Brevets parachutistes militaires français

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Brevet parachutiste militaire est une qualification militaire française qui fut interarmées sanctionnant une formation et autorisant certains types de sauts en parachute en fonction du brevet.

Les brevets parachutistes sont au nombre de huit dans l'armée française :

  • Brevet de préparation militaire parachutiste (BPMP)
  • Brevet d'initiation parachutiste militaire (BIPM)
  • Brevet de parachutiste militaire (BPM)
  • Brevet de cadre des troupes aéroportées (BCTAP)
  • Brevet de moniteur parachutiste (BMP)
  • Brevet de chuteur opérationnel (BCO)
  • Brevet de pilote tandem
  • Brevet d'instructeur au saut en ouverture commandée retardée (INSOCR).

Brevet de préparation militaire parachutiste (BPMP)[modifier | modifier le code]

Lors de la période de conscription, la préparation militaire parachutiste (PMP) permettait aux jeunes gens qui l'effectuaient de :

  • marquer leur volonté de servir dans les troupes aéroportées au cours de leur service national ;
  • porter un insigne métallique particulier représentant leur qualification ;
  • surseoir d'une année à leur incorporation sous les drapeaux ;
  • percevoir la solde à l'air dès leur incorporation pendant la période des classes ;
  • donner une priorité sur le choix de leur affection.

La PMP consistait en 1 semaine de formation dans un centre d'instruction pré-militaire parachutiste (CIPM) durant lesquelles l'élève effectuait 4 sauts.

Depuis la fin de la conscription, la délivrance du brevet de préparation militaire a connu plusieurs formes. Jusqu'en 2007, le brevet de préparation militaire parachutiste était accessibles aux personnes âgées de 16 à 29 ans désireuses de s'engager dans un régiment TAP. Il était délivré à l'issue de 1 semaine de formation (la première consacrée à l'instruction militaire dans l'un des régiments parachutistes de l'armée de terre, la seconde à l'instruction parachutiste à l'École des troupes aéroportées) durant lesquelles l'élève effectuait de 3 à 4 sauts. Le titulaire d'un BPMP engagé dans un régiment TAP recevait une indemnité pour services aériens réduite de moitié (appelée "solde à l'air") dans l'attente de passer le BPM. Le BPM pouvait alors être obtenu par complément des sauts manquants (sauts à ouverture automatique et sauts techniques).

Jugé trop onéreux et discutable quant à son impact sur les recrutements[1], les conditions d'accès au BPMP ont été restreintes en 2007. Il est désormais réservé aux seuls élèves des classes préparatoires aux grandes écoles des lycées de la défense, ainsi qu'aux candidats de l'armée de terre voulant intégrer un régiment des forces spéciales (PMP-FS[2]).

440 700 brevets ont été délivrés depuis la création de cette qualification[3].

Brevet d'initiation au parachutisme militaire (BIPM)[modifier | modifier le code]

Armée de terre
Armée de terre
Armée de l'air
Armée de l'air

Créé en 1980 et ouvert au personnel militaire, sous-officiers et officiers, des formations non-TAP, le BIPM était obtenu à l'issue de quatre sauts. Plus de 10 000 brevets ont été ainsi délivrés, jusqu'en octobre 1994, date à laquelle il a été supprimé, mais toujours autorisé de port sur les tenues de cérémonie.

Le BIPM est toujours délivré dans l'armée de l'air. Les élèves officiers de carrière de l'armée de l'air (recrutement direct « école de l'air » et « école militaire de l'air »), quelle que soit leur spécialité et sous réserve d'aptitude physique, ainsi que les fusiller-commandos de l'air, peuvent obtenir le brevet d'initiation[4].

Brevet de parachutiste militaire (BPM)[modifier | modifier le code]

Armée de terre
Armée de terre
Armée de l'air
Armée de l'air

Créé le , le brevet de parachutiste militaire ou BPM dure 2 semaines.

La première semaine est consacrée à l'instruction au sol menée par des moniteurs à l'École des troupes aéroportées de Pau.

Au cours de la deuxième semaine, six sauts à ouverture automatique, dits "SOA", sont effectués :

  • 4 de jour, dont l’un avec ouverture du parachute de secours, dit "ventral" ;
  • 2 sauts techniques, généralement répartis comme suit :
    • 1 de nuit sans équipements ;
    • 1 de jour avec l’ensemble de parachutage individuel.

Cependant, sur décision du commandement, il est possible d'être breveté avec seulement 5 sauts, dont un technique.

Les titulaires d'un brevet prémilitaire n’effectuaient que 3 sauts complémentaires de leur brevet PMP, 1 de nuit, 1 avec gaine d'armement et 1 avec ouverture du ventral, soit un total de 7 sauts pour leur brevet parachutiste militaire.

