Protectorat français au Maroc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Protectorat français au Maroc
(ar) الحماية الفرنسية في المغرب
Ḥimāyat Faransā fi-l-Maḡrib

19121956

Drapeau
Drapeau d'Empire Chérifien[1]
Blason
Blason
Description de cette image, également commentée ci-après
Carte de 1912; le protectorat français au Maroc est indiqué en vert clair et les colonies françaises en vert foncé.
Informations générales
Statut Empire chérifien sous protectorat français
Capitale Rabat
Langue(s) Berbère, arabe et français
Religion Islam, judaïsme, catholicisme
Monnaie Franc marocain et Rial marocain
Histoire et événements
Traité de Fès
1934 Achèvement de la « pacification »
Présentation du Manifeste de l'indépendance
Discours du Trône du sultan Sidi Mohammed ben Youssef (futur roi Mohammed V) annonçant l'arrivée de l'indépendance[N 1]
Abrogation du protectorat entre le Maroc et la France

Entités précédentes :

Entités suivantes :

Le Protectorat français au Maroc[N 2] (en arabe : حماية فرنسا في المغرب, Ḥimāyat Faransā fi-l-Maḡrib) est le protectorat qui est exercé par la France dans l'Empire chérifien (Maroc actuel). Il faisait partie de l'Afrique française du Nord (AFN), avec l'Algérie française (1830-1962) et le Protectorat français de Tunisie (1881-1956), et plus largement de l'Empire colonial français.

Il est mis en place par le traité de Fès conclu à Fès, le , entre le sultan du Maroc Moulay Abdelhafid et la Troisième République française représentée par le diplomate Eugène Regnault[2]. La fin de ce protectorat, dont l'arrivée fut annoncée au Maroc par le sultan Sidi Mohammed ben Youssef — futur roi Mohammed V — lors de son discours du Trône du [3] (date retenue pour la Fête nationale de l'indépendance), fut actée avec la Quatrième République le [3].

Parallèlement, fut instauré un protectorat espagnol au Maroc, sur la base d'une convention signée le entre la France et l'Espagne à Madrid, et le retour à la souveraineté du Maroc fut officiellement reconnu par l'Espagne près d'un mois après la France, le .

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant le protectorat (1844-1912)[modifier | modifier le code]

À partir de 1844, plusieurs épisodes se succèdent impliquant le Maroc, la France et les puissances européennes. Ils se soldent par la tenue de la conférence d'Algésiras en 1906 qui place le Maroc sous observation internationale, qui a eu lieu à la suite de la première crise marocaine qui a commencé en 1905. La conférence a commencé le 16 janvier en 1906 et toutes les grandes puissances européennes y étaient représentées. Cette conférence avait pour seul but de décider ce qui devait être fait en ce qui concerne le Maroc, l'un des rares pays africains n'ayant pas été pris en charge par une puissance européenne[4].

Conflit franco-marocain de 1844[modifier | modifier le code]

Les premières tensions entre la France et le Maroc remontent à 1840, à la suite du soutien que les Marocains accordaient à Abd el-Kader dans sa lutte contre l'avancée française en Algérie. Ces tensions sont au sommet en 1843, quand les forces françaises poursuivent une colonne de combattants d'Abd el-Kader à l'intérieur du territoire marocain. La construction d'un fort français à Maghnia, une localité considérée par les Marocains comme faisant partie de leur territoire, attise les tensions et une première escarmouche a lieu en mai 1844, quand le fort est attaqué par des guerriers tribaux qui sont finalement repoussés.

Face aux tensions, le gouverneur-général Thomas Robert Bugeaud insiste face aux Marocains sur la nécessité de la démarcation de la frontière entre le Maroc et les possessions françaises d'Algérie et de l'arrêt de leur soutien à Abd el-Kader. Les Marocains ne donnant suite aux requêtes françaises, le gouvernement du roi Louis-Philippe décide de procéder à une démonstration de force en envoyant une flotte de guerre, commandée par le prince de Joinville, bombarder Tanger le , avant de mettre le cap sur Mogador.

La flotte du prince de Joinville arrive en vue de Mogador le 10 août mais ne peut reprendre les opérations que cinq jours plus tard en raison d'une forte tempête. Le 15 août au matin, les défenses de la ville et de l'île de Mogador sont neutralisées et la cité est occupée. Entretemps sur terre, les Marocains subissent une défaite cinglante à Isly.

