Saint-Cyr-l'École

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Cyr.

Saint-Cyr-l'École
Saint-Cyr-l'École
L'hôtel de ville en 2018, après sa réfection.
Blason de Saint-Cyr-l'École
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Versailles
Canton Saint-Cyr-l'École
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Communauté d'agglomération Versailles Grand Parc
Maire
Mandat
Sonia Brau
2019-2020
Code postal 78210
Code commune 78545
Démographie
Gentilé Saint-Cyriens
Population
municipale
18 084 hab. (2016 en augmentation de 2,43 % par rapport à 2011)
Densité 3 610 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 48′ 03″ nord, 2° 03′ 48″ est
Altitude Min. 99 m
Max. 174 m
Superficie 5,01 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Saint-Cyr-l'École

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Saint-Cyr-l'École

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Cyr-l'École

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Cyr-l'École
Liens
Site web www.saintcyr78.fr

Saint-Cyr-l'École est une commune française située dans le département des Yvelines, en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Cyr-l'École à 21,5 kilomètres à l'ouest-sud-ouest de Paris Notre Dame (à vol d'oiseau)[1] est limitrophe des communes de Versailles à l'est, de Guyancourt au sud, de Montigny-le-Bretonneux au sud-sud-ouest, de Bois-d'Arcy au sud-ouest, de Fontenay-le-Fleury à l'ouest et de Bailly au nord.

Son territoire s'étend en grande partie dans la plaine de Versailles, et est délimité au nord par le ru de Gally, à une altitude de 115 m environ, remontant progressivement vers le sud urbanisé puis par un talus nettement marqué au pied des voies ferrées jusqu'à un plateau culminant à 170 m d'altitude environ.

Il est bordé à l'ouest par l'autoroute A12 et à l'est par la voie ferrée dite de Grande Ceinture (fermée au trafic) reliant Versailles à Saint-Germain-en-Laye, et traversé dans sa partie nord-ouest par l'aqueduc de l'Avre.

La partie nord de la commune, très peu urbanisée, accueille différentes cultures ainsi que l'aérodrome de Saint-Cyr-l'École, l'un des plus anciens aérodromes civils de France. Dans la partie sud-ouest se trouve le Bois Cassé culminant à 175 m d'altitude et traversé par le sentier de grande randonnée GR 11.

La partie sud de la commune, située sur le plateau au-dessus des voies ferrées, se nomme l'Épi d'Or et est quelque peu excentrée mais permet l'accès direct à la banlieue sud de Paris par la route nationale 12 à caractéristiques de voie rapide.

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

La desserte routière est assurée principalement par la route départementale 10 reliant Versailles à Rambouillet et la route départementale 11 reliant Saint-Cyr-l'École à Plaisir.

À proximité immédiate se trouve l'échangeur de Bois-d'Arcy entre l'autoroute A12, axe nord-sud qui relie le triangle de Rocquencourt à Trappes (puis à la RN 10), la RN 12, axe ouest-est qui relie Dreux à l'autoroute A86.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

La desserte ferroviaire est assurée par la gare de Saint-Cyr, gare du réseau Transilien située sur les lignes

Dernière gare très bien desservie en venant de Paris. Du fait du « Y », les autres gares en s'éloignant ont des trains bien moins fréquents.

Une rénovation complète de la gare a été effectuée en 2012.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par les lignes P, 52, 53 et 54 du réseau de bus Phébus, par les lignes 11, 11S, 17 et DF de la société de transport Hourtoule, par les lignes 40, 44, 51 et FA de la société de transport STAVO, par la ligne 401 du réseau de bus Sqybus, par la ligne 77 de l'établissement Transdev d'Ecquevilly et, la nuit, par la ligne N145 du réseau Noctilien.

Accès par la voie aérienne[modifier | modifier le code]

L'aérodrome est ouvert à la circulation aérienne légère publique et est exploité par la société Paris Aéroport.

L'arrivée en ULM doit faire l'objet d'une autorisation préalable.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous les formes Sanctus Ciricus[2], Sanctus cyricus vers 1186[3], Sanctus Cyriacus vers 1190[3], Saint-Cir en 1482[4].

