Liste d'élèves de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cet article est une liste de saint-cyriens notoires, classée par promotion (année d'entrée à l'école), et par ordre alphabétique à l'intérieur de chacune d’elles.

Sommaire

De 1800 à 1899[modifier | modifier le code]

L'école a été créée par la loi en 1802. Mais la promotion no 1 est la promotion 1818-1820.

Élèves à l'École spéciale militaire de Fontainebleau[modifier | modifier le code]

L'École spéciale militaire est créée par la loi du 11 floréal an X () et installée dans une aile du palais de Fontainebleau (arrêté du 8 pluviôse an XI : ). L'École spéciale impériale militaire déménage en 1808, à Saint-Cyr-l'École (Yvelines), lieu dont elle conservera le nom.

1803[modifier | modifier le code]

Le comte Ordener, promotion 1903

1804[modifier | modifier le code]

Le ministre Despans-Cubières, promo 1804

239 élèves nommés officiers dont 107 morts au champ d'honneur (45 %)

1805[modifier | modifier le code]

Le comte d'Hautpoul, promo 1805

398 élèves nommés officiers dont 98 morts au champ d'honneur (25 %)

1806[modifier | modifier le code]

Le comte Grouchy, promo 1806

441 élèves nommés officiers dont 105 morts au champ d'honneur (24 %)

1807[modifier | modifier le code]

601 élèves nommés officiers dont 147 morts au champ d'honneur (24 %)

1808[modifier | modifier le code]

Élèves à l'École spéciale de Saint-Cyr-l'École (Yvelines)[modifier | modifier le code]

Gaspard Lavocat, promotion 1813

1808[modifier | modifier le code]

213 élèves nommés officiers dont 58 morts au champ d'honneur (27 %)

1813

462 élèves nommés officiers dont 77 morts au champ d'honneur (17 %)

1814 [2][modifier | modifier le code]

Le duc de Malakoff, promotion 1814

205 élèves nommés officiers dont 10 morts au champ d'honneur (5 %)

1815[3][modifier | modifier le code]

99 élèves nommés officiers dont 0 mort au champ d'honneur (0 %)

1816 & 1817[modifier | modifier le code]

Pas de promotions.

1818-1820[modifier | modifier le code]

1818-1820 (1re promotion)[4][modifier | modifier le code]

1819-1821 (2e promotion)[5][modifier | modifier le code]

Le comte de Goyon, 2e promotion
184 élèves nommés officiers dont 10 morts pour la France (5 %)[6]

1820-1829[modifier | modifier le code]

1820-1822 (3e promotion)[7][modifier | modifier le code]

Le marquis de Beaufort d'Hautpoul, 3e promotion

1821-1823 (4e promotion)[9][modifier | modifier le code]

Le marquis de Colbert-Chabanais, 4e promotion
192 élèves nommés officiers dont 6 morts pour la France (3 %)[10]

1822-1824 (5e promotion)[11][modifier | modifier le code]

1823-1825 (6e promotion)[12][modifier | modifier le code]

1824-1826 (7e promotion)[13][modifier | modifier le code]

Le général de Laveaucoupet, 7e promotion

1825-1827 (8e promotion)[14][modifier | modifier le code]

Le président Mac-Mahon, 8e promotion


1826-1828 (9e promotion)[15][modifier | modifier le code]

1827-1829 (10e promotion)[16][modifier | modifier le code]

Le baron Ameil, 10e promotion
179 élèves nommés officiers dont 8 morts au champ d'honneur (4 %)[17]

1828-1830 (11e promotion)[18][modifier | modifier le code]

1829-1831 (12e promotion)[19][modifier | modifier le code]

Le baron Wimpffen, 12e promotion

1830-1839[modifier | modifier le code]

1830-1832 (13.promotion du Firmament[21])[22][modifier | modifier le code]

Le baron Durrieu, promo du Firmament

1831-1833 (14e promotion)[23][modifier | modifier le code]

1832-1834 (15e promotion)[24][modifier | modifier le code]

1833-1835 (16e promotion)[26][modifier | modifier le code]

Le sénateur Boittelle, 16e promotion
148 élèves nommés officiers dont 13 morts pour la France (9 %)

1834-1836 (17e promotion)[27][modifier | modifier le code]

Le général Bourbaki, 17e promotion

1835-1837 (18.promotion de la Comète[28])[29][modifier | modifier le code]

1836-1838 (19.promotion de l'Obélisque[30])[31][modifier | modifier le code]

Le général Appert, promo de l'Obélisque

1837-1839 (20.promotion de Constantine[32])[33][modifier | modifier le code]

  • Jean-Auguste Berthaut (1817 - 1881), général de division et ministre de la Guerre
  • Orphis Léon Lallemand (1817 - 1893), général de division commandant de corps d'armée, grand-croix de la Légion d'honneur
  • Alphonse Lecointe (1817-1890), général de division commandant de corps d'armée, grand officier de la Légion d'honneur

1838-1840 (21.promotion de l'An Quarante[34])[35][modifier | modifier le code]

Le ministre Campenon, promo de l'An 40

1839-1841 (22.promotion de Mazagran[36])[37][modifier | modifier le code]

1840-1849[modifier | modifier le code]

Le général Sée, promo des Cendres

1840-1842 (23.promotion des Cendres[38])[39][modifier | modifier le code]

  • Christophe Victor Vilmette (1822-1911), général de division, grand officier de la Légion d'honneur
  • Léopold Sée (1822-1904), général de division (Infanterie), grand officier de la Légion d’honneur
  • Zénon Eugène Lamy (1821-1895), général de division (Etat-major), grand officier de la Légion d'honneur

1841-1843 (24.promotion de la Nécessité[40])[41][modifier | modifier le code]

Le ministre Lewal, promo de la Nécessité

Au sujet de la 24e promotion ( - 1843), promotion de la Nécessité et de la 25e promotion (- 1843), promotion d’Orient, il faut savoir qu’elles répondent à un besoin urgent de cadres de l’Armée, ainsi que l’indique d’ailleurs le nom de baptême de la première.

La 24e promotion correspond à l’intégration anticipée d’élèves officiers, le , compte tenu des évènements d’Orient. Quatre-vingts mille hommes ayant été appelés sous les drapeaux en 1843, leur encadrement représentait une réelle « nécessité ». Ces élèves officiers, du fait de la date de leur arrivée à l’École, ont été surnommés « melons d’été », le terme traditionnel de melon désignant alors les élèves de première année.

1841-1843 (25.promotion d'Orient[42])[43][modifier | modifier le code]

Le sénateur Chanzy, promo d'Orient
131 élèves nommés officiers dont 7 morts pour la France (5 %)

Avec les évènements d’Orient (la France aide Méhémet Ali, vice-roi d'Égypte, à supplanter le sultan), une partie des élèves quitte l'ESM en avril, la crise orientale nécessitant l'envoi de nouveaux cadres.

La 25e promotion, comprend les élèves officiers enrôlés en et surnommés, à l’instar de leurs prédécesseurs immédiats, « melons d’hiver ».

1842-1844 (26.promotion du Tremblement[44])[45][modifier | modifier le code]

  • François Auguste Logerot (1825-1913), général de division commandant de corps d'armée (Infanterie), grand-croix de la Légion d’honneur; homme politique
  • Alexis L'Hotte (1828-1904), général français et écuyer en chef du cadre noir

1843-1845 (27.promotion d'Isly[46])[47][modifier | modifier le code]

1844-1846 (28.promotion de Djemmah[48])[49][modifier | modifier le code]

Le comte de Courcy, promo de Djemmah

1845-1847 (29.promotion d'Ibrahim [50])[51][modifier | modifier le code]

1846-1848 (30.promotion d'Italie[52])[53][modifier | modifier le code]

1847-1849 (31.promotion de la République[54])[55][modifier | modifier le code]

Le général Pittié, promo de la République

1848-1850 (32.promotion de Hongrie[56])[57][modifier | modifier le code]

1849-1851 (33.promotion de Zaatcha[58])[59][modifier | modifier le code]

1850-1859[modifier | modifier le code]

1850-1852 (34.Promotion de Kabylie[60])[61][modifier | modifier le code]

Le général Viel de Lunas, promotion de Kabyllie

1851-1853 (35.Promotion de l'Aigle[62])[63][modifier | modifier le code]

  • Jules de La Laurencie (1832-1915), chef d'escadrons. Conseiller général de Loire-Inférieure.
  • Jean Hély d'Oissel (1833-1920), campagne de Crimée, Garde Nationale, Président de la Société Générale (1886-1914), maire et conseiller général de Poissy.

1852-1854 (36.Promotion de l'Empire[64])[65][modifier | modifier le code]

1853-1855 (37.Promotion de Turquie[66])[67][modifier | modifier le code]

1854-1856 (38.Promotion de Crimée[68])[69] / 1855-1856 (39.Promotion de Sébastopol[70])[69][modifier | modifier le code]

Le général Boulanger, promotion de Crimée
  • Georges Boulanger (1837-1891), général de division. Ministre de la Guerre. Député de la Seine.
  • Édouard de Colbert (1834-1905), général de division.
  • Gustave de Guillebon (1837-1892), capitaine. 2e bataillon de la Garde.
  • Jules de La Forest Divonne (1836-1919, capitaine. Campagne d'Italie.
  • Gabriel de Lambilly (1834-1896), président du Conseil général du Morbihan.
  • Odon de Montesquiou Fezensac (1836-188é), chef de bataillon. Mobile de 1870 .
  • Rogatien de Sesmaisons (1835-1920), général de division. Conseiller général de la Loire-Inférieure.
  • Maxime de Truchis de Lays (1835-1923), chef de bataillon. Maire de Lays.Conseiller général.
  • Robert de Vogüé (1837-1870), mort pour la France le 6 août 1870 à Reichshoffen.

