Réseautage social

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le réseautage social se rapporte à l'ensemble des moyens virtuels (internet) mis en œuvre pour relier des personnes physiques ou personnes morales entre elles. Avec l'apparition d'Internet, il recouvre les applications Web connues sous le nom de « service de réseautage social en ligne ». Ces applications ont de multiples objectifs et vocations. Elles servent à constituer un réseau social en reliant des amis, des associés, et plus généralement des individus employant ensemble une variété d'outils dans le but de faciliter, par exemple, la gestion des carrières professionnelles, la distribution et la visibilité artistique ou les rencontres privées.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le réseautage social existe depuis que les hommes sont constitués en société. Des groupes sociaux, organisés autour d'un thème fédérateur (religion, classe sociale, études, etc.), forment un type de réseautage informel : recommandation à un tiers, réunions organisées, etc. Le réseautage social peut prendre une forme plus organisée et institutionnelle, professionnelle ou "de loisir", payante ou gratuite. Ainsi les agences de rencontres offrent des services de réseautage social à caractère personnel tandis que les agences de chasseurs de têtes offrent des services de réseautage à caractère professionnel. Avec l'apparition d'Internet, le réseautage social a pris une nouvelle ampleur et ses formes et possibilités se sont multipliées.

Le premier site web de réseautage social fut Classmates.com, qui débuta ses activités en 1995. Company of Friends, le réseau en ligne de Fast Company, la revue commerciale en vogue de la nouvelle économie, lancé peu de temps après, en 1997, en introduisant le réseautage d'affaires sur Internet. D'autres sites ont emboité le pas, incluant Sixdegrees.com, qui débuta en 1997, Epinions qui introduisit le cercle de confiance en 1999, suivi par les équivalents européens Ciao, Dooyoo et Toluna. C'est à partir de 2001 que des sites web de réseautage social en ligne ont commencé à apparaitre. Cette forme de réseautage social, couramment employée au sein des communautés en ligne, est devenue particulièrement populaire en 2002 et a fleuri avec l'avènement du site web appelé Friendster. Friendster utilise le modèle de réseautage social du « cercle d'amis » (développé par l'informaticien britannique Jonathan Bishop en 1999)[1]. Il existe plus de 200 sites de réseautage social. La popularité de ces sites a rapidement grossi, à tel point qu'en 2006, MySpace a obtenu un plus haut taux de pages visitées que le moteur de recherches Google[2].

Applications[modifier | modifier le code]

Un réseau social est orienté vers le web 2.0, c'est-à-dire qu'il permet à ses visiteurs d'être des participants actifs du réseau, et non plus de simples visiteurs de pages statiques.

Dans ces communautés, un premier ensemble de fondateurs envoie des messages invitant des membres de leur propre réseau personnel à joindre l'emplacement. Les nouveaux membres répètent le processus, accroissant le nombre de membres et de liens dans le réseau. Les emplacements offrent alors des dispositifs tels que les mises à jour automatiques de carnet d'adresses, la visualisation de profils personnels, la possibilité de former de nouveaux liens par des services d'introduction, et d'autres formes de raccordements sociaux en ligne. Des réseaux sociaux peuvent également être organisés autour des relations d'affaires, comme dans le cas de LinkedIn ou de Viadeo, autour d'évènements (concerts, expositions...) de causes ou d'intérêts (politique comme Espoir à gauche ou Néthique) comme Oliceo, culturels (films, livres, peintures) comme Flixster ou de situations (sites visant les expatriés, comme Internations ou Glocals.com).. Parfois certains sites combinent plusieurs modalités de réseautage comme PointsCommuns qui allie réseautage culturel et personnel.

