Opposition au mariage homosexuel en France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La « Manif pour tous » du 13 janvier 2013.
Vue aérienne de la « Manif pour tous » au Champ-de-Mars le 13 janvier 2013, à 15h12.
Avocats mobilisés contre le mariage homosexuel lors de la « Manif pour tous » le 13 janvier 2013.

L’opposition au mariage homosexuel en France est constituée par l'ensemble des mouvements associatifs, politiques et religieux refusant l'ouverture du mariage civil aux couples de personnes de même sexe ou l'adoption par ces mêmes couples. Cette opposition se manifeste notamment à partir du 15 août 2012, peu avant que le projet de loi dit « mariage pour tous », qui élargit le mariage et l'adoption aux couples de même sexe en France, ne soit présenté et ne devienne une loi promulguée de la République le 17 mai 2013. Au premier plan de ces mouvements, le collectif « La Manif pour tous », alors représenté par la militante catholique Frigide Barjot, organise, du 17 novembre 2012 au 26 mai 2013, des manifestations de grande ampleur contre cette mesure.

Les groupes opposés au mariage homosexuel contestent notamment la modification du Code civil, par la suppression des termes « père / mère » au profit des termes « parent 1 / parent 2 » et, s'agissant de la filiation, la remise en cause d'un « droit » pour un enfant d'avoir un père et une mère. Cependant, un tel droit n'est consacré ni en droit français, ni en droit international, et l'adoption en tant que célibataire est autorisée depuis 1966 par l'article 343-1 du Code civil[1] et ouverte aussi bien aux hétérosexuels qu'aux homosexuels. D'autre part, le texte de loi prévoit uniquement des modifications ponctuelles du terme « père et mère » par « parents », sans retirer les termes « père / mère » du reste du Code civil, et sans y introduire les termes « parent 1 / parent 2 »[2].

L'opposition porte également sur deux mesures ne figurant pas dans le texte de loi mais qui en seraient, selon la plupart des opposants, des conséquences « inéluctables » : l'ouverture aux couples de femmes de la procréation médicalement assistée (PMA) et l'ouverture aux couples homosexuels de la gestation pour autrui (GPA). La plupart des représentants institutionnels des religions monothéistes établies se montrent opposés au mariage homosexuel, appelant au retrait du projet de loi. De nombreuses personnalités politiques de droite et d'extrême droite, ainsi que quelques personnalités de gauche, s'y opposent.

Les premières manifestations se déroulent le 17 novembre 2012 pour La Manif pour tous, le 18 novembre pour Civitas, mouvement catholique traditionaliste, puis le 8 décembre dans différentes villes de France. Le 13 janvier, une manifestation nationale de La Manif pour tous regroupe à Paris entre 340 000 (chiffre police) et 800 000 personnes (chiffre organisateurs). Le 24 mars, une seconde manifestation nationale rassemble entre 300 000 (chiffre police) et 1,4 million (chiffre organisateurs) de manifestants. Le 21 avril, une manifestation parisienne, deux jours avant le vote de la loi à l'Assemblée nationale, rassemble entre 45 000 et 270 000 personnes selon les sources. Un dernier rassemblement national, au cours duquel entre 150 000 et 1 000 000 de personnes défilent, a lieu le 26 mai 2013, peu après la promulgation de la loi.

Le 2 février, une quatrième manifestation nationale du collectif La Manif pour tous à Paris rassemblant entre 80 000 et 500 000 personnes et à Lyon entre 20 000 et 40 000 personnes.

Selon plusieurs sources, la loi autorisant le mariage et l'adoption aux personnes de même sexe a fait l'objet d'une plus virulente opposition en France que dans les six autres pays européens ayant déjà adopté une loi similaire au printemps 2013[3],[4],[5].

Sommaire

Origine et revendications

L'opposition à cette évolution de la loi indique que lors du débat sur le PACS en 1998-1999, il n'était pas question que le mariage et l'adoption soient ouverts pour les couples de même sexe, citant notamment les propos d'Élisabeth Guigou à l'Assemblée nationale[6],[7].

Durant l'élection présidentielle de 2007, la philosophe Sylviane Agacinski avait estimé que la question du mariage homosexuel était indissociable de la question de l’homoparentalité[8]. Elle posait notamment la question de « savoir si l'institution du mariage et de la filiation devait continuer à inscrire chacun dans l'ordre d'une humanité elle-même sexuée, ou bien si l'on voulait briser ce modèle dans lequel s'articulaient la génération, la différence des sexes et celle des générations »[9].

L'ouverture du mariage aux couples homosexuels fait partie des promesses de campagne de François Hollande lors de l’élection présidentielle de 2012[10]. Le projet de loi, dit de « Mariage pour tous », présenté à l'automne 2012 prévoit l'élargissement du mariage aux couples du même sexe, et, de ce fait leur facilite l'adoption d'un enfant.

La légalisation de la procréation médicalement assistée (PMA) pour les couples de même sexe, d'abord écartée, a été envisagée par le biais d'un amendement parlementaire déposé par le groupe socialiste puis, quatre jours avant la manifestation du 13 janvier, son examen éventuel a été reporté à un projet de loi sur la famille, qui devait être débattu avant la fin de l'année 2013[11],[12], après avis du Comité consultatif national d'éthique[13], mais qui a depuis été reporté[14].

Le 15 août 2012 pour la fête de l'Assomption, Mgr André Vingt-Trois, président de la conférence des évêques de France, adresse une lettre à tous les diocèses incitant à prier dans toutes les paroisses pour la famille, composée d'un homme et d'une femme[N 1].

Les principales revendications des opposants concernent l'altérité dans le mariage civil et la parentalité (qui en découle)[15].

Ces personnes sont opposées entre autres à :

Elles ont également demandé la tenue d'un référendum pour le vote du projet de loi du mariage pour tous. La non-prise en compte de cette demande, ainsi que le rejet de la pétition au CESE qui a récolté plus de 700 000 signatures, ont contribué à affermir leur mouvement[18],[19].

Aspects procéduraux

Demande de référendum

Dans les premiers jours de janvier, plusieurs députés UMP lancent l'idée d'un référendum. Cette demande est interprétée comme une instrumentation de la Constitution à des fins politiques par le professeur de droit constitutionnel Pascal Jan, qui explique le 8 janvier pourquoi une telle procédure est impossible[20].

La veille de la manifestation du 13 janvier 2013, 115 parlementaires (UMP et RUMP, ainsi que trois UDI) signent un appel demandant au président de la République de lancer un référendum sur le sujet, bien que la garde des sceaux les ait informés du caractère anticonstitutionnel d'une telle procédure[21]. Un sondage commandité par Valeurs actuelles affirmait que 69 % des Français seraient favorables à un référendum sur « le projet de loi autorisant le mariage et l'adoption pour les couples homosexuels »[22].

Les porte-parole de « La Manif pour tous » demandent le 13 janvier à être reçus par le Président de la République pour faire part de leur opposition au texte et pour eux aussi demander l'organisation d'un référendum, en promettant d'organiser de nouvelles manifestations pour soutenir cette idée[23].

Le 16 janvier, à l'Assemblée nationale, les députés de l'UMP réitèrent cette demande, rejoints par le FN. Christiane Taubira leur rappelle qu'il ne peut pas y avoir de référendum sur la question, dans la mesure où celui-ci n'entre pas dans les matières sujettes à référendum selon l'article 11 de la constitution[24]. Le lendemain, lors de la présentation de ses vœux aux parlementaires, François Hollande confirme cette position et indique son intention de respecter ses promesses électorales[25].

Le 21 janvier, le cabinet de François Hollande annonce qu'il recevra une délégation du collectif, menée par Frigide Barjot, accompagnée de Laurence Tcheng et de Jean-Pier Delaume-Myard, le 25 janvier 2013, tout en relevant qu'il n'entend pas changer le fond du texte[23].

Pétition au Conseil économique, social et environnemental

Le 15 février 2013, une pétition signée par plus de 700 000 personnes est déposée auprès du Conseil économique, social et environnemental (CESE), sur la question du mariage pour tous, et ses conséquences.

Le CESE, après que son président a consulté Matignon pour l'éclairer sur les pouvoirs du bureau du CESE et a reçu une réponse détaillée[26], déclare irrecevable la pétition sur le fond[27]. Bien que la saisine soit valable sur la forme (la saisine n'est possible qu'à partir de 500 000 pétitionnaires), une saisine portant sur un projet de loi gouvernemental « relève exclusivement du Premier ministre » et « ne saurait être autorisée par voie de pétition citoyenne »[28].

Cependant, le mandataire de la pétition, Philippe Brillault (Maire du Chesnay, Conseiller général des Yvelines), jugeant la décision « très politique », dépose un recours devant le tribunal administratif de Paris, le 25 avril 2013[29]. Le 30 juin 2014, le tribunal administratif annule le rejet de la pétition, donnant en partie raison à La Manif pour tous, en confirmant que la pétition était bien effectivement recevable à la date de son dépôt (15 février 2013)[30],[31], mais rejette la demande d'enjoindre au CESE de la déclarer finalement recevable, car la loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe, promulguée le 17 mai 2013, est déjà entrée en vigueur au moment où il rend sa décision[32]. En plus de voir sa décision annulée, le CESE est condamné à verser la somme de 1 500 euros à Philippe Brillault, au titre de ses frais de justice[33].

Procédure parlementaire

Article détaillé : Mariage homosexuel en France.

Première lecture à l'Assemblée nationale

Le 2 février 2013, l'Assemblée nationale adopte le premier article de la proposition de loi dite du « mariage pour tous », avec 249 voix pour et 97 contre, permettant ainsi le mariage aux couples de même sexe[34].

À Strasbourg la manifestation contre le mariage homosexuel du 2 février 2013 réunit un millier de manifestants sur la place Kléber.

Plusieurs dizaines de rassemblements ont lieu dans toute la France, réunissant 80 000 personnes[35] à la suite du vote de l'article.

La loi dans son ensemble, incluant également la possibilité pour les couples de même sexe d'adopter, est votée par l'Assemblée le 12 février 2013 avec 329 voix pour, 229 voix contre et 10 abstentions[36].

Première lecture au Sénat

En commission des lois, le Sénat adopte le texte le 20 mars 2013, par 23 voix contre 21. Le texte issu des travaux de la commission des lois ne modifie pas l'article 1, permettant le mariage entre personnes de même sexe, ainsi que la possibilité pour le couple d'adopter[37].

Le texte est adopté à main levée le 12 avril 2013[38]. Selon les déclarations d'intention de vote, le projet de loi a été adopté par 171 voix contre 165 et 9 abstentions[39].

Deuxième lecture à l'Assemblée nationale

La procédure législative est ensuite accélérée en faisant examiner le texte en 2e lecture à l'Assemblée nationale la semaine suivante, pour un vote solennel programmé le 23 avril 2013 (un mois avant la date initialement prévue). Des membres de l'opposition parlementaire dénoncent un « sentiment d'affolement et de panique générale »[40].

Dans la nuit du 18 au 19 avril, dernier jour de discussion de la loi avant son vote définitif, survient un incident de séance. D'après Alain Vidalies, ministre délégué chargé des Relations avec le Parlement, une vingtaine de députés UMP seraient descendus dans les travées pour en venir aux mains avec un haut fonctionnaire (membre de la Direction des Affaires civiles et du Sceau)[41], provoquant une suspension de séance ; une huissière aurait reçu un coup[42]. Les images de l'incident ne sont pas rendues publiques[43].

Lors du vote de la loi par les députés français, des manifestants se regroupent aux abords de l'Assemblée nationale. En soirée, une fois la manifestation officielle dispersée, plusieurs centaines de personnes provoquent et cherchent l'affrontement avec les forces de l'ordre. Plusieurs journalistes sont molestés par des manifestants[44],[45], tandis qu'un commissaire de police est blessé en recevant un pavé sur la tête[46]. Douze manifestants sont interpellés par les forces de l'ordre, le premier procès intervenant le jeudi 25 avril[47].

Décision du Conseil constitutionnel

À la suite du vote le 23 avril 2013 à l'Assemblée nationale, le Conseil constitutionnel est saisi pour se prononcer sur la validité du texte par les opposants.

Par sa décision du 17 mai 2013[48], le Conseil constitutionnel considère le texte comme conforme à la Constitution, sous réserve « que les dispositions relatives à l'agrément du ou des adoptants, qu'ils soient de sexe différent ou de même sexe, ne sauraient conduire à ce que cet agrément soit délivré sans que l'autorité administrative ait vérifié, dans chaque cas, le respect de l'exigence de conformité de l'adoption à l'intérêt de l'enfant qu'implique le dixième alinéa du Préambule de la Constitution de 1946 ; que, sous cette réserve, les dispositions des articles L. 225-2 et L. 225-17 du code de l'action sociale et des familles ne méconnaissent pas les exigences du dixième alinéa du Préambule de 1946 » (considérant 53 de la décision).

Question au Conseil de l'Europe et résolution de l'APCE

Le 25 avril 2013, le député italien Luca Volontè, président du groupe PPE à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), dépose une question au Conseil de l'Europe sur la « répression croissante » contre les opposants au « mariage gay » en France[49].

Le 27 juin 2013, l'APCE vote une résolution déplorant « les récents cas de recours excessif à la force pour disperser les manifestants » et réitérant « son appel aux autorités à veiller à ce que l’action de la police, si elle est nécessaire, reste proportionnée »[50],[51].

le 13 décembre 2013 la Commission de suivi de l’APCE nomme deux rapporteurs pour « enquêter sur les violences policières et atteintes aux droits des manifestants en lien avec le mouvement de La Manif pour tous ». Ces deux rapporteurs disposent de deux ans pour rendre leur rapport à la Commission, qui jugera alors de « la nécessité de poursuivre la procédure jusqu’à une éventuelle sanction »[52].

Question prioritaire de constitutionnalité concernant la liberté de conscience

Le 18 septembre 2013, le Conseil d'État transmet au Conseil constitutionnel la question prioritaire de constitutionnalité, qui lui avait été soumise par un collectif de maires, au sujet de l'absence de clause de conscience pour les officiers d'état civil opposés à la célébration de mariages de couples de personnes de même sexe[53],[54]. La question est examinée par le Conseil constitutionnel en audience publique le 8 octobre suivant[55].

Le 18 octobre 2013, le Conseil constitutionnel rejette leur demande en rendant la décision no 2013-353 QPC qui stipule « qu'en ne permettant pas aux officiers de l'état civil de se prévaloir de leur désaccord avec les dispositions de la loi du 17 mai 2013 pour se soustraire à l'accomplissement des attributions qui leur sont confiées par la loi pour la célébration du mariage, le législateur a entendu assurer l'application de la loi relative au mariage et garantir ainsi le bon fonctionnement et la neutralité du service public de l'état civil ; qu'eu égard aux fonctions de l'officier de l'état civil dans la célébration du mariage, il n'a pas porté atteinte à la liberté de conscience »[56].

Le 24 février 2014, le collectif de maires porte l'affaire devant la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), en mettant ainsi pour la première fois en cause le Conseil constitutionnel devant cette juridiction. Ces maires lui reprochent un procès non équitable lors de l'examen de leur requête en octobre 2013, pour cause de délais trop courts et de manque d'impartialité de ses membres sur la question du mariage homosexuel[57],[58].

Manifestations

Manifestations contre le projet de loi

Manifestations en novembre et décembre 2012

  • Le samedi 17 novembre, le collectif La Manif pour tous[59] organise plusieurs manifestations dans plusieurs grandes villes de France réunissant plus de 100 000 personnes selon les chiffres officiels (des centaines de milliers de participants selon les organisateurs[60])[N 2].
  • Une manifestation a lieu le 8 décembre 2012 dans cinq grandes villes. On compte selon les sources entre 7 000 et 20 000 manifestants à Bordeaux, entre 3 500 et 8 000 à Lille, 1 200 à Nancy où les organisateurs n'ont pas donné de chiffre, entre 800 et 2 500 au Mans et entre 250 et 500 à Reims[68].

Manifestations du 13 janvier 2013

Le 13 janvier, deux manifestations ont lieu à Paris, l'une organisée par le collectif « La Manif pour tous » et l'autre par Civitas.

La manifestation à l'appel du collectif « La Manif pour tous » réunit des mouvements divers, comprenant associations, partis politiques, personnalités ainsi que des représentants des principales religions[75],[76],[N 3] et rassemble 340 000 personnes selon la préfecture de police (chiffre définitif de la préfecture de police le 18 janvier avec 10 % de marge d'erreur)[77], un million de personnes selon les organisateurs[78]. Elle comprend trois cortèges qui, partis de la porte Maillot, de la place d'Italie et de la Place Denfert-Rochereau, convergent vers le Champ de Mars, lieu du rassemblement final.

Les militants de Civitas, qui dénoncent le « concept Barjot », participent à part de la manifestation pour tous. Leur cortège, qui part de la place Pinel[79], a rassemblé entre 8 000 personnes (chiffre de la préfecture) et 50 000 personnes (chiffre de Civitas)[80],[81].

Manifestation du 24 mars 2013

La manifestation du 24 mars 2013, organisée par le collectif La Manif pour tous, a réuni entre 300 000 manifestants (chiffre de la préfecture de Police) et 1,4 million de manifestants selon les organisateurs[82],[83]. Elle prend la forme d'un rassemblement statique entre l'Arche de la Défense et la place Charles-de-Gaulle, sur l'avenue de la Grande-Armée et l'avenue Charles-de-Gaulle [84].

Quelques incidents se produisent durant cette manifestation : des sprays contenant des gaz lacrymogènes sont utilisés par des forces de l'ordre pour repousser des manifestants qui tentent de pénétrer sur la place Charles-de-Gaulle, puis sur l'avenue des Champs-Élysées, en forçant les barrages de police[N 4]. À l'issue de la manifestation, Manuel Valls, ministre de l'Intérieur, indique que 98 personnes ont été interpellées, dont six placées en garde à vue[87],[88].À la suite des incidents avec la police et des vues divergentes sur la réponse médiatique à apporter, une partie des manifestants se regroupent sous la bannière du "Printemps français" ou sous celle des "Veilleurs".

Radicalisation autour des votes d'adoption

Après le vote au Sénat, le 12 avril 2013, et l'annonce d'une procédure accélérée pour le vote en deuxième lecture à l'Assemblée, une partie du mouvement d'opposition à l'ouverture du mariage et de l'adoption aux couples de même sexe se durcit et s'éloigne du pacifisme originellement défendu par la « Manif pour tous ».

L’accélération du calendrier parlementaire ainsi que le vote à main levée au Sénat sont vus par les opposants au projet de loi comme des atteintes à la démocratie parlementaire[89]. Le 13 avril, Samuel Lafont, jeune militant UMP contre le « mariage pour tous », est poignardé dans le métro, après avoir reçu des menaces de mort. Il s'avèrera par la suite que le mobile de son agression n'avait pas de lien avec le « mariage pour tous »[90]. Il est possible cependant qu'elle ait contribué à accentuer le climat de tension et la colère des opposants[91],[92].

Frigide Barjot est aussi considérée comme en partie responsable de la radicalisation du mouvement par les partisans de l'ouverture du mariage aux homosexuels, après avoir déclaré « Que veut le Président de la République ? Il veut aller jusqu'au sang et il en aura de part sa faute ! » le 12 avril[93], tout comme Christine Boutin, qui a annoncé que le vote du Sénat est une « injure sans limite » et a parlé de « guerre civile », affirmant « Ça va péter, je vous assure que ça va péter[94],[95] ».

Aux contraire, la « Manif pour tous » et l'UMP considèrent que c'est la position du gouvernement et sa volonté de « passer en force » qui ont entraîné ce durcissement des opposants[93],[96]. L'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin évoque ainsi une « menace de chienlit » reprenant le vocabulaire du général de Gaulle lors des évènements de mai 68[97].

Le 21 avril 2013, la radio suisse La Première diffuse une interview de Vincent Autin, président de l'association Lesbian & Gay Pride de Montpellier, qui fait part de son inquiétude face à « la montée de l’homophobie ambiante » dont la perspective du « mariage pour tous » semble avoir joué le rôle de catalyseur et de révélateur[98].

Actions coup de poing

Le 13 avril, la journaliste et militante Caroline Fourest qui devait assister à un débat à Nantes est « traquée » toute la journée par des centaines de manifestants. Environ 450 de ces manifestants se rassemblent devant le centre des congrès aux cris de « Hollande nazi », « Hollande fasciste », et certains entrent dans le bâtiment. Environ 200 personnes se rendent ensuite à la gare où ils s'allongent sur le ballast et bloquent la voie pendant 40 minutes empêchant le passage du train[99]. Le même jour des manifestants se rendent devant le domicile du député EELV François de Rugy à Paris, et de la ministre déléguée aux personnes âgées et à l'autonomie Michèle Delaunay à Bordeaux[99],[100].

De nombreuses manifestations, auxquelles participent des mouvements comme le « Printemps français », et des opérations ciblées de harcèlement sont menées dans plusieurs villes contre les ministres (Christiane Taubira, Manuel Valls, Delphine Batho), députés (François de Rugy), sénateurs (Jean-Pierre Michel, Alain Milon ou Chantal Jouanno) et personnalités engagées dans le projet de loi (Caroline Fourest)[101],[102],[103],[100],[104].

Manifestations autour du Sénat et de l'Assemblée nationale entre le 4 et le 20 avril 2013

Dès le 4 avril, l'institut Civitas appelle à manifester autour du Sénat[105].

Le week-end du 13-14 avril, les manifestations plus ou moins spontanées se multiplient : 201 personnes sont interpellées en trois jours, dont 68 placées en garde à vue, pour avoir manifesté sans autorisation[106]. D'après un communiqué de presse de la préfecture de Police de Paris, certains se réclament de « La Manif pour tous »[106]. Dans ce même communiqué, la préfecture de Police de Paris demande au collectif « La Manif pour tous » plus de « responsabilité »[106] tandis que droite et gauche se renvoient « la responsabilité de la radicalisation des actions des opposants »[39].

Entre le 16 et le 19 avril 2013, les manifestations d'opposition sont quotidiennes aux abords du Palais Bourbon[107], avec des affrontements violents avec une cinquantaine de personnes[108] en fin de manifestation[109]. Des compagnies de CRS sont déployées à proximité[108].

À l'approche de la fin des débats, les affrontements avec les forces de l'ordre, lors des manifestations, donnent lieu à des jets des projectiles vers les forces de l'ordre ainsi que d'autres violence sans occasionner de blessés graves[110].

Les 17 et 18 avril, plusieurs dizaines de personnes sont interpellées en marge des manifestations aux abords de l'Assemblée nationale[42],[111].

Ces incidents, survenant en marge des manifestations de la « Manif pour tous », et malgré les appels au calme des organisateurs[110], incitent l'une des porte-parole du mouvement, Frigide Barjot, à demander au gouvernement, et ensuite plus précisément au ministre de l'Intérieur Manuel Valls, que les fauteurs de trouble qui « ternissent l'image pacifique [du] mouvement » soient « mis hors d'état de nuire »[110],[112].

Manifestation du 21 avril 2013

La manifestation du 21 avril rassemble entre 45 000 (selon la police) et 270 000 personnes (selon les organisateurs, le collectif "la manif pour tous")[113]. Plusieurs personnalités politiques, dont Christine Boutin (PCD) et les députés Gilbert Collard (apparenté FN), Patrick Ollier (UMP), Hervé Mariton (UMP), Jean-Frédéric Poisson (UMP), ou encore Jean-Christophe Fromantin (UDI), défilent derrière une même « banderole des élus » en début de cortège[114].

Ce défilé conjoint de représentants du FN avec des partis de droite provoque une polémique. Harlem Désir dénonce un « acte fondateur entre la droite et l’extrême droite » mais Jean-François Copé réfute toute « collusion » de l'UMP avec le FN[115],[116],[117],[118]. L'Express parle d'un symbole mais loin d'une alliance politique improbable[119], le Figaro et le Nouvel Observateur font le parallèle avec les manifestations entre les deux tours de la présidentielle de 2002 où UMP et PS manifestaient ensemble contre le FN[115],[120].

Manifestations après la promulgation de la loi

Manifestations du 26 mai 2013

Pancartes arborées lors de la manifestation du 26 mai.
La place des invalides au moment de la dispersion des manifestants.

La manifestation, organisée par le collectif "la manif pour tous", regroupe entre 150 000 (selon la police) et 1 000 000 (selon les organisateurs) de manifestants[121] ,[122] qui ont convergé en trois cortèges sur l'Esplanade des Invalides.

Au sein de l'UMP, les avis divergent concernant l'opportunité de cette manifestation. Jean-François Copé y participe mais indique que cette participation est la dernière le concernant. D'autres, comme Alain Juppé, déconseillent d'aller manifester[123]. Le Parti socialiste appelle l'UMP à renoncer à y participer en raison des risques de débordement, tandis que Manuel Valls demande aux familles de ne pas défiler avec des enfants[124]. Ces appels sont perçus comme des tentatives d'intimidation par les anti mariage gay[125], certains, comme Christine Boutin, affirmant même que la police a reçu l'ordre de provoquer des affrontements[126]. Le député FN, Gilbert Collard, présent, rappele que Marine Le Pen abrogera la loi si elle accède au pouvoir[127]. Frigide Barjot n'y participe pas en raison des tensions internes au mouvement, débordée par les éléments les plus extrêmes et les plus à droite du mouvement, et menacée de mort selon elle par l'extrême droite[128],[129]. La manifestation se déroule dans le calme. 96 interpellations ont lieu en marge des défilés, principalement des membres de l'Œuvre française et du Bloc identitaire, ces derniers ayant investit le toit du siège du PS pour y déployer une banderole « Hollande démission »[122]. À l'issue de la manifestation, Xavier Bongibault, qui défend à la tribune l'union civile, est hué par plusieurs manifestants[130]. Des incidents éclatent ensuite place des Invalides au moment de la dispersion du cortège[122]. Au total 34 policiers et gendarmes[131] sont blessés lors de cette soirée de violence, ainsi qu'un journaliste. Plusieurs d'entre eux ont été pris à partie par les manifestants, ces derniers les traitant de « collabos »[132]. Un total de 231 personnes ont été placées en garde à vue[133] à l'issue de leur interpellation par les forces de l'ordre.

L'Institut Civitas organise de son côté un défilé rassemblant entre 2 800 (selon la police[134]) et 10 000 participants (selon les organisateurs[135]).

Le lendemain, François Hollande condamne les slogans appelant à la résistance à « un État fasciste », utilisés par certains participants des manifestations[136].

Autres actions de juin 2013 à janvier 2014

Lors d'une visite du président de la République François Hollande au lycée Buffon[137] à Paris, une centaine de manifestants, à l'appel du Printemps français, hostiles au Mariage pour tous, a tenté d'interpeller le chef de l'État. Les identités des personnes arrêtées par la police[138] ont été contrôlées et deux d'entre elles placées en garde à vue pour « port d'armes prohibées ». Mentionnant que la majorité des personnes interpellées n'avaient rien à voir avec le Printemps français, un avocat a annoncé déposer plainte pour « atteinte à la liberté d'aller et venir » et saisir le Défenseur des droits[138].

Au mois de juin 2013, plusieurs manifestations ont lieu, lors de déplacements et cérémonies officielles[N 5] ainsi que lors de compétitions sportives [N 6].

À la suite d'une manifestation le 16 juin 2013 devant le siège d'une chaîne de télévision (en l'occurrence M6) alors que le président François Hollande participait à une émission, un manifestant est arrêté, puis condamné le 19 juin à quatre mois de prison, dont deux ferme, pour rébellion et fourniture d'identité imaginaire, ainsi qu'à une amende de 1 000 euros pour refus de prélèvement de ses empreintes digitales et de son ADN [N 7].

Au mois de juillet 2013, plusieurs banderoles et drapeaux sont déployés sur le parcours du Tour de France de cyclisme[N 8], ainsi que lors du défilé militaire du 14 juillet[146].

Le 6 août 2013, un déplacement de François Hollande en Vendée est chahuté par une cinquantaine de manifestants opposés au mariage entre personnes de même sexe qui hurlent des slogans hostiles, parlant de « dictature socialiste »[147].

Le 23 novembre 2013, entre 3 000 (selon la police) et 6 000 (selon les organisateurs) personnes des Pays de la Loire et de Bretagne défilent à Nantes à l'appel de La Manif pour tous. Frigide Barjot, ancienne porte-parole du collectif, n'y participe pas, ayant même appelé à ne pas manifester. Les organisateurs quant à eux annoncent de nouveaux rendez-vous à Paris et Versailles après avoir mis en avant leur « charte des municipales », destinée aux candidats des élections municipales de 2014[148].