1855-1857 (40.Promotion du Prince Impérial[71])[72][modifier | modifier le code]

Le prince Georges III Bibesco, promotion du Prince Impérial

1856-1858 (40.Promotion de Djurdjura[73])[74][modifier | modifier le code]

Le général Niox, promotion de Djurdjura

1857-1859 (42.Promotion de l'Indoustan[75])[76][modifier | modifier le code]

  • Jules de Monard (1838-1930), général de division. 110ème division d'infanterie. Commandant l'École spéciale militaire de Saint-Cyr.
  • Oscar de Négrier (1839-1913), général de division. 14ème division. Corps expéditionnaire du Tonkin.
  • Gustave Pédoya (1838-1938), général de division, 29e division d'Alger. Député de l'Ariège.

1858-1860 (43.Promotion de Solférino[77])[78][modifier | modifier le code]

Le général Boisdeffre, promotion de Solférino

1859-1861 (44.Promotion de Nice et Savoie[79])[80][modifier | modifier le code]

Le général Donop, promotion Nice et Savoie

1860-1869[modifier | modifier le code]

1860-1862 (45.Promotion du Céleste Empire[81])[82][modifier | modifier le code]

Le général de Kerdrel, promotion du Céleste Empire

1861-1863 (46.Promotion du Mexique[83])[84][modifier | modifier le code]

Le général Metzinger, promotion du Mexique

1862-1864 (47.Promotion de Puebla[85])[86][modifier | modifier le code]

  • Alfred Dodds (1842-1922), général de division commandant de corps d'armée (Infanterie de Marine), grand-croix de la Légion d'honneur, médaillé militaire
  • Édouard Hardÿ de Périni (1843-1908), général de division (infanterie), commandeur de la Légion d'honneur
  • Pierre Karageorgevitch (1844-1921), élève à titre étranger. Engagé dans la légion étrangère sous le nom de Pierre Kara. Futur roi Pierre Ier de Serbie.
  • Henry de Monspey (1844-1922), colonel.
  • Geoffroy de Goulaine (1844-1913), lieutenant de Cavalerie; démissionne après la guerre de 1870-71; crée le premier syndicat agricole, devient maire de Brandérion puis conseiller général; accède au Sénat dès 1901
  • marquis Bernard d'Harcourt (1842-1914), lieutenant de cavalerie, chevalier de la Légion d'honneur, député du Loiret (1871-76)
  • Olivier de Laurens-Castelet (1844-1923), chef d'escadrons de réserve, chevalier de la Légion d'honneur; député de l'Aude (1902-1906)

1863-1865 (48.Promotion du Danemark[87])[88][modifier | modifier le code]

Le général Gillet, promotion du Danemark

1864-1866 (49.Promotion d'Oajaca[89])[90][modifier | modifier le code]

Le général Marcot, promotion d'Oajaca
  • Pierre Marie Burnez (1845-1922), général de division commandant de corps d'armée (Cavalerie), grand officier de la Légion d'honneur
  • Louis François Marcot (1845-1897), général de division (81e division d'infanterie), Commandant de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr, commandeur de la Légion d'honneur, officier de l'Instruction publique, Mort pour la France
  • Henri de Lacroix (1844-1924), général de division commandant de corps d'armée (Infanterie), grand-croix de la Légion d'honneur, médaillé militaire, officier de l'Instruction publique
  • Ludovic Hurault de Vibraye (1845-1929), général de brigade (cavalerie), commandeur de la Légion d'honneur
  • Félix de Lévis-Mirepoix (1846-1928), capitaine de Cavalerie; démissionne en 1872; Maire d'Origny-le-Roux (Orne), député de l'Orne (1885-1910)
  • Louis Nouët (1844-1933), capitaine d'Infanterie de marine; démissionne (1882); gouverneur de la Nouvelle-Calédonie (1886-88) puis de la Guadeloupe (1891-94), officier de la Légion d'honneur
  • Jan Puzyna de Kosielsko (1842-1911) élève étranger; accède au cardinalat (1901) et archevêque de Cracovie

1865-1867 (50.Promotion de Vénétie[91])[92][modifier | modifier le code]

1866-1868 (Promotion du Sultan[93])[94][modifier | modifier le code]

Le général Marion, promotion du Sultan

1867-1869 (Promotion de Mentana[95])[96][modifier | modifier le code]

Le général Pau, promotion de Mentana

1868-1870 (Promotion de Suez[97])[98][modifier | modifier le code]

Le maréchal Galliéni, promotion de Suez

1869-1871 (Promotion du 14 août 1870[99])[100][modifier | modifier le code]

  • Édouard de Curières de Castelnau (1850-1944), général d'armée (Infanterie), grand-croix de la Légion d'honneur, médaillé militaire; Député de l'Aveyron
  • Charles Lanrezac (1852-1925), général de division commandant d'armée (Infanterie), grand officier de la Légion d'honneur, officier de l’Instruction publique
  • Frédéric Émile Vautier (1849-1930), général de division commandant de corps d'armée (Infanterie), grand officier de la Légion d'honneur
  • Édouard Bolgert (1851-1931), général de division (Infanterie), grand officier de la Légion d'honneur
  • Jean Baptiste Jules Carbillet (1850-1923), général de division (Infanterie), grand officier de la Légion d'honneur, officier de l'Instruction publique
  • Émile Hector Hache (1850-1931), général de division (Infanterie), grand officier de la Légion d'honneur
  • Léon de Beylié (1849-1910), général de brigade (Infanterie puis Infanterie de Marine), commandeur de la Légion d'honneur, officier d’Académie, Mort en service
  • Louis Gaëtan Dimier de La Brunetière (1849-1918), général de brigade (15e bataillon de cavalerie), officier de la Légion d'honneur
  • Charles-Arthur Maitrot (1849-1924), général de brigade (Infanterie), grand officier de la Légion d'honneur, officier de l'Instruction publique
  • Antoine de Villaret (1852-1926), général de brigade (infanterie), officier de la Légion d'honneur
  • Géraud Réveilhac (1851-1937), général de brigade (Infanterie), grand officier de la Légion d'honneur, officier de l'Instruction publique
  • Henri Néraud (1866-1924), général de brigade

1870-1879[modifier | modifier le code]

1870-1872 (55.promotion de la Revanche[101])[102][modifier | modifier le code]

Le général Holender, promotion de la Revanche
Le lieutenant-colonel du Paty de Clam, promotion de la Revanche
Antoine-Bernard d'Attanoux, promotion d'Alsace-Lorraine
Le général Picquart, personnage central du procès Dreyfus, promotion du Shah
Le maréchal Lyautey, promotion archiduc Albert
  • Maurice Balfourier (1852-1933), général de division commandant de corps d'armée ((Infanterie), grand-croix de la Légion d'honneur
  • Joseph Baret (1852-1920), général de division commandant de corps d'armée (Infanterie), grand officier de la Légion d'honneur
  • Frédéric Henry Micheler (it) (1852-1915), général de division commandant de Corps d'Armée (Infanterie), grand officier de la Légion d'honneur, Mort pour la France
  • André Sordet (1852-1923), général de division commandant de corps d'armée (cavalerie), commandeur de la Légion d'honneur
  • Georges Prosper Anne Claret de la Touche (1852-1939), général de division (Infanterie), grand officier de la Légion d'honneur
  • Hyacinthe Clément Justin Coquet (1850-1934), général de division (Infanterie), commandeur de la Légion d'honneur, officier d'Académie
  • Edgard de Trentinian (1851-1942), général de division (Infanterie de Marine), grand-croix de la Légion d'honneur
  • Joseph-Paul Eydoux (1852-1918), général de division (Infanterie), grand officier de la Légion d'honneur, chevalier commandeur de l'ordre de Saint-Michel et de Saint-Georges
  • Charles Holender (1851-1917), général de division (infanterie), commandeur de la Légion d'honneur
  • Henri-Etienne-Espérance Gouget de Landres (1852-1937), général de brigade de cavalerie, commandeur de la Légion d'honneur
  • Pierre Hugot-Derville (1951-1937), officier de la Légion d'honneur, retraité en 1907, député du Finistère en 1912-1914
  • Henry Marie de La Croix de Castries (1850-1927), capitaine d'infanterie, puis lieutenant-colonel dans l'armée territoriale, démissionnaire en 1887; plus tard conseiller général du Maine-et-Loire et officier de la Légion d'honneur
  • Adrien Gaudin de Villaine (1852-1930), capitaine dans l'armée territoriale, chevalier de la Légion d’honneur; démissionnaire en 1875; plus tard conseiller général de la Manche
  • Léon Herbin (1853-1884), lieutenant d'Infanterie démissionnaire; Mort pour la France, massacré au Soudan égyptien, en tant que vice-consul de France à Khartoum
  • Armand du Paty de Clam(1853-1916), lieutenant-colonel d'État-major puis d'Infanterie, officier de la Légion d'honneur, officier de l'Instruction publique, connu pour avoir conduit l'enquête dans l'affaire Dreyfus; mis à la retraite d'office, il s'engage en 1914 comme chasseur de 2e classe; réintégré dans son grade, il prend le commandement du 117e régiment d'infanterie; il est blessé à deux reprises et meurt pour la France des suites de ces blessures
  • Arthur Constantin Krebs (1850-1935), chef de bataillon d'Infanterie, officier de la Légion d'honneur; retraité en 1901, il participe à la construction du ballon dirigeable la France, puis travaille sur le sous-marin le Gymnote, avant d'entrer chez Panhard et Levassor

