Les Adrets

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les Adrets
Les Adrets
Les Adrets et la Chartreuse.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Arrondissement Grenoble
Intercommunalité Communauté de communes Le Grésivaudan
Maire
Mandat
Sophie Rivens
2020-2026
Code postal 38190
Code commune 38002
Démographie
Gentilé Campanais[réf. nécessaire], Les Adraisiens[1]
Population
municipale
1 025 hab. (2018 en augmentation de 6,77 % par rapport à 2013)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 16′ 21″ nord, 5° 57′ 55″ est
Altitude Min. 560 m
Max. 2 440 m
Superficie 16 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Theys
(banlieue)
Aire d'attraction Grenoble
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Haut-Grésivaudan
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Les Adrets
Géolocalisation sur la carte : Isère
Voir sur la carte topographique de l'Isère
City locator 14.svg
Les Adrets
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Adrets
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Adrets
Liens
Site web [1]

Les Adrets est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Ses habitants sont appelés les Campanais (aises)[1] ou les Campanais (aises)[réf. nécessaire].

Géographie[modifier | modifier le code]

Vue de Belledonne et de la station des Sept Laux depuis Les Adrets.

Située à 25 km de Grenoble, la commune fait partie de l'aire urbaine de celle-ci. Elle est traversée par le torrent des Adrets, qui alimente le lac de la Jasse sur les hauteurs de la commune.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Prapoutel, qui fait partie du domaine des Sept Laux, se situe sur la commune.
  • Au sud de la commune se trouve un col du Lautaret, homonyme d'un autre célèbre col routier.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Les Adrets est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5]. Elle appartient à l'unité urbaine de Theys, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[6] et 2 967 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[7],[8].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Grenoble dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 204 communes, est catégorisée dans les aires de 700 000 habitants ou plus (hors Paris)[9],[10].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (74,2 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (74,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (49 %), prairies (16,9 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (13,3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (11,9 %), zones urbanisées (3,6 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (2,9 %), zones agricoles hétérogènes (2,4 %)[11].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[12].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous la forme Ecclesia dels Adreiz au XIe siècle[13].

De ad et directum devenu drictum qui a donné dreit, réduit à dret[14].
Adret : « versant exposé au sud », par opposition à « l'inversat exposé au nord »[14].

Histoire[modifier | modifier le code]

La place de l'église en 1910.
Le monument du Maquisard.

Au XVIe siècle, le chef calviniste François de Beaumont sema la terreur dans le Dauphiné, en se faisant appeler le baron des Adrets.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2008 Jean Picchioni ... ...
2008 2014 Christian Hardouin ... ...
2014 2020 Gérard Jourdan SE Agriculteur
2020 En cours Sophie Rivens SE Cadre de santé

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[16].

En 2018, la commune comptait 1 025 habitants[Note 3], en augmentation de 6,77 % par rapport à 2013 (Isère : +2,28 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
716591715739860778831880875
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
846829830786807782723653654
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
671659633512451432439370335
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
2832822974094816437449031 004
2018 - - - - - - - -
1 025--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est rattachée à l'académie de Grenoble.

Sports[modifier | modifier le code]

Le domaine skiable de Prapoutel.
  • Partie du domaine skiable des Sept Laux, la station de Prapoutel.
  • Itinéraire VTT[19]

Économie[modifier | modifier le code]

Les activités présentes sur la commune sont[1] :

  • artisanat rural ;
  • chambres d'hôtes ;
  • menuiserie métallique ;
  • services de réalisation et entretien d'espaces verts ;
  • transports.
  • miellerie des Adrets.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • dans le hameau de Villard-Château, au lieu-dit Lanat, les ruines de l'ancien château fort du baron des Adrets, du XIVe siècle[1],[20].
  • l'église Saint André, du XIXe siècle, conserve une statue en bois des XVe et XVIe siècles[1].
  • la mairie se trouve dans un château du XVIIe siècle[20].
  • la motte castrale présumée de Montregard[20].
  • le monument du Maquisard, à l'honneur du Maquis du Grésivaudan (Compagnie Stéphane).

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • Office de tourisme de Belledonne-Chartreuse, bureau d'information touristique de Prapoutel-Les 7 Laux
  • Cinéma « Centre 7 », à Prapoutel (ouverture saisonnière)
  • Syndicat d'initiative

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

  • En 2015, la commune des Adrets n'est pas jumelée avec une autre.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Daniel Delattre et al., L'Isère, les 533 communes, Grandvilliers : Delattre, 2008, (ISBN 2-915907-40-4 et 978-2-915907-40-7).
  2. a et b Dans la vallée
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 27 mars 2021).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  6. « Unité urbaine 2020 de Theys », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 27 mars 2021).
  7. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  8. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 27 mars 2021).
  9. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 27 mars 2021).
  10. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 27 mars 2021).
  11. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 28 avril 2021)
  12. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 28 avril 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  13. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France - Volume 2 - Page 1200
  14. a et b Dictionnaire Etymologique Du Patois Lyonnais - Page 11
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. « Les Adrets - Laval », sur Isère Tourisme, (consulté le 13 décembre 2020).
  20. a b et c Eric Tasset, Châteaux forts de l'Isère : Grenoble et le Nord de son arrondissement, Grenoble, éditions de Belledonne, , 741 p. (ISBN 2-911148-66-5), pp. 147-148.