Le 15 décembre 2013, plusieurs milliers de personnes (6 000 selon la police, 30 000 selon les organisateurs) défilent à Versailles pour dénoncer « la familiphobie du gouvernement », et plus précisément « le déploiement d'une idéologie du genre à l'école, la déconstruction de la filiation biologique, le matraquage fiscal [infligé aux familles] et la réduction du congé parental ». Des élus UMP, parmi lesquels Valérie Pécresse et Jean-Frédéric Poisson, font partie du cortège. Le même jour, entre 1 600 et 3 000 personnes manifestent également à Blois, et quelques centaines à Montpellier[149].

Le collectif Jour de colère organise une manifestation contre le président François Hollande, le 26 janvier 2014, rassemblant entre 17 000 et 160 000 personnes et composée de « manière hétéroclite, d'intégristes catholiques, de partisans de l'humoriste controversé Dieudonné, d'opposants au mariage homosexuel, de patrons en colère, de membres de la mouvance identitaire et de familles ». Le Conseil représentatif des institutions juives de France et le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples condamne des slogans racistes et antisémites. 250 personnes sont arrêtées à l'issue de la manifestation suite à des violences[150],[151]. Selon le sociologue de gauche Éric Fassin, préfacier de Trouble dans le genre, ouvrage de référence en gender studies de Judith Butler et qui avait appelé dès 1998 à la légalisation du mariage homosexuel en France[152][153], la mobilisation contre le mariage pour tous en 2013 et la libéralisation d'un discours homophobe aurait permis la mobilisation de l'extrême droite et le regroupement lors de jour de colère de tous les ressentiments sur les questions sexuelles, raciales et politique[154]. Toutefois, l'amalgame effectué entre les participants au Jour de Colère et les manifestants de la Manif pour tous aussi effectuée par le ministre de l'intérieur, Manuel Valls, est dénoncé par des personnalités comme Claude Bartolone, président socialiste de l'assemblée nationale et par Bruno Lemaire, député et ancien ministre UMP, tous deux favorables au mariage homosexuel[155][156].

Manifestations du 2 février 2014

Le 2 février, deux manifestations à l'appel de La Manif pour tous ont rassemblé à Paris 80 000 personnes selon la police et 500 000 selon les organisateurs[157] et entre 20 000 (selon la police) et 40 000 (selon les organisateurs) personnes à Lyon[158]. Les manifestants protestent alors pour défendre leur vision de la « famille traditionnelle » et contre la « familiphobie » du gouvernement, incluant le mariage homosexuel, la PMA, la GPA et la théorie du genre[159],[17]. À Paris, étaient notamment présents, les politiques Henri Guaino, Yannick Moreau, Claude Goasguen, Marion Maréchal-Le Pen, Wallerand de Saint-Just, Philippe Gosselin, Jean-Pierre Audy et Christine Boutin[160] ou encore le prêtre-blogueur médiatique Pierre-Hervé Grosjean[161]. Cependant, Frigide Barjot, ancienne égérie du collectif, ne participe pas à la manifestation et affirme se désolidariser du rassemblement, de même que Béatrice Bourges, cofondatrice du mouvement, qui, au 6e jour de sa grêve de la faim, déclare être « trop fatiguée pour se joindre à la Manif »[162]. À Lyon, ont notamment manifesté, Hervé Mariton, le cardinal Philippe Barbarin, Kamel Kabtane, recteur de la Grande mosquée de Lyon et Azzedine Gaci, celui de Villeurbanne[163].

Polémiques

Menaces diverses

Le 18 avril, deux députés socialistes de Vendée ont annoncé avoir reçu des menaces de mort de la part d'opposants au mariage homosexuel[164].

Le 22 avril 2013, Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale, reçoit un courrier menaçant[165],[166] dans une enveloppe contenant de la poudre noire[167] et signé d'un mystérieux groupe nommé IFO[N 9],[165],[169] (Interaction des forces de l'ordre). Ce courrier lui demande de « surseoir au vote définitif de la loi sur le mariage pour tous[170] » sans quoi sa « famille politique aura à en souffrir physiquement ». L'Identité judiciaire et la Police judiciaire[171] de Paris ont été saisies de l'enquête.

Pour sa part, Frigide Barjot fait état de menaces de mort et de viol à son encontre[172] tandis que Xavier Bongibault, porte-parole de la Manif pour tous, mentionnait en avril 2013[173] « avoir reçu 2500 menaces de mort et subi huit agressions physiques » depuis le mois de septembre 2012[174].

Le 4 août 2013, des militants de l'association Act Up dégradent la façade de la Fondation Jérôme-Lejeune à Paris, où travaille Ludovine de La Rochère, présidente de La Manif pour tous[175]. Le 14 août 2013, les Hommen répliquent à cette action en dégradant la façade d'un local occupé par Act Up[176].

Violences homophobes et racistes

La photo que Wilfried de Bruijn a postée sur les réseaux sociaux après son agression.

Plusieurs associations homosexuelles déplorent une recrudescence des actes à caractère homophobe[177]. SOS Homophobie déclare recevoir en moyenne plus de trois fois plus de témoignages d'actes homophobes qu'en temps normal, chiffre confirmé par l'association le Refuge qui évoque « une radicalisation des comportements par mimétisme » et « qu'il y a une augmentation de l'homophobie, mais le débat sur le mariage pour tous agit plus comme un révélateur »[178].

L’agression de Wilfred De Bruijn et de son compagnon Olivier à Paris, dans la nuit du 6 au 7 avril, considérée et dénoncée par les victimes sur les réseaux sociaux comme « purement homophobe » est largement relayée dans de nombreux médias. Bien qu'aucun lien direct ne soit établi entre celle-ci et les manifestations d'opposition au mariage homosexuel, des associations de lutte contre l'homophobie dénoncent un climat d'homophobie entourant le débat sur le mariage[179]. Des hommes politiques dont le ministre de l'intérieur condamnent l'agression et Frigide Barjot rappelle que le mouvement Manif pour tous est contre toute violence et n'a rien à voir selon elle avec les fondamentalistes ou les extrémistes[180]. Quatre personnes (de 17 à 19 ans) d'une « cité » du 19e arrondissement, déjà connus des services de police pour faits de violence, ont été interpellés en septembre 2013[181]. Ils ont été mis en examen le 20 septembre pour violences aggravées en réunion. Selon certaines sources, les suspects avaient été en fait identifiés dès les jours suivant l'agression, mais n'ont été interpellés que cinq mois plus tard[182].

La même nuit, l'espace des Blancs-Manteaux, à Paris, qui doit accueillir la 14e édition du Printemps des associations LGBT, est dégradé. Les auteurs de cette dégradation se réclament du collectif « Le Printemps français »[183] et leur action provoque les premières dissensions au sein du mouvement d'opposition[183].

Le 17 avril, deux bars fréquentés par un public homosexuel sont saccagés, l'un à Lille, l'autre à Bordeaux[164]. Ces attaques sont à nouveau interprétées par les associations homosexuelles comme représentatives d'un climat d'homophobie exacerbé par le mouvement d'opposition au texte[184], bien que les auteurs des dégradations dans l'établissement lillois, condamnés à six mois de prison avec sursis, aient finalement été relaxés du chef d'injures à caractère homophobe[185].

Vendredi 25 octobre, lors d'un déplacement de Christiane Taubira à Angers, une centaine d'opposants au mariage pour tous manifestent leur mécontentement. Alors que fusent des slogans comme « Taubira, dégage » ou « Non à la dictature socialiste », une adolescente de 12 ans brandit une peau de banane en direction de la ministre en s'écriant : « Une banane pour la guenon », surprenant jusque dans les rangs des CRS. « Des propos passibles d’une interpellation pour injure à un ministre en exercice », a commenté l’un d’eux auprès d’Angers Mag[186]. Le 29 octobre, Christiane Taubira rappelle que les propos racistes sont contraires à la loi[187].

Pelouses du Champ de Mars

Le coût de la remise en état des pelouses du Champ-de-Mars ayant été estimé à 100 000 euros par les services de la mairie, le maire de Paris, Bertrand Delanoë, a présenté publiquement la facture au ministère de l’Intérieur, pour que celui-ci demande le remboursement de cette somme aux organisateurs de « La Manif pour tous ». Frigide Barjot, porte-parole du collectif, dénonce la manière de faire et affirme que de telles demandes n'ont pas été faites lors des autres manifestations comme, par exemple, celles de la Gay Pride pour nettoyer les rues[188].

En réponse, Bertrand Delanoë indique avoir prévenu les services de la préfecture de police et les organisateurs que les pelouses, en cours de réfection, ne supporteraient pas une telle affluence et rappelle avoir refusé un an auparavant à François Hollande, alors candidat, l'utilisation du Champ de Mars pour une réunion publique[189]. Il précise qu'il a suggéré qu'un autre point d'arrivée soit recherché et qu'il avait déjà envoyé des factures liées au piétinement des pelouses lors des concerts de Johnny Hallyday en 2009 et de SOS Racisme en 2011[190].

Le 21 janvier, le directeur d'une société d'espaces verts déclare qu'il est prêt à se charger lui-même de la réfection de la pelouse pour 50 000 euros[191], ce à quoi répond Anne Hidalgo, adjointe au Maire de Paris sur les ondes de RTL : « Mais enfin, je ne suis pas sûr que ce soit fait aussi bien. Mais non, non c'est une grande pelouse. »[192],[193].

Le 25 février, Bertrand Delanoé annonce sur les ondes de France Bleue : « J’ai reçu un certain nombre de milliers de chèques de dix centimes d'euros, ce qui fait à peu près 3 000 euros en tout. (…) je ne sais même pas comment je vais faire parce qu'il faut, selon la loi, que je leur envoie un récépissé, ça va me coûter plus cher en timbres que ce qu'ils ont envoyé. »[194].

Selon les organisateurs de la manifestation, les pelouses auraient en réalité été abîmées par les camionnettes de la voirie de Paris[194].

Polémiques sur le nombre de manifestants

Article détaillé : Comptage de manifestants.

Les différences de chiffre entre les estimations du Ministère de l'Intérieur et celles des organisateurs, notamment aux manifestations du 13 janvier, du 24 mars et du 26 mai, font l'objet de polémiques récurrentes.

Les manifestants reprochant une sous-estimation du nombre de manifestants[195],[196].

Plusieurs parlementaires, à la suite de la manifestation du 13 janvier, demandent l'audition du directeur du renseignement de la préfecture de police de Paris afin d'avoir plus de précisions sur les méthodes de comptage des participants[197].

Le 17 janvier 2013, la préfecture de police confirme son évaluation après visualisation des enregistrements vidéos tandis que le préfet Bernard Boucault met en cause la fiabilité du comptage des organisateurs, parlant d'« allégations inacceptables » contre la préfecture[77],[198]. Pour Frédéric Ploquin, journaliste à l'hebdomadaire Marianne, le chiffre de la préfecture de police est plausible[199] mais pas pour Guillaume Roquette, rédacteur en chef du Figaro Magazine[200] ni pour le général Bruno Dary, ancien gouverneur militaire de Paris et organisateur des défilés du 14-Juillet et conseiller technique du comité de pilotage de « La Manif pour tous » chargé de compter les participants[195],[201],[202].

Le nombre de participants à la manifestation du 24 mars 2013 fait débat, comme pour toutes les manifestations. Afin de faire face à la critique récurrente de sous évaluation des manifestants, la préfecture de Police publie une vidéo aérienne de la manifestation du 24 mars 2013. Les organisateurs de « La Manif pour tous » dénoncent une falsification de la vidéo[203] appuyés par trois "laboratoires indépendants" (deux belges et un américain, en réalité des magasins de photo) qui affirment que les images ont été retouchées[204]. Cette idée est contredite par une analyse faite par des journalistes de BFMTV.com à l'aide du logiciel Tungstène[205], qui parle de « fantasme »[206], affirmant que la mauvaise qualité des images a participé à la confusion[207].

Organisations et personnalités opposées au projet de loi

Collectif « La Manif pour tous »

Article détaillé : La Manif pour tous.

« La Manif pour tous » est un collectif, représentant trente-sept associations[208], opposé au projet de loi dit « Mariage pour tous », porté par le Président de la République François Hollande et le gouvernement Ayrault.

Selon une enquête de Médiapart, malgré une apparence de diversité, 15 associations sur 37 sont des « coquilles vides » destinées à masquer la prédominance des organisations proches de l'Église catholique française[209]. Cette enquête est confirmée par Le Monde du 21 mars 2013 qui établit un tableau montrant les mêmes conclusions[210].

D'autres enquêtes – notamment celles de Mediapart – montrent l'ancrage du mouvement à droite[211]. Un article de Mediapart montre les ramifications du mouvement au sein d'« Internationales catholiques », notamment par les liens tissés avec des organisations d'ultra-droite américaine à l'image de la National Organization for Marriage[212] (NOM) ou de l'American Society for the Defense of Tradition, Family and Property (en)[213],[214], dont tant les militants de La Manif pour tous que ceux du Printemps français reprennent les slogans[215].

L'origine du collectif remonte au 5 septembre 2012 quand une cinquantaine de responsables associatifs se réunissent à Paris avec des philosophes, des psychiatres et des hauts fonctionnaires, pour définir une stratégie face au projet de loi sur le mariage homosexuel et à la filiation pour personnes de même sexe. De cette réunion émergent plusieurs personnalités appelées à devenir porte-parole du mouvement : Laurence Tcheng, fondatrice de La Gauche pour le mariage républicain (association introuvable au Journal officiel Associations[216]), Xavier Bongibault, fondateur de Plus Gay sans Mariage (association introuvable au Journal officiel Associations[216]), Frigide Barjot, fondatrice de Pour l’Humanité Durable, Tugdual Derville, délégué général d'Alliance VITA, Camel Bechikh, président de Fils de France, Lionel Lumbroso, fondateur de David et Eugena, Philippe Brillault, maire du Chesnay (78), Béatrice Bourges, présidente du Collectif pour l’enfance, Antoine Renard, président des Associations familiales catholiques et Franck Meyer, président du Collectif des maires pour l'enfance[217],[218]. Le collectif est aujourd'hui présidé par Ludovine de La Rochère[219], responsable de la communication de la Fondation Jérôme-Lejeune[220],[221], fondation reconnue d’utilité publique, responsable de la mise en échec de la proposition de loi visant la levée de l’interdiction de la recherche sur l’embryon humain à l’Assemblée nationale en mars 2013[222]. Cette fondation est également connue pour ses prises de position opposées à l'avortement[223],[224].

