Fédération protestante de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Fédération protestante de France est une organisation religieuse non cultuelle, créée le 25 octobre 1905.

Elle a pour but de réunir les principaux courants chrétiens protestants de France : luthériens, réformés, mais aussi évangéliques, baptistes, pentecôtistes, etc.

Fédération[modifier | modifier le code]

Au total, la Fédération regroupe 28 Églises ou unions d'Églises, ainsi que 81 associations représentant environ 500 communautés, institutions, œuvres et mouvements (CIOM).

Églises et Unions d'Églises[modifier | modifier le code]

Membres[modifier | modifier le code]


Les Églises membres de la FPF totalisent 1 268 paroisses et 1 065 pasteurs (dont 196 femmes). 900 000 protestants appartiennent à des Églises membres de la FPF (pour information : 200 000 autres personnes se réclament du protestantisme). Ces chiffres étaient donnés par la Fédération elle-même en mai 2005.

En probation[modifier | modifier le code]

Associées[modifier | modifier le code]

Communautés, Institutions, Œuvres et Mouvements[modifier | modifier le code]

Les associations et institutions protestantes que la F.P.F. fédère œuvrent dans divers secteurs d'activité : enfance, personnes âgées, action sanitaire et sociale, loisirs et vacances, éducation, communication, expression artistique, relations internationales et développement, etc.

  • Action Chrétienne en Orient (ACO)
  • Agapé France
  • Alliance biblique française
  • Alliance des Équipes Unionistes
  • Amis des Équipes d'Animation et de Recherche Biblique (EARB)
  • Amis de la Radio et Télévision protestantes (ARTP)
  • Animation Musicale et Artistique Chrétienne (AMAC) - Sephora
  • Année Diaconale
  • ASAH : Collectif d'associations humanitaires chrétiennes
  • ASEV : Action sociale évangélique
  • Association Asile du Neuenberg
  • Association Chrétienne Post-Universitaire (ACPU)
  • Association des Compagnons pour l'Évangile (ACE)
  • Associations familiales protestantes (AFP)
  • Association Lecture Expression Formation
  • Association Médico-Sociale Protestante (AMSP)
  • Aumônerie et Associations d'étudiants de Paris (AEPP), Strasbourg (AUP) et Montpellier
  • Baladins
  • La Cause (fondée dans les années 1920, a notamment traduit la Bible en braille)
  • Centre Chrétien de Gagnières
  • Centre de Formation Chrétienne (CFC)
  • Centre de Glay
  • Centre de Rencontres Comenius (ex-Storckensohn)
  • Centre de Sommières (CART)
  • Centre du Liebfrauenberg à Gœrsdorf
  • Centre évangélique de Témoignage islamo-chrétien
  • Centre Missionnaire Évangélique de Bretagne
  • Centre Protestant de l'Ouest (CPO)
  • Centre 665 Montpellier
  • Christianisme Social
  • Cimade
  • Comité protestant des Amitiés françaises à l'Étranger
  • Commission des Églises Évangéliques d'Expression Française à l'Extérieur (CEEEFE)
  • Commission Luthérienne des Relations avec les Églises d'Outre-Mer (Coluréom)
  • Communauté chrétienne Rencontre
  • Communauté de Caulmont
  • Communauté de Pomeyrol
  • Communauté des Diaconesses de Reuilly
  • Communauté des Diaconesses de Strasbourg
  • Communauté des Diaconesses de Neuenberg
  • Communauté Ichtus
  • Communauté Protestante Évangélique de Vannes
  • Communion de Penouël
  • Conseil Missionnaire d'Alsace et de Moselle
  • Organisme Protestant de Formation (CPVC)
  • Centre protestant d'études et de documentation (CPED)
  • Service protestant de Mission (DEFAP)
  • Diaconat de Bethesda
  • Éclaireuses et Éclaireurs unionistes de France (EEUdF)
  • Équipes Ouvrières Protestantes (EOP)
  • Équipes Unionistes Luthériennes (Jeune Église EUL)
  • Évangile et Liberté
  • Fédération d'associations au service des personnes défavorisées (FAMIS)
  • Fédération de l'Entraide protestante (400 associations du domaine sanitaire et social et médico-social)
  • Fédération Française des Associations Chrétiennes d'Étudiants (FFACE)
  • Fédération Musique et Chant de la Réforme
  • Fédération Protestante de l'Enseignement (FPE)
  • Fondation Eugène Bersier
  • Fraternité de Moria
  • Fréquence protestante
  • Groupe Orsay
  • Jeunes Équipes d'Éducation Populaire (JEEP)
  • Jeunesse ardente
  • Jeunesse en Mission (JEM)
  • Jeunesse pour Christ
  • La Cause
  • La Porte Ouverte
  • Ligue pour la lecture de la Bible
  • Louange-Traduction-Composition (LTC)
  • Master Music
  • Méromédia
  • Mouvement d'Action Rurale (MAR)
  • Mouvement international de la réconciliation (MIR)
  • Parvis des Arts
  • Portes Ouvertes - ONG au service des chrétiens persécutés
  • Présence protestante française au Liban
  • Pro-Fil
  • Psalmodia
  • Radio Espoir
  • Radio Espoir 82
  • Radio Évangile
  • Radio Réveil
  • Alliance nationale des Union Chrétienne de Jeunes Gens de France (UCJG)
  • Union Chrétienne d'Évangélisation
  • Union de prière de Charmes

