Lululemon Athletica

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Lululemon Athletica

Création 1998
Fondateurs Chip Wilson
Siège social Drapeau du Canada Vancouver (Canada)
Direction Laurent Potdevin
Activité Habillement sportif
Effectif 6 383[1]
Site web www.lululemon.com
Capitalisation 6,6 milliards USD (27 avril 2014)[2]
Fonds propres 887 millions USD (année fiscale 2012)[1]
Chiffre d’affaires 1,37 milliards USD (année fiscale 2012)[3]
en augmentation 370 millions USD[3]
Résultat net 271 millions USD (année fiscale 2012)[3]
en augmentation 86 millions USD[3]

Lululemon Athletica, ou plus simplement Lululemon est une société canadienne spécialisée dans l'habillement sportif et particulièrement celui destiné à la pratique du yoga. Elle a été fondée en 1998 par Denis Wilson à Vancouver. Elle utilise principalement des textiles techniques.

[modifier | modifier le code]

Le logo a été choisi à la suite d'un sondage marketing, il n'a pas de signification particulière. L'emblème est un "A" stylisé d'après la marque[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'entreprise a été fondée en 1998. Son fondateur Denis Wilson a notamment remarqué que les pantalons utilisés pour le yoga souffrent alors souvent de problèmes de transparence dans certaines positions. Il souhaite également que les femmes puissent disposer de vêtements ajustés et non plus simplement de T-shirt trop grands pour leurs exercices. La première boutique s'est ouverte en 2000. Wilson remarque rapidement que la clientèle est prête à payer beaucoup pour ce type de produit à la fois technique et à la mode. L'entreprise suit un modèle pyramidal pour la vente de ses produits :

- des articles originaux attirent les clients, mais sont vendus en l'espace de quelques semaines, ce qui attise d'autant leur convoitise ;

- des produits de saison forment le milieu de la pyramide ;

- les produits basiques, comme les pantalons ou les tapis de sol, constituent la base des ventes[4],[5].

En 2005, alors que le chiffre d'affaires approche les 100 millions de dollars US, Robert Meers, ancien directeur chez Reebok, arrive à la tête de la société en même temps que de nouveaux investisseurs[5].

En octobre 2006, Lululemon annonce la création de la coentreprise Lululemon Japan avec la société japonaise Descente. Trois magasins doivent ouvrir sur l'archipel la première année. Vingt doivent suivre à l'horizon 2010[6]. Toutefois, à la mi-2008, Lululemon décide de se retirer du Japon, Robert Meers explique que les quatre magasins japonais, qui représentent alors 1,5 % du chiffre d'affaires, ont demandé une gestion disproportionnée. Il préfère concentrer l'attention du groupe sur l'Amérique du Nord[7].

En janvier 2008, Christine M. Day devient Directrice générale de la société après le départ de Robert Meers[7]. En janvier 2012, Wilson décide de se retirer de ses fonctions de direction, tout en gardant la présidence de la société[5].

La croissance de l'entreprise ayant été rapide, celle de ses infrastructures n'a pas toujours suivi. Ainsi d'après les informations récoltées par CNN, le back-office était en 2010 encore sous-développé : de nombreuses opérations étaient réalisées avec le logiciel de bureautique grand public Microsoft Excel, les superviseurs de produits n'étaient pas assez nombreux, les délais n'étaient pas toujours respectés... Cela a conduit à des problèmes de qualité en 2013 qui ont eu raison de la directrice d'alors[5].

En juin 2013, suite à un problème de qualité sur un des produits, qui était trop transparent, Christine M. Day annonce sa démission[8]. Denis Wilson qui tente de défendre ses produits déclare à la télévision que le « le corps de certaines femmes ne vont tout simplement pas[9] ». Cette remarque déplacée provoque sa démission de son poste de président du conseil d'administration en décembre de la même année. Michael Casey prend sa place, tandis que Laurent Potdevin prend la direction générale[10].

Produits[modifier | modifier le code]

L'entreprise vend des textiles techniques, innovants, adaptés à la pratique du yoga ou de la course à pieds, ainsi que des accessoires liés : par exemple des tapis de sol ou des sac à dos. Les vêtements permettent les étirements[4],[11],[1].

Lululemon ne possède aucune usine. 60 % de ses produits provenaient en 2013 de cinq sous-traitants. 54 % des produits étaient fabriqués en Asie du Sud/Sud-Est, 34 % en Chine et 3 % d'Amérique du Nord. L'entreprise utilise des auditeurs pour vérifier la conformité des sous-traitants avec les lois en vigueur. Les coûts d'achats des produits représentaient entre 2011 et 2013 de 43,1 à 44,5 % du prix de vente final. La marge opérationnelle se situe sur la même période entre 25,8 et 28,9 %[1].