L'organisation « La Manif pour tous » a bénéficié d'une déclaration de soutien[225] de Philippe Ariño (essayiste), Viviane Blassel (animatrice de radio et de télévision), Rémi Brague (philosophe), Patrick Hénault (ex-ambassadeur chargé des droits de l’Homme), Roland Hureaux (essayiste), Jean-Jacques Peroni (humoriste, comédien et scénariste), Jérôme Vignon (président de l’Observatoire national de la pauvreté et de l'exclusion sociale), Georgina Dufoix (ancienne ministre socialiste et ancienne présidente de la Croix Rouge).

L'organisation « La Manif pour tous » a également bénéficié d'une déclaration de soutien "officiel" de l'entente parlementaire pour la famille (212 élus nationaux).

L'organisation est financée par des dons. Certains de ces dons peuvent atteindre jusqu'à trente mille euros[226]. Selon Mediapart, ces dons proviennent principalement des milieux catholiques[209]. D'après Le Canard enchaîné, Claude Bébéar, président du conseil de surveillance d'Axa, aurait financé de façon importante la manifestation du 13 janvier [227]. Les principales organisations membres du collectif « La Manif pour tous », telles Alliance VITA, la Confédération nationale des associations familiales catholiques et Familles de France ont également mis leur trésorerie au service du mouvement[209].

Les Veilleurs

Rassemblement des Veilleurs à Lyon le 19 avril 2013.

« Les Veilleurs » sont, au sein de La Manif pour tous, un mouvement d'opposition au mariage homosexuel pratiquant une forme de manifestation immobile et pacifique : le sit-in. Ils se rassemblent en silence à la tombée de la nuit, autour de bougies, pour écouter l'un d'entre eux lire un texte de prose ou de poésie. Ce mouvement est né à la suite de la garde à vue, dans la nuit du dimanche au lundi 14 avril 2013, de soixante-sept opposants au projet de loi venus manifester leur soutien aux députés de l'opposition devant l'Assemblée nationale. Les initiateurs du mouvement ont alors réalisé qu'ils devaient « trouver un autre moyen de [se] faire entendre »[228]. Se définissant comme « apolitique et aconfessionnel », ce mouvement majoritairement constitué de catholiques[229] se réclame de Gandhi et de la non-violence[230].

Le mouvement s'est rapidement étendu à plus de 110 villes françaises[231] et à l'étranger (Jérusalem, Rome, Milan[232]). D'après les organisateurs, à la fin avril, cinquante rassemblements ont eu lieu avec au total 5 000 personnes[233]. Quelques-uns de ces rassemblements ont été perturbés par des contre-manifestants favorables au mariage homosexuel[234],[235].

Souhaitant dès le départ s'installer dans la durée, Les Veilleurs annonçaient fin avril 2013 vouloir se réunir chaque semaine jusqu'à la présidentielle de 2017[236]. Le 10 août 2013, il débutent une « marche des Veilleurs » entre Rochefort et Nantes, qui se clôture à Paris le 31 août[237]. Alors que seulement trois marcheurs ont suivi l'intégralité de l'itinéraire, la préfecture de police interdit néanmoins la « manifestation » parisienne finale, pour raisons de sécurité[238]. Une veillée finale se tient malgré tout place de la Concorde et réunit plusieurs centaines de personnes sans incident[239].

En décembre 2013, Les Veilleurs se réunissent au rythme d'un rassemblement par mois à Paris et d'une cinquantaine de rassemblements par semaine en province. Déterminés à ne pas limiter leur opposition à la seule loi sur le mariage homosexuel, il entendent « compter dans le débat public sur toutes les questions d'éthique et les enjeux de société ». Le mouvement est également engagé dans une procédure judiciaire contre des policiers pour « faux en écriture publique »[240].

Le Printemps français

À la suite des incidents avec la police et des vues divergentes sur la réponse médiatique à apporter, des tensions apparaissent entre Frigide Barjot et Béatrice Bourges, toutes deux porte-parole de « La Manif pour tous ». À la fin de la manifestation, cette dernière invite à une occupation des Champs Élysées, et est évincée de l'organisation de « La Manif pour tous »[241],[242]. Elle devient alors la porte-parole du « Printemps français », allusion au « Printemps de Prague »[243], et évoque une « insurrection de la conscience »[244] et une « résistance non-violente »[245]. Selon Le Monde, le « Printemps français » serait soutenu par le GUD et les Jeunesses identitaires[246]. Des membres du Printemps français ont été impliqués dans de violents affrontements avec les forces de l'ordre[247].

Dans son sillage apparaissent le 27 mars, les « Hommen » (nom pastichant celui des Femen), des militants qui manifestent torse nu et masqués[248].

Le 24 mai 2013, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls envisage une interdiction de cette « nébuleuse »[249], compte tenu des termes d'un communiqué appelant à la « résistance » contre les défenseurs de la loi autorisant le mariage aux couples de même sexe[250] et des autres problèmes liés.

Personnalités politiques et partis politiques

Nicolas Dhuicq, Jean-François Copé, Philippe de Villiers, Patrick Ollier, parmi d'autres manifestants contre le mariage homosexuel.
Pancarte conspuant la sénatrice UMP Fabienne Keller à Strasbourg le 17 avril 2013.

Représentants des religions

Le projet de loi dit « du mariage pour tous » suscite l'opposition des principaux représentants des monothéismes. Même si les représentants appellent à s'opposer, ils n'indiquent pas forcément la manifestation comme moyen d'action.

Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X

Interviewé en mars 2013 sur la question du « mariage pour tous » par la Radio télévision suisse sur RTS Un dans le cadre de l’émission Faut pas croire, le directeur du séminaire d’Écône, basé en Suisse dans le canton du Valais, exprime son opposition manifeste et, se référant notamment à saint Paul, qualifie l'homosexualité d'« ignominie », de « quelque chose d'extrêmement grave », de « corruption vraiment profonde à la fois de l’homme, de la société, de la famille »[291],[292],[293].

Institut Civitas

L’institut Civitas est une association catholique traditionaliste, liée à la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X[294],[295]. L'association est proche des catholiques intégristes, fidèles à l'enseignement de Mgr Marcel Lefebvre, et revendique 1 200 adhérents et un réseau de sympathisants d'environ 100 000 personnes[296].

Pour le président de Civitas, et militant d'extrême droite Alain Escada, l'homosexualité est un « mauvais penchant qui nécessite d'être corrigé et une personne qui a de tels penchants devrait être abstinente »[297]. Selon lui, « le mariage homosexuel, c'est la boîte de Pandore qui va permettre que d'autres revendiquent le mariage polygame ou le mariage incestueux », a-t-il expliqué, assurant vouloir « libérer la parole des Français »[296].

Personnalités du monde juridique, médical, philosophes et sociologues

170 professeurs et maîtres de conférences en droit des Universités françaises, juristes de droit privé, de droit public et historiens du droit, ont adressé une lettre ouverte aux sénatrices et aux sénateurs le 16 mars 2013 dans laquelle ils présentent les deux arguments par lesquels ils s'opposent au projet de loi : « L’enfant adopté par deux hommes ou deux femmes sera doté d’éducateurs, d’adultes référents, mais privé de parents car ces “parents” de même sexe ne peuvent lui indiquer une origine, même symbolique. Il sera en réalité deux fois privé de parents : une première fois par la vie, une seconde fois par la loi. » et « Le projet de loi prévoit l’adoption de l’enfant du conjoint de même sexe. Or, si cet enfant peut être issu d’une union précédente entre un homme et une femme, il sera le plus souvent issu d’une insémination ou d’une gestation pour autrui pratiquée à l’étranger. Cet enfant aura donc été voulu, avant même sa conception, sans lien avec ses père et mère et volontairement privé de l’un d’entre eux. Cet enfant est juridiquement adoptable parce qu’il a été conçu pour cela [...] le désir d’enfant de personnes de même sexe passe par la fabrication d’enfants, qui seront ensuite adoptables, par insémination artificielle pour les femmes ou par le biais d’une mère porteuse pour les hommes. Le projet de loi organise donc un marché des enfants, car il le suppose et le cautionne. »[298].

Aldo Naouri (Strasbourg, 2011)

Un collectif, majoritairement de psychanalystes, s'est exprimé contre le projet de loi, en particulier contre le fait d'imposer une homoparentalité en amont de la filiation[299].

Par ailleurs, Aldo Naouri, médecin, certifié en pédiatrie, se déclare « défavorable à l’homoparentalité » pour avoir « constaté que l’enfant souffre aujourd’hui d’un statut d’objet de consommation » et que « autoriser l’adoption à des couples dont la sexualité a tourné le dos à la procréation accentuerait ce statut » [300]. Considérant que « l'adoption par ces couples relève de l'expérimentation sur le vivant », il estime que le mariage entre personnes de même sexe, dans une perspective anthropologique, pose des « problèmes insurmontables »[301].

Parmi les personnes auditionnées à l'Assemblée nationale, Pierre Levy-Soussan, pédopsychiatre et psychanalyste, également vice-président du Conseil national pour l'accès aux origines personnelles, le psychanalyste Jean-Pierre Winter et le psychiatre Christian Flavigny sont opposés au projet[302].

Considérant que mariage homosexuel et la procréation médicalement assistée sont indissociables, Jacques Testart, père médical du premier bébé éprouvette français, estime que « la PMA est justifiée quand il s'agit de femmes stériles » mais affirme qu'il « résiste à la perspective de la PMA pour les homosexuels »[303],[304].

Chantal Delsol considère que « bouleverser la filiation consiste à défaire la société » et récuse l’argumentation de Christiane Taubira selon laquelle il s'agit d'une « réforme de civilisation », y voyant plutôt une « pantalonnade d’anarchistes »[305].

Sylviane Agacinski (philosophe et épouse de Lionel Jospin), qui s'était exprimée sur la question bien des années avant la rédaction du projet de loi Mariage pour tous, estime que la question du mariage homosexuel est indissociable de la question de l’homoparentalité sur lequel elle est réservée[306]. Elle pose notamment la question de « savoir si l'institution du mariage et de la filiation doit continuer à inscrire chacun dans l'ordre d'une humanité elle-même sexuée, ou bien si l'on veut briser ce modèle dans lequel s'articulent la génération, la différence des sexes et celle des générations »[307].

Pour Philippe d'Iribarne, directeur de recherche au CNRS et spécialiste de l'impact des cultures nationales sur le fonctionnement des organisations, le débat sur le mariage homosexuel est très simplifié par un manichéisme intellectuel censé opposer les « artisans du progrès » aux « forces obscures de la réaction ». Il conteste qu'on puisse parler de mariage pour tous alors que le projet de loi ne concerne que la catégorie traditionnelle du couple et interdit à des groupes de citoyens, formés de plusieurs hommes et/ou de femmes, de se choisir librement[308].

Pour Yves Charles Zarka, c'est l'avenir de la société et plus généralement l'avenir « des sociétés démocratiques » qui est ainsi engagé au motif que « celles-ci ne sont plus des sociétés d'individus qui ont des liens objectifs mais des sociétés d'individus repliés sur eux-mêmes, qui se définissent uniquement par leurs désirs individuels divers, mobiles et inconstants, et qui vivent ce qui résiste à leurs désirs comme des contraintes extérieures insupportables ». Pour ce philosophe, convaincu que le projet de loi sera suivi indubitablement par la légalisation de la PMA et de la GPA pour les couples de même sexe, la société se dirige vers « une déréalisation complète du mariage » en ramenant celui-ci uniquement à une dimension subjective, évolutive et fragile, celle de l'amour[309].

En juillet 2013, vingt magistrats de l'Association professionnelle des magistrats représentés par Jean-Paul Garraud publient une tribune s'opposant au mariage homosexuel et commentant la condamnation de Nicolas Bernard-Buss, un jeune opposant, à la suite d'une manifestation[310]. Leur avis est contesté par un billet de Maitre Eolas[311][312].

Journalistes et écrivains

Des journalistes et écrivains ont déclaré leur opposition au projet de loi, tels Dominique Jamet[313], Robert Ménard [314], Ivan Rioufol[315], Jean Sévillia[316], Éric Zemmour[317].

L'académicien Jean d'Ormesson est opposé au mariage homosexuel car, selon lui, « ouvrir le mariage aux homosexuels, c’est nécessairement leur ouvrir un droit à l’adoption ». Il pense que « le débat sur le mariage homosexuel n’est pas une question de morale mais une question de grammaire car l'expression “le mariage pour tous” est une “formule absurde” »[318].

Institutions et représentants d'associations familiales

L'Académie des sciences morales et politiques a décidé de rendre public le 21 janvier 2013 un avis, afin d'« appeler l'attention des pouvoirs publics sur les graves questions que soulève le projet de loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe ». Selon elle, « le projet de loi tend à promouvoir un droit à l'enfant qui fait passer celui-ci de sujet à objet de droit. Il conduit à nier la différence biologique entre les sexes pour lui substituer un droit à l'orientation sexuelle de chacun ». Elle pense qu'« il est temps encore de substituer un débat serein et approfondi »[319].

Le conseil d'administration de la caisse nationale des allocations familiales, consulté pour avis, s’est prononcé contre le projet de loi et l'a qualifié de « remise en cause de la famille »[320].

Henri Joyeux, président de Familles de France[266] et membre de la délégation aux droits des femmes et à l'égalité au Conseil économique, social et environnemental, pose la question de la place des enfants, dans le débat autour du projet de loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples de même sexe, et estime qu' « au nom d'un progressisme utopique et ringard pour aller dans le sens des désirs d'adultes en mal d'affection, on se sert des enfants »[321].

Réactions à l'étranger

Québec

Les manifestations contre le mariage pour tous ont suscité plusieurs réactions au Québec, où l'union civile et les nouvelles règles de filiation ont été instituées en 2002, le Canada ayant légalisé le mariage entre personnes de même sexe en 2005. Dans La Presse, la chroniqueuse Marie-Claude Lortie, commente : « Ce pays serait-il si différent, si davantage traditionnel, voire réactionnaire, que l'image qu'on s'en fait ? »[322]. Devant l'Agence France-Presse, le premier ministre Jean-Marc Ayrault rapporte avoir été interpellé par le président de l'Assemblée nationale du Québec, ironisant sur la longueur des débats pour un sujet adopté sans grandes vagues depuis plusieurs années au Québec[323].