1872-1873 (56.promotion d'Alsace-Lorraine[103])[104][modifier | modifier le code]

  • Antoine Bernard d'Attanoux (1853-1954), chevalier de la Légion d'honneur, démissionne en 1880 et se fait explorateur du Maroc
  • William Woodville Rockhill (1854-1914), sous-lieutenant à titre étranger, sert jusqu'en 1875; plus tard, il est explorateur en Chine et au Tibet

1872-1874 (57.promotion du Shah[105])[106][modifier | modifier le code]

  • Pierre Joseph Louis Alfred Dubois (1852-1924), général de division commandant d'armée (cavalerie), grand officier de la Légion d'honneur, grand-croix de l'ordre de Saint-Michel et de Saint-Georges (Grande-Bretagne)
  • Louis Amédée Stéphane Curé (1853-1930), général de division commandant de corps d'armée (infanterie), grand officier de la Légion d'honneur
  • Georges Picquart (1854-1914), général de division commandant de corps d'armée, commandeur de la Légion d'honneur, protagoniste de l'Affaire Dreyfus
  • Émile Belin (1853-1937), général de division (infanterie), grand officier de la Légion d'honneur, officier d'Académie
  • Louis Émile Eugène Bigot (1853-1936), général de division (infanterie)
  • Étienne de Villaret (1854-1931), général de division (infanterie), grand officier de la Légion d'honneur
  • Théodore de Dartein (1852-1936), général de division (cavalerie), grand-officier de la Légion d'honneur
  • Gabriel Delarue (1852-1915), général de brigade (Infanterie), officier de la Légion d'honneur, Mort pour la France

1873-1875 (58.promotion de l'Archiduc Albert[107])[108][modifier | modifier le code]

1874-1876 (59.promotion la Grande Promotion[110]) [111][modifier | modifier le code]

Le maréchal d'Espéray, La Grande Promotion
Le général de Mad'huy, promotion Dernière de Wagram
  • Louis Franchet d'Esperey (1856-1942), maréchal de France, grand-croix de la Légion d'honneur, parrain de la 142e promotion (1955-57)
  • Albert d'Amade (1856-1941), général de division commandant de corps d'armée (infanterie), grand-croix de la Légion d’honneur et de l'ordre du Mérite militaire (Espagne)
  • Dominique de Castelli (1856-1933), général de division commandant de corps d'armée (cavalerie), commandeur de la Légion d'honneur
  • Maurice de Bazelaire de Saulcy (1854-1885), lieutenant d'infanterie.
  • Général Louis Conneau (1857-1930), grand-officier de la Légion d'honneur, grand cordon de Saint-Michel et Saint-Georges, un grand chef militaire de la guerre 14/18, commandant la cavalerie française et anglaise. Né et élevé au Palais des Tuileries avec le Prince Impérial.
  • Léon Bajolle (1856-1945), général de division (infanterie), grand officier de la Légion d'honneur
  • Noël Dumas (1954-1943), général de division (infanterie), grand officier de la Légion d'honneur
  • Gaston Dupuis (1855-1914), général de brigade, officier de la Légion d'honneur, Mort pour la France
  • Joseph Masnou (1855-1915), général de brigade (infanterie), chevalier de la Légion d'honneur, Mort pour la France
  • Louis Victor Plessier (1856-1919), général de brigade (infanterie), officier de la Légion d'honneur, Mort pour la France
  • Alfred Le Chatelier (1855-1929), démissionne comme chef d'escadrons, premier titulaire de la chaire de sociographie musulmane au Collège de France
  • César Jean Marie, comte de Chastellux (1856 - 1882), lieutenant du 5e cuirassiers (1882)

1875-1877 (60.promotion Dernière de Wagram[112])[113][modifier | modifier le code]

  • Émile Driant (1855-1916), lieutenant-colonel et homme politique, parrain de la 152e promotion (1965-67)
  • Louis Ernest de Maud'huy (1857-1921), général de division commandant d'armée (infanterie), grand-officier de la Légion d'honneur
  • Antoine de Mitry (1857-1924), général de division commandant d'armée (cavalerie), grand-officier de la Légion d'honneur
  • Maurice Sarrail (1856-1929), général de division commandant d'armée (infanterie), grand-croix de la Légion d'honneur, médaillé militaire
  • Marie Joseph Eugène Bridoux (1856-1914), général de division commandant de corps d'armée (cavalerie), officier de la Légion d'honneur, Mort pour la France
  • Augustin Gérard (1857-1926), général de division commandant de corps d'armée (infanterie), grand-croix de la Légion d'honneur, médaillé militaire
  • Ernest Jacques Barbot (1855-1915), général de brigade (infanterie), chevalier de la Légion d'honneur, Mort pour la France
  • Augustin Gérard (1857-1926), général de division commandant de corps d'armée, grand-croix de la Légion d'honneur, médaillé militaire

1876-1878 (61.promotion de Plewna[114])[115][modifier | modifier le code]

Le maréchal Pétain, promotion de la Plewna
  • Charles de Foucauld (1858-1916), explorateur, religieux et linguiste, parrain de la 128e promotion (1941-43), béatifié en 2005
  • Philippe Pétain, maréchal de France, chef de l'État français, parrain de la 127e promotion (1940-42)
  • Victor Louis Lucien d'Urbal (1858-1943), général de division commandant d'armée (cavalerie), grand-croix de la Légion d'honneur
  • Émile Taufflieb (1857-1938), général commandant de corps d'armée (cavalerie) , grand officier de la Légion d'honneur
  • Charles Alexis Vandenberg (1858-1942), général commandant de corps d'armée (infanterie), gouverneur du Grand Liban, grand-croix de la Légion d'honneur, chevalier commandeur de l'ordre Saint-Michel et Saint-George (Grande-Bretagne).
  • Joseph Aymerich (1858-1937), général de division (infanterie de marine), grand officier de la Légion d'honneur, libérateur du Cameroun
  • Georges de Bazelaire (1858 - 1954), général de division, commandant le 7eCorps d'Armée durant la 1e Guerre mondiale
  • Élie de Riols de Fonclare (1857-1944), général de division (infanterie), grand-croix de la Légion d'honneur, officier d'Académie
  • Olivier Mazel (1858-1940), général de division (cavalerie), commandeur de la Légion d'honneur
  • Ernest Auguste Barbade (1856-1914), général de brigade (infanterie), chevalier de la Légion d'honneur, officier d'Académie, Mort pour la France
  • Léon Raffenel (1856-1914), général de brigade (infanterie), officier de la Légion d'honneur, Mort pour la France
  • Charles Auguste Henri Roques[116] (1858-1914), général de brigade (infanterie), chevalier de la Légion d'honneur, Mort pour la France
  • Jean-Marie Brulard (1856-1923), général de division (infanterie), grand-croix de la Légion d'honneur
  • Auguste Le Ny (1857-1906), chef de bataillon au 8e régiment d'infanterie de marine, maire de Saint-Malo
  • René Le Hérissé (1857-1922), démissionne comme capitaine (cavalerie), devient plus tard député d'Ille-et-Vilaine
  • Roger Lambelin (1857-1929), démissionne comme capitaine (infanterie), officier de la Légion d'honneur, deviendra conseiler municipal de Paris et conseiller-général de la Seine

1877-1879 (62.promotion de Novi Bazar[117])[118][modifier | modifier le code]

Paul Maistre, major de la promotion Novi Bazar
Le général Graziani, promotion des Zoulous
Le commandant Lamy, promotion des Zoulous
Le général Grossetti, promotion des Drapeaux

1878-1880 (63.promotion des Zoulous[122])[123][modifier | modifier le code]

1879-1881 (64.promotion des Drapeaux[124])[125][modifier | modifier le code]

1880-1889[modifier | modifier le code]

Le général Janin, promotion des Kroumirs
Le général Berthelot, promotion d'Égypte
Le général d'Armeau, promotion des Pavillons Noirs
Le général Debeney, promotion de Fou-Tchéou
le général Mangin, promotion de Chalons, parrain de la 116e promotion
Le général Lacapelle, promotion de Tombouctou
Le général Gouraud, promtion du Grand Triomphe
Le général Poeymirau, promotion du Dahomey

1880-1882 (65.promotion des Kroumirs[126])[127][modifier | modifier le code]

1881-1883 (66.promotion d'Égypte[128])[129][modifier | modifier le code]

  • Georges Louis Humbert (1862-1921), major de la promotion, général de division commandant d'armée (infanterie), grand officier de la Légion d'honneur
  • Henri Berthelot(1861-1931), général de division commandant d'armée (infanterie), grand croix de la Légion d'honneur, médaillé militaire
  • Denis Auguste Duchêne, général de division commandant de corpe d'armée (Infanterie), grand officier de la Légion d'honneur, officier d'Académie
  • Ernest Joseph Blondlat (1862-1938), général de division (Infanterie de marine), grand officier de la Légion d'honneur, officier d’Académie
  • Paul Chrétien (1862-1948), général de division (Infanterie), grand officier de la Légion d’honneur
  • Victor de Saint-Just (1862-1933), général de division (cavalerie), commandeur de la Légion d’honneur
  • Henri Jean Descoings (1860-1947), général de division (Infanterie), commandeur de la Légion d’honneur
  • Henri Lebocq (1861-1946), général de division (Infanterie), grand officier de la Légion d’honneur
  • Louis de Grandmaison (1861-1915), général de division (Infanterie), commandeur de la Légion d'honneur, médaillé militaire, Mort pour la France

1882-1884 (67.promotion des Pavillons noirs[130])[131][modifier | modifier le code]

