Xilinx

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Xilinx, Inc.

alt=Description de l'image Xilinx-LOGO.png.
Création 1984
Dates clés 1985 : Commercialisation du premier FPGA
1990 : Introduction en bourse
Personnages clés R. Freeman : cofondateur
B. Vonderschmitt : cofondateur
J. Barnett : cofondateur
M. Gavrielov : CEO
Forme juridique Société anonyme (NASDAQ : XLNX)
Slogan The Programmable Logic Company
Siège social Drapeau des États-Unis 2100 Logic Drive
San Jose, Californie (États-Unis)
Activité Semi-conducteurs
Produits Circuits logiques programmables
Effectif en augmentation 3 353 employés (en 2007)
Site web (en) http://www.xilinx.com/
Chiffre d’affaires en augmentation $ 1,843 milliard (en 2007)[1]
FPGA Xilinx Spartan-3 (référence XC3S400) contenant 400 000 portes logiques

Xilinx (nom complet Xilinx, Inc.) est une entreprise américaine de semi-conducteurs.

Inventeur du FPGA, Xilinx fait partie des plus grandes entreprises spécialisées dans le développement et la commercialisation de composants logiques programmables, et des services associés tels que les logiciels de CAO électroniques ; blocs de propriété intellectuelle réutilisables et formation.

Historique[modifier | modifier le code]

Fondation[modifier | modifier le code]

Xilinx a été fondée en 1984 par trois anciens employés de Zilog : Ross Freeman ; Bernie Vonderschmitt et Jim Barnett, dont le plan d'entreprise se résumait à la commercialisation de composants électroniques basé sur un concept alors nouveau : celui de la logique programmable.

Bien que située dans la Silicon Valley, la société a choisi de ne pas investir dans sa propre fonderie, mais au contraire de confier l'étape de fabrication de ses composants à des partenaires. Ce modèle de fonctionnement, appelé fabless, s'est largement démocratisé depuis.

Développement[modifier | modifier le code]

La société a commercialisé son premier produit en 1985, le FPGA XC2064. Deux ans plus tard, elle ouvrait des bureaux de vente en Europe et au Japon. En 1990, Xilinx est introduite en bourse, et réalise en 2000 un chiffre d'affaires dépassant le milliard de Dollars.

Acquisitions[modifier | modifier le code]

Au cours de son développement, Xilinx a racheté différentes sociétés :

Implantation[modifier | modifier le code]

En 2007 La société possède des centres et des bureaux dans 20 pays.

Produits[modifier | modifier le code]

Composants logiques programmables[modifier | modifier le code]

L'offre commerciale de Xilinx est découpée en plusieurs gammes :

  • FPGA hautes performances : gamme Virtex
  • FPGA pour la fabrication en grande série : gamme Spartan
  • CPLD : gammes XC9500 et Coolrunner

FPGA hautes performances[modifier | modifier le code]

Ce type de FPGA est ciblé pour des applications à forte valeur ajoutée :

Classement de la gamme Virtex par ordre chronologique :

La première génération des Virtex a introduit l'intégration de mémoire double-port DPRAM et de boucles à verrouillage de délai (DLL) directement au sein de la matrice du FPGA.

Les générations suivantes ont apporté, en plus d'une augmentation des performances et des capacités logiques, des multiplieurs dédiés (codés « en dur » dans la matrice du FPGA), puis un processeur PowerPC et transceivers série multi-gigabit (permettant de supporter directement le Gigabit Ethernet, et plus récemment le PCI-Express ainsi que le Serial ATA). Les multiplieurs dédiés sont ensuite devenus des blocs DSP dédiés à part entière.