Pour le président du Conseil québécois des lesbiennes, gais, bisexuels et transsexuels (LGBT), s'il existe des points communs entre le débat en France et celui ayant eu lieu au Québec, la dissemblance majeure tient à « la violence et l'agressivité avec lesquelles les deux clans s'affrontent dans l'espace public ». Il attribue cela à un débat trop long sur la place publique, contrairement à la situation du Québec où le débat avait été « circonscrit » grâce à un passage rapide en commission parlementaire[324].

Pologne

À l'initiative de l'archevêque de Varsovie, Mgr Kazimierz Nycz, 10 000 Polonais (selon les organisateurs) ont manifesté à Varsovie le 26 mai 2013 en soutien aux opposants français. Organisées pour la huitième fois, des marches pour la famille ont réuni des milliers de personnes dans une centaine de villes à travers la Pologne notamment à Poznań, Cracovie et Lublin[325].

Notes et références

Notes

  1. Voir l'article « Prière pour la France »
  2. Entre 70 000 personnes selon la police, et 200 000 selon les organisateurs à Paris[61],[62], et entre 8 000 et 52 000 à Lyon, Marseille[63], Toulouse[64], Nantes et Rennes[65],[66].
  3. Liste non exhaustive des personnalités présentes : Louis Aliot (FN), Patrick Balkany (UMP), Mgr Philippe Barbarin, Frigide Barjot, Xavier Bertrand (UMP), Christine Boutin (PCD), Steeve Briois (FN), Gilbert Collard, Jean-François Copé (UMP), Chantal Delsol, Georgina Dufoix (PS), Claude Goasguen (UMP), Bruno Gollnisch (FN), Nick Griffin (PNB), Henri Guaino (UMP), Claude Guéant (UMP), Brice Hortefeux (UMP), Christian Jacob (UMP), Marion Maréchal-Le Pen (FN), Thierry Mariani (UMP), Étienne Mourrut (UMP), Frédéric Nihous(CPNT), Patrick Ollier (UMP), Rona Hartner, Mgr André Vingt-Trois, Philippe de Villiers (MPF), Guillaume Peltier (UMP), Valérie Pécresse (UMP), Michèle Tabarot (UMP), Christian Vanneste (UMP), Antoine Veil, Simone Veil (UDI), Laurent Wauquiez (UMP), général Bruno Dary, Mgr Olivier de Germay, abbé Pierre-Hervé Grosjean
  4. Des membres de l'opposition, notamment Laurent Wauquiez et Jean-François Copé affirment par la suite que des enfants auraient été touchés par ces lacrymogènes. Présente sur la place Charles-de-Gaulle avec une foule de manifestants, suite au débordement du premier barrage, l'ancienne ministre Christine Boutin tente à nouveau de forcer le barrage des forces de l'ordre pour se rendre sur l’avenue des Champs-Élysées, mais celles-ci l'en empêchent et elle témoigne avoir reçu des gaz lacrymogènes puis avoir perdu connaissance, la photo de sa chute étant largement diffusée[85],[86].
  5. Déplacement du 4 juin du Président François Hollande à Marseille[139], cérémonie en mémoire à Jean Moulin du 21 juin présidée par le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault à Lyon[140]
  6. Manifestation lors de la finale de Roland-Garros le 9 juin [141], ainsi que le 22 juin déploiement d'une banderole et utilisation de fumigènes lors du départ de l'édition 2013 des 24 Heures du Mans[142].
  7. Le manifestant a fait appel de cette condamnation (ainsi que d'une précédente), et le 9 juillet la cour d'appel de Paris a condamné le manifestant à 3 000 euros d'amende, dont 1 500 euros avec sursis au motif "de rébellion et de fourniture d'identité imaginaire aux policiers qui l'interpellaient, lors de sa participation à deux manifestations non autorisées en mai" [143].
  8. Notamment lors de la dixième étape[144] ainsi que lors de la douzième étape[145] du tour.
  9. Le groupe « IFO » s’est déjà signalé en mars 2013 pour avoir fait part de menaces de mort à l’encontre du juge Jean-Michel Gentil[168].