1883-1885 (68.promotion de Madagascar[132])[133][modifier | modifier le code]

  • Henri Claudon (1864-1935), général de brigade, chef de la mission militaire française aux États-Unis, commandeur de la Légion d'honneur.
  • Albert Baratier, général de brigade, mort pour la France.
  • Paul-Émile Bordeaux (1866-1951), général de brigade

1884-1886 (69.promotion de Fou Tchéou[134])[135][modifier | modifier le code]

  • Marie-Eugène Debeney (1864-1943), général d'armée (Etat-major puis Infanterie), grand-croix de la Légion d'honneur, médaillé militaire

1885-1887 (70.promotion de l'Annam[136])[137][modifier | modifier le code]

  • Maxime Weygand (1867-1965), chef des armées françaises en mai 1940, général d'armée (Cavalerie), grand-croix de la Légion d'honneur, médaillé militaire
  • Charles Brécard (1867-1952), général d'armée (Cavalerie), grand-croix de la Légion d'honneur
  • Charles de Lardemelle (1867-1935), général de division commandant de corps d'armée (Infanterie), grand officier de la Légion d'honneur
  • Antoine Gramat (1866-1924), général de division commandant de la 12e division d'infanterie, commandeur de la Légion d'honneur, officier d'Académie
  • Gabriel Alexandre Paquette (1866-1939), général de division (Infanterie), grand officier de la Légion d'honneur
  • Mohamed Kürd Şerîf Paşa (1865-1944), général de division (Cavalerie), grand officier de la Légion d'honneur
  • Marcel Serret (1867-1916), général de brigade (Infanterie), chevalier de la Légion d'honneur, Mort pour la France
  • Jean Paul Ernest Stirn (1867-1915), général de brigade (Infanterie), chevalier de la Légion d'honneur, Mort pour la France
  • Jules Saguez de Breuvery (1864-1942), Chef de Bataillon d'infanterie, officier de la Légion d'honneur
  • SAI le prince Kotohito Kan'in (1865-1945), maréchal du Japon
  • baron Georges de Grandmaison (1865-1943), chef d'escadrons de réserve (Cavalerie), chevalier de la Légion d'honneur, démissionne comme lieutenant; d'abord maire de Montreuil-Bellay puis conseiller général, député (1893-33), sénateur du Maine-et-Loire (1933-43), participe à la Grande Guerre

1886-1888 (71.promotion de Châlons[138])[139][modifier | modifier le code]

  • Charles Mangin (1866-1925), parrain de la 116e promotion (1929-31), général des armées (Infanterie de marine), grand-croix de la Légion d'honneur, médaillé militaire
  • Hippolyte-Alphonse Pénet (1867-1953), général de division commandant de corps d'armée (Infanterie), grand officier de la Légion d'honneur
  • Camille Ragueneau (1868-1956), général de division commandant de corps d'armée (Infanterie), grand-croix de la Légion d'honneur
  • Georges Demetz (1865-1942), général de division (Infanterie), grand officier de la Légion d'honneur
  • Félix de Vial (1864-1949), général de brigade
  • Paul de Bazelaire (1866-1941), colonel commandant le 23e régiment de dragons (1918), Croix de guerre avec palme, commandeur de la Légion d'honneur.
  • Léonce Vieljeux (1865-1944), démissionne en 1892; capitaine de réserve mobilisé (1914), blessé au combat, il termine lieutenant-colonel et chef de corps du 75e régiment territorial d'infanterie, officier de la Légion d'honneur, maire de La Rochelle, déporté en 1940 pour faits de résistance, Mort pour la France, exécuté

1887-1889 (72.promotion de Tombouctou[140])[141][modifier | modifier le code]

  • Joseph Louis Andlauer (1869-1956), général de corps d'armée (Infanterie de marine), grand officier de la Légion d'honneur
  • Joseph Émile Mangin (1867-1941), sous-major de sortie, général de division commandant de corps d'armée, grand officier de la Légion d'honneur, officier d'Académie
  • Gustave Paul Lacapelle (1869-1942), général de division commandant de corps d'armée (Infanterie), grand-croix de la Légion d'honneur
  • Henri Mordacq (1868-1943), général de division commandant de corps d'armée (Infanterie) et chef de cabinet à la guerre de 1917 à 1920; Algérie, Tonkin, Front Ouest, Rhénanie; trois blessures;, grand officier de la Légion d'honneur
  • Georges Bastien (1868-1949), général de division (Infanterie), commandeur de la Légion d'honneur, officier d’Académie
  • Georges Brissaud-Desmaillet (1869-1948), général de division, grand officier de la Légion d'honneur
  • Rémy Alphonse Chabord (1867-1941), général de division (Infanterie puis Aéronautique)
  • Félix Alexis Destremau (1868-1945), général de division (cavalerie), commandeur de la Légion d'honneur
  • Pierre Girodon (1869-1916), général de brigade (infanterie), officier de la Légion d'honneur, Mort pour la France
  • Adolphe Messimy (1869-1935), général de brigade et ministre de la guerre en 1911-1912 puis début 1914; Front Ouest; deux blessures; grand officier de la Légion d'honneur
  • Louis Auguste Théodore Pein (1867-1915) colonel commandant la 1re brigade de la division du Maroc, officier de la Légion d'honneur, officier d’Académie, Mort pour la France des suites de ses blessures à Arques (Pas-de-Calais)
  • Robert d'Humières (1868-1915), capitaine au 4e régiment de Zouaves, Mort pour la France le 26 avril 1915 à Lizerne, Belgique

1888-1890 (73.promotion du Grand Triomphe[142])[143][modifier | modifier le code]

1889-1891 (74.promotion du Dahomey[144])[145][modifier | modifier le code]

1890-1899[modifier | modifier le code]

Le général Serrigny, promotion de Cronstadt
Le général Mittelhauser, promotion de Siam

1890-1892 (75.promotion de Cronstadt[146])[147][modifier | modifier le code]

1891-1893 (76.promotion du Soudan[148])[149][modifier | modifier le code]

  • Henri Édouard Claudel (1871-1956), général d'armée (Infanterie coloniale), grand-croix de la Légion d'honneur, médaillé militaire
  • Louis II de Monaco (1870-1949), prince de Monaco.
  • Maurice Gamelin (1872-1958), Major de sortie, général d'armée, grand-croix de la Légion d'honneur, médaillé militaire
  • Charles d'Harcourt (1870-1956), lieutenant-colonel de réserve d'Infanterie, officier de la Légion d'honneur, officier de l'ordre de l'Empire britannique, démissionne comme lieutenant et va en politique; rappelé, il est chef du 9e bataillon de chasseurs alpins et blessé à deux reprises; Après-guerre, il est député (1919-24) puis sénateur du Calvados (1925-45)

1892-1894 (77.promotion du Siam[150])[151][modifier | modifier le code]

  • Eugène Mittelhauser (1873-1949), général d'armée (Infanterie), grand-croix de la Légion d'honneur, médaillé militaire, officier d'Académie
  • Édouard Barès (1872-1954), général de corps d'armée (Infanterie puis Aéronautique puis Air), grand-croix de la Légion d'honneur, médaillé militaire
  • Édouard de Warren (1871-1962) chef d’escadrons honoraire (Cavalerie), officier de la Légion d'honneur, quitte l’Armée suite à un accident de cheval; député de la Meurthe-et-Moselle pour l'Union républicaine démocratique (1919-1932); membre de l'Académie des sciences d'outre-mer et de l'Académie d'agriculture

1893-1895 (78.promotion de Jeanne d'Arc[152])[153][modifier | modifier le code]

  • Khaled el-Hassani ben el-Hachemi (1875-1936), ajournépour mauvaise conduite, il n'est nommé officier qu'en 1897; pas naturalisé, il est "officier indigène" et limité au grade de capitaine; chevalier de la Légion d'honneur (1913); quitte l'Armée pour s’engager en politique

1894-1896 (79.promotion d'Alexandre III[154])[155][modifier | modifier le code]

Le général Prételat, promotion Alexandre III
  • Gaston Henri Gustave Billotte (1875-1940), général d'armée (Infanterie de marine), grand-croix de la Légion d'honneur, Mort pour la France
  • André-Gaston Prételat (1874-1969), général d'armée (Infanterie), grand-croix de la Légion d'honneur, médaillé militaire, officier d'Académie
  • Louis-Alexandre Audibert (1874-1955), général de corps d'armée (Cavalerie), grand officier de la Légion d'honneur, officier d'Académie
  • Guy Marin de Montmarin, (1875-1942), cavalier, général de corps d'armée, grand officier de la Légion d'honneur
  • Jean Larroque (1875-1921), général de brigade (infanterie de marine), commandeur de la Légion d'honneur, officier d'Académie, Mort pour la France
  • Paul-Frédéric Rollet (1875-1941), général de brigade (Infanterie), grand officier de la Légion d'honneur
  • Frédéric François-Marsal (1874-1958), lieutenant-colonel de réserve d'infanterie, officier de la Légion d'honneur; démissionne comme lieutenant; croix de guerre 1914-1918; attaché au cabinet de Clémenceau; sénateur du Cantal; ministre des Finances; ephémère président du Conseil des ministres (mai 1924)
  • Maurice Dutreil (1875-1940), lieutenant d'infanterie; démissionne; député de la Mayenne (1902-1928); Sous-secrétaire d'État (1926)

1895-1897 (80.promotion de Tananarive[156])[157][modifier | modifier le code]