Stratégie[modifier | modifier le code]

L'entreprise cible initialement plus particulièrement les femmes ayant un haut niveau d'éducation et ayant conscience de l'importance de mener une vie saine. Son marché cible s'est ensuite étendu aux hommes. Si, au départ, les sportifs sont les cibles prioritaires, l'entreprise tente également de séduire une clientèle plus large et désireuse de donner une image sportive et décontractée d'elle-même. Les produits se veulent haut de gamme[1].

Si le groupe est avant tout présent en Amérique du Nord et prévoit d'y croitre principalement à court terme, des espaces d'exposition sont ouverts dans les autres pays anglo-saxons : Australie, Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni et Hong Kong[1].

Employés et magasins[modifier | modifier le code]

Magasin à Westport

Les magasins de la marque sont situés dans des rues ou des centres sportifs dynamiques, proches de leur clientèle cible. Début 2013, il y avait 211 magasins franchisés : 151 aux États-Unis, dont 24 en Californie, 10 au Texas et 9 dans l'État de New York, 51 au Canada, 23 en Australie et 2 en Nouvelle-Zélande. Par ailleurs, Lululemon a réalisé 14 % de ses ventes via internet en 2013[1].

Début 2013, l'entreprise employait 6 383 personnes, dont 3 387 aux États-Unis et 2 545 au Canada. Aux États-Unis la quasi totalité travaillent dans les magasins, alors qu'au Canada 162 travaillent dans la conception, le marketing et la production, 734 dans la vente et la gestion de l'entreprise. Les employés dans les magasins reçoivent une formation prolongée afin de pouvoir conseiller au mieux les clients désireux d'acheter non seulement un produit, mais également un certain style de vie[1].

Direction[modifier | modifier le code]

En avril 2014, Michael Casey est président du Conseil d'administration. Laurent Potdevin est Directeur général[10].

Actionnariat[modifier | modifier le code]

Le fondateur, Denis, dit "Chip", Wilson, détient en février 2013, 29 % des parts de Lululemon. Afin d'éviter de perdre le contrôle de sa société, il l'a placée sous l'autorité de l'État de Delaware, dont les règles sont restrictives pour le vote d'un nouveau directeur[1].

La société est cotée au NASDAQ depuis le 27 juillet 2007[12] sous le code LULU.

Données financières[modifier | modifier le code]

Données financières en millions de dollars US[1]
Années fiscales (commençant le 1er février) 2008 2009 2010 2011 2012
Chiffre d'affaires 353 452 711 1 000 1 370
Résultat net 39 58 121 184 270
fonds propres 154 233 394 606 887
Dettes 128 163

Filiale[modifier | modifier le code]

Fin 2009, Lululemon a ouvert une filiale destinée aux filles entre 6 et 12 ans nommée Ivivva[13].

Sponsoring[modifier | modifier le code]

L'entreprise est partenaire de l'équipe féminine cycliste Specialized-Lululemon depuis 2012[14].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) « Annual Report 2012 », sur Lululemon (consulté le 27 avril 2014)
  2. (en) « Lulu », sur nasdaq (consulté le 27 avril 2014)
  3. a, b, c et d (en) « Lululemon (LULU), income », sur wikinvest (consulté le 27 avril 2014)
  4. a, b et c « Company history », sur lululemon (consulté le 27 avril 2014)
  5. a, b, c et d (en) « Lululemon: In an uncomfortable position », sur CNN (consulté le 27 avril 2014)
  6. (en) « Japanese joint venture for Vancouver-based Lululemon », sur canada (consulté le 27 avril 2014)
  7. a et b (en) « lululemon athletica inc. continues to gain momentum with strong fourth quarter and fiscal year 2007 results », sur Lululemon (consulté le 27 avril 2014)
  8. (en) « Lululemon CEA Day quitting », sur USA Today (consulté le 27 avril 2014)
  9. « some women's bodies just don't actually work »
  10. a et b (en) « Lululemon co-founder steps down wake womens bodies remark », sur today (consulté le 27 avril 2014)
  11. (en) « Fabrics and technologies », sur Lululemon (consulté le 27 avril 2014)
  12. (en) « Chip Wilson, Founder of lululemon athletica, presides over the opening bell. », sur Nasdaq (consulté le 27 avril 2014)
  13. (en) « Lululemon for Girls?! Yes, it's True! Meet Ivivva », sur Huffingtonpost (consulté le 27 avril 2014)
  14. (en) « Kristy Scrymgeour Interview theres a new energy coming into womens cycling », sur velo nation (consulté le 5 avril 2014)