Les Adrets

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Adrets
Les Adrets
Les Adrets et la Chartreuse.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Canton Haut-Grésivaudan
Intercommunalité CC du Pays du Grésivaudan
Maire
Mandat
Gérard Jourdan
2014-2020
Code postal 38190
Code commune 38002
Démographie
Gentilé Campanais[réf. nécessaire], Les Adraisiens[1]
Population
municipale
1 004 hab. (2016 en augmentation de 9,85 % par rapport à 2011)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 16′ 21″ nord, 5° 57′ 55″ est
Altitude Min. 560 m
Max. 2 440 m
Superficie 16 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte administrative de l'Isère
City locator 14.svg
Les Adrets

Géolocalisation sur la carte : Isère

Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Les Adrets

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Adrets

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Adrets
Liens
Site web Site officiel

Les Adrets est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Campanais (aises)[1] ou les Campanais (aises)[réf. nécessaire].

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue de Belledonne et de la station des Sept Laux depuis Les Adrets.

Située à 25 km de Grenoble, la commune fait partie de l'aire urbaine de celle-ci. Elle est traversée par le torrent des Adrets, qui alimente le lac de la Jasse sur les hauteurs de la commune.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Prapoutel, qui fait partie du domaine des Sept Laux, se situe sur la commune.
  • Au sud de la commune se trouve un Col du Lautaret, homonyme d'un autre célèbre col routier.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Plan.
Rose des vents Le Champ-près-Froges[2] Hurtières Rose des vents
Froges[2] N
O        E
S
Laval

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous la forme Ecclesia dels Adreiz au XIe siècle[3].

De ad et directum devenu drictum qui a donné dreit, réduit à dret[4].
Adret : « versant exposé au sud », par opposition à « l'inversat exposé au nord »[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

La place de l'église en 1910.
Le monument du Maquisard.

Au XVIe siècle, le chef calviniste François de Beaumont sema la terreur dans le Dauphiné, en se faisant appeler le baron des Adrets.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Jean Picchioni ... ...
2008 2014 Christian Hardouin ... ...
2014 En cours Gérard Jourdan SE Agriculteur

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6].

En 2016, la commune comptait 1 004 habitants[Note 1], en augmentation de 9,85 % par rapport à 2011 (Isère : +3,1 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
716591715739860778831880875
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
846829830786807782723653654
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
671659633512451432439370335
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
2832822974094816437449031 004
2016 - - - - - - - -
1 004--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Sports[modifier | modifier le code]

Le domaine skiable de Prapoutel.
  • Partie du domaine skiable des Sept Laux, la station Prapoutel.

Économie[modifier | modifier le code]

Les activités présentes sur la commune sont[1] :

  • artisanat rural ;
  • chambres d'hôtes ;
  • menuiserie métallique ;
  • services de réalisation et entretien d'espaces verts ;
  • transports.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • dans le hameau de Villard-Château, au lieu-dit Lanat, les ruines de l'ancien château fort du baron des Adrets, du XIVe siècle[1],[9].
  • l'église, du XIXe siècle, conserve une statue en bois des XVe et XVIe siècles[1].
  • la mairie se trouve dans un château du XVIIe siècle[9]
  • la motte castrale presumée de Montregard[9]
  • le monument du Maquisard, à l'honneur du Maquis du Grésivaudan

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Office de tourisme des Sept Laux - Prapoutel - Le Pleynet
  • Cinéma « Centre 7 », à Prapoutel (ouverture saisonnière)
  • Syndicat d'initiative

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

François de Beaumont, baron des Adrets.

Jumelages[modifier | modifier le code]

  • En 2015, la commune des Adrets n'est pas jumelée avec une autre.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Daniel Delattre et al., L'Isère, les 533 communes, Grandvilliers : Delattre, 2008, (ISBN 2-915907-40-4 et 978-2-915907-40-7).
  2. a et b Dans la vallée
  3. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 1200
  4. a et b Dictionnaire Etymologique Du Patois Lyonnais - Page 11
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. a b et c Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, (ISBN 2911148665), pp. 147-148