Schieresthal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Schieresthal
Schiresthal
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Sarreguemines
Canton Bitche
Intercommunalité C.C. du Pays de Bitche
Commune Meisenthal
Code postal 57960
Code commune 57456
Démographie
Population 247 hab. (1900)
Géographie
Coordonnées 48° 58′ 20″ nord, 7° 21′ 22″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 15.svg
Schieresthal

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 15.svg
Schieresthal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Schieresthal

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Schieresthal

Schiresthal ou Schieresthal, appelé localement Schiro[1], est un écart de la commune française de Meisenthal, dans le département de la Moselle.

Fondé en [1],[2], l'écart doit son origine à l'établissement d'une verrerie à Meisenthal en , après l'abandon de celle de Soucht en . Il comptait 247 habitants en .

Localisation[modifier | modifier le code]

Situé au nord du village de Meisenthal, l'écart de Schieresthal est limitrophe de la commune de Saint-Louis-lès-Bitche[3].

Rose des vents Münzthaler Muehle
Neumuehle, chêne de la Liberté
Saint-Louis-lès-Bitche
Chêne Georgel
Goetzenbruck Rose des vents
N Sarreinsberg
O    Schieresthal    E
S
Soucht Meisenthal

Toponymie[modifier | modifier le code]

Schieresthal[modifier | modifier le code]

  • Anciennes mentions[4] : Schirestal (XVIIIe siècle) ; Schiresdal () ; Schirsdahl (carte Cassini) ; Schieresdhall () ; Schiresdhal () ; Schieresthal ([5]) ; Schiresthal (, , , ) ; Schiersthal ().
  • De l'allemand Schürer, prononcé localement Schirer, « tiseur », et Thal, « vallée ».

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Le chêne de la Liberté, un arbre de la liberté situé au nord-ouest de l'écart.
  • Le Gros chêne (Dick Eich) ou chêne Georgel, un chêne remarquable situé à environ 900 mètres à l'est du chêne précédent.
  • Heidenberg, « mont païen », la colline de l'écart qui domine Meisenthal.
  • Mailaenderberg, « mont de Milan », colline au sud-est de l'écart et à l'est de Meisenthal.
  • Muehlenberg, « mont du moulin », colline à l'ouest de l'écart[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article connexe : Histoire du pays de Bitche.

L'hameau relativement moderne de Schieresthal doit sa création à la fondation d'une verrerie à Meisenthal en . Après l'érection de celle-ci, quelques uns de ses bûcherons et de ses ouvriers vinrent construire leurs logis dans le petit vallon qui débouche un peu en aval de Meisenthal[6]. Parmi ces ouvriers, se trouvait le tiseur de la verrerie, en allemand Schürer, qui, dans le pays, se prononce Schirer; de là le noyau du hameau et son nom de Schiresthal[7].

La première mention qui est faite de ce lieu se trouve dans un contrat d'acensement perpétuel, passé en la Chambre des comptes de Lorraine, le , au profit de six ouvriers en bois de Hollande, demeurant à Schieresthal, de 61 jours de terrains situés sur son ban, « à charge par eux », porte ledit contrat, « de former leur établissement proche le moulin de Meyzendal, joignant le village du même nom, avec lequel ils ne feront qu'une même communauté et à charge en outre par eux de bâtir des maisons solides et de payer un cens annuel et perpétuel de six gros par chacun des soixante-un arpents... »[7].

Tout comme Meisenthal et Goetzenbruck[8], Schieresthal dépendait de Soucht avant la Révolution[9]. Il en est disjoint lorsque Meisenthal est érigée en commune du département de la Moselle.

Évolution démographique
1845 1900
222[5] 247

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Le hameau est de tout temps succursale de la paroisse de Meisenthal, depuis son érection en . Une belle chapelle de style néoroman avec une crypte, dédiée à Notre-Dame-des-Sept-Douleurs, est appelée localement Notre-Dame-des-Neiges. Construite au milieu du XIXe siècle, son autel est consacré en par Monseigneur Paul-Marie Dupont des Loges, évêque de Metz[10].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ernest de Bouteiller, Dictionnaire topographique de l'ancien département de la Moselle : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, imprimerie nationale, , 316 p. (notice BnF no FRBNF30149354), p. 241
  • Duclos, Dictionnaire général des villes, bourgs, villages, hameaux et fermes de la France : et des principales villes des pays étrangers et des colonies, Paris, Martial Ardant Frères, , 634 p. (notice BnF no FRBNF36279597), p. 425
  • Marie-France Jacops, Jacques Guillaume et Didier Hemmert, Le Pays de Bitche (Moselle), Metz, Éditions Serpenoise, , 135 p. (notice BnF no FRBNF35493996), p. 74-80
  • Adolphe Marcus, Les verreries du comté de Bitche : essai historique, Nancy, imprimerie de Berger-Levrault, , 359 p. (notice BnF no FRBNF34111715), p. 84-85
  • Joseph Mégly, Au pays des verriers : autour de St-Louis en Lorraine, Sarreguemines, Éditions Pierron, , 115 p. (notice BnF no FRBNF34868436)
  • Albert Riston, Table des villes, bourgs, villages, hameaux et censes sous le ressort du parlement de Nancy, Nancy, Dominique Mathieu, , LXXX p. (notice BnF no FRBNF33332823), LXX

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]