Le général Azan, promotion de Tananarive
  • Alphonse Georges (1875-1951), général d'armée, grand-croix de la Légion d'honneur, médaillé militaire, officier d'Académie
  • Paul Azan (1874-1951), général de corps d'armée, écrivain-historien, Grand Prix Gobert 1937, Grand Prix de l'Empire Français 1944
  • Gaston Duffour (1875-1953), général de division, commandant la 3e région militaire à Rouen en 1940.
  • Édouard Joseph Arnaud (1875-1943), général de brigade (infanterie de marine)
  • Louis de Goÿs de Mézeyrac (18776-1967), général de division aérienne, grand-croix de la Légion d’honneur
  • Charles de Tricornot de Rose (1876-1916), créateur de l'aviation de chasse française

1896-1898 (81.promotion la Première des Grandes Manœuvres[158])[159][modifier | modifier le code]

1897-1899 (82.promotion de Bourbaki[160])[161][modifier | modifier le code]

Le capitaine Voyer d'Argenson, promotion Bourbaki, Mort pour la France
575 élèves nommés officiers dont 172 morts pour la France (30 %)

1898-1900 (83.promotion Marchand[163])[164][modifier | modifier le code]

Le général Huntziger, promotion Marchand
Le général Petiet, promotion Marchand

1899-1901 (84.promotion d'In Salah[165])[166][modifier | modifier le code]

Le général Laure, promotion d'In Salah
Le général Ihler, promotion d'In Salah

De 1900 à 1999[modifier | modifier le code]

1900-1909[modifier | modifier le code]

1900-1902 (85.promotion du Tchad[167])[168][modifier | modifier le code]

Le général Dentz, promo du Tchad

1901-1903 (86.promotion du centenaire de la Légion d'honneur[169])[170][modifier | modifier le code]

449 élèves nommés officiers dont 161 morts pour la France (36 %)

1902-1904 (87.promotion du Sud-Oranais[171])[172][modifier | modifier le code]

360 élèves nommés officiers dont 121 morts pour la France (34 %)

1903-1905 (88.promotion de La Tour-d'Auvergne[173])[174][modifier | modifier le code]

Le général Bougrain, promo de la Tour d'Auvergne
Général Deslaurens, promo T.d'Auvergne

1904-1906 (89.promotion du Centenaire d'Austerlitz[175])[176][modifier | modifier le code]

Max Münch, promo du 100naire d'Austerlitz

1905-1907 (90.promotion de la Dernière du Vieux Bahut[177])[178][modifier | modifier le code]

Le colonel de La Rocque, promo Der du Vieux Bahut
Le général Pao-Tchao Dan, promo Der du Vieux Bahut

1906-1908 (90bis.promotion dite des Cinq[180])[178][modifier | modifier le code]

1906-1909 (91.promotion du Centenaire[181])[182][modifier | modifier le code]

Le général Bonnefond, promo du 100naire
Colonel de l'Air Thenault, promo 100naire

1907-1910 (92. promotion du Maroc)[modifier | modifier le code]

1908-1911 (93.promotion de Mauritanie[183])[184][modifier | modifier le code]

Maréchal de Lattre, promotion Mauritanie

1909-1912 (94.promotion de Fez[185])[186][modifier | modifier le code]

Le général de Gaulle, promotion de Fes

1910-1919[modifier | modifier le code]

Touzet du Vigier, promo Moskova

1910-1913 (95.promotion de la Moskova[187])[188][modifier | modifier le code]

1912-1914 (97.promotion de Montmirail[189])[190][modifier | modifier le code]

Ralph Monclar, promotion Montmirail

463 élèves nommés officiers dont 234 morts pour la France (51%)

1913-1914 (98.promotion de la Croix du Drapeau[191])[192][modifier | modifier le code]

Général Carpentier, promo Croix du Drapeau
général Guillaume, promo Croix du Drapeau

1914 (99.promotion de la Grande Revanche[193])[194][modifier | modifier le code]

Général Ganeval, promo Gde Revanche

1916-1917 (100.promotion des Drapeaux et de l'Amitié américaine[195])[196][modifier | modifier le code]

Général Marion, promo des Drapeaux et de l'Amitié américaine

1917-1918 (101.promotion de Sainte Odile et 102.promotion La Fayette)[197][modifier | modifier le code]

  • Henri de Bournazel (1898-1933) dit « l'Homme rouge ».
  • Raoul Salan (1899-1984), général d'armée, commandant en chef en Indochine (1952-1953) puis participant au putsch des généraux en Algérie (1961).
  • Jean Étienne Valluy (1899-1970), général d'armées (Infanterie coloniale), grand-croix de la Légion d’honneur, commandeur des Palmes académiques

57 des 255 élèves-officiers des promotions Sainte Odile et de La Fayette sont « morts pour la France », soit 23% des deux promotions :

.

1918-1920 (103.promotion de la Victoire[198])[199][modifier | modifier le code]

Le général thai Nakkhat, promo Victoire

1919-1921 (104.Promotion des Croix de Guerre)[200][modifier | modifier le code]

1920-1929[modifier | modifier le code]

1920-1921 (105.promotion Dernière de la Grande Guerre)[201][modifier | modifier le code]

  • Joseph Magnan (1896-1976), général d'armée (Infanterie coloniale), grand-croix de la Légion d’honneur
  • Guy Salisbury-Jones (en) (1896-1985), grand-croix de l’ordre de Victoria, commandeur de l’ordre de Saint-Michel et Saint-Georges, commandeur de l’ordre du British Empire, Military cross britannique
  • Aksel Airo (en) (1898-1985), lieutenant-général de l'armée finlandaise

1919-1921 (106.Promotion de la Garde au Rhin)[202][modifier | modifier le code]

1920-1922 (107.Promotion de la Devise du Drapeau)[203][modifier | modifier le code]

Augustin Malar, promo Devise du Drapeau
  • Pierre-Elie Jacquot (1902-1984), général d'armée (Infanterie), grand-croix de la Légion d’honneur
  • Augustín Malár (en) (1894-1945), général slovaque de l'armée tchèchoslovaque ;
  • Henri Bourgeois (1900-1948), officier de la Légion d’honneur, compagnon de la Libération, mort pour la France
  • Hubert de Lagarde (1898-1945), officier de la Légion d’honneur, colonel de réserve dès 1930; journalisme et écrivain; mobilisé en 1939-40: fonde dès 1942 le réseau Éleuthère; arrêté et déporté, mort pour la France en 1945.
  • André Brouillard (1900-1985), commandeur de la Légion d’honneur, adjoint de Hubert de Lagarde; sous le pseudo de Pierre Nord auteur prolifique.
  • Émile Hamilius (1897-1971), officier et homme politique luxembourgeois

1921-1923 (108.promotion du Souvenir[204])[205][modifier | modifier le code]

lt-colonel Luizet, promo Souvenir

1922-1924 (109.promotion de Metz et Strasbourg[206])[207][modifier | modifier le code]

1923-1925 (110.promotion du Chevalier Bayard[208])[209][modifier | modifier le code]

Otto Wagner, promo chev. Bayard

1924-1926 (111.promotion du Rif[210])[211][modifier | modifier le code]

1925-1927 (112.promotion du Maroc et Syrie[212])[213][modifier | modifier le code]

1926-1928 (113.promotion du sous-lieutenant Pol Lapeyre[214])[215][modifier | modifier le code]

Le général Billotte, promo Pol Lapeyre

1927-1929 (114.promotion du maréchal Gallieni)[216][modifier | modifier le code]

1928-1930 (115.promotion du maréchal Foch)[217][modifier | modifier le code]

1929-1931 (116.promotion Mangin)[218][modifier | modifier le code]

1930-1939[modifier | modifier le code]

1930-1932 (117.promotion Joffre)[219][modifier | modifier le code]

General de Sauveboeuf, promo Joffre

1931-1933 (118.promotion du Tafilalet[220])[221][modifier | modifier le code]

1932-1934 (119.promotion de Bournazel[222])[223][modifier | modifier le code]

1933-1935 (120.promotion du Roi Albert Ier)[224][modifier | modifier le code]

1934-1936 (121.promotion du Roi Alexandre Ier)[modifier | modifier le code]

Jean Bulle, mort pour la France, promo Alexandre I

1935-1937 (122.promotion du maréchal Lyautey)[modifier | modifier le code]

1936-1938 (123.promotion du Soldat inconnu)[modifier | modifier le code]

1937-1939 (124.promotion Marne et Verdun)[modifier | modifier le code]

Jean Mahé, promotion Marne/Verdun

(dernière promotion à faire toute sa scolarité à Saint-Cyr-l'École)

1938-1939 (125.promotion de la Plus Grande France)[modifier | modifier le code]

1939-1940 (126.promotion de l'Amitié franco-britannique)[modifier | modifier le code]

1940-1949[modifier | modifier le code]

Général O'Mahony, promotion de Foucauld

1940-1942 (127.promotion maréchal Pétain)[modifier | modifier le code]

1941-1943 (128.promotion Charles de Foucauld)[modifier | modifier le code]

1942 (129.Promotion des Croix de Provence)[modifier | modifier le code]

1943 (130.Promotion Veille au Drapeau)[modifier | modifier le code]

Général de Foïard, promo Veille au Drapeau
  • Paul Arnaud de Foïard (1921-2005), général de corps d'armée, Grand officier de la Légion d'honneur
  • Jean Delaunay (1923-), général chef de l'état-major de l'armée de Terre française; démissionnaire en 1983

1944 (131.Promotion Rome et Strasbourg)[modifier | modifier le code]

1945-1947 (132.promotion du Nouveau Bahut)[modifier | modifier le code]

Jean Meunier

1946-1948 (133. promotion Général Leclerc)[modifier | modifier le code]

Sur les 530 officiers sortis en 1948, 72 sont morts pour la France en Indochine et en Algérie.