À la suite de la défaite marocaine, le traité de Tanger est signé un mois plus tard, le . Le Maroc reconnaît la présence française en Algérie et cesse tout soutien officiel à Abd el-Kader — déclaré hors-la-loi au Maroc et en Algérie — et entérine le tracé de sa frontière avec l'Algérie. Mogador est évacuée le 16 septembre et les frontières entre le Maroc et les possessions françaises d'Algérie sont définitivement fixées par le traité de Lalla Maghnia, signé entre les représentants des deux parties le .

Conférence de Madrid (1880)[modifier | modifier le code]

Conférence demandée par le sultan Hassan Ier afin de redonner un point de vue sur les pays qui ont des particularités dans le Maroc mais qui a fini par donner encore plus de caractéristiques pour la France et l'Espagne.

Conquête des confins algéro-marocains (1890-1901)[modifier | modifier le code]

Entente cordiale (1904)[modifier | modifier le code]

Crise de Tanger (1905-1906)[modifier | modifier le code]

Conférence d'Algésiras (1906)[modifier | modifier le code]

Pacte de Carthagène (1907)[modifier | modifier le code]

Le , l'Espagne s'aligne à l'Entente cordiale par le biais du pacte de Carthagène (es). L'Espagne rejoint ainsi le camp anglo-français contre les ambitions allemandes au Maroc, tandis que les trois pays reconnaissent leurs intérêts respectifs et leurs sphères d'influence[5].

Campagne du Maroc (1907-1911)[modifier | modifier le code]

Coup d'Agadir (1911)[modifier | modifier le code]

Période du protectorat (1912-1956)[modifier | modifier le code]

Traité de Fès (1912)[modifier | modifier le code]

Le mouvement de protestation qui éclate à Fès suite à l'établissement du protectorat est écrasé dans le sang par l'armée française[6].

Traité franco-espagnol (27 novembre 1912)[modifier | modifier le code]

Pacification du Maroc (1912-1934)[modifier | modifier le code]

Photo d'un homme en complet gris à rayures, portant un chapeau mou et des gants, et échangeant avec un général de brigade
Paul Deschanel, président de la Chambre des députés et spécialiste des questions coloniales, conversant avec le résident général au Maroc, Hubert Lyautey (Casablanca, 1914).

Après les révoltes urbaines, c'est au tour des tribus rurales de lutter contre l'armée française. L'insurrection du Rif conduite par Abdelkrim el-Khattabi proclame la république. L'historien Pierre Vermeren souligne qu'il faut « vingt-deux ans de guerre pour soumettre l'ensemble des tribus berbères à l'autorité du sultan désormais défendue par le protectorat[6]. »

Protocole de Tanger (1923)[modifier | modifier le code]

Le Protocole de Tanger est un traité signé par la France, l'Espagne, et le Royaume-Uni (auxquels s'ajouteront par la suite l'Italie, le Portugal, la Belgique, les Pays-Bas, et la Suède) par lequel la ville de Tanger et ses proches alentours au Maroc devinrent la zone internationale de Tanger.

Promulgation du Dahir berbère (1930)[modifier | modifier le code]

En mai 1930, la France impose au sultan Mohammed Ben Youssef le « dahir berbère ». Celui-ci précise que les tribus berbères doivent dorénavant se soumettre au droit pénal émit par les juridictions françaises, ce qui est vécu par une large partie de la population comme une tentative de la France de briser la nation marocaine.

Naissance du Mouvement national marocain (1930)[modifier | modifier le code]

Manifeste de l'indépendance (1944)[modifier | modifier le code]

L'armée de libération nationale et guerre d'indépendance[modifier | modifier le code]

L’Armée de libération nationale (Maroc) fondée d’après une idée d'Abdelkrim el-Khattabi (Comité de Libération du Maghreb) est issue au départ de l'Istiqlal et chapeautée politiquement par le comité de Tétouan. Elle viendra se greffer sur un début de révolte de la tribu Igzenayen consécutif à la non signature par ses chefs (sur ordre de Mohand ben Messaoud Ababou) des pétitions lancées par les Caïds de l’atlas, visant à déposer le sultan Mohammed Ben Youssef (futur M5 ) au profit de Mohammed ben Arafa, imposé par la France et le Glaoui[7],[8],[9],[10]. À partir de 1953 et la nomination du capitaine Taddi à Boured, la tribu connaitra une période d'extrême tension entre ses chefs et les autorités françaises[11].