L'origine de son nom remonte au IVe siècle, période de persécution des chrétiens durant laquelle le jeune martyr chrétien saint Cyr, âgé de 3 ans et sa mère sainte Julitte furent arrêtés puis assassinés.

Article détaillé : Cyr de Tarse.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’histoire de la ville commence à la fin du XIe siècle, lorsque les moines de l’Abbaye Sainte-Geneviève à Paris décident d’implanter, en bordure du ru de Gally, une chapelle et un prieuré avec sa ferme, pour évangéliser et défricher le Val[5].

Robert III, évêque de Chartres, fonde en 1156 le monastère de Notre-Dame-des-Anges près de l’église de Saint-Cyr.

De 1562 à 1598, les guerres de religion ravagent l’actuelle Île-de-France. Une chapelle de style gothique sera construite vers 1650 ainsi qu'une porte d'entrée à l'abbaye, décorée des armes de France, supportées par deux anges.

Le , Pierre le Grand visita Saint-Cyr[réf. nécessaire].

L'école de Saint-Cyr

En 1686 est fondée la maison royale de Saint-Louis, maison d'éducation pour 250 jeunes filles[6], par Madame de Maintenon et dont la construction est confiée à Jules Hardouin-Mansart.

En 1808, dans les mêmes bâtiments s'installe l'École spéciale militaire. Cette école, fondée en 1802 à Fontainebleau par Napoléon Ier puis transférée à Saint-Cyr, y reste jusqu'en 1940, année où elle fut repliée à Aix-en-Provence.

Les bâtiments de Saint-Cyr sont alors gravement touchés par les bombardements alliés de 1944 et l'école est recréée en 1945, mais à Coëtquidan (Morbihan) sous le nom d' « École spéciale militaire interarmes ». Ces bâtiments reconstruits en 1964 accueillent aujourd'hui le lycée militaire de Saint-Cyr, surnommé le Coldo ou le Vieux bahut, qui est d'abord collège de 1966 à 1984.

De la Révolution au XIXe siècle

Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement le nom de Libreval et de Val-Libre[7].

Le Chemin de fer dessert le village dès 1849 avec la mise en service de la gare de Saint-Cyr sur la ligne de Paris-Montparnasse à Brest puis la ligne de Saint-Cyr à Surdon vers Granville, facilitrant les déplacements et l'installation des premières industries locales.

Lors de la Guerre franco-allemande de 1870, de septembre 1870 à mars 1871, les troupes prussiennes occupent le village[8].

Le , la loi prévoit la construction du fort de Saint-Cyr destiné à protéger la ville de Saint-Cyr-l'École d'où sa dénomination alors que le fort était implanté sur la commune de Bois-d'Arcy. Actuellement, il est sur la commune de Montigny-le-Bretonneux après des modifications de limites territoriales entre les deux communes[9].

Seconde Guerre mondiale

La ville est sinistrée à 92 % par les bombardements de la Seconde Guerre mondiale[10] : Seuls vingt-cinq immeubles sur mille cent trente sont indemnes à la fin du conflit, qui fait plus de 300 victimes[8].

En 1995, Saint-Cyr a reçu officiellement la Croix de guerre 1939-1945 avec palme, qui lui avait été décernée quarante-cinq ans plus tôt pour faits de résistance[11] et pour son attitude exemplaire sous les bombardements mais que la municipalité d'alors avait refusée.

Depuis les années 2000, la ville connait une nouvelle croissance démographique, parmi les plus fortes de la région. Un phénomène principalement du à d'importantes constructions de logements neufs sur d'anciennes friches, notamment militaires. La seule ZAC du Renard voit par exemple la construction de 1 500 logements, nécessitant la construction du nouveau groupe scolaire Jacqueline de Romilly. Le maire anticipe une population qui atteindrait 20 000 habitants d'ici 2023, contre 15 778 en 2006[12].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

L'Épi d'Or à la sortie de la RN 12.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire des Yvelines.

