé, bien plus tard, le village de Vissec.

Le modelé fluvial est également à l’origine des terrasses alluviales récentes qui s’étirent le long du lit majeur de la rivière. Il se manifeste également sur les versants convexes de la vallée : les versants à degrés sont dus à l’érosion différentielle en fonction de la résistance des roches calcaires. En amont de la Foux, le canyon emboîté dans les calcaires bathoniens ressort aussi de l’érosion fluviale même si le mécanisme précis de son creusement n’est toujours pas l’objet d’un consensus de la part des spécialistes.

  • Le modelé périglaciaire s’observe sur les versants concaves de la vallée. Il date de la dernière glaciation (Wurm) et se traduit surtout par des versants régularisés par des coulées de solifluxion argileuses mêlées de débris gelifractés (sistes) ou d’éboulis de gravité (les « gravas »dans le langage local).

À noter, cependant, que le versant sud de la vallée (l’ubac), qui fait face au village de Vissec, n’est plus régularisé car le surpâturage ovin et surtout caprin depuis le Moyen Âge y a provoqué un intense ravinement.

  • Le modelé karstique est omniprésent du fait de la nature calcaire du terroir. On peut donc observer toutes les formes classiques du relief karstique, à l’exception toutefois du poljé ; mais celui de la Rigalderie, sur le causse de Blandas, est tout proche.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Vissec : Rivière sèche. Viro-Sicco (1084, Cartulaire de N.D. de Nîmes). Jusqu'à la fin de l'ancien régime, le nom de Vis désigne en amont du confluent de Vissec la rivière connue aujourd'hui sous le nom de Virenque tandis que celle appelée Vis actuellement se nommait alors Alzon (prononcer alzou). Virenque est la vallée et non le cours d'eau.

Visseq ou Vissecq se retrouvent ainsi écrits dans quelques archives. Virsec en occitan.

Quelques noms de hameaux, de quartiers ou de fermes : Régagnas : terre rude. L'Espérelle : halte. Roquenouze : endroit rocheux propre aux noyers. Les Baumes : grottes. Les Pailhès : paillers. L'Escope : enfourchure de branche ou l'échoppe la boutique. La Baute : La Volte (La Boucle).

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premiers Vissec sont connus par le cartulaire de Gellone : Geraldi Deusde de Virsech en 1077, Geraldi en 1112, Raimundus en 1164.

Le Château de Vissec (Virsec en occitan) est mentionné dès 1084. Le village n'est certainement pas situé sur l'emplacement de l'évêché mérovingien disparu d'Arisitum, Arisidium ou Arisdium (Peut faire : Aride et nous sommes à Vissec), comme le prétendent certains. Pourtant, un texte en latin le présente comme "l'esprit d'une source". Cette description colle au terrain. La Vis disparait en amont du village, pour ré-apparaître en aval.

La maison de Vissec est l'une des plus anciennes et des plus considérables du Languedoc. On doit son origine aux terres et château du même nom à l'extrémité des diocèses de Lodève et d'Alais. Les anciens seigneurs de Vissec ajoutaient aux titres de leur terre, la qualité de puissants seigneurs. Ce titre fut porté par trois évêques au XIVe siècle et fut surtout illustré par la famille de Vissec de Latude.

Le 27 avril 1497, Jean de Montfaucon, seigneur de Vissec se présente devant noble et puissant Jean Pierre, seigneur de Pierrefort (Peyrefort), Ganges et Hierle et promet de s’obliger envers lui comme le firent ses prédécesseurs aux seigneurs d’Hierle.

Le 2 novembre 1570, Jacques de Montfaucon (Montfaulcon ou Monfaulcon), seigneur de Vissec, présidant à la cour des aides de Montpellier, devient Premier Consul et assiste aux États généraux de la province à Beaucaire. Vissec dépend de la baronnie d'Hierle (Iherle, Hierles, Hyerle, Yrle ou Yerle).

Le 27 août 1628, dans la cadre de la guerre entre protestants et catholiques, le duc de Rohan donne l'ordre à Fulcran II d'Assas de raser totalement le château, les maisons du village de Vissec et le moulin de la Foux. En septembre, apprenant que la mise aux enchères du rasement n'a rien donné, il ordonne à la viguerie du Vigan d'envoyer un dénommé Carrière avec 60 soldats et 120 pionniers et maçons. Le 22 décembre 1628, Carrière réclame le paiement de tous les frais de sa troupe qui est restée à Vissec jusqu'à entière démolition. Si les remparts et les points défensifs ont été mis à bas, Christophe de Montfaucon, baron de Vissec, baron d'Hierle peut encore vivre dans ce qui reste des bâtiments. Christophe de Montfaucon fait réparer la forteresse (le Castellas) vers 1646.