Références

  1. Article 343-1 du Code civil
  2. Catherine Petillon, « Parent A, parent B : la droite part en live sur le mariage pour tous », sur Libération.fr,‎ 27 novembre 2012 (consulté le 21 décembre 2013).
  3. Judith Duportail, « Mariage homosexuel : moins de remous à l'étranger », sur Le Figaro.fr,‎ 1er février 2013 (consulté le 19 décembre 2013).
  4. Anne-Françoise Hivert et al., « Mariage pour tous : regards étrangers sur un débat français », sur Libération.fr,‎ 11 février 2013 (consulté le 19 décembre 2013).
  5. Renée Greusard, « Espagne, Belgique : le mariage gay passé dans la paix. Pourquoi pas ici ? », sur Rue89.com,‎ 12 janvier 2013 (consulté le 19 décembre 2013).
  6. Compte rendu des débats de l'Assemblée nationale 3 novembre 1998
  7. Théophane Le Méné, « La résistance au mariage homosexuel s’organise. Là encore : pourquoi pas un référendum ? », Causeur, 1er octobre 2012
  8. Marie Simon, « Mariage pour tous: la gauche finalement pas si unanime », L'Express,‎ 11 janvier 2013 (lire en ligne)
  9. Sylviane Agacinski, « L'homoparentalité en question, par Sylviane Agacinski », Le Monde,‎ 21 juin 2007 (lire en ligne)
  10. « Engagement 31 », www.parti-socialiste.fr
  11. Pourquoi l'examen de la PMA est reporté, Europe 1, 10 janvier 2013
  12. « PMA : la majorité tangue à nouveau », Le Monde,‎ 4 février 2013 (lire en ligne)
  13. « PMA: avis du Comité d'éthique en octobre », Le Figaro,‎ 6 février 2013 (lire en ligne)
  14. « Le projet de loi sur la famille décalé à la fin de 2014 », Le Monde,‎ 16 janvier 2014 (lire en ligne)
  15. « Le "mariage pour tous" ou la filiation bouleversée » La Croix, 10/2/2013
  16. Béatrice Bourges dénonce l'effet domino du mariage pour tous, la manche libre
  17. a et b M Le Monde.fr "Masculin-féminin : cinq idées reçues sur les études de genre" 25.05.2013 Mis à jour le 29.01.2014 Par Lucie Soullier et Delphine Roucaute « "Le vrai but du mariage homosexuel est d'imposer la théorie du genre", affirment certains détracteurs du mariage pour tous »
  18. Didier Arnaud, « Frigide Barjot, la manif non-stop », sur Libération.fr,‎ 12 avril 2013 (consulté le 6 décembre 2013) : « Ce qui apparaît, c’est que plus on met des bâtons dans les roues des organisateurs de la Manif pour tous, plus ils se sentent renforcés. […] Ainsi des 700 000 pétitions pas prises en compte par le Conseil économique et social (CESE), ainsi du refus d’aller manifester sur les Champs Elysées, ainsi -enfin- du comptage controversé de la journée du 24 mars. »
  19. Audrey Salor, « Mariage homo : les antis sur la voie de la radicalisation », sur Le Nouvel Observateur.fr,‎ 4 avril 2013 (consulté le 6 décembre 2013) : « Entre distribution de tracts et organisation des manifs, cette autre responsable locale a vu le ras-le-bol aller crescendo : « Ça a commencé par le rejet de la pétition envoyée au Cese. Les gens se sont sentis humiliés. » »
  20. Mariage pour tous : pourquoi un référendum n’est pas constitutionnel, le JDD, 8 janvier 2013
  21. Appel au référendum des 115 parlementaire au JDD
  22. [PDF]« L'opportunité d'un référendum sur le projet de loi sur le mariage et d'adoption pour tous » , sondage de l'IFOP pour Valeurs actuelles, décembre 2012
  23. a et b « La Manif pour tous : François Hollande reçoit les opposants au mariage gay à l'Élysée vendredi », Atlantico, 21 janvier 2013
  24. Mathilde Cousin, « "Référendum" : quand les députés UMP guerroient contre le mariage pour tous », sur Le Monde.fr,‎ 16 janvier 2013 à 17h36 (consulté le 16 janvier 2013)
  25. François Hollande exclut un référendum sur le mariage pour tous, France Info, 16 janvier 2013
  26. Mariage Gay, quand le CESE sollicitait l'avis de Matignon, Le figaro,‎ 27 février 2013 (lire en ligne)
  27. Journal Le Point sur les manifestant contre le mariage le 24 mars 2013 à 9h28
  28. Article du Journal La Croix "le Cese juge "irrecevable" la saisine sur le "mariage pour tous" le 26 février 2013
  29. Stéphane Kovacs, « Le retour de la pétition de la Manif pour tous », Le Figaro,‎ 17 juin 2014 (lire en ligne)
  30. Flore Thomasset, « Le juge administratif donne raison à la Manif pour tous », La Croix,‎ 30 juin 2014 (lire en ligne)
  31. Marguerite de Crécy, « Cese : la Justice entérine les 700.000 pétitions », Radio Notre-Dame,‎ 1er juillet 2014 (lire en ligne)
  32. « Jugement du Tribunal administratif de Paris »,‎ 30 juin 2014 (consulté le 5 juillet 2014) : « Considérant que les personnes ayant signé la pétition déposée le 15 février 2013 demandaient au Conseil économique, social et environnemental son avis sur le projet de loi ouvrant le mariage aux couples de personnes du même sexe et sur son contenu ; que la loi n° 2013-404 ouvrant le mariage aux couples de personnes du même sexe, issue de ce projet de loi, a été adoptée par l’Assemblée Nationale et le Sénat et promulguée le 17 mai 2013 par le Président de la République ; que, dès lors, la pétition a perdu son objet à la date du présent jugement ; que, par suite, les conclusions de la requête tendant à ce qu’il soit enjoint au bureau du Conseil économique, social et environnemental de déclarer recevable cette pétition doivent être rejetées »
  33. « Le tribunal administratif de Paris donne raison à la Manif pour tous », Atlantico,‎ 30 juin 2014 (lire en ligne)
  34. « Mariage gay: l'Assemblée adopte l'article 1 qui ouvre le mariage aux homosexuels », sur lexpress.fr,‎ 2 février 2013 (consulté le 2 février 2013)
  35. « Mariage pour tous : 80 000 opposants ont défilé dans toute la France » sur le site francetvinfo.fr, 2 février 2013.
  36. « Mariage homosexuel : l'Assemblée vote le projet de loi », sur lemonde.fr,‎ 12 février 2013 (consulté le 13 février 2013)
  37. Texte de la commission des lois, Sénat, 20 mars 2013
  38. [1]
  39. a et b À l'Assemblée, l'opposition dénonce un «putsch législatif», Le Figaro, 15 avril 2013
  40. « Les Français notent 7 sur 20 l'action de Hollande à l'Élysée, selon BVA », Le Parisien, 11 avril 2013.
  41. Estelle Gross, « Incident à l'Assemblée sur le mariage homo : le député Urvoas raconte », sur tempsreel.nouvelobs.com, Le Nouvel Observateur,‎ 1 avril 2013 (consulté le 20 avril 2013)
  42. a et b « Mariage pour tous. Nuit blanche et coups de poing à l’Assemblée », sur ouest-france.fr, Ouest-France,‎ 2013 (consulté le 20 avril 2013)
  43. Bruno Roger-Petit, « MARIAGE GAY. Les députés en viennent aux mains : pourquoi Bartolone censure les images ? », sur leplus.nouvelobs.com,‎ 2013 (consulté le 20 avril 2013)
  44. http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/04/24/a-paris-violents-incidents-apres-la-fin-de-la-manifestation-des-anti-mariage-pour-tous_3165160_3224.html
  45. http://tempsreel.nouvelobs.com/galeries-photos/photo/20130424.OBS6805/en-images-violents-incidents-apres-le-vote-du-mariage-homo.html
  46. http://www.sudinfo.be/710083/article/actualite/monde/2013-04-24/loi-pour-le-mariage-homo-en-france-un-commissaire-de-police-blesse-par-un-jet-de
  47. http://www.liberation.fr/societe/2013/04/25/premier-proces-d-un-opposant-au-mariage-gay_898887
  48. Décision no 2013-669 DC du 17 mai 2013
  49. Stéphane Kovacs, « Manif pour tous : le Conseil de l'Europe saisi pour les violences policières », sur Le Figaro.fr,‎ 10 mai 2013 (consulté le 18 décembre 2013).
  50. « Résolution no 1947 de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe », sur site de l'APCE,‎ 27 juin 2013 (consulté le 18 décembre 2013).
  51. AFP, « La répression de manifestations dénoncée par le Conseil de l'Europe », sur RTL.fr,‎ 27 juin 2013 (consulté le 18 décembre 2013).
  52. Gregor Puppinck, « Le Conseil de l’Europe nomme deux rapporteurs sur les violences policières anti-Manif pour tous », sur Liberté politique.com,‎ 17 décembre 2013 (consulté le 18 décembre 2013).
  53. « Mariage gay : l'objection de conscience des maires étudiée par les sages », sur Le Point.fr,‎ 18 septembre 2013 (consulté le 25 février 2014).
  54. Conseil d'État, no 369834, 18 septembre 2013, sur Légifrance (consulté le 25 février 2014).
  55. « Affaire no 2013-353 QPC : Mariage, « clause de conscience » de l'officier de l'état civil » [vidéo], sur Conseil constitutionnel.fr,‎ 8 octobre 2013 (consulté le 25 février 2014).
  56. « Décision no 2013-353 QPC : Célébration du mariage - Absence de « clause de conscience » de l'officier de l'état civil », sur Conseil constitutionnel.fr,‎ 18 octobre 2013 (consulté le 25 février 2014).
  57. Marine Lamoureux, « Des maires opposés au mariage homosexuel saisissent la Cour européenne », sur La Croix.com,‎ 23 février 2014 (consulté le 25 février 2014).
  58. AFP, « Treize maires anti-mariage gay saisissent la justice européenne », sur Libération.fr,‎ 24 février 2014 (consulté le 25 février 2014).
  59. Anne-Bénédicte Hoffner, « Deux manifestations ce week-end contre le « mariage pour tous », lire en ligne, La Croix, 15 novembre 2012.
  60. Mariage homosexuel: encore une journée de manifestation à Paris
  61. http://www.lemonde.fr/societe/article/2012/11/17/premiere-mobilisation-nationale-contre-le-mariage-gay_1792198_3224.html
  62. Jean-Marc Leclerc, « Manif pour tous : combien étaient-ils vraiment ? », sur lefigaro.fr, Le Figaro,‎ 22 avril 2013 (consulté le 1er mai 2013)
  63. Tous contre le mariage pour tous, article du mensuel provençal le Ravi, décembre 2012
  64. « Mariage homosexuel : Seconde journée de manifestation à Paris, la journaliste Caroline Fourest prise à parties », 20 minutes, 18 novembre 2012.
  65. a et b « Mariage gay : entre 70 000 et 200 000 opposants ont défilé à Paris », Le Parisien, 17 novembre 2012, lire en ligne.
  66. « Plus de 100 000 personnes manifestent contre le "mariage gay" », Le Monde.fr avec AFP, 17 novembre 2012, lire en ligne.
  67. « Mariage gay : les catholiques intégristes de Civitas sont descendus dans la rue », France Info, 18 novembre 2012.
  68. a et b « Mariage gay: des milliers d'opposants défilent dans cinq grandes villes, dont Bordeaux », Le Nouvel Observateur, 8 décembre 2012.
  69. Abel Mestre et Caroline Monnot, « Manifestation anti-mariage gay : entre incidents et mobilisation décevante, Civitas rate le coche », sur droites-extremes.blog.lemonde.fr, Le Monde,‎ 18 novembre 2012 (consulté le 1er mai 2013)
  70. TF1, « Mariage gay : dérapages en marge d'une manifestation intégriste », 18 novembre 2012, lire en ligne, consulté le 19 novembre 2012.
  71. « Manifestation contre le mariage gay : des journalistes et des militantes féministes agressés », Le Point, 18 novembre 2012, lire en ligne.
  72. « Plus de 22 000 manifestants contre le mariage homosexuel à Lyon », lire en ligne, Libération avec AFP, 17 novembre 2012.
  73. « La manifestation de Civitas contre le mariage homosexuel a dérapé », sur huffingtonpost.fr, Huffington Post,‎ 18 novembre 2012 (consulté le 1er mai 2013)
  74. « Antis-mariage homo : manifestations des catholiques intégristes », sur http://tempsreel.nouvelobs.com, Le Nouvel Observateur,‎ 18-11-2012 (consulté le 03-07-2013)
  75. http://www.huffingtonpost.fr/2013/01/11/manif-pour-tous-lalliance_n_2457598.html
  76. http://www.lamanifpourtous.fr/-Les-soutiens-
  77. a et b « Le préfet de police défend son comptage de La Manif pour tous », Libération, 18 janvier 2013.
  78. Communiqué du 14 janvier 2013 sur le site des organisateurs
  79. Une photo des militants des Jeunesses nationalistes au départ de la manifestation de Civitas sur le site de Marianne : « Mariage gay : pourquoi il fallait rester chez soi dimanche », Marianne, 14 janvier 2013.
  80. « “Manif pour tous” : intégristes et identitaires ont manifesté à part », bfmtv.com, 13 janvier 2013.
  81. « Mariage contre le mariage gay : les intégristes de Civitas ont défilé à part », LEXPRESS.fr avec AFP, 13 janvier 2013.
  82. http://www.lamanifpourtous.fr/Jours-J/index.html
  83. « Les opposants au mariage homosexuel à nouveau dans la rue à Paris », RTS Info, Radio télévision suisse « Journal en continu » « Nouvelle manifestation contre le mariage gay à Paris »,‎ 24 mars 2013 (lire en ligne [vidéo])
    « Les opposants au mariage homosexuel et à l'adoption par les couples de même genre ont défilé dimanche à Paris contre le projet de loi sur le mariage pour tous. Ce texte est en voie d'adoption par le Parlement français. »
  84. http://www.leparisien.fr/societe/les-inconnues-de-la-manif-pour-tous-24-03-2013-2666111.php
  85. « PHOTOS. Manif pour tous: des gaz lacrymogènes tirés, Valls met en cause les organisateurs » , Le Huffingtonpost.fr, édité le 24 mai 2013, mis à jour le 25 mai 2013
  86. « Manif anti-mariage gay : "gazée", Christine Boutin demande la démission de Manuel Valls » , la rédaction de RTL.fr, 25 mars 2013
  87. « Anti-mariage gay : Valls met en cause des manifestants d'extrême droite », sur Le Parisien,‎ 25 mars 2013
  88. http://www.lemonde.fr/societe/video/2013/03/24/debordements-a-la-manif-pour-tous-les-forces-de-l-ordre-utilisent-des-gaz-lacrymogenes_1853453_3224.html Vidéo du groupe Le Monde
  89. http://blog.francetvinfo.fr/mariage-adoption-gay/2013/04/12/mariage-pour-tous-lexamen-de-la-loi-avance-les-anti-evoquent-guillotine-et-guerre-civile.html Article de France Info sur les opposants
  90. [2]
  91. Laurent Borredon, « Comment une rumeur a enfiévré les anti-mariage gay », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ 15 avril 2013 (consulté le 9 mai 2013)
  92. http://www.rue89.com/2013/04/13/lacceleration-calendrier-provoque-colere-anti-mariage-tous-241430
  93. a et b « Frigide Barjot a dit a la sortie de l'assemblée le 12 Avril 2013 quand elle était en colère : « Que veut le Président de la République ? Il veut aller jusqu'au sang et il en aura de part sa faute ! » », sur franceinfo.fr, France Info,‎ 20 Septembre 2013 (consulté le 16 février 2014)
  94. http://www.rtl.fr/actualites/info/article/des-anti-mariage-gay-declarent-la-guerre-au-gouvernement-7760319441 Citation de Christine Boutin
  95. Samuel Laurent, « “Mariage pour tous” : les dérapages multiples de Christine Boutin », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ 12 avril 2013 (consulté le 19 avril 2013)
  96. Alexandre Lemarié, « L'UMP accuse l'Elysée de “nourrir la radicalisation” », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ 15 avril 2013 (consulté le 19 avril 2013)
  97. http://www.lepoint.fr/politique/mariage-gay-raffarin-evoque-une-menace-de-chienlit-17-04-2013-1655940_20.php Extrait de Jean Pierre Raffarin évoquant la chienlit (article du journal Le Point
  98. « Montée de l'homophobie : reportage à Montpellier », La Première, Radio suisse romande,‎ 21 avril 2013 (résumé) [lien audio]
    « En France, les opposants au mariage pour tous descendront une nouvelle fois dans les rues de Paris ce dimanche. Mais derrière le combat politique et législatif, c'est une autre réalité qui apparaît : celle de l'homophobie. Les gestes de haine et les agressions se multiplient, même à Montpellier, ville considérée pourtant comme très ouverte à la cause homosexuelle. »
  99. a et b « Manifestations et actions coup de poing des anti-mariage pour tous », sur lemonde.fr, [[Le Monde|]],‎ 14 avril 2013 (consulté le 20 avril 2013)
  100. a et b « Le collectif de la Manif pour tous accentue la pression », Le Monde, 15 avril 2013.
  101. « Le mariage homosexuel à marche forcée, la droite ulcérée », Reuters/Le Point, 15 avril 2013.
  102. « La tension monte autour du “Mariage pour tous” », La Croix, 13 avril 2013.
  103. « Manifestation anti-mariage gay : Les opposants ne désarment pas », France 3 Rhône Alpes, 15 avril 2013.
  104. « Le sénateur Jean-Pierre Michel pris à partie par quelques manifestants de la Manif pour tous », France 3 Franche-Comté, 13 avril 2013.
  105. Alain Escada, « communiqué de presse, Manifestations quotidiennes organisées par CIVITAS devant le Sénat durant tout le débat en Haute Assemblée du projet de loi Taubira », sur civitas-institut.com,‎ 2 avril 2013 (consulté le 1er mai 2013)
  106. a, b et c « Communiqué de presse Evénements en marge de - la manif pour tous - », sur prefecturedepolice.interieur.gouv.fr,‎ 15 avril 2013 (consulté le 1er mai 2013)
  107. http://www.rue89.com/zapnet/2013/04/20/bonnets-phrygiens-pretres-crs-3-jours-manif-tous-241654
  108. a et b http://www.rtl.fr/actualites/info/article/mariage-pour-tous-nouvelle-manifestation-nouveaux-affrontements-7760636161
  109. http://www.leparisien.fr/politique/mariage-gay-les-anti-lancent-de-nouveaux-appels-a-manifester-19-04-2013-2741243.php
  110. a, b et c Adriane Carroger, « Les incidents se multiplient en marge des manifestations antimariage gay », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ 18 avril 2013 (consulté le 19 avril 2013)
  111. « Manifestation anti-mariage homosexuel : échauffourées près de l'Assemblée », sur ladepeche.fr, La Dépêche,‎ 18 avril 2013 (consulté le 20 avril 2013)
  112. Benoît Hopquin, « Barjot demande à Valls des actions préventives contre les "groupuscules identitaires" », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ 18 avril 2013 (consulté le 19 avril 2013)
  113. « L'opposition au mariage homo devient un "facteur de vote" », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ 21 avril 2013 (consulté le 1er mai 2013)
  114. Alexandre Lemarié, « Le défilé commun d'élus UMP et FN provoque l'embarras de la droite », sur lemonde.fr/politique/, Le Monde,‎ 22 avril 2013 (consulté le 2 juillet 2013)
  115. a et b Le FN à la Manif pour tous : une «vraie gêne» pour l'UMP, Le Figaro, 22/4/2013
  116. Manif pour tous : la présence du FN Collard au côté d'élus UMP fait polémique, Le Parisien, 21/4/2013
  117. UMP et FN au bord de la liaison dangereuse
  118. Le FN Collard aux côtés de l'UMP: l'image qui ne passe pas, BFM TV, 22/4/2013
  119. FN et UMP côte-à-côte: rien qu'une image, pour l'instant, L'Express, 22/4/2012
  120. "Manif pour tous" : élus UMP et FN marchent d'un même pas, Le Nouvel Observateur, 21/4/2013
  121. Delphine de Mallevoüe, Manif pour tous : les drôles de chiffres de la police, Le Figaro, 27 mai 2013
  122. a, b et c Mariage pour tous : la grande manifestation en direct
  123. Scènes de ménage à l’UMP autour de la manifestation contre le mariage pour tous RFI, 25 mai 2013
  124. Le PS appelle les leaders de droite à renoncer à la "Manif pour tous"
  125. Manif anti-mariage homosexuel: PS et UMP s'accusent mutuellement de provocation
  126. Manif pour tous : Christine Boutin évoque des "consignes" données aux policiers
  127. AFP Manif contre le mariage gay : les cortèges sillonnent Paris Le Point.fr, 26 mai 2013
  128. Mariage pour tous: Frigide Barjot, l'égérie débordée par sa droite, L'Express, 25/5/2013
  129. Barjot assure qu'elle ne sera "ni dans le cortège ni sur le podium
  130. La Manif pour tous en direct
  131. http://www.liberation.fr/societe/2013/05/27/mariage-pour-tous-pres-de-300-interpellations-apres-la-manif-des-anti_905912
  132. http://www.ouest-france.fr/actu/actuDet_-Manif-anti-mariage-homo-violents-incidents-aux-Invalides_43225-2196278_actu.Htm
  133. http://paris-ile-de-france.france3.fr/2013/05/27/manif-pour-tous-293-arrestations-258208.html
  134. « Dernière démonstration de force pour les opposants au mariage homosexuel », sur Le Monde.fr,‎ 26 mai 2013 (consulté le 1 juin 2013)
  135. http://www.civitas-institut.com/content/view/1000/117/
  136. Hollande au lycée Buffon : 93 antis-mariage pour tous interpellés, RTL, 27 mai 2013
  137. http://www.lemonde.fr/societe/article/2013/05/28/apres-la-manif-pour-tous-les-militants-cherchent-a-mobiliser-sur-les-reseaux_3418234_3224.html
  138. a et b Stéphane Kovacs, Interpellation d'anti-mariage gay: un avocat va déposer plainte, Le Figaro, 30 mai 2013
  139. Marseille : manifestation anti-mariage pour tous en marge de la venue de Hollande, BFM TV, 4 juin 2013
  140. Jean-Marc Ayrault interpelé lors de la cérémonie d'hommage à Jean Moulin, LCI, 21 juin 2013
  141. Roland-Garros : des anti mariage gay perturbent la finale, tempsreel.nouvelobs.com, 9 juin 2013
  142. 24h mans : déploiement d'une banderole, BFM TV, 22 juin 2013
  143. Mariage homosexuel : le procès en appel est ouvert, Le Monde, 9 juillet 2013
  144. Saint-Gildas-des-Bois : la-manif pour tous fait son tour, Presse-Océan, 9 juillet 2013
  145. Un drapeau géant de la Manif pour tous sur les routes du Tour, Direct Matin, 12 juillet
  146. Défilé du 14-Juillet. Les anti-mariage gay présents, Hollande hué, Le Télégramme, 14 juillet 2013
  147. http://www.lanouvellerepublique.fr/Toute-zone/Actualite/Politique/n/Contenus/Articles/2013/08/06/En-Vendee-Hollande-affiche-son-volontarisme-sur-l-emploi-1571180
  148. AFP, « À Nantes, La Manif pour tous fait sa « rentrée » », sur Liberation.fr,‎ 23 novembre 2013 (consulté le 18 décembre 2013).
  149. AFP, « La Manif pour tous dénonce à Versailles la « familiphobie » du gouvernement », sur Le Monde.fr,‎ 15 décembre 2013 (consulté le 18 décembre 2013).
  150. Jour de colère. La manifestation dégénère, 250 gardes à vue, Ouest France, 27/1/2014
  151. «Jour de colère» : le Crif condamne les slogans racistes et antisémites, Libération, 27/1/2014
  152. Erice Fassin, Ouvrit le mariage aux homosexuels, Le Monde diplomatique, juin 1998
  153. Mais qui sont Didier et Eric Fassin, Le Nouvel Observateur, 6 décembre 2011
  154. Avec le collectif «"Jour de colère", on a toutes les formes du ressentiment qui s’expriment», RFI, 29/1/2014
  155. Bartolone refuse l'amalgame entre Manif pour tous et Jour de colère, Ouest-France, 3 février 2014
  156. Manif pour tous et "Jour de colère" : Bruno Le Maire croit que "Manuel Valls a fumé la moquette", Le Lab Europe 1, 3 février 2014
  157. La Manif Pour en direct, Lefigaro.fr, consulté le 3 février 2014
  158. Direct : la Manif pour Tous fait son retour, frantvinfo.fr, consulté le 3 février 2014
  159. Manif pour tous à Paris contre un gouvernement familiphobe, liberation.fr, consulté le 3 février 2014
  160. La Manif pour Tous se remobilise contre la familiphobie, francetvinfo.fr, consulté le 3 février 2014
  161. En direct la Manif pour Tous de retour dans la rue à Paris et à Lyon, leparisien.fr, consulté le 3 février 2014
  162. Les personnalités qui manifesteront dimanche et celles qui ne défileront pas lefigaro.fr, consulté le 3 février 2014
  163. Manif pour Tous du 2 février pour Mgr Barbarin la loi ne doit pas instituer un système, rtl.fr, consulté le 3 février 2014
  164. a et b « La récente série d'actes homophobes embarrasse les "anti" », Le Monde, Le Monde,‎ 18 avril 2013 (lire en ligne)
  165. a et b « Le président de l'Assemblée nationale française menacé », RTS Info, Radio télévision suisse,‎ 22 avril 2013 (lire en ligne)
  166. Agence France Presse, « Mariage pour tous : Claude Bartolone reçoit des menaces de mort », France 24,‎ 22 avril 2013 (lire en ligne)
  167. « Bartolone a reçu une lettre de menaces contenant de la poudre de munitions », Le Monde,‎ 22 avril 2013 (lire en ligne)
  168. Patrick Bernard, « Juge Gentil : un mystérieux groupe « IFO » signataire des menaces de mort », Le Parisien « Actualité » « Les affaires Bettencourt »,‎ 28 mars 2013 (lire en ligne)
    « La lettre reçue mercredi au Palais de justice de Bordeaux par le juge d'instruction Jean-Michel Gentil est signée d'un groupe se baptisant IFO , « Interaction des forces de l'ordre Paris-Melun-Rouen-Caen-Cherbourg-Rennes », l'accusant de faire partie d'un groupuscule de juges rouges. »
  169. « Mariage pour tous : Bartolone reçoit des menaces », Europe 1,‎ 22 avril 2013 (lire en ligne)
  170. « Mariage pour tous : Bartolone menacé », Libération,‎ 22 avril 2013 (lire en ligne)
  171. « Mariage gay : Bartolone reçoit des menaces », Le Figaro,‎ 22 avril 2013 (lire en ligne)
  172. V. Grousset, « Frigide Barjot, figure de proue », Le Figaro,‎ 4 janvier 2013 (lire en ligne)
    « Il est arrivé qu'on me crache dessus dans la rue. Chaque jour ou presque, on me menace aussi de viol ou de mort sur ma page Facebook. Mais en dépit de la violence inouïe de ces attaques – que dirait-on si elles venaient de nous ? –, je ne réplique pas et je demande à ceux qui me suivent de ne pas répliquer non plus. Ma foi me porte. Sur des sujets aussi fondamentaux que la défense du mariage et de la filiation, j'ai plus de deux mille ans de suite dans les idées. »
  173. Bongibault explique pourquoi deux hommes assurent sa sécurité, Le Huffington Post, 23 avril 2013.
  174. Xavier Bongibault, la caution gay de la Manif pour tous, quitte le collectif, Le Huffington Post, 28 mai 2013.
  175. « La Manif pour tous veut porter plainte après une action menée par Act Up », FranceTV Info, 5 août 2013.
  176. les hommen répliquent à l'action d'Act Up, [le parisien], 14 août 2013.
  177. Aurélie M'Bida, « Une manifestation à Paris contre le "déferlement homophobe" », Le Monde,‎ 11 avril 2013 (lire en ligne)
  178. Michaël Szadkowski et François Béguin, « Des associations dénoncent la “radicalisation” des actes homophobes », Le Monde,‎ 8 avril 2013 (lire en ligne)
  179. « Wilfred et Olivier agressés à Paris : "Voici le visage de l’homophobie" », sur rue89.com, Rue89,‎ 8 avril 2013 (consulté le 20 avril 2013)
  180. 'This is the true face of homophobia': Gay man viciously beaten in Paris posts picture of his injuries to Facebook in protest move that has now gone viral, Daily Mail, 11/4/2013
  181. Agression homophobe à Paris : les auteurs présumés mis en examen, Le parisien, consulté le 5 octobre 2013
  182. Agression homophobe dans le 19e : plusieurs suspects auraient été identifiés dès avril, Metronews, consulté le 5 octobre 2013
  183. a et b Samuel Laurent, « L'UMP et la Manif pour tous désavouent le Printemps français », Le Monde,‎ 8 avril 2013 (lire en ligne)
  184. « Face aux violences, la peur et la colère des homos », Le Monde,‎ 19 avril 2013 (lire en ligne)
  185. « Agression dans un bar gay de Lille : les trois prévenus condamnés à six mois de prison avec sursis », Le Monde,‎ 27 novembre 2013 (lire en ligne)
  186. Taubira traitée de "guenon" par une enfant de la "Manif pour tous", Le Nouvel Observateur
  187. Taubira, le racisme est un délit, Le monde, consulté le 29 octobre 2013
  188. Frigide Barjot : « Est-ce qu'on demande de l'argent à la Gay Pride pour nettoyer les rues ? »
  189. Manif pour tous : polémique autour de la pelouse du Champ de Mars, Le Point, 17 janvier 2013
  190. Communiqué de presse de Bertrand Delanoë - Champ de Mars, sur le site paris.fr, 16 janvier 2013
  191. Manif pour tous: un paysagiste propose de restaurer le Champ-de-Mars à ses frais
  192. VIDEO - Rythmes scolaires : "Une réforme pour les enfants", soutient Anne Hidalgo sur RTL.
  193. Champ-de-Mars : le paysagiste «humilié» par la Mairie de Paris.
  194. a et b [Kovacs], « Manif pour tous : des milliers de chèques pour Delanoë », sur lefigaro.fr, Le Figaro,‎ 25 février 2013 à 13:54 (consulté le 14 mai 2013)
  195. a et b Agnès Leclair, « Manif pour tous : le général Dary recompte les troupes », sur Le Figaro,‎ 16 janvier 2013 à 16 h 38
  196. Samuel Laurent, « Sur le Web, les anti-mariage s'enflamment et les homosexuels disent leur malaise », sur Le Monde.fr,‎ 16 janvier 2013 à 9 h 57
  197. « Manif : Charon polémique sur les chiffres »,‎ 14 janvier 2013 à 19 h 43
  198. Benoît Hopquin et Samuel Laurent, « Manif pour tous : après le succès, la réalité des chiffres », Le Monde, 23 janvier 2013.
  199. « Manif contre le mariage pour tous : les vrais chiffres », Marianne, 16 janvier 2013.
  200. Guilaume Roquette dans son éditorial Le coût du mépris, p. 5, Le Figaro Magazine du 18 et 19 janvier 2013.
  201. « Comment compte-t-on les manifestants ? », BFM TV, 18 janvier 2013.
  202. « Les chiffres de la Manif pour tous : 800 000, au moins ! », Famille chrétienne, 19 janvier 2013.
  203. http://www.metrofrance.com/info/trucage-des-photos-de-la-manif-pour-tous-les-explications-de-l-afp-et-du-collectif-restent-floues/mmdu!i1oJVF9PjAqrE/ Trucage des photos
  204. http://www.rue89.com/2013/04/24/gouvernement-a-t-truque-images-manif-tous-241741
  205. « Manif pour tous » : le trucage des clichés aériens était un « fantasme », Le Monde,‎ 26 avril 2013 (consulté le 26 avril 2013)
  206. « Manif pour tous »: la preuve que la préfecture de police n'a pas truqué ses images, BFMTV.com,‎ 26 avril 2013 (consulté le 26 avril 2013)
  207. « Manif pour tous : la préfecture n'a pas truqué les images », Le Nouvel Observateur,‎ 26 avril 2013 (consulté le 26 avril 2013)
  208. Les associations co-organisatrices
  209. a, b et c Manif anti-mariage du 13: derrière Barjot, la puissance des réseaux cathos
  210. Samuel Laurent, « Derrière la grande illusion de la Manif pour tous », Le Monde « Société »,‎ 21 mars 2013 (lire en ligne)
  211. Marine Turchi, « Dans la « manif pour tous », le «peuple de droite» et l'extrême droite », sur mediapart.fr,‎ 25 mars 2013
  212. Jérôme Hourdeaux, « La Manif pour tous et les réseaux d'une Internationale catholique” », sur mediapart.fr,‎ 28 avril 2013.
  213. (en) TFP Committee on American Issues, American Society for the Defense of Tradition, Family, and Property, Defending a Higher Law: Why We Must Resist Same-Sex “Marriage” and the Homosexual Movement, TFP Commitee on American Issues – Tradition Famille Propriété,‎ 17 février 2004, 211 p. (ISBN 187790533X et 9781877905339, OCLC 55120216, présentation en ligne) [fichier *.pdf]
    « With the “marriage” debate heating up all across the country, the American Society for the Defense of Tradition, Family and Property (TFP) is entering into the cultural fray with a compelling new book which clearly spells out why pro-famly America must react. The new TFP work is titled Defending a Higher Law: Why We Must Resist Same-Sex "Marriage" and the Homosexual Movement. Written by TFP's Committee on American Issues, the 212-page book is a much needed defense of traditional marriage based on Catholic tradition and natural law. It is a powerful and incisive attack on the myths buttressing homosexual agenda. »
  214. American society for the defense of tradition, family and property [Société américaine pour la défense de la tradition, famille et propriété], Défendre la loi d'en-Haut ! : pourquoi faut-il s'opposer au mariage et au lobby homosexuels ? [« Defending a higher law: why we must resist same-sex “marriage” and the homosexual movement »], Paris, éditions Avenir de la Culture DL,‎ 2005, 204 p. (notice BnF no FRBNF40073792)
  215. Mathias Destal et Joseph Macé-Scaron, « La droite toxique : elle joue la politique du pire... », Marianne,‎ 29 avril 2013 (lire en ligne)
  216. a et b Base de données des annonces de création d'association du Journal officiel Associations sur journal-officiel.gouv.fr, consulté le 17 février 2013.
  217. Les porte-parole
  218. Le Figaro Magazine, dossier de Raphaël Stains, 11 et 12 janvier 2013, p. 28-29
  219. Ludovic Bassand, « La « manifestation pour tous » fait le plein », sur estrepublicain.fr, L'Est républicain,‎ 5 mai 2013 (consulté le 7 mai 2013)
  220. Site de Radio Vatican, consulté le 17 février 2013.
  221. Stéphane Kovacs, « Manif pour tous: dans les coulisses de la «guérilla» », sur lefigaro.fr, Le Figaro,‎ 16 avril 2013 (consulté le 20 avril 2013)
  222. http://www.fondationlejeune.org/index.php?option=com_content&task=view&id=415
  223. « Une fondation liée aux anti-IVG reconnue d'utilité publique », sur liberation.fr, Libération,‎ 22 Mars 1996 (consulté le 20 avril 2013)
  224. « Une pub anti-IVG dans Le Nouvel Observateur enflamme Twitter », sur huffingtonpost.fr, Le Huffington Post,‎ 9 décembre 2012 (consulté le 20 avril 2013)
  225. « Ils soutiennent La Manif pour tous », sur lamanifpourtous.fr (consulté le 1er mai 2013)
  226. Metro "Manif pour tous" : qui a payé ?
  227. Hervé Liffran, « La manif fourre-tout était cousue d’or », [Le Canard enchaîné],‎ 16 janvier 2013, p. 4
  228. Anne-Laure Filhol, « Mariage pour tous : une soirée avec les Veilleurs », sur La Vie.fr,‎ 21 avril 2013 (consulté le 17 décembre 2013).
  229. AFP, « Mariage gay : « Veilleurs » et « mères veilleuses », la « force paisible » », sur Le Point.fr,‎ 23 avril 2013 (consulté le 17 décembre 2013).
  230. « Mariage gay : nouvelle mobilisation des « veilleurs » », sur Direct Matin.fr,‎ 20 avril 2013 (consulté le 17 décembre 2013).
  231. Stéphane Kovacs, « Dimanche soir, les veilleurs résisteront pacifiquement », sur Le Figaro.fr,‎ 26 mai 2013 (consulté le 17 décembre 2013).
  232. Manuella Affejee, « Reportage au cœur du mouvement des « Veilleurs » à Rome », sur News.va,‎ 9 mai 2013 (consulté le 17 décembre 2013).
  233. Anne-Claire Huet, « Mariage gay : qui sont les « veilleurs », ces opposants qui n'abandonnent pas ? », sur LCI.TF1.fr,‎ 24 avril 2013 (consulté le 17 décembre 2013).
  234. Emmanuel Coupaye, « La veillée des anti-mariage gay sous protection policière », sur La Nouvelle République.fr,‎ 3 mai 2013 (consulté le 17 décembre 2013).
  235. A. D., « Chahutés mardi soir, les veilleurs lillois portent plainte », sur La Voix du Nord.fr,‎ 31 mai 2013 (consulté le 17 décembre 2013).
  236. « Mariage pour tous. Les Veilleurs veulent se réunir chaque semaine jusqu’en 2017 », sur Le Progrès.fr,‎ 26 avril 2013 (consulté le 17 décembre 2013).
  237. Stéphane Kovacs, « Les « veilleurs » partent à la rencontre des Français », sur Le Figaro.fr,‎ 9 août 2013 (consulté le 17 décembre 2013).
  238. Claire Colnet, « Mariage gay : la marche des « Veilleurs » n'a pas tenu toutes ses promesses », sur Le Monde.fr,‎ 30 août 2013 (consulté le 17 décembre 2013).
  239. AFP, « Mariage homosexuel: « veille » de centaines d'opposants à la Concorde », sur Google Actualités,‎ 1er septembre 2013 (consulté le 17 décembre 2013).
  240. Delphine de Mallevoüe, « 52 « veilleurs » interpellés par la police », sur Le Figaro.fr,‎ 15 décembre 2013 (consulté le 17 décembre 2013).
  241. Article de Rue89 sur Béatrice Bourges et Frigide Bargot
  242. Analyse du printemps français, 26 avril 2013.
  243. Thibault Prévost, « Le printemps français et le symbolisme de gauche », in slate.fr,
  244. Béatrice Bourges, « Une révolte d'avant-garde », Le Monde, 18 avril 2013.
  245. http://www.bfmtv.com/politique/bourges-le-printemps-francais-est-un-etat-desprit-un-vent-liberte-522016.html
  246. Laure Mentzel, « Béatrice Bourges, l'autre égérie des anti-mariage gay », Le Monde,‎ 21 avril 2013 (consulté le 21 avril 2013)
  247. Shahzad Abdul, Bertrand Bissuel, Benoît Hopquin, Stéphanie Le Bars, Alexandre Lemarié et Patrick Roger, « Ambiance grave dans le défilé de La Manif pour tous contre une loi "illégitime" », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ 27 mai 2013 à 10h42 (consulté le 2 juin 2013) : « Trois heures qu'une centaine de militants d'extrême droite, affidés de la mouvance identitaire, membres de l'Action royaliste ou activistes du Printemps français, affrontaient les forces de l'ordre sur l'esplanade des Invalides, à Paris, noyée de gaz lacrymogène. »
  248. « Après les Femen, les Hommen enlèvent le haut », Le Figaro, 3 avril 2013.
  249. Manon Rescan, « Le gouvernement peut-il interdire le Printemps français ? », Le Monde, 24 mai 2013.
  250. « Communiqué post promulgation 18 mai 2013 », Mouvement français, 20 mai 2013 :

