Carl Lang

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lang.
Carl Lang
Carl Lang lors d'un repas militant, en septembre 2010.
Carl Lang lors d'un repas militant, en septembre 2010.
Fonctions
Député européen
20 juillet 199420 juillet 2009
Élection 12 juin 1994
Réélection 13 juin 1999
13 juin 2004
Législature 4e, 5e et 6e
Conseiller régional de Haute-Normandie
20 mars 198621 mars 1992
Élection 16 mars 1986
Biographie
Date de naissance 20 septembre 1957 (57 ans)
Lieu de naissance Vernon (Eure)
Nationalité Française
Parti politique Front national (1978-2008)
Parti de la France (depuis 2009)
Profession Masseur kinésithérapeute

Carl Lang, né le 20 septembre 1957 à Vernon[1] (Eure), est un homme politique français. Après avoir milité au Front national pendant trente ans (de 1978 à 2008), il crée en février 2009 le Parti de la France (PDF).

Biographie[modifier | modifier le code]

Au Front national[modifier | modifier le code]

Carl Lang est titulaire d'un diplôme d'État de masseur kinésithérapeute.

Carl Lang est durant trois mandats député européen du Front national de 1994 à 2009, membre du groupe Identité, tradition, souveraineté (ITS) au Parlement européen.

Candidat à la députation dans la 20e circonscription du Nord en 2002, il recueille 18,66 % des voix au premier tour, mais ne peut se maintenir au second[2]. Lors des élections législatives de 2007, il obtient 11,60 % des voix dans la 23e circonscription du Nord[3].

Le 17 novembre 2008, Carl Lang est suspendu du FN par le bureau exécutif. Il se présentait aux élections européennes contre Marine Le Pen qui était parachutée dans sa région[4].

Au Parti de la France[modifier | modifier le code]

Le 23 février 2009, il crée le Parti de la France (PDF), ralliant à lui des historiques du Front national comme Martial Bild, Martine Lehideux, Bernard Antony, Pierre Descaves, Jean-Claude Martinez, Jean Verdon, Fernand Le Rachinel, Myriam Baeckeroot, Christian Baeckeroot, ainsi qu'une quarantaine de conseillers régionaux. En vue des élections européennes de 2009, il décide de conduire une liste dissidente au FN, en réaction à la désignation de Marine Le Pen comme tête de liste pour la circonscription Nord-Ouest, dont il est le député sortant. Le 7 juin 2009, sa liste réalise 1,52 % des suffrages.

Carl Lang devant FR3 Limousin en novembre 2011.

Lors des élections régionales de mars 2010, le Parti de la France présentait des listes dans quatre régions : Haute Normandie (1,46 %), Basse Normandie (3,71 %), Picardie (2,02 %) et Centre (3,55 %). Il s'est associé dans deux autres régions, la Lorraine (3 %) et la Franche-Comté (2,46 %), aux listes « Non aux minarets » présentées par le Mouvement national républicain et la Nouvelle droite populaire. Le PdF a aussi soutenu la liste d'union des nationaux et des identitaires, la Ligue du Sud, de Jacques Bompard en PACA (2,69 %).

Le Parti de la France enregistre donc une moyenne approximative de 2,70 % des voix dans les quatre régions où il se présentait.

Le 13 septembre 2011, il annonce sa candidature à l'élection présidentielle de 2012[5], celle-ci présentée dans le cadre d'une coalition de partis de droite national, l'Union de la droite nationale (UDN), associant des membres du Parti de la France (PDF), du Mouvement national républicain (MNR), de la Nouvelle droite populaire (NDP), et soutenue par l'hebdomadaire Rivarol, de même que l'organisation des Jeunesses nationalistes (JN, groupement non électoral) et de l' Œuvre française. Il ne parvient pas à recueillir les 500 présentations d'élus nécessaires.

Dans le cadre des élections législatives de 2012, Carl Lang est candidat dans la cinquième circonscription de l'Eure, où il obtient 1,10 % des suffrages exprimés. Lors du second congrès du Parti de la France en février 2013, Carl Lang a été réélu président à l'unanimité.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est marié et a quatre enfants.

Synthèse des mandats[modifier | modifier le code]

Responsabilités politiques au sein du Front national
  • Adhésion au Front national en 1978, après l'assassinat de François Duprat
  • Secrétaire fédéral du département de l’Eure (1978-1983)
  • Directeur de campagne de Jean-Marie Le Pen en 1983 pour l’élection municipale du 20e arrondissement de Paris
  • Directeur national du Front national de la jeunesse (FNJ) (1983-1986)
  • Secrétaire général du FN (1988-1995)
  • Vice-président chargé des Affaires sociales depuis 1995
  • Délégué général du FN de décembre 1998 à novembre 1999
  • Secrétaire général du FN de novembre 1999 à octobre 2005
  • Vice-président du FN, membre du bureau exécutif
  • Élu au comité central en 1982
  • Réélu en 1985, 1990, 1994, 1997, 2000, 2003
  • Coopté au bureau politique en 1984
  • Élu au bureau politique en 1985, réélu en 1990, 1994, 1997, 2000, 2003
  • Membre du bureau exécutif du Front national

Aujourd'hui

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :