Glasenberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Glasenberg (homonymie).
Glasenberg
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Arrondissement Sarreguemines
Canton Bitche
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Bitche
Commune Lambach
Code postal 57410
Code commune 57376
Démographie
Population 219 hab. (1900)
Géographie
Coordonnées 49° 01′ 51″ nord, 7° 21′ 51″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte administrative de la Moselle
City locator 15.svg
Glasenberg

Géolocalisation sur la carte : Moselle

Voir sur la carte topographique de la Moselle
City locator 15.svg
Glasenberg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Glasenberg

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Glasenberg

Glasenberg est un écart de la commune de Lambach, dans le département de la Moselle. Il comptait 219 habitants en .

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Le hameau de Glasenberg s'étend sur le plateau, dominant le village de Lambach, situé dans la vallée, dans la zone où la forêt est largement trouée par les essartages. Lorsque nous arrivons de Bitche par la route de Lemberg, après avoir travesé le hameau de la Schwangerbach, bientôt apparaît une route à gauche, qui vous mènera au hameau de Glasenberg, annexe de la commune de Lambach. À l'ouest décline lentement le soleil, derrière le Sonnenberg, indice parmi d'autres de l'existence d'un ancien culte solaire à l'époque celtique. Le village présente de vieilles maisons agrippées au rocher.

Localités avoisinantes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Siersthal, Lambach Reyersviller, Schwangerbach Rose des vents
N Schwangerbach
O    Glasenberg    E
S
Enchenberg Lemberg

Lieux-dits[modifier | modifier le code]

  • Berg.
  • Eichelboden.
  • Saueck.
  • Wasserloch[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le hameau est mentionné pour la première fois en sous sa forme actuelle, un toponyme évoquant une verrerie aujourd'hui disparue et dont aucune trace n'a été retrouvée. Nulle trace non plus de la Mohrenkirche ou église des Maures, cette chapelle ou église évanouie dans la poussière des siècles et qui se serait élevé voici lontemps entre Glasenberg et Lambach, à moins qu'elle ne se soit métamorphosée en la moire chatoyante du paysage.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Situation administrative[modifier | modifier le code]

Du point de vue administratif, le village est une annexe de la commune de Lambach qui fait partie du canton de Bitche depuis , après avoir appartenu à l'éphémère canton de Lemberg de à et au canton de Rohrbach de à .

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Du point de vue spirituel, le hameau est tout d'abord succursale de l'ancienne paroisse de Siersthal, située dans l'archiprêtré de Hornbach, aujourd'hui en proche Allemagne. Lors de la réforme des circonscriptions ecclésiastiques, entreprise en , il passe dans le nouvel archiprêtré de Rohrbach, calqué sur le canton, avant d'être rattaché à la nouvelle paroisse de Lambach lors de son érection en .

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Un calvaire est érigé durant la seconde moitié du XVIIIe siècle, au croisement des rues de Bitche et de la Fontaine. En grès sculpté, il s'agit d'une croix monumentale avec socle droit, fût-stèle droit galbé en plan et croisillon en croix latine. La croix représente la Sainte-Trinité, la Très Sainte Vierge et saint Jean, ainsi que saint Antoine de Padoue ; le décor figure des symboles profanes, tels que des ornements végétaux et des arabesques, ainsi que des symboles funéraires (tête de mort et tibia). À la sortie du hameau, sur la route menant à Lemberg et à la Schwangerbach, une deuxième croix est érigée sur le chemin qui poursuit la rue de Bitche. Érigée après la dernière guerre mondiale, elle est restaurée en .

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Lieux-dits », sur geoportail.gouv.fr (consulté le 14 avril 2016).