Depuis sa création, plus de 689 000 parachutistes ont été brevetés à l'École des troupes aéroportées de Pau[5].

Brevet de cadre des troupes aéroportées[modifier | modifier le code]

Brevet de cadre des TAP

Lancé en 2016, ce projet visant à matérialiser visuellement la qualification des chefs de groupe et de section TAP (anciennement 55210 A et B) a abouti le 18 mai 2017 par l'homologation de cet insigne de spécialité.

Références [6],[7]. L'Union nationale des parachutistes en fait état sur son blog le 1er août 2017.

Homologué sous le numéro GS 328, sa description héraldique est la suivante : "parachute d'or retenant par huit suspentes une étoile de même, branchant sur un vol d'or aussi, lui même soutenu par deux rameaux d'argent;un de lauriers, à dextre, et un autre de chêne, à senestre".

L'école des troupes aéroportées a formalisé le droit de port de ce brevet par note express en juillet 2017 pour tout cadre détenteur de cette formation (de 4 semaines) depuis sa création. Suivant le degré du stage obtenu (chef de groupe ou de section), le sous-officier ou l'officier détenteur de cette qualification peut être notamment chef d'avion, marqueur de zone de mise à terre ou encore largueur opérationnel. Les détenteurs de la qualification de commandant d'unité TAP (obligatoirement chefs de section) sont également en droit de porter cet insigne.

Brevet de moniteur parachutiste (BMP)[modifier | modifier le code]

Instructeur Para.jpg

Créé en octobre 1946 dans la logique de la création du brevet de parachutisme militaire (BP), le brevet de moniteur parachutiste est passé par des sous-officiers en service dans les troupes aéroportées depuis plusieurs années.

Il est le gage d'une certaine expertise dans le domaine et permet à ses titulaires :

  • d'enseigner les techniques de base aux jeunes parachutistes ;
  • de diriger les séances de saut en tant que chef d'avion ;
  • d'être un expert des TAP au sein de son unité ;
  • d'être "largueur" après une période d'adaptation propre à chaque aéronef ;
  • d'effectuer des sauts à ouverture commandées retardées.

Son "équivalent" pour le corps des officiers est la qualification "OSTA" pour officier spécialiste des techniques aéroportées.

Depuis sa création plus de 4 605 moniteurs ont été formés à l'ETAP.

Brevet de chuteur opérationnel (BCO)[modifier | modifier le code]

Chuteur Opérationnel.jpg

Créé en 1965, ce brevet permet aux parachutistes qualifiés de faire des sauts à des altitudes comprises entre 1 200 et 4 200 à 6 500 mètres. Ces sauts sont dits à "ouverture commandée retardée" (SOCR), puisque le déclenchement de l'ouverture du parachute est fait à l'initiative du parachutiste après une phase plus ou moins longue de chute.

Il existe un pendant de ce brevet, le brevet de "parachutiste spécialisé", délivré par le CASV, au profit des unités d'intervention (CPA) de l'armée de l'air. L'insigne est légèrement différent.

2 620 "chuteurs" opérationnels ont été formés jusqu'à présent.

Brevet de pilote tandem (BPT)[modifier | modifier le code]

Brevet d'instructeur parachutiste (SOCR)[modifier | modifier le code]

Moniteur chuteur.jpg

Le sigle SOCR signifie : saut à ouverture commandée retardée.

Ce Brevet, uniquement délivré par l'école des troupes aéroportées (ETAP), permet aux officiers ou sous-officiers titulaires de former les "chuteurs" militaires ainsi que les moniteurs parachutistes. Créé en 1974, ce stage a permis de former 433 instructeurs dans toute l'armée française.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « FICHE QUESTION », sur questions.assemblee-nationale.fr (consulté le 1er juillet 2017)
  2. « La Préparation Militaire Parachutiste Force Spéciale », Sengager.fr,‎ (lire en ligne)
  3. Christian Picquemal, PM Para : Le livre d'or, LITTLE BIG MAN, , 222 p. (ISBN 978-2-915347-71-5)
  4. « INSTRUCTION N° 1530/DEF/EMAA/B/EMP/E/1 relative aux brevets militaires de parachutiste de l'armée de l'air »
  5. Page du 1er RCP du site du ministère de la défense
  6. Lettre N°504144/DEF/EMAT//PS/B.ORG/POD/INP du 04/05/17
  7. Décision N°504066/DEF/SGA/DPMA/SHD/DSD/DST du 18/05/17

Articles connexes[modifier | modifier le code]