Profitant de la proximité de la zone espagnole et de la protection de Cheikh Messaoud, L’ALN sera en mesure de s’entrainer en plein territoire des Asht Assem des Igzenayen de 1954 à son premier coup d’éclat, l’attaque simultanée de trois bureaux indigènes (Boured, Tizi ouasli , Imouzzer Marmoucha ) dont la principale à Boured le 2 octobre 1955. Ce fut le commencement de la guerre d'indépendance aussi appelé "La deuxième guerre du Rif"[12],[13]. Les combats, d’une rare intensité et mobilisant 15 000 soldats français dureront jusqu’au mois de Mars 1956, principalement sur le territoire des Igzenayen (le front rifain étant le seul à se développer), et au retour du Roi puis à la proclamation de l’indépendance à travers les accords d'Aix-les-Bains en 1955[7],[8],[9].

L’ALN a été fondée politiquement par des gens de tout le Maroc (Abbas, Khatib etc), le Chef des opérations était Hassan Zkriti (Igzenayen), le Chef Militaire Mohamed Ghabouchi ( Igzennayen) et le coordinateur front nord (principalement depuis Nador) était Abbas Mesaaâdi cependant l’immense majorité de ses troupes combattantes et de ses commandants (Mohamed Ghabbouchi, Hassan Zkriti, Massoud Akjoud, Akoudad etc ) étaient issus de Igzennayen, Ait Ammart et dans une moindre mesure Ait Ouriaghel[7],[8],[9]À son plus fort elle est composée de prêt de 5 000 hommes.[9].

Le 29 mars 1956, à la suite de l'appel au calme du sultan Sidi Mohammed ben Youssef après l’annonce de l'indépendance du Maroc, le haut commandement de l'ALN en accord avec le Mouvement de la Résistance annonce dans un tract la cessation provisoire des opérations militaires notamment dans le Rif, tout gardant ses positions jusqu'à ce que la souveraineté marocaine soit entièrement libérée sans condition ni réserve[14]. Le 31 mars, le sultan reçoit trente chefs de l'ALN, venant des secteurs du Rif, du Maroc oriental, de l'Atlas et des confins algéro-marocains, confirmant leur allégeance et obéissance à la monarchie et l'ALN est intégrée officiellement au Far le 14 mai 1958[14], elle est alors composée des effectifs de l'ALN et l'ALN sud (ALNS).

Révolution du Roi et du Peuple (1953-1955)[modifier | modifier le code]

La tension est très forte dès la fin de l'année 1952, qui voit se dérouler les Émeutes des 7 et 8 décembre 1952 à Casablanca, causant de cent à trois cents morts selon les historiens[15],[16]. Les libéraux du Maroc, rassemblés autour du quotidien Maroc-Presse d'Antoine Mazzella et Jacques Lemaigre Dubreuil dénoncent alors la répression qui suit, notamment lors de l'exil forcé du sultan du Maroc.

Le début de la révolution algérienne contraint la France à rechercher un compromis avec les nationalistes marocains pour éviter un embrasement régional. Lors de la conférence d'Aix-les-Bains en aout 1955, les représentants marocains négocient le retour du roi, alors exilé par la France à Madagascar, et la prochaine indépendance du pays. Dans la même période est annoncée la création d'une Armée de la libération du Maghreb (ALM), regroupant des combattants marocains et algériens, avec pour objectif « la réalisation totale de l'indépendance pour les pays du Maghreb arabe ». Cette annonce accentue les craintes de Paris contraint à accélérer le processus d'indépendance du Maroc afin de sauvegarder sa propre autorité en Algérie[6].

Déclaration de La Celle-Saint-Cloud (6 novembre 1955)[modifier | modifier le code]

Une entrevue à La Celle Saint-Cloud le entre le sultan Mohammed ben Youssef, parvenu en France le 31 octobre, et Antoine Pinay donne lieu à un communiqué concernant la formation d'un nouvel État marocain chargé de conduire des négociations destinées à « faire accéder le Maroc au statut d'État indépendant uni à la France par les liens permanents d'une interdépendance librement consentie et définie ». Le processus de transition vers l'indépendance officielle du Maroc est ainsi mis en place. Les accords signés mettent fin à l'exil de Ben Youssef et déclarent son retour au pouvoir (il avait été remplacé sur le trône par son oncle, Mohammed Ben Arafa)[17],[18].

Abrogation du protectorat (2 mars 1956)[modifier | modifier le code]

Institutions[modifier | modifier le code]

Régime politique[modifier | modifier le code]

Selon The American Journal of International Law, « le traité ne remet pas en cause l'existence indépendante du Maroc, au sens où il n'est pas annexé en tant que province ou que département. Son existence territoriale doit être maintenue, la souveraineté du sultan doit être protégée et ses droits reconnus, mais d'un point de vue international, le Maroc perd son indépendance et son égalité avec d'autres nations »[19]. Selon la Cour internationale de justice, il s'agit d'un « accord de nature contractuelle » entre les deux pays, qui ne remet pas en question la souveraineté du Maroc[20].

