La Buissière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Labuissière.
image illustrant une commune de l’Isère
Cet article est une ébauche concernant une commune de l’Isère.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

La Buissière
La mairie et l'école des garçons en 1912.
La mairie et l'école des garçons en 1912.
Blason de La Buissière
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Haut-Grésivaudan
Intercommunalité Communauté de communes du Pays du Grésivaudan
Maire
Mandat
André Maître
2014-2020
Code postal 38530
Code commune 38062
Démographie
Gentilé Buisserans
Population
municipale
672 hab. (2014)
Densité 84 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 24′ 12″ nord, 5° 58′ 45″ est
Altitude Min. 242 m – Max. 420 m
Superficie 8 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
La Buissière

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
La Buissière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Buissière

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Buissière

La Buissière est une commune française située dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont les Buisserans.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé par la rivière Gartempe. La commune fait partie de l'aire urbaine de Grenoble.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le château Camand au début du XXe siècle.

Le château de La Buissière défendait l'accès vers Grenoble depuis la rive droite de l'Isère. Construite au XIIe siècle, la forteresse (surnommée Château Dauphin) est située sur une colline dominant l'ancien bourg fortifié. Il est la possession des dauphins de Viennois.

Les Dauphins accordèrent des franchises au XIVe siècle.

On note aussi la présence d'une maison forte appartenant à Urbain Rodde en 1447 ; « maison et hostelfort quils ont assis en ladite ville »[1].

En février 1478, par ses lettres patentes, le roi Louis XI confirma les privilèges des habitants de la Buissière[2] ainsi qu'en février 1481[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Période Identité Étiquette Qualité
  2001 Jean-Paul Favergeon ... ...
2001 2014 Jean-Pierre Buart ... ...
2014 en cours André Maître SE Retraité Fonction publique
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

  • En 2015, la commune n'est pas jumelée avec une autre.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du milieu des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 672 habitants, en augmentation de 1,51 % par rapport à 2009 (Isère : 3,74 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
570 699 791 800 802 822 815 849 814
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
797 744 769 693 700 604 637 608 580
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
567 563 471 431 420 388 372 401 381
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
356 384 369 346 475 566 628 663 672
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006 [7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église et le monument aux combattants (1914-1918) en 1925.
  • Église néo-gothique, du XIXe siècle[8]
  • Vestiges du château fort de la Buissière ; le château et sa chapelle sont cités au XIe siècle[8].
  • plusieurs maisons fortes sont situées sur la commune[8] :
    • la maison forte de Boissieu, du XIIe siècle
    • la maison forte de Savoye, du XIIIe siècle
    • la maison forte de la tour Salvaing, du XIIIe siècle
    • la maison forte du Verger, dite château Camant XIIIe siècle
    • la maison forte de la Crosse, du XIIIe siècle
    • la maison forte du Pilat, du XIVe siècle
    • la maison forte des Cassard, du XVe siècle
    • la maison forte de Bacquelier, du XVIe siècle
    • la maison forte des Granges (disparue)

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason de Buissière (La) Blason D’azur à la licorne contournée d’argent sur une terrasse du champ, à la bordure aussi d’argent chargée de deux branches de laurier de sinople réunies en chef et croisées en pointe.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Élisabeth Sirot, Noble et forte maison - L'habitat seigneurial dans les campagnes médiévales du milieu du XIIe siècle au début du XVIe siècle, Editions Picard, (ISBN 978-2-7084-0770-1).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • La Buissière sur le site de la Communauté de Communes Le Grésivaudan

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Élisabeth Sirot 2007, p. 61.
  2. Lettres patentes de Louis XI, Plessis-du-Parc-lèz-Tours, février 1478 (1477 avant Pâques)
  3. Lettres patentes de Louis XI, Les Forges-lèz-Chinon, février 1481
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. a, b et c Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, (ISBN 2911148665), pp. 192-204