Le métissage du réseautage social est une approche du réseautage social qui combine à la fois les éléments hors-ligne (les rencontres en face-à-face) et en ligne. MySpace, par exemple, est construit autour de la musique indépendante et des vidéos et Facebook reflète une communauté d'universitaires. Les plus récents réseaux sociaux sur Internet se sont concentrés davantage sur des sujets spécifiques tels que l'art, le sport, les automobiles, les jeux comme le poker, les propriétaires de chien, et même la chirurgie esthétique.

La plupart des réseaux sociaux sur Internet sont publics, permettant à n'importe qui de s'y joindre. Les organismes, tels que de grandes entreprises, ont également accès à des programmes de réseautage sociaux privés, connus sous le nom de Enterprise Relationship Management (en). Ils installent ces programmes sur leurs propres serveurs et permettent à des employés de partager leurs réseaux de contacts et de relations avec les personnes et les entreprises extérieures. Récemment se sont développés en parallèle de ces réseaux sociaux privés des réseaux sociaux professionnels en ligne qui mettent en place un système de réseautage d'affaires ou networking.

La constitution d’un réseau social peut être mise en relation avec la Pyramide des besoins de Maslow. Le regroupement d’un ensemble d’entités sociales est une résultante de besoins exprimés par l’individu lui-même. Ainsi, il est possible de mettre en évidence trois des besoins fondamentaux[3] :

  • L'accomplissement Personnel par l'expression de soi. Chaque utilisateur s’exprime sur sa fiche utilisateur, son profil, et l’enrichit de contenu. Il communique des informations personnelles qui permettent aux autres utilisateurs de le reconnaître, ou de le découvrir.
  • La socialisation en éprouvant un besoin relationnel. Les utilisateurs peuvent entrer en relation entre eux directement ou par l’intermédiaire d’une connaissance commune; Cette relation est généralement matérialisée par une liste d’amis ou de contacts, publique ou privée. L’utilisateur peut aussi entrer en relation avec des marques, des artistes, des lieux, etc.
  • L'estime des autres par l'intermédiaire du besoin de communiquer. L’utilisateur a à sa disposition une large variété d’outils pour communiquer (messagerie instantanée, dédicace/livre d’or sur le profil d’un contact, partage de contenus, forums). La communication peut-être enrichie selon les sites (invitation à des événements, partage d’agenda, etc.)

Ce monde virtuel permet donc nombres d’interactions entre internautes, constituant ainsi le réseautage social.

Un développement récent de réseau social est l'intégration de l'élément du Marché, connue sous le nom de marché social. Le réseautage social a eu aussi une grande influence dans les élections présidentielles américaines et favorise le développement de réseaux sociaux à vocation politique.

Modèle économique[modifier | modifier le code]

Commerce des données[modifier | modifier le code]

L'exploitation de ces données à des fins de construction de profils de clients est le fondement économique des réseaux sociaux. La conservation et la réutilisation indéfinie de ces données par la société détentrice du site, pour quelque usage que ce soit, est inscrite dans leurs conditions d'utilisation.

En France, dès 1978, la Loi informatique et libertés se préoccupait de l'utilisation des données et informations personnelles.

Vente d'espaces publicitaires[modifier | modifier le code]

Début 2008, lors d'achats de sites, un réseau social est évalué autour de 20 à 150 dollars par visiteur unique. Début 2008, Facebook est valorisé autour de 15 milliards de dollars américains, pour 100 millions de visiteurs, soit 150 dollars par utilisateur.

Pour des réseaux plus petits, AOL rachète Bebo.com, 40 millions de personnes, 850 millions de dollars. Google, Microsoft, Yahoo! pour les plus grands se livrent à une course d'achats de sites de réseau social. Google a un réseau social appelé orkut qui a été lancé en 2004. Au même moment, le réseautage social commence à être perçu comme une composante des stratégies Internet : en mars 2005, Yahoo! lançait Yahoo! 360° et en juillet 2006, News Corporation a acheté MySpace[4].

Cession des actifs[modifier | modifier le code]

Une nouvelle tendance pour les réseaux sociaux thématiques est de parier sur la valeur ajoutée du site afin de miser sur la revente pour générer un revenu ; la publicité n'étant qu'un palliatif temporaire en attendant de vendre le réseau social.

Domaines d'application[modifier | modifier le code]

Réseaux internes versus réseaux externes[modifier | modifier le code]

Les réseaux sociaux professionnels (RSP) internes (RSPI) sont ceux qui sont nés dans l'organisation (entreprise, administration, ONG, etc.) à laquelle est rattaché le salarié. Les indépendants et autres professions libérales y ont naturellement moins recours.

Le RSPI se crée dès les premiers jours de l'intégration du salarié dans son emploi par le biais de l'annuaire interne, l'annonce de communication interne, l'intégration identifiée à l'organigramme, les réunions de contact puis de projet. À chaque nouveau contact, chaque salarié est amené à enrichir ces réseaux de contacts et surtout ces réseaux informels d'appui qui l'aideront à progresser dans l'organisation (tutorat, mentor). Les RS externes sont a contrario les réseaux constitués en dehors de l'organisation professionnelle de rattachement.

Le lien naturel entre ces deux réseaux et le réseauteur lui-même au centre de sa toile qui peut mailler à loisir son réseau interne avec le réseau externe et vice-versa. Ce maillage pourra être encouragé ou non par son employeur suivant la politique de réseaux explicite voire implicite (réseau ouvert : coparrainage d'emplois par les salariés ou au contraire, dans le cas de réseaux internes étanches, politique de sécurité informatique qui empêche toute connexion sur les réseaux externes).

On assiste depuis 2005 à un effondrement progressif des résistances à l'interconnexion externe, compte tenu des nouvelles pratiques du réseautage professionnel dont le rayonnement bénéficie tant au réseauteur que pour l'entreprise qui l'emploie.

En France, à la différence des entreprises anglo-saxonnes ou nord-européennes, le dynamisme des réseaux internes sont directement tributaires de l'implication des DRH voire du top management mais aussi de la performance des outils de la DSI à disposition des collaborateurs qui permettent de réaliser des communautés réelles puis virtuelles par le biais de plateformes.

Services en ligne de réseautage professionnels[modifier | modifier le code]

Les réseaux sociaux professionnels (RSP) sont spécialisés dans la mise en relation professionnelle en ligne. Plate-formes professionnelles de mise en relation, ils fonctionnent en système ouvert et favorisent les rencontres professionnelles, les contacts d'affaires, ils permettent aussi de développer des partenariats, de trouver des investisseurs, de se faire connaître des professionnels et de les identifier. Ils mettent en ligne les offres de poste et les profils et les CV, et permettent à l'employeur de trouver le bon profil, au postulant d'optimiser son parcours professionnel à l'aide de ses contacts, il favorise la croissance et la communication de l'entreprise. Ces sites de networking en ligne, parallèle aux système interne de réseautage d'affaires proposés par les grandes entreprise, est en pleine expansion[5]. Au vu du développement exponentiel du réseautage professionnel en France[6], les organismes officiels et les grandes entreprises établissent des partenariats stratégiques avec les sites de rencontres professionnels comme le partenariat de Viadeo avec l'APEC ou encore Thalys[7] et ajoutent de multiples fonctionnalités liées à la spécificité de leurs activités.

  • Viadeo
  • LinkedIn
  • Xing
  • Rezotour, réseau social français destiné aux professionnels du tourisme
  • JobGo, réseau social implanté en Suisse, Suède et Finlande consacré au recrutement

Réseaux sociaux d'amis de la vie réelle[modifier | modifier le code]

Services en ligne d'ancien élèves[modifier | modifier le code]

Parmi les sites de réseaux sociaux, certains proposent de retrouver ses anciens camarades de classe. Le premier site de ce type fut développé par une société américaine, en 1995 : Classmates.com se destinait à réunir et à favoriser les rencontres des individus à partir de leur promotions ou de leur école. En version française, il fut imité à partir de 2000 par Trombi.com, puis concurrencé dès 2001 par Copains d'avant. Fondé en 2004, Facebook était au départ un réseau pour les étudiants de l'université Harvard avant de s'ouvrir progressivement et devenir le numéro 2 mondial des réseaux amicaux et étudiants.

D'autres sites, mis en place en particulier dans les Grandes écoles et les Universités, visent à permettre aux « anciens élèves » de garder contact afin de capitaliser et développer son réseau au service de l'évolution professionnelle. Ce réseautage est matérialisé par l'« l'annuaire des anciens », organisé par promotion.

Utilisation en politiques et par les institutions gouvernementales[modifier | modifier le code]

Les acteurs politiques, les partis et les institutions officielles ont vite compris l'intérêt que représentait Internet, un média en pleine croissance, et en pleine effervescence auprès des jeunes générations[non neutre] . Les sites de rencontres et plateformes sociales politiques sur Internet se sont vite multipliés pour offrir la possibilité aux individus d'échanger leurs points de vues et avis sur la politique, de constituer des lobbys, de se positionner sur des sujets d'actualité et des réglementations et projets de loi en discussion à l'Assemblée ou au Sénat[réf. nécessaire]. Ainsi les différents partis politiques, de même que l'armée quoique très méfiante vis-à-vis de l'Internet[8], ont développé des plateformes d'opinions et des réseaux politiques en ligne qui permettent rencontres et échanges de points de vues parfois même favorisent le recrutement dans l'armée comme le fait par exemple la Marine Nationale[9] ou encore de rencontrer par Internet sa famille pendant ses missions[10]. Dans la campagne des élections présidentielles américaines, les sites de rencontres et d'échanges sur Internet ont été très sollicités dans la campagne des différents candidats, cette mouvance observée par les partis politiques français, a fait des émules en France. Les sites de rencontres politiques se présentent comme des plateformes participatives.[non neutre]

Utilisation par les associations et les ONG[modifier | modifier le code]

Dans la mouvance des réseaux sociaux, des associations développent des plateformes d'échange et de soutien à des projets associatifs et d'entraide ou encore la sensibilisation du public à certaines causes.

Réseaux sur invitation[modifier | modifier le code]

Pour faire partie des réseaux suivants, il faut être invité par l'un de ses membres. Cela garantit qu'au moins chaque membre a une relation et permet au site de maîtriser sa croissance.

Réseaux ayant plus de 30 millions d'inscriptions[modifier | modifier le code]

nom Description nombre d'inscrits en mai 2009 nombre d'utilisateurs en juin 2010
Facebook taux de pénétration élevé au Canada et au Royaume-Uni 400 000 000 (comptes actifs)[réf. nécessaire] 471 000 000 [11]
MySpace héberge de nombreux sites Internet de groupes de musique et de DJs. 262 000 000 comptes ouverts[réf. nécessaire] 120 000 000 [11]
Windows Live Spaces blog 120 000 000[12] NC
Friendster très populaire aux Philippines, en Malaisie, en Indonésie et à Singapour 100 000 000[réf. nécessaire] 15 000 000[11]
hi5 Audience variée (Amérique centrale, Mongolie, Roumanie, ...)[13] 80 000 000[réf. nécessaire] 47 000 000[11]
VKontakte très populaire en Russie et en Arménie 75 000 000[réf. nécessaire] NC
Steam réseau communautaire d'échange entre joueurs et téléchargement de jeux vidéo 50 000 000 (novembre 2012) [14] NC
Netlog très populaire en Belgique néerlandophone 46 000 000[15] NC
Bebo taux de pénétration élevé en Irlande 37 000 000[16] NC
Orkut très populaire au Brésil et en Inde 37 000 000[17] 5 200 000[11]
Viadeo très populaire en Europe et dans les BRICS 30 000 000[18] NC

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]