Dans les faits, le pouvoir exécutif est incarné par le résident général, représentant de la France, qui dispose d'une assez large liberté de manœuvre. Le sultan et le Makhzen sont maintenus comme éléments symboliques de l'Empire chérifien, l'autorité réelle étant exercée par le résident et ses fonctionnaires et officiers (contrôleurs civils et militaires). À la suite du départ de Lyautey en 1925, la résidence devient néanmoins sensible aux pressions exercées par les puissants groupes d'influence coloniaux, représentés par les patrons de la grande industrie et par les Chambres françaises d'agriculture du Maroc.

Représentation française[modifier | modifier le code]

Gouvernement chérifien[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Composition de la population taza[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Hubert Lyautey et ses collaborateurs, pour des raisons politiques et dans un souci d'efficacité, ont créé un système d'enseignement à deux niveaux, l'un destiné aux « fils de notables », l'autre pour la majorité de la population maintenant l'instruction religieuse préexistante. Vers 1920, le nombre d'enfants fréquentant les écoles coraniques est estimé à 100 000 parmi les 800 000 enfants en âge scolaire. Parmi ceux-ci environ 10 000 apprenaient à lire et à écrire[21]. Devant la concurrence de l'enseignement français, des Marocains cultivés ont imposé des programmes rénovés incluant des matières non religieuses et un meilleur apprentissage de l'arabe[21],[22].

Lyautey voulut former une élite sur laquelle le gouvernement français puisse par la suite s'appuyer pour gouverner. Dans ce but, au niveau élémentaire existait des « écoles de fils de notables » et au niveau secondaire des collèges franco-musulmans qui furent fondés dès 1915 un à Fès, l'autre à Rabat. Désireux de préserver la culture autochtone, il prescrivit d'enseigner en arabe un certain nombre de matières : grammaire, littérature. La théologie est enseignée car l'enseignement religieux garde une place importante. Les autres disciplines, notamment scientifiques, sont enseignées en français[21].

Rapidement, le public des écoles françaises se transforme, les familles de condition moyenne ou pauvre voyant dans l'enseignement un moyen pour s'élever dans la société. A partir de 1930, une section nouvelle prépare au baccalauréat. Le latin, sésame des études supérieures, est enseigné. Peu après, des dérogations autorisent les Marocains à s'inscrire dans les lycées français[21].

Les autorités mettent également en place un enseignement franco-berbère qui a notamment pour but de protéger les Berbères de l'influence arabe. En 1928, il y six écoles franco-berbères. Néanmoins, le collège d'Azrou s'attire la colère des nationalistes marocains qui redoutent la dissidence des populations berbères et qui réclament un enseignement unique pour tous les Marocains[21].

L'éducation est ainsi essentiellement réservée aux enfants des notables et seule une très petite minorité d'enfants issus des milieux populaires y accèdent. Dans les années 1930, le Maroc ne compte qu'une vingtaine de bacheliers par an[6].

La scolarisation des Juifs marocains est laissée presque entièrement aux soins de l'Alliance israélite universelle qui l'avait entreprise dès 1864: Quelques écoles primaires frahco-isràélites sont néanmoins créées pour compenser les lacunes de cet enseignement.

Économie[modifier | modifier le code]

Données économiques générales[modifier | modifier le code]

Politique monétaire[modifier | modifier le code]

Politique fiscale[modifier | modifier le code]

Transports et communications[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le 18 novembre est devenu au Maroc, de manière officielle, l’anniversaire de l’indépendance.
  2. Il était officiellement nommé Protectorat français dans l'Empire chérifien dans le traité de Fès, publié quelques mois après dans le premier bulletin officiel du pays, qui avait pour en-tête : « Empire chérifien : Protectorat de la République française au Maroc »

Références[modifier | modifier le code]