Antérieurement à la loi du 10 juillet 1964[13], la commune faisait partie du département de Seine-et-Oise. La réorganisation de la région parisienne en 1964 fit que la commune appartient désormais au département des Yvelines et à son arrondissement de Versailles après un transfert administratif effectif au .

Pour l'élection des députés, Saint-Cyr fait partie de la onzième circonscription des Yvelines.

Elle faisait partie de 1801 à 1964 du canton de Versailles-Ouest, année où elle intègre le canton de Versailles-Nord-Ouest du département de Seine-et-Oise. Lors de la mise en place des Yvelines, elle est rattachée en 1967 à un nouveau canton de Versailles-Ouest puis, en 1976, devient le chef-lieu du canton de Saint-Cyr-l'École[7]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont la commune est désormais le bureau centralisateur, est modifié, passant de 3 à 6. communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La ville a adhéré à la communauté de communes du Grand Parc, créée fin 2002. Celle-ci, dont Saint-Cyr est toujours membre, s'est transformée en communauté d'agglomération en 2007 sous le nom de communauté d'agglomération Versailles Grand Parc.

L’opération d'intérêt national Paris Saclay[modifier | modifier le code]

La mairie en 2006, avant sa restructuration.

L’Opération d'intérêt national (OIN) Paris Saclay, dont le territoire s’étend sur 49 communes incluant Massy, Palaiseau, Saclay, Versailles, Saint-Quentin-en-Yvelines et, en l'occurrence, Saint-Cyr-l'École, vise à mettre en place un projet d’aménagement adossé à un projet scientifique pour le développement équilibré de ce territoire dans les prochaines décennies[14].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[15].
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 1790 novembre 1791 Jacques Castan[16]    
novembre 1791 ... Jean-Baptiste Aubrun[16]    
Les données manquantes sont à compléter.
juin 1800
(3 messidor an VIII)
juin 1815[Note 1] Jean-Baptiste Aubrun    
juin 1815 avril 1816 François Louis Jobart[Note 2]    
mai 1816 février 1828 Jean-Baptiste Aubrun[Note 3]    
mai 1828 juillet 1833 Étienne Louis Mercier[Note 4]    
juillet 1833 février 1871 Philippe Germain David[Note 5]    
mai 1871 mars 1873 Joseph Griveaux[Note 6]    
juin 1873 mai 1887 Alfred Glinez[Note 7]    
juillet 1887 mai 1888 Jean Bergeret[Note 8]    
mai 1888 janvier 1889 Barthélemy Philibert[Note 9]    
janvier 1889 mai 1892 Jean Raynaud[Note 10]    
mai 1892 juin 1894 Jean Bergeret[Note 11]    
juin 1894 décembre 1895 Victor Appolin Berrurier[Note 12]    
décembre 1895 après 1899 Auguste Eugène Tournerie[17],[Note 13]    
Les données manquantes sont à compléter.
décembre 1919 novembre 1933 Ernest Bizet PCF
après le Congrès de Tours (1920)
Cheminot
Député de Seine-et-Oise (1924 → 1928)
Les données manquantes sont à compléter.
octobre 1939 22 juin 1944[18],[19] Maurice Laureau[20]   À la suite de la dissolution du Parti communiste[21].
Les données manquantes sont à compléter.
mai 1953 mars 1983 Jean Cuguen PCF Cheminot
Conseiller général de canton de Versailles-Ouest (1961 → 1967)
mars 1983 mars 2001[22] Daniel Ferrenbach[23] PCF  
mars 2001 mai 2006[24],[25],[26] Philippe Lavaud UMP Suppléant du député Jean-Michel Fourgous (2002 → 2007)
Démissionnaire
juin 2006 [27] février 2019[28] Bernard Debain[29] UMPLR Chirurgien-dentiste
Vice-président de la CA Versailles Grand Parc (2016 → )
Démissionnaire
février 2019[30] En cours
(au 21 février 2019)
Sonia Brau UDI Cadre dans l’Administration Pénitentiaire
Conseillère départementale de Saint-Cyr-l'École (2015 → )

Jumelages[modifier | modifier le code]

Saint-Cyr-l'École est jumelée avec la ville de Butzbach (Drapeau de l'Allemagne Allemagne).