1947-1949 (134.promotion Rhin et Danube)[modifier | modifier le code]

1948-1950 (135.promotion général Frère)[modifier | modifier le code]

1949-1951 (136.promotion Garigliano)[modifier | modifier le code]

Promotion n°136[225],[226] ; 12e série[227]

Élèves officiers admis au concours d'entrée de l'ESM : 278[227]

Effectif total : 508 (497 français, 11 étrangers)[225], ou 509 (497 français, 12 étrangers)[226], ou 519 (dont 1 étranger)[227] (278 « cyrards » + 241 « corps de troupe »)[227]

Officiers nommés (lors du Triomphe) :

Parrain de promotion : Alphonse Juin, maréchal de France[225] (lié à la victoire de ses troupes, du Corps expéditionnaire français (CEF) sur les rives de la rivière italienne « Garigliano », à la suite de l'offensive du 11 mai 1944)

Morts pour la France : 61[225],[226], ou 62[227],[228],[229].

1950-1959[modifier | modifier le code]

Général Bennani, promotion Mohammed V
Le président Ben Ali, promotion Bourguiba

1950-1952 (137.promotion Extrême-Orient)[modifier | modifier le code]

1951-1953 (138.Promotion Maréchal de Lattre)[modifier | modifier le code]

1952-1954 (139.Promotion de l'Union française)[modifier | modifier le code]

1953-1955 (140.Promotion Ceux de Dien-Bien-Phu)[modifier | modifier le code]

1954-1956 (141.Promotion Lieutenant colonel Amilakvari)[modifier | modifier le code]

1955-1957 (142.promotion Franchet d'Espèrey)[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marie de Bazelaire de Lesseux (1934-2014), chef de corps du 3e régiment de chasseurs (3e RCh), (1981-1982), général de brigade
  • Roger Fulbert, chef d’escadron, ingénieur en aérospatiale, ancien directeur des opérations au CNES

1956-1957 (promotion marocaine Mohamed V)[modifier | modifier le code]

1956-1957 (promotion tunisienne, dite promotion Bourguiba)[modifier | modifier le code]

Le général Escheikh

1956-1958 (143.promotion général Laperrine)[modifier | modifier le code]

1957-1959 (144.Promotion Terre d'Afrique)[modifier | modifier le code]

1958-1960 (145.promotion Maréchal Bugeaud)[modifier | modifier le code]

1960-1969[modifier | modifier le code]

1960-1962 (147.promotion Vercors)[modifier | modifier le code]

Le général Raoul, promotion Vercors

1961-1963 (148.promotion Bir Hakeim)[modifier | modifier le code]

1962-1964 (149.promotion du Centenaire de Camerone)[modifier | modifier le code]

le général Diallo, promotion 100naire de Camerone

1963-1965 (150.promotion Serment de 14)[modifier | modifier le code]

1965-1967 (151.promotion Lieutenant-colonel Driant)[modifier | modifier le code]

Le général Bentégeat, promotion Driant

1967-1969 (153.promotion Lieutenant-colonel Brunet de Sairigné)[modifier | modifier le code]

Le général Georgelin, promo Brunet

1968-1970 (154.promotion Souvenir de Napoléon)[modifier | modifier le code]

1970-1979[modifier | modifier le code]

1970-1972 (157.promotion Général de Gaulle)[modifier | modifier le code]

Le général Gaye, promo de Gaulle
Le général Mokoko, promo de Gaulle

1971-1973 (158.promotion Capitaine Danjou)[modifier | modifier le code]

1972-1974 (159.promotion de Linarès)[modifier | modifier le code]

Le général Dary, promo de Linares

1973-1975 (160.promotion maréchal de Turenne)[modifier | modifier le code]

1974-1976 (161.promotion Lieutenant Darthenay)[modifier | modifier le code]

1975-1977 (162.promotion Capitaine Henri Guilleminot)[modifier | modifier le code]

Le général de Villiers, promo Guilleminot

1976-1978 (163.promotion Capitaine de Cathelineau)[modifier | modifier le code]

1977-1979 (164.promotion Maréchal Davout)[modifier | modifier le code]

Le général Clément-Bollée, promo Davout

1978-1980 (165.promotion Général Rollet)[modifier | modifier le code]

1979-1981 (166.promotion Général Lasalle)[modifier | modifier le code]

1980-1989[modifier | modifier le code]

1981-1983 (168.promotion de la Grande Armée)[modifier | modifier le code]

le général Favier, promo Gde Armée

1982-1985 (169.promotion Général de Monsabert)[modifier | modifier le code]

1984-1987 (171.promotion Général Monclar)[modifier | modifier le code]

1986-1989 (173.promotion Général Callies)[modifier | modifier le code]

Le colonel Bonneau, promo Callies

1990-1999[modifier | modifier le code]

1992-1995 (179.promotion Capitaine Stéphane)[modifier | modifier le code]

général Coulibaly, promo Capt. Stéphane

1993-1996 (180.promotion Maréchal Lannes)[modifier | modifier le code]

1995-1998 (182.promotion colonel Cazeilles)[modifier | modifier le code]

Après 2000[modifier | modifier le code]

la députée Laëticia Saint-Paul, promo de Galbert

2000-2009[modifier | modifier le code]

2002-2005 (189.promotion général de Galbert)[modifier | modifier le code]

