Foursquare

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

foursquare, Inc.

Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de foursquare

Création Mars 2009
Personnages clés Dennis Crowley, Naveen Selvadurai, Harry Heymann, Nathan Folkman, Mike Singleton
Siège social Drapeau des États-Unis New York (New York(États-Unis)
Activité Internet
Produits Service de microblog
Site web foursquare.com

Foursquare est un média social qui permet à l’utilisateur d'indiquer où il se trouve grâce à un système de géolocalisation et de recommander, ce faisant, des lieux de sorties (restaurants, cafés, magasins). L'aspect ludique vient du fait qu'il est possible à l'utilisateur de gagner des points et d'accumuler des badges relatifs à des actions spécifiques et de devenir « maire » des endroits dans lesquels il est la personne à avoir fait le plus de check-ins (pointages, enregistrements) récemment[1],[2].

L'application fonctionne sur Symbian OS, iOS, Android, Windows Mobile, Windows Phone, Palm Pre, Blackberry et PlayStation Vita.

Histoire[modifier | modifier le code]

Foursquare a été créé à New York en 2009 par Dennis Crowley[3], Naveen Selvadurai[4], Harry Heymann[5], Nathan Folkman[6] et Mike Singleton[7], et son logo a été dessiné par Mari Sheibley[8].

Le 1er mars 2012, Foursquare annonce passer de Google Maps à OpenStreetMap[9] pour la localisation.

En avril 2013, Foursquare revendiquait trente-trois millions d'abonnés.

Le 6 août 2014, Foursquare lance une nouvelle version de son application qui change complètement son mode de fonctionnement, laissant le système des check-ins à une application tierce baptisée Swarm et se recentrant sur les recommandations de lieux intéressants à expérimenter. Foursquare en profite pour se doter d'un nouveau logo et se transforme donc en guide urbain (city-guide) interactif et collaboratif[10].

Questions économiques[modifier | modifier le code]

Il semble que Foursquare puisse trouver les moyens économiques de son développement plus rapidement que Twitter en utilisant la possibilité de proposer aux annonceurs de « suivre à la trace » des utilisateurs pour proposer à ceux-ci par notification push, sur leur smartphones, des offres spéciales (promotion dans un magasin, happy hour, etc.). La chaîne de cafés Starbucks offre ainsi une réduction aux « mayors » (« maires », c'est-à-dire les participants les plus assidus à un endroit donné) de ses points de vente[11]. Selon M. Edward P. Gilligan, vice-président d'American Express, « les personnes qui se sont enregistrées au programme [entente spéciale conclue avec Foursquare visant à obtenir plus de visibilité à ses partenaires] ont dépensé 20 % de plus que ceux qui n’avaient pas accès à ces rabais […] »[12].

Union Square Ventures et O’Reilly AlphaTech Ventures ont apporté 1,35 million de dollars à Foursquare en septembre 2009, ce qui semble augurer d'un attrait important de la part des investisseurs américains.

Statistiques et utilisation[modifier | modifier le code]

En septembre 2012 Foursquare comptait plus de 25 millions d'utilisateurs dans le monde entier. On compte plus de 2,5 milliards de check-ins (enregistrements), et plusieurs millions par jour. En outre, on compte plus d'un million de sociétés qui utilisent cette application pour se faire connaître du grand public et fidéliser des clients. En avril 2013, Foursquare revendiquait trente-trois millions d'abonnés[13].

Les utilisateurs sont encouragés à localiser très précisément leurs check-ins : l'utilisateur peut indiquer l'étage ou la zone où il se trouve dans un lieu donné ou l'activité spécifique à ce lieu. Les utilisateurs peuvent choisir d'afficher leurs check-ins sur leurs comptes Twitter ou Facebook. Toutefois, une étude de 2011 portant sur les comportements de cessation de suivi (unfollowing) (l'utilisateur met un terme à la réception automatique des tweets émis par un autre utilisateur auquel il s'était préalablement « abonné ») sur ​​Twitter[14] a observé que les utilisateurs interrogés ont montré une aversion pour la publication en rafale de leurs check-ins par l'automate Foursquare. Le 19 décembre 2013 Foursquare annonce une levée de fonds de 35 millions de dollars auprès de DFJ Growth et Capital Group[15].

Critiques[modifier | modifier le code]

Données personnelles et sécurité[modifier | modifier le code]

Une des principales critiques porte sur l'utilité restreinte à simplement permettre de rencontrer ses contacts qui se trouvent à proximité. Un système de pointage rend cette application plus ludique mais l'intérêt reste néanmoins limité si les propriétaires des lieux fréquentés n'adhèrent pas.

Exposition de la vie privée[modifier | modifier le code]

Le fait que l'application soit basée sur la géolocalisation induit des risques en matière d'exposition de la vie privée. Il incombe aux utilisateurs d'être parcimonieux sur la divulgation de leurs renseignements personnels. Début 2010, un site a été créé pour stigmatiser ces dangers. Intitulé « Please Rob Me » (« S'il vous plaît, cambriolez-moi »)[16], il affichait les flux Foursquare mais est aujourd'hui inactif.

Avant 2011, l'application indiquait directement le lieu où l'on habitait, sous la forme d'un check-in rouge, et qui était visible par tous les contacts. Mais face à de nombreuses critiques, Foursquare a décidé de supprimer ce check-in, en proposant une fonction de confidentialité. Ainsi le domicile exact n'est pas donné mais on donne seulement la zone où il se trouve.

Concurrents[modifier | modifier le code]

  • Ofollowme : service de géolocalisation via mobile, avec partage de photos, de lieux et micro blogging ; suivi d'amis ;
  • Google Latitude
  • Qype ;
  • Brightkite ;
  • Check-In 360[17] : service de géolocalisation permettant de créer un rendez-vous et d'inviter ses amis à s'y rendre ;
  • Facebook Places ;
  • Identi.ca : qui le reproduit très fidèlement, se distinguant par le fait qu'il repose sur des solutions open source ; il est possible, en entrant un message sur Identi.ca, de l'émettre en même temps sur Foursquare ;
  • Plyce : service de géolocalisation via mobile, avec partage de photos et micro blogging ;
  • Twitter : qui peut être considéré comme le modèle de Foursquare ;
  • Yammer : généralement décrit comme outil inspiré de Foursquare, mais plus orienté pour la conversation entre travailleurs d'une même entreprise ;
  • Friend Locator[18] : autre réseau social basé sur la géolocalisation, disponible pour iPhone ;
  • Find My Friends : application d'Apple ;
  • Motion Life : application qui permet de partager ses expériences et ses recommandations entre proches en fonction de ses affinités.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]