Population et société[modifier | modifier le code]

Les habitants sont appelés les Saint-Cyriens.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[31],[Note 14].

En 2016, la commune comptait 18 084 habitants[Note 15], en augmentation de 2,43 % par rapport à 2011 (Yvelines : +1,29 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7346607317121 0791 0131 7181 7581 713
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 2771 9312 3082 6772 9182 7273 3403 6414 205
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 2533 7943 9246 1907 3398 2778 6944 4587 368
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
9 30916 00116 53714 99614 82914 56615 77817 65518 084
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[32].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (15,1 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,8 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,2 % d’hommes (0 à 14 ans = 23 %, 15 à 29 ans = 25,5 %, 30 à 44 ans = 23,2 %, 45 à 59 ans = 16 %, plus de 60 ans = 12,4 %) ;
  • 50,8 % de femmes (0 à 14 ans = 20,6 %, 15 à 29 ans = 20,3 %, 30 à 44 ans = 23,8 %, 45 à 59 ans = 17,6 %, plus de 60 ans = 17,7 %).
Pyramide des âges à Saint-Cyr-l'École en 2007 en pourcentage[33]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,1 
90  ans ou +
0,5 
3,6 
75 à 89 ans
6,8 
8,7 
60 à 74 ans
10,4 
16,0 
45 à 59 ans
17,6 
23,2 
30 à 44 ans
23,8 
25,5 
15 à 29 ans
20,3 
23,0 
0 à 14 ans
20,6 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[34]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Cyr-l'École est située dans l'académie de Versailles. Saint-Cyr-l’École dispose de six écoles maternelles, de quatre écoles primaires, d'un collège, de trois lycées ainsi que d'une école privée hors contrat, Sainte-Julitte (maternelle et primaire, ouverte en septembre 2011).

Répartition des élèves en 2004 :

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

L'Union musicale la Saint-Cyrienne est l'harmonie de la ville de Saint-Cyr-l'École qui joue lors des manifestations officielles de la ville. Elle réalise également de nombreux concerts en partenariat régulier avec d'autres harmonies de France, de Belgique et d'autres pays. Elle est créée le par des ouvriers anciens musiciens de l'armée et dirigée par un sous-officier versaillais sous le nom de « La Saint-Cyrienne ». Au cours de La Première Guerre mondiale une grande partie des musiciens seront tués, lors de la Seconde Guerre mondiale, elle sera interdite pas les autorités. Elle renaît en 1944 sous le nom d'« Union musicale La Saint-Cyrienne »[35]. Elle compte aujourd'hui 60 membres.

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Le parc municipal Maurice-Leluc est un parc paysager ouvert aux promeneurs. Il dispose de plusieurs installations sportives réservé à la pratique associative : quatre terrains de football, un terrain de rugby, deux courts de tennis couverts et cinq courts extérieurs, une piste d'athlétisme et un parcours de course d'orientation[36].

Cultes[modifier | modifier le code]

Tombes israélites à Saint-Cyr-l'École.
  • Le curé de la paroisse catholique est le père Pierre-Hervé Grosjean[37].
    • L'église Saint-Cyr-Sainte-Julitte est le lieu de culte principal de la paroisse. Elle a été bâtie entre 1959 et 1962 et consacrée le 2 juin 1963 par l'évèque de Versailles, Mgr Alexandre-Charles Renard (le premier coup de bulldozer fut donné le jeudi 21 mai 1959), remplaçant l'ancienne église de la fin du XIXe siècle, détruite par les bombardements alliés de 1944.
    • La chapelle Sainte-Thérèse, construite en 1975, se trouve au bout de la rue de l'Union à l'Epi d'or. Elle remplace une chapelle existant au même endroit et construite avant la seconde guerre mondiale.
    • La chapelle Saint-Martin dessert le quartier HLM du nord de la commune. Elle a été bâtie en 1973 par l'architecte Henri Mouette, comme l'ensemble du quartier.
  • Culte musulman : une salle de prière est située au no 1 de la rue Jean-Lurçat dans le quartier Gérard-Philipe. Un projet de lieu de culte est en cours en partenariat avec la ville de Fontenay-le-Fleury.
  • Cimetière israélite : en septembre 1993, cinq tombes du cimetière juif de Saint-Cyr-l’École ont été saccagées. Les stèles ont été cassées et les ornements funéraires dispersés.

