Texas Instruments

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

32° 54′ 33″ N 96° 45′ 04″ O / 32.90925, -96.75105

Texas Instruments

alt=Description de l'image TI.svg.
Création 1941
Dates clés 1930 (en tant que GSI)
Fondateurs Cecil H. Green
Patrick E. Haggerty
John Erik Jonsson
Eugene McDermott[1]
Personnages clés Rich Templeton, Chairman, Président & CEO
Gangadhar Burra, CTO
Kevin March, CFO
Brian Bonner, CIO[2]
Forme juridique Public (NYSE : TXN)
Slogan Technology for Innovators
Siège social Drapeau des États-Unis Dallas, Texas (États-Unis)
Activité Semi-conducteur, Électronique
Produits Circuits intégrés, Digital Signal Processors, Digital Light Processors (DLP), RFID, Calculatrices
Effectif ~35 300 (2011)[3]
Site web www.ti.com
Chiffre d’affaires en diminution 13,735 milliards USD (2011)[4],[3]
13,966 milliards USD (2010)[4]
Résultat net en diminution 2,236 milliards USD (2011)[4]
3,228 USD (2010)[4]

Texas Instruments (TI) est une entreprise d'électronique, fondée en 1941, basée à Dallas, renommée dans le domaine des composants électroniques passifs et des semi-conducteurs.

Electronique professionnelle[modifier | modifier le code]

Le siège de Texas Instruments à Dallas au Texas

Texas Instruments a notamment inventé le circuit intégré, ouvrant ainsi la voie au développement de l'informatique tel qu'on le connaît actuellement. Cette invention valut, en 2000, le prix Nobel de physique à Jack Kilby[5],[6],[7].

TI est très présente dans le domaine des DSP. Elle fabrique aussi de nombreux chipset pour appareils embarqués. Par exemple la série des processeurs OMAP.

Texas Instruments est également présente dans l'industrie cinématographique[8],[9] : la première projection cinéma numérique publique d'Europe (2000) réalisée par Philippe Binant reposait sur l'utilisation d'un MOEMS développé par TI[10],[11],[12].

TI a toujours été parmi les 10 plus importants fabricants de puces électroniques. En 2011, TI est numéro 3, derrière Intel et Samsung, mais devant Toshiba et STMicroelectronics[13].

Texas Instruments développe également des applications dans les domaines de l'espace, de l'avionique et de la défense[14].

Produits grand public[modifier | modifier le code]

Texas Instruments commercialise certains produits dérivés, comme les calculatrices, avec le sigle TI. Son logo reprend ces deux lettres en relief sur une carte stylisée du Texas.

TI a aussi été actif dans le domaine des jeux éducatifs avec, entre autres, la commercialisation en France à partir de 1979 de sa Dictée magique[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Texas Instruments History of innovation: Founders' Biographies », Texas Instruments (consulté le 23 octobre 2012)
  2. (en) « Texas Instruments Executive Officers », Texas Instruments (consulté le 23 octobre 2012)
  3. a et b (en) « Texas Instruments Fact Sheet », Texas Instruments (consulté le 23 octobre 2012)
  4. a, b, c et d (en) « Texas Instruments Inc. (TXN) annual income statement », Yahoo (consulté le 23 octobre 2012)
  5. Texas Instruments : Jack Kilby
  6. François Anceau, Yvan Bonnassieux, Conception des circuits VLSI. Du composant au système, Dunod, Paris, 2007, p. 4.
  7. Prix Nobel de physique 2000
  8. Texas Business, 2010.
  9. Patrick Louguet, Fabien Maheu (dir.), Cinéma(s) et nouvelles technologies, L'Harmattan, Paris, 2011, p. 75.
  10. Cahiers du cinéma, n°hors-série, avril 2000, p. 32.
  11. Philippe Binant, « Au cœur de la projection numérique », Actions, 29, Kodak, Paris, 2007. p. 12.
  12. Laurent Creton, Kira Kitsopanidou (dir.), Les salles de cinéma : enjeux, défis et perspectives, Armand Colin / Recherches, Paris, 2013, p. 116.
  13. Industrie électronique.
  14. Space, Avionics and Defense.
  15. Produit grand public.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Binant, Au cœur de la projection numérique, Actions, 29, 12-13, Kodak, Paris, 2007.
  • Thomas Roy Reid, The chip : how two americans invented the microchip and launched a revolution, Random House Trade Paperbacks, New York, 2001.
  • Nobel lectures, World Scientific Publishing Co., Singapore, 2000.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Articles généraux 
Calculatrices 

Lien externe[modifier | modifier le code]