  1. Moulay Youssef et Charles de Beaupoil de Saint-Aulaire, « Dahir du 9 moharrem 1334 (17 novembre 1915) portant description du nouveau drapeau de l'empire », Bulletin officiel de l'Empire chérifien : Protectorat de la République française au Maroc, Rabat, vol. 4, no 162,‎ , p. 838 (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  2. Moulay Hafid et Eugène Regnault, « TRAITÉ conclu entre la France et le Maroc le 30 mars 1912, pour l'Organisation du Protectorat Français dans l'Empire Chérifien », Bulletin officiel de l'Empire chérifien : Protectorat de la République française au Maroc, Rabat, vol. 1, no 1,‎ , p. 1-2 (lire en ligne [PDF], consulté le ).
  3. a et b André de Laubadère, « Le statut international du Maroc depuis 1955 », Annuaire français de droit international, Paris, CNRS, vol. 2,‎ , p. 126 (lire en ligne, consulté le ).
  4. (en) « La conférence d'Algésiras de 1906 ».
  5. William L. Langer, « Tribulations of Empire: The Mediterranean Problem », Foreign Affairs, New York, Council on Foreign Relations, vol. 15, no 4,‎ , p. 650 (DOI 10.2307/20028808).
  6. a b c et d Saïd Bouamama, Figures de la révolution africaine, La Découverte, , p. 238
  7. a b et c Nabil Mouline, « Qui sera l’État ? Le soulèvement du Rif reconsidéré (1958-1959) », sur /cjb.hypotheses.org, (consulté le )
  8. a b et c « Relecture de lhistoire héroïque et dramatique du Rif amazigh » (consulté le )
  9. a b c et d Yabiladi.com, « Armée de libération marocaine #6 : La situation avant le 2 octobre 1955 », sur www.yabiladi.com (consulté le )
  10. (en) « Epaulette 174 by L'EPAULETTE - Issuu », sur issuu.com (consulté le )
  11. « Reportage à Boured sur la résistance Marocaine -ريبورتاج حول المقاومة ضد الاستعمار ببورد / تازة » (consulté le )
  12. par Abderrahim Bouabid, « Vers l’Indépendance du Maroc : LES PRÉMISSES D’UN DIALOGUE DANS UN CONTEXTE TROUBLÉ (Juin – Août 1955) : Le commencement de la deuxième guerre du Rif », sur Libération (consulté le )
  13. « La nuit du 1er au 2 octobre 1955 dans le Rif, au «Triangle de la mort» », sur Le360.ma (consulté le )
  14. a et b « " L'ARMÉE DE LIBÉRATION " DU MAROC annonce la " cessation provisoire des opérations militaires " », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. "L'impossible contrôle d'une ville coloniale ?Casablanca, décembre 1952" par Jim House, dans la revue Genèses en 2012 [1]
  16. "Les balles du : Le massacre policier oublié de nationalistes algériens à Paris" par Daniel KUPFERSTEIN aux EditionsLa Découverte, 2017 [2]
  17. Bernard Droz, Histoire de la décolonisation au XXe siècle, Éditions Points, , 386 p. (ISBN 978-2-7578-1217-4), p. 194
  18. Guy Pervillé, De l'Empire français à la décolonisation, Hachette, , 255 p. (ISBN 2-01-015762-1), p. 152-153
  19. The American Journal of International Law, p. 701.
  20. (en) « Case concerning rights of national of the United States of America in Morocco », dans Giuliana Ziccardi Capaldo (préparé par), Repertory of Decisions of the International Court of Justice (1947-1992), Dordrecht, Martinus Nijhoff Publishers, , 633 p. (lire en ligne), p. 453.
  21. a b c d et e Yvonne Knibiehler, L'enseignement au Maroc pendant le protectorat (1912-1956). Les « fils de notables », Revue d’Histoire Moderne & Contemporaine, Année 1994, 41-3, pp. 489-498
  22. Pierre Vermeren, La formation des élites marocaines, miroir de la mondialisation ?, Le Télémaque, 2011/1 (n° 39), pages 53 à 66

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Francophone[modifier | modifier le code]

  • Ahmed Zouggari, « Le système d'enseignement sous le protectorat français et espagnol », dans 50 ans de développement humain au Maroc et perspectives 2025, (lire en ligne [PDF]), p. 453-469 — Contribution sur le thème « Systèmes éducatifs, savoir, technologies et innovation », apportée dans le cadre d'un projet d'étude et de réflexion évoqué par le roi Mohammed VI dans son « discours du 20 août 2003 » et ayant conduit à la rédaction d'un rapport général à l'occasion du cinquantenaire de l'Indépendance.
  • Bénédicte Florin, « Expériences urbaines et architecturales et discours afférents dans le domaine de l'habitat social au Maroc sous le Protectorat (1912-1956) », Les Cahiers d'EMAM, no 20,‎ , p. 59-70 (lire en ligne).
  • Adnan Sebti, « Affaire d'État : Comment le Maroc a perdu son indépendance », Zamane, Casablanca, nos 10-11,‎ , p. 8-14 [chapeau en ligne].
  • Daniel Rivet, Le Maroc de Lyautey à Mohammed V : le double visage du protectorat, Denoël, 1999.

Anglophone[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]