Bernard Boucault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher


Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boucault.

Bernard Guy Marie Boucault, né le 17 juillet 1948 à Blois dans le Loir-et-Cher, est un haut fonctionnaire français, qui a exercé plusieurs charges de préfet et occupé le poste de directeur de l'École nationale d'administration.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études au lycée Augustin-Thierry de Blois, Bernard Boucault est licencié en droit. Il est ensuite titulaire d'un D.E.S en droit public, d’un diplôme de l'Institut d'études politiques de Bordeaux, puis intègre l'École nationale d'administration (promotion Léon Blum, 1973-1975)[1].

Au sein de la préfectorale, il a été notamment sous-préfet, directeur du cabinet du préfet du Var en septembre 1975, directeur du cabinet du préfet de la région Bretagne, préfet d'Ille-et-Vilaine en juin 1977, secrétaire général de la Haute-Saône en août 1978[1].

Puis il est devenu directeur adjoint des stages à l’ENA en novembre 1980[1]. En 1981, la gauche s’empare du pouvoir. En septembre 1983, Jacques Delors, alors ministre de l’Économie, des Finances et du Budget, fait appel à ses services comme chef de cabinet. En 1984, il devient conseiller technique au cabinet du ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, Pierre Joxe. Et en janvier 1986, il repart dans la préfectorale comme sous-préfet hors classe et secrétaire général de la préfecture des Alpes-Maritimes[1].

En 1988, il devient préfet de la Haute-Corse à Bastia. En 1989, il fait l’objet d'une tentative d’enlèvement dans les locaux de la préfecture. Pierre Joxe salue son comportement en ces circonstances et le nomme, en 1990, directeur adjoint de son cabinet au ministère de l’Intérieur. Il est, par la suite, nommé préfet de la région Pays de la Loire, à Nantes. Il y côtoie Jean-Marc Ayrault[2]. Les deux hommes s'apprécient[3].

Il occupe le poste de directeur de l’ENA de 2007[4] à 2012.

Bernard Boucault est ensuite nommé au poste de préfet de police de Paris en Conseil des ministres par François Hollande (décret du 31 mai 2012[5]) ; il fut « installé » par le ministre de l’Intérieur Manuel Valls le 26 juin 2012[6],[7],[8],[9].

Le 9 octobre 2012, une assignation a été déposée au Tribunal Administratif contre Bernard Boucault par Clément Alexandre qui a été grièvement blessé à la mâchoire, à une joue et à une dent le 21 juin 2009 suite à un tir policier de balle en caoutchouc de marque Flash-Ball, place de la Bastille. Ce dernier a entrepris cette démarche aux côtés du collectif « Face aux armes de la Police », après expertises médicale et balistique, et suite au refus d'une demande d'indemnisation de plus de 20 000 €[10],[11]. Bernard Boucault ne s'est pas présenté au tribunal administratif et la Préfecture de police de Paris a été condamnée le 18 décembre 2013 à verser 7 700 € de dommage à Clément Alexandre. Pour la première fois, la responsabilité de l'état a été reconnue par le tribunal, mais sans faute en vertu de la loi sur les attroupements, ainsi que le lien entre les blessures et le tir policier de Flash-Ball[12].

Il a été critiqué par les opposants au « mariage pour tous » et les partis de droite, lors de sa gestion des manifestations contre le projet de loi au printemps 2013[13].

Le 13 mai 2013, lors de la soirée célébrant le titre de champion de France du Paris-Saint-Germain (PSG), la préfecture de Police de Paris n’avait pas anticipé les violences et saccages d’une partie des individus venus en masse pour fêter l’événement. Les incidents survenus place du Trocadéro, ne sont pas les premiers à impliquer certains supporteurs se réclamant du PSG[14]. Il lui a été reproché d'avoir mis en place un dispositif policier trop peu important au regard des débordements qui ont été observés[15],[16]. La préfecture de police a indiqué avoir mis en place un dispositif conséquent composé d’effectifs locaux et de 7 forces mobiles et tenant compte des risques estimés et des informations fournies par les organisateurs. Le dispositif a rapidement été renforcé par 27 équipages BAC civils de l’agglomération parisienne[17].