Blason de Michel de Montfaucon, marquis de Vissec

).

Le 22 juillet 1654, Pierre de Montfaucon et sa bande sont condamnés à mort par le Tribunal de Castres, mais un document [2] de 1658 tend à démontrer la manipulation des témoignages pour arriver à cette condamnation, à la suite de toutes leurs exactions (assassinats, viols, pillages, ...). S'ajoute à cette condamnation, le 15 septembre 1655, le rasement des fortifications de Vissec et le comblement des fossés. Le démantèlement a lieu du 26 au 28 juin 1656, mais Pierre de Montfaucon court toujours. Il est arrêté en 1660 et incarcéré à la Conciergerie à Paris. En 1668, il est libéré grâce à l'intervention du prince de Conti, Louis Armand Ier de Bourbon-Conti. Le 18 février 1668, il signe un acte en son château de Vissec en faveur du prieur de Navacelle (AD du Gard : 2 E78/37). Anne-Jacquette du Faur de Pibrac, deuxième épouse de Pierre, gère Vissec pour son époux, puis pour son fils Michel. Michel de Montfaucon, marquis de Vissec, baron d'Hierle réside au Vigan, mais séjourne aussi à Vissec, dans la partie du château féodal, réaménagée en manoir, confrontant au couchant la place.

L'église actuelle fut édifiée à partir de 1698, en remplacement de l'église primitive détruite en 1628,qui était dotée d'une sauveté de 30 dextres(600m²) créée par une bulle du Pape Adrien IV. À la mort d'Anne de Crouzet, veuve de Michel Marc Antoine César de Montfaucon, en 1762, Jean Alexandre de la Tour du Pin de Gouvernet, beau-frère de la défunte, hérite des biens et des titres de Vissec, par substitution. En 1792, les biens appartenant à Alexandre-César de la Tour du Pin, marquis de Vissec, baron d'Hierle deviennent des biens nationaux. Le château (le Castel) est pillé, on enlève toutes traces de blasons, on défonce des portes, ainsi que les parquets du premier étage. Des lots sont établis pour la mise aux enchères du domaine. Maître Jean-Jacques Capion, notaire au Vigan, les achète tous sauf un, qui est exclusivement composé de terres et qui est acheté par des habitants de Vissec[3]. Cette bâtisse fut réunie en 2000 au décès d'un autre Joseph Bourrier, propriétaire de Roquenouze.

Le château de Vissec fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [4].

Petite précision : Le château vieux dit "Castellas" (du mot "castel" signifiant "château" en Occitan suivi du superlatif "as", ancien, gros), est aujourd'hui en ruine. Il a été remplacé par le château de Pierre de Montfaucon (ref des archives du Gard : 2E78/37 ), toujours sur pied, mais construit sur des parties du vieux château.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de la commune de Vissec

Les armes de la Commune de Vissec se blasonnent ainsi :
D'argent au lion de sable, au chef d'azur chargé du nom VISSEC en lettres capitales d'or

Administration[modifier | modifier le code]

Municipalité[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1826 François Bourrier   Décédé en cours de mandat
en 1870   Jean-Baptiste Saleil    
depuis 1945 mars 1981 Marius Valette   Décédé en cours de mandat
depuis mars 1981 en cours Laurent Pons PS Conseiller général depuis le 3 décembre 2006
Les données manquantes sont à compléter.

En 1981, Laurent Pons est élu à la suite d'une élection partielle. Il est constamment réélu depuis cette date.

Laurent Pons exerce également la fonction de 1e vice-président de la Communauté de communes du Pays Viganais.

