Sarreinsberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sarreinsberg
Mont-Royal, Kœnigsberg
Plan cadastral en 1897.
Plan cadastral en 1897.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Sarreguemines
Canton Bitche
Intercommunalité C.C. du Pays de Bitche
Commune Gœtzenbruck
Statut Ancienne commune
Code postal 57620
Code commune 57632
Démographie
Population 1 145 hab. (1936)
Géographie
Coordonnées 48° 58′ 30″ nord, 7° 23′ 06″ est
Historique
Date de fondation
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Gœtzenbruck
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 15.svg
Sarreinsberg

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 15.svg
Sarreinsberg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Sarreinsberg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Sarreinsberg

Sarreinsberg ou Mont-Royal (Saareinsberg ou Königsberg en allemand) est une ancienne commune et un écart de la commune française de Gœtzenbruck dans le département de la Moselle.

Fondé en , le village devient commune lors de la création du département de la Moselle. Il est ensuite successivement annexé à Gœtzenbruck () puis à Althorn (). Sarreinsberg redevient chef-lieu d'une commune en , avant d'être définitivement rattaché à Goetzenbruck en .

Géographie[modifier | modifier le code]

Situé au sommet d'une colline dont le versant ouest appartient au bassin de la Sarre et le versant est au bassin du Rhin (Saar-Rhein-berg), l'écart est quasi-attenant à Goetzenbruck[1],[2]. La frontière se situe de l'axe passant par la rue le Forêt, le tronçon de la rue Harpe à la rue de l'École, le début de la rue Saint-Hubert jusqu'au croisement de la rue d'Ingwiller et de la rue du Foyer, Sarreinsberg étant situé versant sud et Goetzenbruck versant nord[3].

Rose des vents Goetzenbruck Goetzenbruck Rose des vents
Schieresthal N
O    Sarreinsberg    E
S
Meisenthal, Pierre des douzes Apôtres Althorn

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

L’histoire de Sarreinsberg est indissociable de l’histoire de Goetzenbruck et Althorn, et de manière plus générale des communes voisines (Mouterhouse, Meisenthal, Saint-Louis, ...) et de l’ensemble de la région[7].

Le village est fondé en sous le nom de Mont-Royal, nom qui deviendra Montroïal en , avant de retrouver sa forme première. Celui-ci sera germanisé en Kœnigsberg, puis Königsberg en . Ces noms seront supprimés après la Révolution française[8], et le hameau adoptera alors une orthographe plus proche de l'actuelle : Saarreinberg, en , puis Sar-Rhinberg en et enfin Sarreinsberg, nom qu'il doit à sa situation sur la ligne de partage des eaux entre la Sarre et le Rhin[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1793 1800 1806 1817 1841 1861 1866
262 298 498 433[9] 1 100 1 215 1 291
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 379 1 333 1 284 1 301 1 458 1 497 1 503
1906 1911 1921 1926 1931 1936 -
1 474 1 424 1 344 1 272 1 186 1 145 -
(Sources : base EHESS-Cassini[4])

Sarreinsberg ne date que de , mais sa position au centre des industries verrières a fait rapidement accroître sa population, au point qu'en moins d'un siècle elle s'est élevée à 1 176 individus. Ainsi, en , elle excédait de 171 individus celle de ; en , de 564, et en , elle s'élevait déjà à 1 100 individus[2].

Administration[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Administration de Goetzenbruck.

Situation administrative[modifier | modifier le code]

carte en couleur
Situation de Goetzenbruck (rouge) au sein du canton de Bitche (gris).

Sarreinsberg dépend du bailliage de Bitche jusqu'à la Révolution, avant d'être érigé en commune du département de la Moselle qui vient d'être créé. Il fait partie de l'éphémère canton de Lemberg (-) puis passe dans celui de Bitche[5]. Le village est ensuite annexé à Gœtzenbruck par décret du , puis à Althorn par ordonnance royale du [1]. Sarreinsberg redevient le chef-lieu d'une commune le , avec Althorn pour annexe[10], pour finalement être à nouveau uni à Gœtzenbruck à partir du [4],[11].

