Semaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Hebdomadaire)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir sem.
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article homophone, voir Semène.

Une semaine (du latin septimana : « septième »), abrégé en « sem. », est une période de sept jours consécutifs.

L'adjectif correspondant est hebdomadaire (du latin hebdomadarius signifiant « semainier », lui-même du grec hebdomas : « sept »). Utilisé comme nom, le terme désigne une publication paraissant chaque semaine.

Origines[modifier | modifier le code]

Heptagramme avec les sept jours de la semaine. C'est ce processus que l'étoile à sept branches ou « heptagramme » synthétise. Les planètes sont placées aux pointes de l'étoile dans l'ordre mentionné ci-contre. On obtient l'ordre des jours de la semaine si on passe d'une pointe à l'autre en suivant les branches de l'étoile.

En Mésopotamie[modifier | modifier le code]

La division du temps en période de sept jours semble avoir été utilisée par les Chaldéens[1]. En Mésopotamie, le chiffre 7 était considéré comme néfaste et il était recommandé de ne rien entreprendre les 7, 14, 21 et 28 du mois. On peut remarquer que 7 jours correspondent approximativement à un « quartier » de lune. 13 semaines constituent une « saison » de 91 jours ; l'année solaire de 365 jours comprend 4 « saisons » plus un jour, soit 52 semaines plus un jour. Il correspond surtout au nombre d'astres visibles dans le ciel à l'œil nu : le Soleil et la Lune ainsi que les planètes Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne.

Les astronomes de l'époque comprenaient dans les planètes (du grec πλανήτης (planêtês) « errantes ») aussi bien le Soleil que la Lune. Ils ne connaissaient pas les planètes au-delà de Saturne : Uranus et Neptune. Ils considéraient ainsi sept planètes dans l'ordre établi par les Chaldéens[2], c'est-à-dire : Saturne, Jupiter, Mars, Soleil, Vénus, Mercure et Lune.

Chaque planète, ou plus exactement la divinité associée à la planète, régnait à tour de rôle sur une heure du jour, dans un cycle continu, en commençant par les planètes les plus lentes, soit de Saturne vers la Lune. Chaque jour, à son tour, était dominé par l'intelligence planétaire régnant sur sa première heure. Donc, la première journée sera régie par Saturne (samedi) car la première heure de cette journée sera régie par Saturne, la deuxième heure sera régie par Jupiter, la troisième sera régie par Mars, et ainsi de suite jusqu'à la septième heure qui sera régie par la Lune, la huitième heure sera de nouveau régie par Saturne, de même que la quinzième, et on continue ainsi jusqu'à la vingt-quatrième heure qui sera régie par Mars, la vingt-cinquième heure qui est en fait la première du jour suivant sera celle du Soleil, et comme la première donne son nom au jour cela sera un dimanche (Sonntag, Zondag, Sunday). Le processus se poursuit pareillement pour les autres jours[3].

On remarque qu'avec ce procédé on retrouve l'ordre des jours de la semaine usuelle mais le premier jour correspond au jour de Saturne : le samedi. Le dernier étant donc le jour de Vénus, c'est-à-dire le vendredi[4].

Empire romain et chrétienté[modifier | modifier le code]

L’Ancien Testament et le quatrième commandement (« Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier »[5]) fondent la pratique juive du chabbat sur le récit de la Création du monde en six jours. La Genèse fait d'ailleurs venir Abraham de Chaldée. Traduite en grec puis en latin, la Bible a répandu la pratique de la semaine, dans le monde monothéiste. Scandée par un jour de repos ou de réunion, la semaine permet un repérage commode des six autres jours[6].

En Occident, l'emploi du découpage en semaines date seulement du IIIe siècle. L'adoption du dimanche chrétien comme jour de repos, a été institué pour se différencier des juifs, et officialisé en tant que "Jour du Soleil"[7] par un décret de l'empereur Constantin Ier en 321[8],[9].

Des tentatives de suppression des références aux divinités antiques par le pape Sylvestre Ier à l'époque de Constantin sont avérées ; il proposa de ne garder que le dimanche (en latin "dies Dominicus" signifiant jour du Seigneur) et le samedi (sabbat) puis de numéroter les jours (« feria prima, feria secunda »)[3]. La réforme échoua mais fut reprise à son compte par l'évêque de Braga au Portugal au VIe siècle qui déplorait que les jours fussent consacrés à des divinités païennes[10].

Ultérieurement, les autorités ecclésiastiques proposèrent la nomenclature suivante : « jour de la lumière » (luminis dies) pour lundi, « jour des martyrs » (martyrium dies) pour mardi, « jour de l'Église immaculée » (merae ecclesiae dies) pour mercredi, "jour du saint sacrement" (Jesus dies) pour jeudi, « jour de la passion » (veneranda dies) pour vendredi, « jour du sabbat » (sabbato dies) pour samedi et bien sûr « jour du seigneur » (Dominica dies) pour le dimanche. La réforme n'eut pas plus de succès. Mais le « jour du seigneur » (dimanche) réussit à se substituer au « jour du soleil » dans quelques régions européennes[11].

De nos jours[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Noms des jours de la semaine.

Une semaine comporte sept jours (voir plus bas pour la question du choix du premier jour) : voici leurs noms, abréviations et étymologie[12] :

Jour Abr. En latin Signifiant
lundi lun. Lunæ dies jour de la Lune (grec et latin : de la déesse Artémis/Diane)
mardi mar. Martis dies jour de Mars (grec et latin : du dieu Arès/Mars)
mercredi mer. Mercurii dies jour de Mercure (grec et latin : du dieu Hermès/Mercure)
jeudi jeu. Jovis dies jour de Jupiter (grec et latin : du dieu Zeus/Jupiter)
vendredi ven. Veneris dies jour de Vénus (grec et latin : de la déesse Aphrodite/Venus, joumoua pour les musulmans)
samedi sam. Sambati dies jour de Saturne (grec et latin : du dieu Cronos/Saturne) et du Chabbat (dans le judaïsme)
dimanche dim. Dominica dies jour du Soleil, en français jour du Seigneur, par contraction de dies dominica

Ne pas confondre sambati dies avec Saturni dies (« jour de Saturne »), appellation latine plus ancienne de « samedi » et qui est à l'origine de mots tels que Saturday et Samstag.

Début et fin de la semaine[modifier | modifier le code]

Dans la neuvième édition de son dictionnaire, l'Académie française note pour dimanche :

« Traditionnellement, et aujourd'hui encore dans la langue religieuse, [dimanche est le] premier jour de la semaine qui commémore la résurrection du Christ. Dans la langue courante, [dimanche est le] septième et dernier jour de la semaine »[13],[14]. De fait, les Évangiles s'expriment conformément à l'habitude juive, elle-même issue du récit biblique de la Création du monde. Selon elles, la résurrection du Christ a eu lieu le premier jour de la semaine, le lendemain du Chabbat :

« Après le jour du sabbat, comme l'aube du premier jour commençait à poindre... » (Mt 28. 1)

« Quand le sabbat fut passé, de grand matin, le premier jour de la semaine, elles vont à la tombe, le soleil s'étant levé. […] Ressuscité le matin, le premier jour de la semaine, il apparut d'abord à Marie de Magdala » (Mc 16. 1-9)

Des pays comme les États-Unis et le Japon ou le Canada[15] font commencer la semaine par le dimanche. En portugais de même, la plupart des jours n'ont pas de nom, à part samedi et dimanche. Lundi devient segunda feira, du latin ecclesiastique feria secunda (second jour). En breton, le premier jour de la semaine est le dimanche. L'habitude de le considérer comme dernier jour, en pays chrétien, émane essentiellement du bon sens qui veut que le travail précède le repos, bon sens qui peut s'appuyer sur le récit biblique de la Création.

Le calendrier chrétien, dans la continuité du judaïsme et s'appuyant sur le Nouveau Testament[16], considère le dimanche comme premier jour de la semaine, et le rapporte au jour de la résurrection du Christ. Les chrétiens célèbrent aussi le dimanche sous l'appellation de huitième jour (7+1) pour donner à cet évènement une portée universelle et la signification d'un accomplissement. Dans la liturgie juive, le huitième jour clôture souvent les grandes fêtes (Pâque, Tentes (Lv 23, 36). La première création en sept jours (Gn 1-2,2), s’accomplit en une « création nouvelle » à la résurrection, le premier jour de la semaine autrement dit le huitième jour. La symbolique chrétienne associe fréquemment le sept au judaïsme, et le huit au christianisme, considéré comme l'accomplissement du judaïsme.

La majorité des pays musulmans font commencer la semaine le samedi, car selon la religion musulmane la journée de prière correspond au vendredi qui est le jour saint de l'islam ce qui est conforme à la semaine chaldéenne originelle (voir ci-dessus).

L'Organisation internationale de normalisation (ISO) a émis les recommandations suivantes :

  1. le lundi est considéré comme le premier jour de la semaine (norme ISO 8601) ;
  2. les semaines d'une même année sont numérotées de 01 à 52 (parfois 53) ;
  3. la semaine qui porte le numéro 01 est celle qui contient le premier jeudi de janvier ;
  4. il peut exister une semaine no 53 (années communes finissant un jeudi, bissextiles finissant un jeudi ou un vendredi).

Une semaine en chiffres[modifier | modifier le code]

Périodes similaires[modifier | modifier le code]

Les Égyptiens, les Chinois et les Grecs groupaient les jours en décades.

Le décompte romain en ides et calendes, qui comprenait une semaine de huit jours ou nundines, fut remplacé par la semaine telle que nous la connaissons aux alentours du IIIe siècle.

Le calendrier républicain, utilisant des décades (périodes de 10 jours), n'a pas eu de succès. La semaine de sept jours est une invention millénaire très peu réformable et il n'y avait plus qu'un jour de repos sur dix, contre un sur sept.

La structure du calendrier maya est assez différente des analogies précédentes, mais on peut noter l'existence de 20 noms de jours qui se succèdent en cycle dans le calendrier Tzolk'in, formant une sorte de semaine, et attachés à un numéro de jour allant de 1 à 13, analogue au numéro de jour dans un mois. L'association des deux, par exemple 5 kib', puis 6 kab'an, etc. produit donc une succession similaire à lundi 3, mardi 4, etc., avec un mois durant moins longtemps qu'une semaine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. À noter qu'on doit également aux Chaldéens notre numération du temps : usage de la base 60 (5x12) pour les minutes et les secondes et du double duodécimale (2x12) pour la journée. Cf. Georges Ifrah, Histoire universelle des chiffres, éd. Bouquin, 1995 (ISBN 2-221-07838-1)
  2. Cet ordre correspond au classement des astres visibles à l'œil nu en fonction de leur vitesse de déplacement dans le ciel par rapport aux étoiles de la voûte céleste en les rangeant du plus lent au plus rapide. Cf Jean-Pierre Durandeau, Physique, option sciences expérimentales, 1re série, Hachette, 1994 (ISBN 2-01-134995-8)
  3. a et b Le procédé fonctionne car 7 est premier avec 24, c'est donc une chance que l'on ait connu à ce moment 7 astres « vagabonds ». Pour plus de détails voir Émile Biémont, Rythmes du temps, astronomie et calendriers, De Boeck, 2000. (ISBN 2-8041-3287-0)
  4. Les musulmans gardent encore la trace de cette semaine initiale.
  5. Exode, chapitre 20, verset 8 sur Wikisource
  6. Un jour de repos, ou d'inactivité, tous les 7 jours, était une pratique déjà usitée par les Chaldéens en raison de leurs croyances qui attribuaient un effet néfaste au nombre 7 et par extension à tous ses multiples. Cf. Bourgoing, op. cit., p.32 et Biémont, op. cit., p.50.
  7. Philip Schaff, History of the Christian Church, Vol. 2: From Constantine the Great to Gregory the Great A.D. 311–600, New York, Charles Scribner, 1867, p.380 note 1.
  8. Il est avéré que le concile de Nicée (325) statua sur les travaux de Denys le petit pour élaborer la date de Pâques. Cf. Jacqueline de Bourgoing, Le Calendrier maître du temps ?, collection Découvertes, Gallimard, 2000 (ISBN 2-07-053440-5).
  9. Voir la lettre apostolique Dies Domini de Jean-Paul II et le calendrier de Bède (temporum ratione)
  10. Cf. Biémont, op. cit., p.50 (note)
  11. Cf. Biémont, op. cit., p. 50
  12. Bruno Mauguin, Le Nom des jours de la semaine, Espace des sciences.
  13. « Dimanche », Dictionnaire de l'Académie française, neuvième édition.
  14. « Dimanche : premier ou dernier jour de la semaine ? » sur academie-francaise.fr.
  15. Code canadien du travail: « semaine » Dans le cadre de la section I, période commençant à zéro heure le dimanche et s’achevant à vingt-quatre heures le samedi suivant. http://lois-laws.justice.gc.ca/fra/lois/L-2/page-78.html#h-73
  16. Mt 28, 1 ; Mc 16, 2, 9 ; Lc 24, 1 ; Jn 20, 7 ; Ac 20, 7 ; 1 Co 16,7

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]