Rémi Brague

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rémi Brague
Picto infobox auteur.png

Philosophe français

Période Contemporaine

Naissance
8 septembre 1947 (67 ans)
Principaux intérêts
Œuvres principales
Aristote et la question du monde. Essai sur le contexte cosmologique et anthropologique de l'ontologie,
La sagesse du monde. Histoire de l'expérience humaine de l'univers,
La loi de Dieu : histoire philosophique d'une alliance,
Europe, la voie romaine
Influencé par
Platon, Aristote, Philosophies médiévales, Heidegger, Leo Strauss

Rémi Brague, né le 8 septembre 1947 à Paris, est un écrivain, philosophe, universitaire, spécialiste de la philosophie médiévale arabe et juive, et connaisseur de la philosophie grecque. Il enseigne la philosophie grecque, romaine et arabe à l'Université de Paris I Panthéon-Sorbonne et à la Ludwig-Maximilian Universität de Munich. Il est membre de l'Institut.

Il est connu depuis son ouvrage Europe, la voie romaine ainsi que pour ses essais sur la religion chrétienne. Ses recherches actuelles relèvent de l'histoire des idées à très long terme et de la comparaison entre christianisme, judaïsme et islam.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève à l'École normale supérieure de la rue d'Ulm en 1967, il devient agrégé de philosophie en 1971, puis soutient sa thèse de doctorat en 1976, sous la direction de Pierre Aubenque. Professeur à l'université Paris I Panthéon-Sorbonne où il dirige le centre de recherche « Tradition de la pensée classique », Rémi Brague enseigne aussi à la Ludwig-Maximilian-Universität de Munich (Allemagne), où il occupe la chaire Romano Guardini ; il y enseigne l'histoire du christianisme européen. Il a été aussi John Findlay Visiting Professor à l'Université de Boston (États-Unis). Son domaine d'étude est considérable : bien qu'officiellement spécialiste des philosophies médiévales juive et arabe, il a d'abord travaillé sur la philosophie grecque ; d'abord sur Platon, puis sur Aristote. Sa thèse de 3e cycle portait sur le Ménon de Platon (publiée sous le titre Le Restant). Sa thèse de doctorat d'État est une étude sur la notion de monde chez Aristote. C'est ensuite que sa recherche s'est tournée sur le Moyen Âge arabe, juif et latin. Il a publié sur saint Bernard, Razi et Maïmonide. Rémi Brague est aussi un commentateur de l'œuvre de Heidegger et un fin lecteur de Leo Strauss.

L'ouvrage qui l'a fait sortir du cadre de l'expertise philosophique érudite est Europe, la voie romaine, traduit en plusieurs langues. Son travail actuel se développe en un triptyque qui concerne d'abord la représentation de la notion de monde (La sagesse du monde), ensuite la manière dont la pensée s'est représentée historiquement la loi de Dieu (la Loi de Dieu) ; le troisième volume, paru en 2008, portera sur les manières dont l'homme a cherché historiquement à s'émanciper de la nature et de Dieu.

En 2009, Rémi Brague devient un membre de l'Académie catholique de France, institution qui fait suite à l'ancien Cercle des Intellectuels Catholiques, avec Pierre Manent, Philippe Capelle, Thierry Escaich, et Nathalie Naber[1],[2].

Il est élu à l'Académie des sciences morales et politiques le 7 décembre 2009 au fauteuil de Jean-Marie Zemb[3].

Rémi Brague est polyglotte : il parle le français, l'allemand, l'anglais et l'espagnol et son domaine de compétence comprend le grec ancien, le latin, l'arabe médiéval et l'hébreu.

En avril 2011, il a débattu avec le philosophe et anthropologue des religions Malek Chebel lors d'une conférence-débat organisée à l'Institut d'études politiques de Paris par le Centre Saint-Guillaume sur l'histoire du dialogue entre christianisme et islam[4].

Il a reçu le prix Ratzinger pour la théologie le 19 octobre 2012[5],[6].

Il est fait Chevalier de la Légion d'honneur dans la promotion du 1er janvier 2013[7].

Publications principales[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • Le restant. Supplément aux commentaires du Ménon de Platon, Vrin / Les Belles Lettres, Paris, 1978, 247 p. - 2e éd. inchangée, Vrin, 1999.
  • Du temps chez Platon et Aristote. Quatre Études, P.U.F., Paris, 1982, 181 p. - 2e éd. inchangée, 1995.
  • Aristote et la question du monde. Essai sur le contexte cosmologique et anthropologique de l'ontologie, P.U.F., Paris, 1988, 560 p.
  • Europe, la voie romaine, Criterion, Paris, 1992, 189 p. - 2e éd. revue et augmentée, ib., 1993, 206 p. - 3e éd. revue et augmentée, Folio-essais, NRF, Paris, 1999, 260 p.
    • Европа, римский путь/ Пер. А.М.Руткевича. Москва: Аллегро-Пресс, 1995. 176 с.
    • Europa, droga rzymska, traduction polonaise par Wiktor Dłuski, Teologia Polityczna, Warszawa, Wyd. Funadcja Św. Mikołaja 2012
  • La sagesse du monde. Histoire de l'expérience humaine de l'univers, Fayard, Paris, 1999, 333 p.
  • El passat per endavant [recueil inédit en français], traduction catalane par J. Galí y Herrera, Barcelone, Barcelonesa d’edicions, 2001, 184p.
  • Introduction au monde grec : études d'histoire de la philosophie, Éditions de la Transparence, 2005.
  • La loi de Dieu : Histoire philosophique d'une alliance, Gallimard, Paris, 2005.
  • Au moyen du Moyen Âge : Philosophies médiévales en chrétienté, judaïsme et islam, Éditions de La Transparence, 2006.
  • Du Dieu des chrétiens et d’un ou deux autres, Flammarion, 2008 (ISBN 2081213192).
  • Image vagabonde. Essai sur l'imaginaire baudelairien, Éditions de La Transparence, 2008.
  • Les Ancres dans le Ciel, Seuil, 2011.
  • Qui est le Dieu des chrétiens ? avec Jean-Pierre Batut, éditions Salvator, mars 2011 (ISBN 978-2706708077).
  • Le Propre de l'homme : Sur une légitimité menacée, Flammarion,‎ 2013, 257 p. (ISBN 978-2081298576)
  • L'éducation à l'âge du « gender », 2013, 144 p. (ISBN 9782706709814) avec Michel Boyancé et Jean-Noël Dumont
  • Modérément moderne, Flammarion,‎ 2014, 383 p. (ISBN 978-2081331112)

Direction d'ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • Herméneutique et ontologie, Mélanges en l'honneur de P. Aubenque à l'occasion de son 60e anniversaire, sous la dir. de Rémi Brague et Jean-François Courtine, P.U.F., Paris, 1990, XXI-388 p.
  • Saint Bernard et la Philosophie, P.U.F., Paris, 1993, 195 p.
  • Die Macht des Wortes, Eranos, N.F., Bd. 4, Wilhelm Fink, Munich, 1996, 347 p.

Articles et contributions[modifier | modifier le code]

La page http://gramata.univ-paris1.fr/BRAGUE recense une liste de bien plus de cent articles écrits par Rémi Brague. La liste ci-dessous n'en est qu'un échantillon.

  • « La phénoménologie comme voie d'accès au monde grec. Note sur la critique de la Vorhandenheit comme modèle ontologique dans la lecture heideggerienne d'Aristote », Phénoménologie et métaphysique, Paris, 1984, p. 247-273.
  • « L'expérience biblique du monde et l'idée de création », Création et salut, Bruxelles, 1989, p. 105-120.
  • « Le déni d’humanité. Sur le jugement : ’ces gens ne sont pas des hommes’ dans quelques textes antiques et médiévaux », Lignes, no 12, "Penser le racisme", décembre 1990, p. 217-232.
  • « Un modèle médiéval de la subjectivité : la chair », Le Colloque de Cordoue. Ibn Rochd, Maïmonide, saint Thomas, ou la filiation entre foi et raison, Castelnau-le-Lez, Climats et Paris, Association Freudienne Internationale, 1994, p. 36-62.
  • « Culture et mémoire », Grand Larousse Universel, Le Livre de l'année, Paris, 1994, p. 29-31.
  • « L’impuissance du Verbe. Le Dieu qui a tout dit », Diogène, no 170, avril-juin 1995, p. 49-74.
  • « La galaxie Blumenberg », Le Débat, 83, 1995, p. 173-186.
  • « Le problème de l’homme moderne » in G. Laforest et P. de Lara (éd.), Charles Taylor et l’interprétation de l’identité moderne, Entretiens de Cerisy, juin 1995, Paris, Cerf et Québec, P.U.L., 1998, p. 217-229.
  • « Islam » et « Judaïsme » in P. Raynaud / S. Rials (éd.), Dictionnaire de Philosophie Politique, Paris, P.U.F., 1996, p. 296-302 et 303-306.
  • « Eorum praeclara ingenia. Conscience de la nouveauté et prétention à la continuité chez Farabi et Maïmonide » in D. Mallet (éd.) Études de philosophie arabe, Actes du colloque de Bordeaux, 17-19 juin 1994, Bulletin d'études orientales, XLVIII (1996), 1996, p. 87-102.
  • « Trois regards musulmans sur la cité chrétienne », Le trimestre psychanalytique, 3, 1996, Le théologico-politique, p. 17-28.
  • « Athens, Jerusalem, Mecca. Leo Strauss's "Muslim" Understanding of Greek Philosophy », Poetics Today, 19, 1998, p. 237-259.
  • « Pour une métaphysique de base » in Regards sur la crise. Réflexions pour comprendre la crise… et en sortir, ouvrage collectif dirigé par Antoine Mercier avec Alain Badiou, Miguel Benasayag, Dany-Robert Dufour, Alain Finkielkraut, Élisabeth de Fontenay…, Paris, Éditions Hermann, 2010.
  • Une mise à l'épreuve d'Aristote à partir de Heidegger dans Aristote et la question du Monde.

Éditions & Traductions[modifier | modifier le code]

  • Leo Strauss, Maïmonide. Essais recueillis et traduits, Paris, PUF, 1988, 376 p.
  • Maïmonide, Traité de logique, Paris, Desclée De Brouwer, 1996, 158 p.
  • Shlomo Pinès, La liberté de philosopher. De Maïmonide à Spinoza, DDB, Paris, 1997, 484 p.
  • Thémistius, Paraphrase de la Métaphysique d'Aristote, Livre Lambda, Paris, Vrin: Tradition de la pensée antique, 1999, 175 p., ISBN 978-2711614110
  • Maïmonide, Traité d'éthique, Paris, Desclée De Brouwer, 2001, 186p.
  • Razi, La Médecine spirituelle, Paris, Flammarion, Paris, 2003.
  • Ignaz Goldziher, Sur l'Islam. Desclée de Brouwer, 2003[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]