Fonctions[modifier | modifier le code]

Sa première vocation est de contribuer au rapprochement de ces Églises et de ces associations, de coordonner leur action, de les aider à assumer leur responsabilités.

Elle entreprend aussi des actions au titre d'organisation représentant le protestantisme français, ces actions visent à :

  • Entretenir des relations avec les pouvoirs publics et les médias, communication publique dans tous les domaines où le protestantisme croit devoir apporter un témoignage particulier et un message qui lui est propre et qu'il souhaite faire entendre dans le débat public.
  • Défendre les libertés religieuses, en France et dans le monde.
  • Favoriser les relations œcuméniques avec les autres Églises et associations protestantes (non membres de la FPF), et encourager les relations et les initiatives communes avec les Églises chrétiennes non protestantes.
  • Recherches et étude biblique.

Services[modifier | modifier le code]

La Fédération Protestante de France comprend les services permanents suivants, placés sous la responsabilité du secrétaire général :

Organisation[modifier | modifier le code]

La FPF a défini une charte que toutes les Églises et associations membres s'engagent à respecter. Il y figure un certain nombre de convictions basées sur l'Évangile dont, notamment, la reconnaissance comme centrale de l'annonce du salut par la grâce.

Cependant, chacune des Églises et des associations membres de la FPF conserve sa liberté sur ses spécificités et son identité, aussi bien théologique que pratique. Les Églises conservent leur appartenance confessionnelle propre et le fonctionnement ecclésiologique auquel elles sont attachées. Par exemple, elles n'ont pas toutes la même conception du baptême ni les mêmes modes d'organisation ecclésiale.

Le conseil de la FPF est composé de 25 personnes (19 hommes et 6 femmes). Il se réunit 4 fois par an. Il est présidé par le pasteur François Clavairoly (Église Protestante Unie de France), depuis le 27 septembre 2013.

Histoire[modifier | modifier le code]

On peut voir deux facteurs importants à la création de la fédération protestante de France :

  • La grande division régnant au sein du protestantisme au début du XXe siècle. Cruellement ressentie par certains, elle suscitait, en réaction, un besoin de rapprochement.
  • Le projet de loi de séparation des Églises et de l'État, dont les protestants se sentent oubliés puisqu'ils n'ont pas été consultés, impose la nécessité de s'organiser pour parler d'une seule voix face au gouvernement.

Le 25 octobre 1905 issue de la volonté de cinq Églises (synode de l’Église Méthodiste, assemblée générale des Églises Réformées libérales, synode officieux des Églises Réformées "orthodoxes", synode général de l'Église Luthérienne, synode de l’Union des Églises Évangéliques Libres)[1], la FPF est constituée dans ses grands principes. En 1907, le premier conseil de la fédération se réunit. C'est en 1909 que se tient à Nîmes la première Assemblée générale du protestantisme. Édouard Gruner en est le premier président. La présence commune au sein de la FPF aidera à la « restauration de l'unité réformée » en 1936-1938.

Au fur et à mesure de son évolution, d'autres Églises rejoignent la FPF :

  • la Fédération baptiste (1916)
  • l'Église apostolique (1972)
  • la Mission évangélique tzigane (1975)
  • l'Église de Dieu, l'Union des Églises de Réveil, ainsi que l'Union des Églises Évangéliques Libres qui avait été fondatrice, puis avait quitté la Fédération (1983)
  • l'Armée du salut (1995)
  • les Églises évangéliques du Nazaréen (2003)
  • diverses autres Églises de Pentecôte et les Fédérations adventistes de France (2006)

Depuis 1962, la Fédération accueille, en plus des Églises et au même titre, les associations protestantes, regroupées en départements sous le nom de « communautés, institutions, œuvres et mouvements » (CIOM).

En 2005, la FPF a fêté ses 100 ans lors de divers événements du 21 au 23 octobre.

Controverse[modifier | modifier le code]

Le "pourfendeur de la Fédération protestante de France"[modifier | modifier le code]

Pierre-Patrick Kaltenbach, Président de la Fédération Nationale des Associations Familiales Protestantes (AFP), aussi appelé "pourfendeur de la Fédération Protestante de France", a plusieurs fois remis en question la FPF. Il considérait qu'elle n'était pas représentative de l'ensemble des protestants en France. Il déclara "La FPF est là pour gérer ensemble des services dont la gestion en commun est préférable à la gestion chacun pour soi. Mais la FPF s’est accordée de nouveaux pouvoirs depuis. Le pouvoir médiatique par exemple. Un journaliste français moyen ne comprend rien au protestantisme et encore moins à la nébuleuse évangélique. Que fait-il alors ? Il appelle la rue de Clichy. Et là, il y a un petit groupe de vingt personnes qui parle au nom du protestantisme… c’est ridicule !"[2].

Il remettait aussi en cause la notoriété et la crédibilité d'une association protestante, dirigé par les réformés à son époque, alors que "Les réformés aujourd’hui, c’est 44.000 foyers cotisants. Ils en ont perdu la moitié en cinquante ans. Alors, quand les sondages IFOP ou autres nous disent qu’il y aurait peut-être un à deux millions de protestants"[2].

Adhésion mal vécue[modifier | modifier le code]

Les membres de l'Église adventiste du 7e Jour de France n'ont pas toujours accueillie cette adhésion avec joie. Ceci du au sentiment d'une adhésion bureaucratique et pastorale[3].

Liste des présidents[modifier | modifier le code]

  • Édouard Gruner (Église Évangélique Libre) : 1905-1927
  • Pasteur Émile Morel (Église Réformée) : 1927-1929
  • Pasteur Marc Boegner (Église Réformée) : 1929-1961
  • Pasteur Charles Westphal (Église Réformée) : 1961-1970
  • Jean Courvoisier (Église Réformée) : 1970-1977
  • Pasteur Jacques Maury (Église Réformée) : 1977-1987
  • Pasteur Jacques Stewart (Église Réformée de France): 1987-1997.
  • Pasteur Jean Tartier (Église Luthérienne) : 1997-1999
  • Pasteur Jean-Arnold de Clermont (Église Réformée de France) : 1999-2007
  • Pasteur Claude Baty (Église Évangélique Libre) : 2007-2013
  • Pasteur François Clavairoly (Église protestante unie de France) : depuis le 27 septembre 2013

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.protestants.org/index.php?id=81
  2. a et b http://actualitechretienne.wordpress.com/2014/03/18/le-pourfendeur-de-la-federation-protestante-de-france-est-mort/
  3. Maurice Verfaillie, L'identité religieuse au sein de l'adventisme, Paris : Harmattan, 2011, p. 349-372.

Lien externe[modifier | modifier le code]