Promotion inconnue[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « gw4.geneanet.org », Général Eugène d'Astorg (consulté le 11 juillet 2011)
  2. voir : Promotion 1814
  3. voir : Promotion 2015
  4. voir : Historique de la 1ère promotion (1818-20)
  5. voir : Historique de la 2e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  6. [PDF]« Historique de la 2e promotion de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr (1819-1821) », La Saint-Cyrienne, sur www.saint-cyr.org, Association des anciens élèves de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr - La Saint-Cyrienne (consulté le 18 août 2011).
  7. voir : Historique de la 3e promotion (1820-22)
  8. Dans sa notice historique, le général de brigade Jean Boÿ le dit né en 1803, et dans l'article wikipedia sur la famille de Noüe, il est dit être né en 1801, et le tréma sur le u, alors que chez Jean Boÿ il est sur le e final
  9. voir : Historique de la 4e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  10. [PDF]« Historique de la 4e promotion de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr », sur www.saint-cyr.org (consulté le 11 octobre 2011).
  11. voir : Historique de la 5e promotion (1822-24)
  12. voir : Historique de la 6e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  13. voir : Historique de la 7e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  14. voir : Historique de la 8e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  15. voir : Historique de la 9e promotion (1826-28)
  16. voir : Historique de la 10e promotion (1827-29)
  17. [PDF]« Historique de la 10e promotion (1827-29) », (sans nom de promotion), sur www.saint-cyr.org, Association des anciens élèves de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr - La Saint-Cyrienne (consulté le 18 août 2011).
  18. voir : Historique de la 11e promotion (1828-30)
  19. voir : Historique de la 12e promotion de l’Ecole royale spéciale militaire de Saint-Cyr
  20. Son souvenir s'est perpétué à travers le Prix Daru.
  21. La raison du choix du nom de la promotion est inconnue
  22. voir : Historique de la 13e promotion de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr
  23. voir : Historique de la 14e promotion (1831-33)
  24. voir : Historique de la 15e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  25. dossier de la Légion d'honneur LH/2072/8.
  26. voir : Historique de la 16e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  27. voir : Historique de la 17e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  28. Première promotion de l'ESM à qui il fut donné un nom, le choix du nom de la 18e promotion correspond au passage de la comète de Halley, qui frôle la Terre tous les soixante-seize ans.
  29. voir : Historique de la 18e promotion (1835-37), promotion de la Comète
  30. En 1836, le sultan Méhémet Ali fait don à la France de l'obélisque de la place de la Concorde à Paris.
  31. [PDF]« Historique de la 19e promotion (1836-38) », promotion de l'Obélisque, sur www.saint-cyr.org, Association des anciens élèves de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr - La Saint-Cyrienne (consulté le 18 août 2011).
  32. En octobre 1837, prise de Constantine (Algérie) par le lieutenant-général comte Charles-Marie Denys de Damrémont, ancien élève de l'Ecole spéciale impériale militaire de Fontainebleau, Mort pour la France au cours du Siège de Constantine (1837).
  33. voir : Historique de la 20e promotion (1837-39), promotion de Constantine
  34. l'an 1840 est celle de la sortie de cette promotion
  35. voir : Historique de la 21e promotion (1838-40)
  36. Début février 1840, 123 soldats de la 10e compagnie du 1er bataillon d'infanterie légère d’Afrique tiennent en échec 12 000 arabes en Algérie lors du Siège de Mazagran (1840) avant d'être dégagés après 5 jours par la garnison de Mostaganem.
  37. [PDF]« Historique de la 22e promotion de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr (1839-1841) », promotion de Mazagran, sur www.saint-cyr.org, Association des anciens élèves de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr - La Saint-Cyrienne (consulté le 18 août 2011).
  38. Retour des cendres en 1840 de l'empereur Napoléon Ier
  39. voir : Historique de la 23e promotionde l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  40. La promotion de la Nécessité et la suivante (promotion d’Orient) répondent à un besoin urgent de cadres de l'Armée
  41. voir: Historique de la 24e promotionde l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  42. Compte tenu des évènements d'Orient, 80 000 hommes devaient arriver sousles drapeaux en 1843
  43. voir : Historique de la 25e promotionde l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  44. Un tremblement de terre détruit Pointe-à-Pitre, capitale de la Guadeloupe en 1843.
  45. voir : Historique de la 26e promotionde l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  46. Victoire du maréchal Thomas Robert Bugeaud, duc d’Isly, sur les troupes du sultan du Maroc, le 14 août 1844, lors de la bataille d'Isly (Algérie).
  47. voir : Historique de la 27e promotionde l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  48. Les restes des soldats du 8e bataillon de chasseurs à pied tués lors de la bataille de Sidi-Brahim (septembre 1845) furent rassemblés à Djemmaa Ghazaouet dans le Tombeau des Braves.
  49. voir : Historique de la 28e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  50. Cette promotion a failli s'appeler promotion de Pologne, du fait du soulèvement de Cracovie en 1846. La référence à Ibrahim Pacha est retenue de par sa venue à Saint-Cyr, le 22 mai 1846: il avait vaincu les Turcs en Palestine et en Syrie (1831-1832).
  51. voir : Historique de la 29e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  52. début de la première guerre d'indépendance italienne sous la conduite de Charles-Albert de Sardaigne, prince de Piémont
  53. voir : Historique de la 30e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  54. Proclamation de la Deuxième République (France) le 22 février 1848.
  55. voir : Historique de la 31e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  56. soulèvement de la Hongrie en mars 1848.
  57. voir : Historique de la 32e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  58. Siège de Zaatcha et prise de l'oasis par le général Herbillon en 1849.
  59. voir : Historique de la 33e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  60. Le général futur maréchal de France Armand Jacques Leroy de Saint-Arnaud, conduisit des opérations de pacification en petite Kabylie
  61. voir : Historique de la 34e promotion de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr
  62. le Prince-président remet le nouveau drapeau de l'Ecole sommé de l'ancienne Aigle impériale napoléonienne qui remplace le coq de la Monarchie de Juillet.
  63. voir : Historique de la 35e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  64. le Prince-président, Louis-Napoléon, empereur des Français rétablit l'Empire, le 2 décembre 1852, sous le nom de Napoléon III.
  65. voir : Historique de la 36e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  66. La crise de Turquie (1854) est le prélude à la Guerre de Crimée
  67. voir : Historique de la 37e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  68. La Guerre de Crimée se déroule de 1853 à 1856.
  69. a et b voir : Historique de la 38e-39e promotion de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr
  70. Le Siège de Sébastopol (1854-1855)
  71. Le Prince Impérial désigne le nouveau-né Louis-Napoléon Bonaparte (1856-1879).
  72. [PDF]« Historique de la 40e promotion de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr », (1855-1857) - promotion du Prince Impérial, sur www.saint-cyr.org (consulté le 27 décembre 2011).
  73. En 1857, le maréchal Randon, gouverneur-général de l'Algérie, conduisit des opérations dans le Djurdjura pour soumettre la Kabylie
  74. voir : Historique de la 41e promotion de l’École impériale spéciale militaire de Saint-Cyr
  75. Indoustan : en 1857, les Cipayes, soldats de la compagnie des Indes, se révoltaient.
  76. voir : Historique de la 42e promotion de l’École impériale spéciale militaire de Saint-Cyr
  77. le 24 juin 1859, les forces franco-piémontaises battirent les troupes autrichiennes à Solferino
  78. voir : Historique de la 43e promotion de l’École impériale spéciale militaire de Saint-Cyr
  79. Nice et Savoie sont des territoires cédés à la France par le roi Victor-Emmanuel de Sardaigne, en remerciement de l'aide de Napoléon III dans sa guerre contre l'Autriche.
  80. voir : Historique de la 44e promotion de l'École impériale spéciale militaire de Saint-Cyr
  81. En 1860, sous les ordres du général Cousin-Montauban, futur comte de Palikao, les Français s'emparent de Pékin
  82. voir : Historique de la 45e promotion de l’École impériale spéciale militaire de Saint-Cyr
  83. En 1862, Napoléon III décide d'intervenir au Mexique, afin d’y établir comme empereur Maximilien de Habsbourg
  84. voir : Historique de la 46e promotion de l’École impériale spéciale militaire de Saint-Cyr
  85. Le général Forey prend la ville de Puebla (Mexique), le 17 mai 1863, après deux mois de durs combats
  86. voir : de la 47e promotion de l’École impériale spéciale militaire de Saint-Cyr
  87. En 1864, la Prusse et l'Autriche entrent en guerre contre le Danemark à propos des duchés de Schleswig-Holstein et Lauenbourg
  88. voir : https://www.saint-cyr.org/medias/editor/files/1863-1865-48e-promotion-du-danemark.pdf Historique de la 48e promotion de l’École impériale spéciale militaire de Saint-Cyr]
  89. Le 9 février 1865, reddition de la ville d'Oajaca (Mexique), assiégée par le général Bazaine, futur maréchal de France
  90. voir : Historique de la 49e promotion de l’Ecole impériale spéciale militaire de Saint-Cyr
  91. Bismarck concède l'annexion de la Vénétie à son allié italien Cavour, après la défaite des Autrichiens en 1866
  92. [PDF]« Historique de la 50e promotion de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr (1865-1867) », promotion de Vénétie - La Saint-Cyrienne, sur www.saint-cyr.org, Association des anciens élèves de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr - La Saint-Cyrienne (consulté le 18 août 2011).
  93. Le sultan Abdülaziz visite l'exposition universelle de 1867, à Paris
  94. [PDF]« Historique de la 51e promotion de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr (1867-1868) », promotion du Sultan - La Saint-Cyrienne, sur www.saint-cyr.org, Association des anciens élèves de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr - La Saint-Cyrienne (consulté le 18 août 2011).
  95. Commémore la victoire de l'armée franco-pontificale sur les troupes de Garibaldi, le 3 novembre 1867, à Mentana
  96. voir : Historique de la 52e promotion de l’École impériale spéciale militaire de Saint-Cyr
  97. Inauguration du canal de Suez par l'impératrice Eugénie, le 17 novembre 1869
  98. voir : Historique de la 53e promotion de l'École impériale spéciale militaire de Saint-Cyr
  99. D'abord appelée promotion du Rhin, vu la défaite subite contre les prussiens, les élèves rebaptisent leur promotion d'après le 14 août 1870, qui est la date du décret de l'Impératrice régente qui les avait promus sous-lieutenants
  100. voir : Historique de la 54e promotion de l’École impériale spéciale militaire de Saint-Cyr
  101. À l'occasion d'un repas avec les élèves officiers, le ministre de la Guerre, le général Ernest Courtot de Cissey termina par un toast applaudi à la promotion de la revanche ! ce qui établit par la même le nom de la promotion
  102. voir : Historique de la 55e promotion de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr
  103. Suite à la guerre franco-prussienne de 1870-71, la France perd les provinces d'Alsace et de Lorraine
  104. voir : Historique de la 56e promotion de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr
  105. Le Shah de Perse, Nasseredin Shah, réintègre à partir de 1860 la sphère d'influence française et à plusieurs reprises il vient visiter Paris
  106. voir : Historique de la 57e promotion de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr
  107. l'archiduc Albert d'Autriche visite l'École en 1870; il est très populaire en France grâce à sa victoire sur les Italiens à la bataille de Custoza (1866) et commande ensuite l'armée autrichienne face aux Prussiens
  108. Historique de la 58e promotion de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr (1873-75), promotion de l’Archiduc Albert.
  109. « Paul Émile Diou », base Léonore, ministère français de la Culture