    « À l’aube de ce combat, des partis politiques annoncent déjà leur collaboration avec le pouvoir idéologique, en affirmant faussement que la loi Taubira ne pourra pas être abrogée. En se plaçant dans le camp ennemi, ils se désignent eux-mêmes comme des adversaires. Le Printemps Français énonce donc que seront tenus pour cibles : le gouvernement actuel et tous ses appendices, les partis politiques de la collaboration, les lobbies où s’élaborent les programmes de l’idéologie et les organes qui la diffusent. Cet ordre du jour est immédiatement exécutoire. »

  251. a, b et c Alexandre Léchenet, « Mariage pour tous : comment devraient voter les députés », sur le site du quotidien Le Monde,‎ 30 janvier 2013 (consulté le 2 février 2013).
  252. Bernadette Laclais, « Mariage pour Tous, une intime conviction », sur le site du quotidien Le Monde,‎ 8 novembre 2012 (consulté le 2 février 2013).
  253. « D'abord l'enfant », sur le blog de Bernard Poignant,‎ 19 octobre 2012 (consulté le 2 février 2013).
  254. Jean-Jacques Rateau, « J'invite tous les Français à se désolidariser de se projet et à le faire échouer.” », sur le site « Parité dans le mariage »,‎ 1er décembre 2012 (consulté le 2 février 2013).
  255. Paul Larrouturou, « Homoparentalité : Collomb dénonce le risque d’une « dangereuse […] marchandisation des corps » », sur le site Le Lab Europe 1,‎ 6 décembre 2012 (consulté le 2 février 2013).
  256. Anne-Charlotte Dusseaulx, « Les réserves de Jospin sur le mariage pour tous », sur le site du Journal du dimanche,‎ 10 novembre 2012 (consulté le 2 février 2013).
  257. Anne Rovan, « Mariage gay : les « cathos » du PS entre doutes et réticences », sur le site du quotidien Le Figaro,‎ 8 novembre 2012 (consulté le 2 février 2013).
  258. Jeanne Coral, « Moi, député PS, je voterai contre le mariage gay… », sur le site bvoltaire.fr de Dominique Jamet,‎ 31 janvier 2013 (consulté le 2 février 2013).
  259. Georgina Dufoix dans Le Figaro magazine, no 21287, dossier de Raphaël Stainville, 11 et 12 janvier 2013
  260. Georgina Dufoix, opposante au mariage gay, prise à partie, Le Figaro, 11 janvier 2013
  261. http://www.causeur.fr/jean-pierre-chevenement-mariage-gay,22003
  262. http://www.francoisfillon.org/site-officiel/francois-fillon-appelle-francois-hollande-a-cesser-de-se-defausser-et-a-prendre-enfin-les-mesures-economiques-qui-simposent-pour-relever-notre-pays/2953/
  263. http://paritedanslemariage.com/post/37115007840/mariage-gay-cope-appelle-a-manifester-le-13-janvier
  264. « Copé n’a «jamais» été opposé à l’idée de mariage homosexuel », Libération, 10 octobre 2013.
  265. http://reloaded.e-llico.com/article.htm?boutin-salarme-dune--catholiphobie--en-lien-avec-le-mariage-gay&articleID=29641&utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter
  266. a, b et c Arnaud Ardoin, « Mariage pour tous : après la rue, le Parlement », Ça vous regarde : le débat, Paris, LCP Assemblée nationale,‎ 2013 (lire en ligne [vidéo])
    Invités :
  267. https://www.youtube.com/watch?v=QaovhbcRTWw&feature=youtu.be
  268. unionrepublicaine.fr/ledito-de-bernard-debre-le-mariage-homosexuel/
  269. http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2012/12/censure-de-compl%C3%A9ment-denqu%C3%AAte-herv%C3%A9-mariton-interpelle-le-ministre.html
  270. Nicolas Barriquand, « Mariage homo : Philippe Gosselin, le « papiste » décomplexé de l'Assemblée », L'Express, 9 février 2013, lire en ligne, consulté le 30 janvier 2014
  271. http://www.lepoint.fr/politique/xavier-bertrand-hollande-doit-renoncer-au-mariage-homosexuel-21-11-2012-1531618_20.php
  272. http://www.objectifgard.com/2013/01/13/manif-anti-mariage-gay-suivez-en-direct-le-fil-de-la-manif/
  273. http://www.youtube.com/watch?v=C64gXt-4q6g sur BFM TV le 09/01/2013
  274. http://paritedanslemariage.com/post/35337351631/david-douillet-votera-contre-la-denaturation-du-mariage
  275. « La France solidaire : le programme > Les propositions : Une société du respect », lire en ligne
  276. Didier Lestrade, « Comment le FN tente d'attirer les gays », Slate.fr, 03 février 2012, lire en ligne
  277. Parti Chrétien Démocrate, « Homme - femme - enfants : 10 bonnes raisons de ne légaliser ni le mariage entre personnes de même sexe, ni l'adoption pas des partenaires de même sexe », novembre 2012, lire en ligne
  278. MPF, Proposition 34 du programme pour l'élection présidentielle de 2007, lire en ligne
  279. « Mariage gay : « Une loi détruisant notre société », Le Figaro, 21 décembre 2012.
  280. http://www.economiematin.fr/ecoquick/item/3085-mariage-pour-tous-homosexuel-reaction-louis-xx
  281. http://www.eglise.catholique.fr/actualites-et-evenements/dossiers/le-mariage-pour-tous-/le-mariage-pour-tous-.html
  282. Communiqué des orthodoxes.
  283. a et b [3].
  284. http://www.lavie.fr/chroniques/chretiens-en-debats/le-retour-des-chretiens-de-gauche-14-09-2012-30793_290.php
  285. Extrait de l'interview du rabbin au journal Le Monde.
  286. Mariage homosexuel, homoparentalité et adoption : ce que l’on oublie souvent de dire, Essai de Gilles Bernheim, Grand Rabbin de France, 14 janvier 2013.
  287. Jérôme Dupuis, Plagiat : le Grand rabbin Gilles Bernheim a même piégé le pape !, L'Express, 08 avril 2013.
  288. Jean-Noël Darde, L’essai de Gilles Bernheim : ce qui a plu au pape Benoît XVI, Archéologie du copier-coller, 8 avril 2013.
  289. Judith Silberfeld, « L’UOIF appelle à participer à la manifestation anti-égalité du 13 janvier »,‎ 6 janvier 2013 (consulté le 3 février 2013)
  290. http://lci.tf1.fr/france/societe/mariage-gay-toutes-les-religions-s-y-opposent-ou-presque-7699258.html
  291. « Entretien avec l’abbé Benoît de Jorna, directeur du séminaire d’Écône (VS) », Faut pas croire, RTS Un, Radio télévision suisse « mariage pour tous »,‎ 23 mars 2013 (lire en ligne [vidéo])
    Cf. minutage → 00:46 à 01:15 !
  292. « L'homosexualité, c'est une ignominie », Faut pas croire, RTS Un, Radio télévision suisse « Moments forts » « Manifestation anti-mariage pour tous »,‎ 23 mars 2013 (lire en ligne [vidéo])
    Intervention de Guillaume Scarcella (séminariste), puis de Benoît de Jorma, directeur du séminaire de la Fraternité Saint-Pie X d’Ecône (VS).
  293. Alexandre Stern, Pierre-Alain Jaussi, Christophe Giovannoni, Emmanuelle Eraers, Frédéric Demilliac, Benoît Saillet, « Écône, le traditionalisme triomphant », Faut pas croire, RTS Un, Radio télévision suisse « Reportage »,‎ 23 mars 2013 (lire en ligne [vidéo])
    Présentation : Aline Bachofner. Interventions de : Benoît de Jorma, directeur du séminaire d’Écône (VS) ; Guillaume Scarcella, séminariste ; Jean-François Mayer, chercheur, Institut religioscope.
    Cf. minutage → 03:12 à 04:29
  294. Frédéric Potet, « Polémique à Châteauroux, où les catholiques intégristes remplacent les militaires », Le Monde,‎ 18 février 2013 (lire en ligne)
  295. Jacques Leclercq (spécialiste de l'étude des courants extrémistes en France), De la droite décomplexée à la droite subversive : dictionnaire 2010-2012, compléments des notices des éditions de 2008 et de 2010 et suppléments, Paris, éditions L'Harmattan [impr. Corlet numérique à Condé-sur-Noireau],‎ 27 avril 2012, 251 p. (ISBN 9782296968097 et 2296968090, OCLC 781828532, notice BnF no FRBNF42622101, présentation en ligne), p. 176, 177
    Cf. [page 176] :
    « Civitas : cette structure, pour certains catholiques, serait une courroie de transmission de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X (FSSPX). Elle est proche également du Centre de formation à l'action civique et culturelle selon le droit naturel et chrétien (ICHTUS) et du Secrétariat d'information des collectivités locales et régionales (SICLER). »
    Cf.[page 177] :
    « La manifestation nationale appelée par Civitas rassemblera le 29 octobre environ 2000 personnes (1500 selon la police et 5000 pour les organisateurs), dont beaucoup de jeunes. En début de cortège figurait un groupe conséquent des membres de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X, Civitas en bonne place … »
  296. a et b « L'institut Civitas a défilé à Paris contre le mariage gay », Le Parisien,‎ 18 novembre 2012 (lire en ligne)
  297. « La manifestation de Civitas contre le mariage homosexuel a dérapé », Le Huffington Post,‎ 18 novembre 2012 (lire en ligne)
  298. « La lettre de 170 juristes aux sénateurs + les noms des signataires », Nouvelles de France, 16 mars 2013.
  299. Touche pas à "père-et-mère", Le Monde, 8 novembre 2012.
  300. L'avis d'Aldo Naouri sur Psychologie.com
  301. Aldo Naouri, La famille est répressive : c'est son rôle, Causeur Magazine no 51, septembre 2012, p. 18 à 20.
  302. « Les psychiatres auditionnés à l'Assemblée sur le mariage homosexuel », La Croix, 16/11/2012
  303. Hervé Kempf, « Le mariage et l'écologie », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ 12 janvier 2013 à 17h18 (consulté le 12 mai 2013)
  304. Jacques Testart, « Créons l'assistance conviviale à la procréation au service de l'enfant », sur lemonde.fr, Le Monde,‎ 7 février 2013 à 15h07 (consulté le 12 mai 2013)
  305. Interview de Chantal Delsol par Jean Sévillia, Le Figaro Magazine, no 21287, 11 et 12 janvier 2013.
  306. Mariage pour tous: la gauche finalement pas si unanime, L’Express, 11 janvier 2013.
  307. L'homoparentalité en question, par Sylviane Agacinski, 21 juin 2007.
  308. Philippe d'Iribarne, Une fausse image d’Épinal, Le Monde, 31 janvier 2013.
  309. Yves Charles Zarka, "Mariage pour tous" ou fin du mariage ?, tribune libre publiée dans Le Monde, 7 février 2013.
  310. http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2013/07/05/01016-20130705ARTFIG00755-manif-pour-tous-des-magistrats-denoncent-la-legalite-de-l-arrestation-de-nicolas.php
  311. Maitre Eolas, « I am the LOL », blog Journal d'un avocat, 7 juillet 2013; voir aussi, du même auteur, « Bref commentaire sur l'affaire Nicolas » (du 24 juin 2013) et « “Je suis prêt à pardonner à la justice si elle me relaxe” » (portant la date du 12 juillet 2013 mais apparemment publié plus tard), comportant le compte-rendu de l'audience du procès en appel de « Nicolas »
  312. Philippe Bilger,Procès en appel de Nicolas B. : l'ironie déplacée de Maître Eolas est-elle le reflet d'un sectarisme de la justice française ?, publié sur Atlantico le 9 juillet 2013
  313. « Du mariage rose », Bd Voltaire, 9 octobre 2012.
  314. « Dans la rue contre le mariage gay ! », tribune de Robert Ménard, Bd Voltaire, 7 novembre 2012.
  315. « Bloc-notes : la résistance de la société civile à la pensée dominante », Bloc-Notes, 18 janvier 2013.
  316. « Mariage homosexuel : le droit d’être contre », Bd Voltaire, 23 octobre 2012.
  317. « Éric Zemmour dénonce “le lobby gay” : “Et pourquoi pas marier un père et sa fille ou le mariage à 3 ?” », jeanmarcmorandini.com, 8 novembre 2012.
  318. Le Figaro, 31 décembre 2012.
  319. Avis de l’Académie des sciences morales et politiques sur le projet de loi ouvrant le mariage aux personnes du même sexe
  320. « La CAF contre le mariage gay », Europe 1,‎ 18 octobre 2012 (consulté le 7 février 2013)
  321. « Les enfants d'abord », Chrétienté-info (Figaro du 26 décembre 2012), 30 décembre 2012.
  322. « Un peu à Paris » La Presse, 16 janvier 2013.
  323. « Mariage gay : Ayrault appelle l’opposition au calme et à la cohésion nationale », Libération, 17 avril 2013.
  324. « Le mariage gai en France, un débat qui date au Québec », Radio Canada, 27 janvier 2013.
  325. AFP, « Polonais et Français manifestent ensemble à Varsovie contre le mariage gay », Romandie.com, 26 mai 2013.

Annexes

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

Articles connexes