Préfet[modifier | modifier le code]

Principaux postes comme préfet :

ENA[modifier | modifier le code]

  • 1er janvier 1973 : Élève de l’ENA (promotion Léon Blum sortie en 1975).
  • 2 août 2007 au 30 mai 2012 : Directeur de l'ENA[19].

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Bernard Boucault a été nommé préfet de la région Midi-Pyrénées, préfet de la Haute-Garonne », Le Monde,‎ 23 avril 1999
  2. Béatrice Jérôme, « Bernard Boucault, un « haut fonctionnaire de gauche » préfet de police », Le Monde,‎ 31 mai 2012
  3. Philippe Dossal, « Bernard Boucault en meneur de jeu », Le Point,‎ 6 octobre 2005 (lire en ligne)
  4. Décret du 2 août 2007, JORF no 178 du 3 août 2007, texte no 61, NOR PRMX0710793D.
  5. « Décret du 31 mai 2012 portant nomination du préfet de police de Paris (hors classe) - M. Boucault (Bernard) », JORF n° 0126 du 1er juin 2012. Page de Légifrance consultée le 17 mai 2013.
  6. « Installation de M. Bernard Boucault, préfet de police », Préfecture de police - 26 juin 2012 - Allocution de M. Manuel Valls, ministre de l’Intérieur. Consulté le 17 mai 2013.
  7. « Prise de fonctions de Bernard Boucault, préfet de police de Paris » : « Mardi 26 juin 2012, Manuel Valls, ministre de l'intérieur, a assisté à la prise de fonctions de Bernard Boucault, nouveau préfet de police. », sur le site interieur.gouv.fr, Consulté le 17 mai 2013.
  8. [vidéo] : « Installation de Monsieur Bernard Boucault, Préfet de Police par Manuel Valls, ministre de l’Intérieur » , vidéo de 3 minutes 7 secondes, sur YouTube, Visionné le 17 mai 2013.
  9. [vidéo] : «  Cérémonie d'installation du Préfet de police Bernard Boucault par le Ministre de l'Intérieur Manuel Valls », vidéo de 8 minutes 26 secondes, sur YouTube, Visionné le 17 mai 2013.
  10. Laurent Borredon, « Un préfet de police assigné pour un tir de Flash-Ball », Le Monde,‎ 3 décembre 2013 (lire en ligne)
  11. AFP, « Blessé au flash-ball, il assigne le préfet de police de Paris », Libération,‎ 17 octobre 2012 (lire en ligne)
  12. Rédaction Le Monde avec l'AFP, « L'Etat condamné à indemniser une victime de tir de flash-ball », Le Monde,‎ 18 décembre 2013 (lire en ligne)
  13. « Manif contre le mariage pour tous: Le préfet de police attaqué au Conseil de Paris », 20 minutes,‎ 25 mars 2013 (lire en ligne)
  14. Adrien Pécout, « Violences au PSG : retour sur les épisodes précédents », Le Monde,‎ 14 mai 2013 (lire en ligne)
  15. Jean-Marc Leclerc, « Le préfet de police de Paris sur la sellette », Le Figaro,‎ 14 mai 2013 (lire en ligne)
  16. [radio]« Bourdin & co - Violences au Trocadéro / Polémique sur les moyens déployés et le lieu choisi », sur RMC, émission de Jean-Jacques Bourdin,‎ 14 mai 2013 (consulté le 18 mai 2013)
  17. [PDF]« Communiqué de presse sur l'incident de la place du Trocadéro », sur Préfecture de police,‎ 13 mai 2013 (consulté le 18 mai 2013)
  18. Laurent Borredon, « Valls remplace le trio de tête de la hiérarchie policière », Le Monde,‎ 30 mai 2012 (lire en ligne)
  19. Anciens directeurs de l'ENA, sur le site ena.fr

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Notice « Boucault, Bernard, Guy, Marie » (préfet, né en 1948), page 350 in Who’s Who in France : Dictionnaire biographique de personnalités françaises vivant en France et à l’étranger, et de personnalités étrangères résidant en France, 44e édition pour 2013 éditée en 2012, 2371 p., 31 cm (ISBN 978-2-85784-053-4)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]