En 2008, la commune de Vissec a fait réaliser par Ariane Coissieux une Marianne en céramique: La consigne était claire, il fallait qu'elle ait de belles rondeurs, à l'image des jolies visséquoises. − http://ariane2003.free.fr/expc/marianne.html

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Vissec fait partie de la Communauté de communes du Pays viganais.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
255 255 300 377 376 394 375 361 383
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
356 384 343 291 282 265 270 259 244
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
220 212 218 145 122 118 102 78 57
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2010 -
49 46 40 50 50 43 49 53 -
(Sources : INSEE[5] et cassini[6])


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à Vissec en 1999[7].
Hommes Classe d’âge Femmes
75 ans ou +
60 à 74 ans
11 
40 à 59 ans
20 à 39 ans
0 à 19 ans

Économie[modifier | modifier le code]

Trois fermes sont en exploitation: deux élèvent des brebis, une (Les Baumes) pour le lait pour le Roquefort, l'autre (Le mas du comte) pour la viande, et la troisième (Le Camp d'Alton (prononcer Candaltou)) élève des chèvres et pratique la vente au détail de pélardons et tommes de chèvres.

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

La résurgence de la Foux, les moulins

Culture[modifier | modifier le code]

  • Agir céramique, atelier de céramistes à Régagnas (vente, expositions, formations).

http://www.agir-ceramique.com

Exposition[modifier | modifier le code]

Le 21 juin 2010 est sorti le livre « Pierres et Âme » de Nicole Guy. 100 planches à l'encre de Chine sur l'habitat vernaculaire du village de Vissec agrémentés de poème de Jean-Frédéric Brun, en trois langues : occitan, français et anglais. Une présentation officielle et une exposition des originaux ont eu lieu du 7 au 23 août 2010 dans la salle des expos du château. Cette expo a reçu 246 visiteurs.

Les spéléologues caussenards les 9, 10 et 11 septembre 2011 à Vissec ont rassemblé 700 personnes. La salle des expos du château a abrité 400 lampes à acétylène pour la plus grande joie de tous les visiteurs.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Le four à pain du village.
  • Les moulins de la Foux.
  • Promenade dans le village : Le Castellas et le château, le four communal, la rue, nombreuses maisons à balet.
Article détaillé : château de Vissec.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • L'église construite en 1688

Patrimoine environnemental[modifier | modifier le code]

Le cirque de Vissec est dans les Gorges de la Vis.

Article détaillé : Vis (rivière).
Article détaillé : Résurgence de la Foux.

Randonnée[modifier | modifier le code]

Le cirque de Vissec est traversé par plusieurs sentiers de randonnée[8] :

  • Le PR de Régagnas (3,5 h)
  • Le PR des moulins de la Foux (sentier botanique) (2,5 h)
  • Le PR Le cirque de Vissec (2 h)
  • Le GRP du Tour du Larzac méridional

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école communale a fermé en 1968. Les enfants sont maintenant scolarisés à Alzon pour le primaire et au Vigan pour le collège et le lycée.

Associations[modifier | modifier le code]

Une association, affiliée à la Société centrale canine a son siège social à Vissec : "Éducation canine agility causse et pays viganais".

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Les premiers Vissec sont connus par le cartulaire de Gellone : Geraldi Deusde de Virsech en 1077, Geraldi en 1112, Raimundus en 1164.

Divers[modifier | modifier le code]

Film tourné à Vissec[modifier | modifier le code]

La Malédiction de Daniel Wronecki, 52 min, adaptation du Diable en sabot de Claude Seignolle, FR3, tourné à Vissec en 1971.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Microsoft Word - tome1-orographie_tables.doc
  2. Factum pour le sieur de Montfaucon,... baron d'Hierle et de Vissec, BnF Paris
  3. Bienvenue à Vissec
  4. « Notice no PA30000075 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. http://www.insee.fr/fr/insee_regions/languedoc/rfc/tabs/rphisto30.xls
  6. Vissec - Notice Communale
  7. RECENSEMENT DE LA POPULATION FRANCAISE MARS 1999
  8. Sentiers de découverte de la vallée de la Vis, des Causses et de l'Oiselette. Pays d'accueil touristique du viganais


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Adrienne Durand-Tullou, Vissec et son étrange rivière, Espace sud, 1995.
  • Adrienne Durand-Tullou, Un milieu de civilisation traditionnelle, le causse de Blandas, Éditions du beffroi, 2003.
  • Nicole Guy, "Pierres et Âme" Vissec, chez l'auteur, 2010.
  • Claude Mazar, L'Église de Vissec.
  • Vissec. Dépliant patrimoine. Office de Tourisme des Cévennes Méridionales. 2009.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :