Roucy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Roucy
La Mairie.
La Mairie.
Blason de Roucy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Aisne
Arrondissement Laon
Canton Neufchâtel-sur-Aisne
Intercommunalité Communauté de communes de la Champagne Picarde
Maire
Mandat
Christelle Cas
2014-2020
Code postal 02160
Code commune 02656
Démographie
Population
municipale
397 hab. (2011)
Densité 57 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 22′ 22″ N 3° 48′ 57″ E / 49.3727777778, 3.81583333333 ()49° 22′ 22″ Nord 3° 48′ 57″ Est / 49.3727777778, 3.81583333333 ()  
Altitude Min. 55 m – Max. 206 m
Superficie 6,96 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte administrative de l'Aisne
City locator 14.svg
Roucy

Géolocalisation sur la carte : Aisne

Voir sur la carte topographique de l'Aisne
City locator 14.svg
Roucy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Roucy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Roucy

Roucy est une commune française, située dans le département de l'Aisne en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Depuis le XIIe l'orthographe du nom variant Rosci, Ruci, Rusci, Roussi, Rouci, Roussy et Roucy selon les époques et les sources. Les premières mention du village remontant au VIIe.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Roucy

Les armes de Roucy se blasonnent ainsi :
De gueules à la barre d’hermine, accompagnée en chef d’une pierre d’or et en pointe d’un lion d’argent.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1980 2008 Daniel Charles PS  
2008 2011 Pascale Garcia[1]    
2011 en cours Christelle Cas PS  
Les données manquantes sont à compléter.

Louis Émile Fovet (1823 Cerny-en-Laonnois - 12 janvier 1873) fut maire de Roucy et président de la Chambre des notaires de l’arrondissement de Laon, membre du Conseil d’arrondissement, et suppléant de la justice de paix de Neufchâtel-sur-Aisne.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 397 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
724 704 763 726 706 715 717 727 722
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
702 700 701 638 613 553 568 572 555
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
529 506 465 275 333 306 319 287 332
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
253 223 249 293 281 329 391 400 397
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Une petite cascade, du ruisseau ROucy au fond du vallon et passe devant l'ancien hospice d'Imécourt puis entre l'église recontruite après la Première Guerre mondiale et la motte féodale de l'ancien château. Le prieuré de Roucy, classé monument historique.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Alors qu'il était persécuté par l'archêvèque Manassés de Reims, Bruno le Chartreux fut accueilli par Ebles II de Roucy entre 1077 et 1080.
  • Armand Joseph de Béthune, comte de Roucy en philantrope fit bâtir une école établir sage femme et médecin, améliorer route et agriculture.
  • Charles Gédéon Théodore de Wassinhac ; Charles Louis Xavier Wassinhac comte d'Imécourt et de Roucy, maire de Roucy et conseiller général de l'Aisne. Et son épouse Marguerite Louise Joséphine de Galliffet (1826-1890) qui a fait construire l'hospice d'Imécourt et repose avec sa famille dans le caveau de la chapelle de l'hospice[5].
  • Yves Gibeau y réside de 1981 à sa mort.
  • Gérard Rondeau.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Aurélie Marcotte, « Démission de Mme. Garcia du poste de maire de Roucy », L'Union,‎ 23 avril 2011 (lire en ligne)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  4. « prieuré », base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. in La Vie rémoise
  • Cet article contient tout ou partie d'un document provenant du site La Vie rémoise.