Économie[modifier | modifier le code]

La ville de Saint-Cyr-l'École est intimement liée à son histoire aéronautique[pourquoi ?].

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 35 409 €[38].

Emploi[modifier | modifier le code]

Avec 3 210 emplois, Saint-Cyr-l'École enregistre une baisse de 1,2% des emplois par rapport à 2007 soit un taux de chômage de 8,1% en 2012[réf. nécessaire].

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Saint-Cyr-l'École accueille notamment l'institut aérotechnique depuis 1911[39].

Cet organisme de recherche, rattaché au Conservatoire national des arts et métiers de Paris dispose notamment de souffleries pour les études aérodynamiques et travaille en partenariat avec de nombreuses entreprises publiques et privées des domaines du transport, de l'énergie et des travaux publics. L'institut aérotechnique est un élément du pôle de compétitivité Vestapolis spécialisé sur la mobilité durable et sécurité routière[réf. nécessaire].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Portail de l'ancienne abbaye Notre-Dame-des-Anges.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Saint-Cyr-l'École

Les armes de Saint-Cyr-l'École se blasonnent ainsi :
d'argent à la croix haussée d'azur semée de fleurs de lys d'or, fleurdelysée du même et sommée d'une couronne royale d'or, accostée en pointe de deux shakos de Saint-Cyrien affrontés au naturel.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Serres et 150 enfants de la ville, Sur les chemins de Saint-Cyr-l'École, Ville et amicale laïque de Saint-Cyr-l'École, , 44 p..

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Signe les actes d'état-civil jusqu'au 13 juin 1815. N'est maire que lorsque la fonction existe durant cette période changeante (voir le site archives des Yvelines).
  2. Signe les actes d'état-civil avec la mention « maire » à partir du 16 juin 1815 jusqu'au 20 avril 1816
  3. Signe à nouveau les actes d'état-civil avec la mention « maire » à partir du 9 mai 1816 jusqu'au 4 février 1828.
  4. Signe les actes « adjoint en l'absence du maire malade » à partir du 4 février 1828 (14 heures), puis « adjoint faisant fonction du maire décédé » le 7 avril 1828, puis « maire » à partir du 14 mai 1828 et ce jusqu'au 24 juillet 1833.
  5. Signe les actes « maire » à partir du 24 juillet 1833 et jusqu'au 13 février 1871 ; après quoi c'est son adjoint Joseph Griveaux qui signe.
  6. Signe à l'état civil « Conseiller municipal Délégué » jusqu'au 10 mai 1871 puis « maire » à partir du 13. Ne signe plus à partir du 5 mars 1873 (c'est Alfred Glinez, « adjoint faisant fonction de maire » qui signe les actes).
  7. Signe « maire » les actes d'état civil du 11 juin 1873 au 9 mai 1887. Après cette date c'est son adjoint Jean Bergeret qui signe par délégation.
  8. Signe « maire » à partir du 2 juillet 1887.
  9. Signe « maire » à partir du 22 mai 1888 et jusqu'au 21 octobre 1888. Après quoi c'est Jean Raynaud « adjoint faisant fonction de maire » qui signe les actes.
  10. Signe les actes « maire » à partir du 2 février 1889. Est représenté par son adjoint Louis François Duvay jusqu'au 10 mai 1892.
  11. Signe les actes en tant que maire à partir du 18 mai 1892 et jusqu'ai 4 juin 1894.
  12. Signe en tant que maire à compter du 13 juin 1894. En remplacé par son adjoint Pierre Quenet à partir du 23 octobre 1895. L'actuelle rue Gabriel Péri à Saint-Cyr s'est appelée rue Victor Berrurier entre les deux guerres.
  13. Est encore maire le 29 décembre 1899 date de fin des états civils numérisés de Saint-Cyr l'Ecole (au 17 janvier 2017)
  14. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  15. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distance mesurée sur Google Earth
  2. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  3. a et b Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Tome 3, page 1537
  4. Archives de Seine-et-Oise, tabellionnage Villepreux, 2e registre, p. 340
  5. « Saint-Cyr-l'Ecole. Monographie communale de l'instituteur, 1899 », sur archives.yvelines.fr (consulté le 29 mai 2016).
  6. Dictionnaire historique des environs de Paris du docteur Ermete Pierotti
  7. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. a et b « Histoire et patrimoine », sur https://www.saintcyr78.fr (consulté le 15 février 2019).
  9. Source : Cartes postales et Histoire Locales par E. Stéphan.
  10. Mes amis de l'association « histoire et patrimoine » me pardonneront cette correction : 92 % de habitations ont été déclarées sinistrées. Ce qui ne veut pas dire qu'elles ont été détruites. Ce que confirme la phrase suivante. J-L Cavey
  11. Trois rues de Saint-Cyr portent les noms de ses fils résistants : André Cordier, Jean-François (tous deux FTP et fusillés le 11 avril 1943 (Remémoration Joseph Epstein L'Affiche rouge - Manouchian) et Roger Henry (CDLL).
  12. Saint-Cyr-l’Ecole, championne de la démographie sur Le Parisien, le 19 janvier 2018
  13. Loi no 64-707 du 10 juillet 1964 portant réorganisation de la région parisienne, JORF no 162 du 12 juillet 1964, p. 6204–6209, fac-similé sur Légifrance.
  14. L'Oin Paris Saclay.
  15. Source : la quasi totalité des informations ci-dessous sont tirées des actes d'état civil de la commune, consultables en ligne
  16. a et b « Saint-Cyr magazine », sur dfarnier.fr, (consulté le 29 mai 2016).
  17. État-civil de Saint-Cyr et « Monument à Saint-Cyr-l’École Les monuments aux morts », sur univ-lille3.fr (consulté le 29 mai 2016).
  18. « Etat civil de Saint-Cyr-l'Ecole 1944 1944, 4E 8814 », sur archives.yvelines.fr (consulté le 17 octobre 2019).
  19. Décédé lors du bombardement de l'abri situé sous le groupe scolaire Jean-Jaures, 9 rue Victor Hugo.
  20. « Saint-Cyr-l'Ecole. Monographie communale de Paul Aubert , page 25 / 32 », sur archives.yvelines.fr (consulté le 29 mai 2016).
  21. décret-loi du 26 septembre 1939
  22. Gaëtane Bossaert, « Deux bastions communistes s'écroulent », Le Parisien, édition des Yvelines,‎ (lire en ligne, consulté le 15 février 2019) « Confirmant son avance du premier tour, la liste Saint-Cyr avenir menée par Philippe Lavaud (RPR) l'emporte avec 49,85 % des voix sur celle de la gauche plurielle (28,54 %), elle-même devançant l'équipe (SE) de Francis Courtois (21,60 %) ».