Date de début Date de fin Commune Canton
Sarreinsberg Département de la Moselle Lemberg puis Département de la Moselle Bitche
Goetzenbruck Goetzenbruck Département de la Moselle Bitche
Althorn-Sarreinsberg[12]
Sarreinsberg
depuis le Goetzenbruck Goetzenbruck

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires de Sarreinsberg
Période Identité Étiquette Qualité
1753 NC Jean Gerner (1er maire de l'histoire de Sarreinsberg) NC NC
1860 1876 Joseph Fuhrmann NC NC
1876 1879 Pierre Schnur NC NC
1879 1886 Edouard Lostetter NC NC
1886 1900 Pierre Obitz NC NC
1901 1919 Jean-Nicolas Romang NC NC
1919 1920 Christophe Abel NC NC
1920 1922 Eugène Burgun NC NC
1922 1934 Jean-Baptiste Netzer NC NC
1934 1935 François Ehrmann NC NC
1935 1940 Jean-Baptiste Netzer NC NC
1940 1945 Réuni avec Goetzenbruck durant l'occupation NC NC
1945 1945 Jean-Baptiste Netzer NC NC
1945 1947 Jean-Baptiste Fuhrmann (dernier maire de Sarreinsberg) NC NC
Les données manquantes sont à compléter.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Lors de la fondation des villages de Goetzenbruck en et de Mont-Royal en , le besoin se fait immédiatement grand de pouvoir construire un lieu de culte décent pour la nouvelle communauté villageoise. Georges Walter nous raconte dans sa chronique : « Nos grands-parents construisirent une chapelle. Chacun des habitants de Goetzenbruck et Königsberg y a contribué selon ses moyens. Que Dieu soit loué à jamais! Nos ancêtres, après avoir trouvé cet endroit pour y exercer leur art, ont commencé par rendre à Dieu l'honneur et la gloire qui lui sont dus. Ils savaient bien que de sa bénédiction dépend tout bien et tout bonheur... »[5].

La première chapelle du village est érigée en pour les verriers par Jean-Baptiste Poncet, assesseur à la prévôté de Bitche, trois ans après qu'il ait fondé la verrerie. Dédiée à la Très Sainte Vierge Marie, elle est au départ desservie par les Pères Augustins de Bitche, puis rattachée à la paroisse-mère de Soucht de jusqu'en , date de son érection en paroisse autonome de l'archiprêtré de Bitche. Cependant, avec une population en constante augmentation, la chapelle devient rapidement insuffisante[5]. Une nouvelle église est alors construite de à à la jonction entre Gœtzenbruck et Sarreinsberg[8].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La manufacture d’optique Mont-Royal, créée en . Elle est florissante jusque dans les années 1960, et après une restructuration importante à la fin des années 1990, cette entreprise est devenue un modèle industriel de notoriété internationale[8].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'Académie, Mémoires de l'Académie impériale de Metz, vol. 33, Metz, Académie nationale de Metz, , 496 p. (notice BnF no FRBNF32813131, lire en ligne), p. 222
  • Joël Beck, Moulins : huileries, tailleries, scieries du pays de Bitche, Sarreguemines, Éditions Pierron, , 503 p. (notice BnF no FRBNF37091175)
  • Ernest de Bouteiller, Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, imprimerie nationale, , 316 p. (notice BnF no FRBNF30149354), p. 239-240
  • Nöelle-Vix Charpentier, Plan local d'urbanisme de Goetzenbruck : Rapport de présentation, Metz, , 116 p. (lire en ligne)
  • Marie-France Jacops, Jacques Guillaume et Didier Hemmert, Le Pays de Bitche (Moselle), Metz, Éditions Serpenoise, , 135 p. (notice BnF no FRBNF35493996), p. 53-55
  • Philippe Koffler et Lise Pommois, Freiheitswind : la libération de Goetzenbruck, Sarreinsberg et Althorn, Lemberg, imprimerie Neiter, , 159 p. (notice BnF no FRBNF40114423)
  • Claude Philippe de Viville, Dictionnaire du département de la Moselle, vol. 2, Metz, Charles-Marie-Brice Antoine, , 456 p. (notice BnF no FRBNF31596506, lire en ligne), p. 366-367

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]