  110. Ce nom de baptême tient à l'importante croissance des effectifs des promotions de l'École spéciale militaire
  111. voir : Historique de la 59e, Saint-Cyr
  112. L'augmentation du nombre d’élèves officiers oblige la construction d'une aile supplémentaire de l'École et modifie l'aspect de la cour Wagram.
  113. voir : Saint-Cyr-promo Plewna
  114. En 1877, au cours de la guerre russo-turque des Balkans, la place de Plewna, assiégée par le général russe Édouard Totleben, organisateur des fortifications de Sébastopol, est remarquablement défendue par le maréchal turc Osman Pacha, qui retient l'avance russe plusieurs mois avant de capituler.
  115. voir : Saint-Cyr-promo Plewna
  116. Roques a dû parfaire sa formation avec la promotion suivante, mais figure bien au tableau de la Plewna
  117. Le nom fait référence à la province de Novi Pazar en Bosnie-Herzégovine où la guerre des Balkans fait alors rage
  118. [PDF]« Historique de la 62e promotion de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr (1839-1841) », promotion de Novi Bazar - La Saint-Cyrienne, sur www.saint-cyr.org, Association des anciens élèves de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr - La Saint-Cyrienne (consulté le 18 août 2011).
  119. « Jules Augustin Williams Léon Battesti », base Léonore, ministère français de la Culture.
  120. « Paul Constant Caudrelier », base Léonore, ministère français de la Culture.
  121. « Cote 19800035/235/31140 », base Léonore, ministère français de la Culture.
  122. Nom choisi en l'honneur de la mort à Ulundi (Zoulouland) en 1879 du Prince Impérial Louis-Napoléon Bonaparte (1856-1879), officier de l'armée britannique
  123. voir : Historique de la 63e promotion de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr
  124. Ce nom est attribué en souvenir de la cérémonie du 14 juillet 1880 à Longchamp, où le président de la République Jules Grévy remit à l’École spéciale militaire son nouveau drapeau où l’ancienne devise napoléonienne « Ils s’instruisent pour vaincre » est remplacée par « Honneur et Patrie ».
  125. voir : Historique de la 64e promotion de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr
  126. Suite aux exactions commises par la tribu des Kroumirs en territoire algérien, l'armée française intervient et contraint le bey de signer le traité du Bardo (1881). C’est à la suite de ces événements que la 65e promotion prend le nom de promotion des Kroumirs.
  127. voir : Historique de la 65e promotion de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr.
  128. La France hésite à s’engager fermement sur l’Egypte et le canal de Suez ; la Grande-Bretagne en profite pour installer sa domination.
  129. voir : Historique de la 66e promotion de l'Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  130. ce nom marque l'intervention française contre les Pavillons noirs, soldats irréguliers de l'ancienne armée chinoise
  131. voir: Historique de la 67e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  132. En 1883, à la suite de sévices infligés à des ressortissants français, le port de Tamatave au Madagascar est bombardé puis occupé par les troupes françaises
  133. voir : Historique de la 68e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  134. Ce nom évoque la destruction de la flotte chinoise et de l'arsenal de Fou-Tchéou, par l'amiral Courbet, durant la guerre du Tonkin
  135. voir : Historique de la 69e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  136. la Chine, vaincue, signe le deuxième traité de Tien-Tsin, par lequel elle reconnaît le protectorat français de l’Annam et du Tonkin alors que la lutte continue contre les bandes insurgées
  137. voir : Historique de la 70e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  138. En 1887, cette promotion est la première de Saint-Cyr qui va exécuter les écoles à feux à Châlons-en-Champagne, au lieu de Fontainebleau
  139. voir : Historique de la 71e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  140. Les Français occupent Tombouctou en 1893 dans la guerre du Soudan français
  141. voir : Historique de la 72e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  142. En juillet de la troisième année du stage, le sous-lieutenant, officier-élève, connaît à son tour le « Triomphe ». Interdit par le ministre en 1884, le Triomphe est réinstauré dès 1888 devenant la fête de fin d'année sous la forme d'une kermesse populaire et d'une soirée dansante.
  143. voir : Historique de la 73e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  144. le nom de Dahomey est choisi pour commémorer l'expédition contre le roi Behanzin de 1890.
  145. voir : Historique de la 74e promotion de l'Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  146. L'amiral Gervais visite la flotte française à Cronstadt, prélude de l'alliance franco-russe, en juillet 1891
  147. voir : Historique de la 75e promotion De l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  148. Suite à l'action pacificatrice de la France au Soudan entamée par Louis Faidherbe et poursuivie par le Joseph Galliéni
  149. voir : Historique de la 76e promotion de l'Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  150. En 1893, lors du différend franco-siamois au sujet de la rive gauche du Mékong, des canonnières françaises prennent position à l'embouchure du Ménam
  151. voir : Historique de la 77e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  152. Le nom de Jeanne d'Arc s'inscrit dans le culte de l'héroïne nationale qui se développe lors du 452e anniversaire de sa mort
  153. voir : Historique de la 78e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  154. En 1894 décède le tsar Alexandre III, promoteur de l'Alliance franco-russe
  155. voir : Historique de la 79e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  156. le 30 septembre 1895, le général Duchesne prend Tananarive
  157. voir : Historique de la 80e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  158. Initialement, le nom de Promotion d'Aumale fut refusé par l'autorité car à relent monarchiste. Elle devient alors promotion Première des Grandes Manœuvres, qui inaugure les marches vers Châlons des élèves militaires.
  159. voir : Historique de la 81e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  160. Le général Charles Bourbaki (1816-1897), issu de la 17e promotion de l'École spéciale militaire (1834-36), vainqueur des Prussiens à Villersexel en 1871
  161. voir : Historique de la 82e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  162. Marty serait un arrière-petit-fils de l'empereur Napoléon Ier, par sa mère, née Walewska
  163. L'expédition française arrive sur le Nil à Fachoda le 10 juillet 1898; on y remarque l'action du chef de bataillon Marchand.
  164. voir: Historique de la 83e promotion de l'Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  165. ce nom commémore la prise de l'oasis d'In Salah sur les Touaregs
  166. voir : Historique de la 84e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  167. Rattachement du Tchad à l'Empire colonial français, suite au combat de Kousseri (22 avril 1900).
  168. voir : Historique de la 85e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  169. Centenaire de la création de l’ordre de la Légion d’honneur, par Bonaparte
  170. voir : Historique de la 86e promotion de l’Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr
  171. Les troupes françaises sous Lyautey occupent la Zousfana et la Saoura
  172. voir : Historique de la 87e promotion (1902-04),
  173. d'après Théophile-Malo de La Tour d'Auvergne-Corret (1743-1800)
  174. voir : Historique de la 88e promotion (1903-05)
  175. 100 ans de la Bataille d'Austerlitz (1805-1905)
  176. voir : Historique de la 89e promotion (1904-06)
  177. Cette promotion est la dernière à pouvoir entrer directement du secteur civil à l'École.
  178. a et b voir : Historique de la 90e promotion (1905-07)
  179. Général Jean Boÿ, Historique de la 90e promotion (1905-07), (accessible en ligne.)
  180. Les cinq élèves officiers de la 90bis sont déjà sous les drapeaux en 1905 et n’ont donc plus à faire l'année de service en régiments prévue par le nouveau règlement
  181. centième anniversaire du transfert de l'Ecole spéciale impériale militaire de Fontainebleau à Saint-Cyr
  182. voir : Historique de la 91e promotion (1906-09)
  183. Entrée de Gouraud à Atar (Mauritanie) en 1909
  184. voir : Historique de la 93e promotion (1908-11)
  185. Les troupes françaises viennent au secours au sultan Moulay Hafid assiégé dans Fès en 1911.
  186. voir : Historique de la 94e promotion (1909-12)
  187. Commémoration de la victoire de Napoléon Ier sur les armées russes à la Moskova le 7 septembre 1812 (bataille de Borodino)
  188. voir : Historique de la 95e promotion (1910-13)
  189. Centenaire de la bataille de Montmirail du 11 février 1814; Napoléon y vainquit les armées prussiennes
  190. voir : Historique de la 97e promotion (1912-14)
  191. En 1914, l’Ecole spéciale militaire obtient la concession de la croix de la Légion d’honneur et a mis depuis l’insigne sur la cravate de drapeau
  192. voir : Historique de la 98e promotion (1913-14)
  193. le général Louis de Garnier des Garets, président de la Saint-Cyrienne, donne en janvier 1915 ce nom qui rappelle la défaite de 1870-71.
  194. voir : Historique de la 99e promotion (1914)
  195. Ce nom évoque le grand défilé des drapeaux des régiments français organisé à Paris, le 14 juillet 1917 ainsi que l'intervention des Etats-Unis dans la guerre au 6 avril 1917
  196. voir : Historique de la 100e promotion (1916-17)
  197. voir : Historique des 101e et 102e promotions (1917-18)
  198. Victoire de la France dans le conflit 1914-1918
  199. voir : Historique de la 103e promotion (1918-20)
  200. voir : Historique de la 104e promotion (1919-20),
  201. voir : Historique de la 106e promotion (1920-21),
  202. voir : Historique de la 105e promotion (1919-21)
  203. voir : Historique de la 107e promotion de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr
  204. Le 20 mai 1921, le président de la République Alexandre Millerand et le maréchal d'Espèrey procèdent à l'inauguration dans la cour Wagram du monument à la mémoire des morts de l'Ecole
  205. voir : Historique de la 108e promotion (1921-23)
  206. Hommage aux provinces de Lorraine et d’Alsace, redevenues françaises à la suite de la Grande Guerre
  207. voir : Historique de la 109e promotion (1922-24)
  208. Quatrième centenaire de la mort au combat du chevalier Bayard en 1524 à la traversée de la Sesia (Italie)
  209. voir : Historique de la 110e promotion (1923-25)
  210. Guerre du Rif (1921-1926)
  211. voir : Historique de la 111e promotion (1924-26)
  212. Au Maroc, des opérations de maintien de l'ordre ont lieu dans la couloir de Taza; en Syrie, les tribus du Djebel el-Druze sont ramenées au calme
  213. voir : Historique de la 112e promotion (1925-27)
  214. Le sous-lieutenant Pol Lapeyre, encerclé dans son poste de Beni Derkoul le fait sauter le 15 juin 1925, après 61 jours de siège, plutôt que de laisser l’ennemi s’emparer de son armement
  215. voir : Historique de la 113e promotion (1926-28)
  216. voir : Historique de la 114e promotion (1927-29)
  217. voir : AU REVOIR À LA PROMOTION 1928-1930 « FOCH »
  218. voir : La "Mangin" s'est éteinte
  219. voir : JOFFRE:la promotion vient de s'éteindre
  220. Le 15 janvier 1932, le général Giraud vient à bout de la résistance d'un petit village du Haut-Atlas : Tafilalet
  221. voir : Adieu à la Tafilalet
  222. Henri de Bournazel dit L'Homme Rouge, meurt au combat le 28 février 1933 dans les montagnes du Djebel Saghro, région berbère du sud du Maroc (Anti-Atlas)
  223. voir : Au revoir la "Bournazel"
  224. voir : La roi Albert Ier s'est éteinte
  225. a b c et d http://www.saint-cyr.org/promotion-1949-1951,1360,53.html
  226. a b et c http://sites-bruno.chez-alice.fr/ESM/promo1_effectifs.htm
  227. a b c d et e http://promotion.koenig.pagesperso-orange.fr/tradi_emia_histo.pdf
  228. http://www.promotionnarvik.fr/histo/historique/histoemia/emiahisto06.htm#12
  229. « Informations sur la 136e promotion de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr / Coëtquidan (1949-1951) », promotion Garigliano, sur www.saint-cyr.org, Association des anciens élèves de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr - La Saint-Cyrienne (consulté le 8 février 2015)
  230. Arrêté du 12 juillet 1996 portant attribution du diplôme de l'Ecole spéciale militaire de Saint-Cyr pour l'année 1996

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Élève de l'École spéciale militaire de Saint-Cyr.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]