  23. O.B. et G.B., « L'ex-maire PC s'en va », Le Parisien, édition des Yvelines,‎ (lire en ligne, consulté le 15 février 2019) « L'ancien maire communiste de Saint-Cyr-l'Ecole de 1983 à 2001 a démissionné de son mandat de conseiller municipal. Battu en mars dernier après avoir passé dix-huit ans aux commandes de ce bastion communiste, il n'est resté que six mois sur les bancs de l'opposition ».
  24. Matthieu Suc, « Le maire jette l'éponge », Le Parisien, édition des Yvelines,‎ (lire en ligne, consulté le 15 février 2019) « Sa démission serait liée aussi, et surtout, à un contexte de plus en plus tendu au sein de la municipalité ».
  25. M.S., « La lettre qui accuse », Le Parisien, édition des Yvelines,‎ (lire en ligne, consulté le 15 février 2019).
  26. « Philippe Lavaud était trop gentil », Le Parisien, édition des Yvelines,‎ (lire en ligne)
  27. « Bernard Debain élu maire », Le Parisien, édition des Yvelines,‎ (lire en ligne)
  28. Laurent Mauron, « Saint-Cyr-l’Ecole : le maire Bernard Debain démissionne : A la tête de la ville depuis 2006, il évoque son ras-le-bol. Bernard Debain ouvre surtout la route à sa première adjointe, Sonia Brau, en vue des municipales de 2020 », Le Parisien, édition des Yvelines,‎ (lire en ligne, consulté le 15 février 2019) « Ancien dentiste, âgé de 72 ans, ce gaulliste de toujours avoue aussi qu’il a « envie de profiter » de la vie (...) Entré en politique en 1995 à Saint-Cyr comme conseiller municipal d’opposition à Daniel Ferrenbach, le maire PCF de l’époque, il démissionne en 1998 pour raisons professionnelles. En 2001, il participe à la conquête de la ville par la droite en compagnie de Philippe Lavaud (UMP). Figurant en dernière position de la liste, il devient maire en 2006 lorsque Philippe Lavaud est poussé à la démission en mai 2006 en raison d’une présumée affaire de « prise illégale d’intérêts ». Il sera élu en 2008 puis réélu en 2014 ».
  29. Laurent Mauron, « Municipales à Saint-Cyr-l'Ecole : Bernard Debain s'impose », Le Parisien, édition des Yvelines,‎ (lire en ligne, consulté le 15 février 2019).
  30. Laurent Mansart, « Saint-Cyr l’École : Sonia Brau s’installe dans le fauteuil de maire : Comme prévu, l’ex-première adjointe a été élue ce jeudi soir en lieu et place de Bernard Debain qui avait démissionné la semaine dernière. C’est la première femme à occuper ce poste », Le Parisien, édition des Yvelines,‎ (lire en ligne, consulté le 22 février 2019) « A sa place, les conseillers de la majorité ont donc voté, sans surprise, en faveur de Sonia Brau, 44 ans, élue à Saint-Cyr depuis 2008 et qui est également conseillère départementale depuis 2015. Une fois l’écharpe tricolore ceinte, après avoir obtenu 23 des 25 voix de la majorité et deux bulletins blancs, Sonia Brau a rendu hommage à Bernard Debain son «père en politique ».
  31. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  32. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  33. « Évolution et structure de la population à Saint-Cyr-l'École en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 6 mai 2011)
  34. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 6 mai 2011)
  35. Site de l'UMSC http://www.harmoniesaintcyr78.fr/
  36. [1]
  37. a et b Article dans Famille chrétienne no 66 du 4 au 10 mai 2013, p. 66.
  38. « Indicateurs de structure et de distribution des revenus en 2010 | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 29 mars 2017)
  39. « Institut Aérotechnique - L'histoire de l'IAT », sur iat.cnam.fr (consulté le 3 mai 2019).
  40. « Notice MH de la maison royale de Saint-Louis », notice no PA00087599, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  41. « Notice MH de l'abbaye Notre-Dame-des-Anges », notice no PA00087598, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  42. L'église, sur le site de la paroisse
  43. Source : Archives Départementales des Yvelines - Registres paroissiaux et d'état civil, Saint-Cyr l'Ecole, NMD- 4E 5073 - 1897 1899 - Vue 114/313. Acte N° 21
  44. « Le comité français pour Yad Vashem, Adeline et Edmond Langlois », sur yadvashem-france.org (consulté le 15 juillet 2015).
  45. « Le comité français pour Yad Vashem, Henri Rioufol », sur yadvashem-france.org (consulté le 15 juillet 2015).
  46. « Le couple Langlois, appartint durant la guerre à un réseau de résistance. Ils hébergèrent jusqu'à 12 enfants juifs parmi lesquels la petite Sarah Kupervasser, 5 ans, dont le père était venu également en 1943 se réfugier chez eux après la déportation de sa femme. », Le comité français pour Yad Vashem.