Évolutions de la série Virtex
Nom complet Introduction Référence Process de fabrication Nouveautés introduites Transceivers PowerPC Remarques
Virtex 1998 XCVxxxx- 220 nm ; 5 couches ; 2,5 V DLL et DPRAM Non Non Modèle basé sur le XC4000
Virtex-E 1999 XCVxxx0E- 180 nm ; 6 couches; 1,8 V Support du LVDS Non Non
Virtex-E EM 2000 XCV405E- et XCV812E- 180 nm ; 6 couches ; 1,8 V Quantité de DPRAM en hausse Non Non
Virtex-II 2001 XC2Vxxxx- 150 nm ; 8 couches ; 1,5 V Multiplieurs câblés Non Non
Virtex-II Pro 2002 XC2VPxxx- 130 nm ; 9 couches ; 1,5 V Transceivers ; PowerPC 3.125 Gbit/s Oui[2]
Virtex-II Pro X 2003 XC2VPXxx- 130 nm ; 9 couches ; 1,5 V Transceivers 10 Gbit/s[3] 4.25+ Gbit/s Oui Production arrêtée[4]; Transceivers susceptibles aux variations PVT
Virtex-4 LX 2004 XC4VLXxxx- 90 nm ; 11 couches ; 1,2 V Blocs DSP câblés Non Non Plus de ressources logiques que le Virtex-4 SX
Virtex-4 SX 2004 XC4VSXxx- 90 nm ; 11 couches ; 1,2 V Blocs DSP câblés Non Non Plus de blocs DSP que le Virtex-4 LX
Virtex-4 FX 2004 XC4VFXxx- 90 nm ; 11 couches ; 1,2 V Blocs DSP câblés 6.125 Gbit/s Oui Transceivers susceptibles aux variations PVT
Virtex-5 LX 2006 XC5VLXxxx- 65 nm ; 12 couches ; 1,0 V LUT à 6 entrées Non Non Plus de ressources logiques que le Virtex-5 SXT
Virtex-5 LXT 2007 XC5VLXTxxx- 65 nm ; 12 couches ; 1,0 V LUT à 6 entrées 3.125 Gbit/s Non Plus de ressources logiques que le Virtex-5 SXT
Virtex-5 SXT 2007 XC5VSXTxxx- 65 nm ; 12 couches ; 1,0 V LUT à 6 entrées 3.125 Gbit/s Non Plus de blocs DSP que les Virtex-5 LX/LXT
Virtex-5 FXT 2008 XC5VFXTxxx- 65 nm ; 12 couches ; 1,0 V LUT à 6 entrées et GTX 6.5 Gbit/s Oui Même chose que LXT et incorpore 2 cœurs PowerPC440
Virtex-5 TXT 2008 XC5VTXTxxx- 65 nm ; 12 couches ; 1,0 V LUT à 6 entrées et GTX 6.5 Gbit/s Oui Basé sur la déclinaison FXT avec deux fois plus de transceivers GTX
Virtex-6 LX et LXT 2009 XC6VLXxxx XC6VLXxxxT 40 nm 6.5 Gbit/s (LXT uniquement) Non
Virtex-6 SXT 2009 XC6VSXxxxT 40 nm 6.5 Gbit/s Non Optimisé pour les applications lourdes en traitement numérique du signal
Virtex-7 2010 XC7VxxxT 28 nm 13.1 Gbit/s

FPGA de grande série[modifier | modifier le code]

La famille Spartan
Nom complet Introduction Référence Process de fabrication Remarques
Spartan XCSxx- 5 V
Spartan-XL 1998 XCSxxXL- 3,3 V
Spartan-II 2000 XC2Sxxx- 2,5 V
Spartan-IIE 2000 XC2SxxxE- 1,8 V Basé sur le Virtex-E
Spartan-3 2003 XC3Sxxxx- Basé sur le Virtex-II
Spartan-3E
Spartan-3A
Spartan-3AN Données de configuration du FPGA conservées dans le composant[5]
Spartan-6 02 février 2009[6] XC6SLXxxx(T)- 1,2 V, 45nm, 9 couches de métal
XA Spartan-6 02 mars 2010[7] XA6SLXxxx(T)- 1,2 V, 45nm, 9 couches de métal Automotive-grade FPGAs
Spartan-6Q 08 novembre 2010[8] XQ6SLXxxx(T)- 1,2 V, 45nm, 9 couches de métal Defense-grade FPGAs

CPLD[modifier | modifier le code]

Xilinx propose les gammes XC9500, des circuit logique programmable complexe, issus des circuits CoolRunner rachetée à Philips Semiconductors en 1999.

Outils de développement[modifier | modifier le code]

Xilinx commercialise toute une gamme d'outils de développement pour exploiter ses composants.

Les principaux outils intégrés dans ISE complete edition :

  • Xilinx ISE Simulator : Environnement de développement intégré pour le développement, la simulation et la compilation du code HDL pré et post synthèse.
  • Xilinx EDK : Environnement de développement intégré ciblant les processeurs soft cores (microblaze) et hard cores (PowerPC) intégrés au FPGA. Intégrant lui même deux sous ensembles, XPS pour l'intégration d'IP et SDK pour le développement de programme embarqué en langage C/C++ pour la cible ainsi crée.
  • Xilinx ChipScope Pro : Outil de déboguage temps-réel de FPGA
  • Impact : Pour le chargement du code compilé sur les cibles FPGA via les interfaces JTAG
  • System Generator : pour le développement à haut niveau d'abstraction basé sur Matlab Simulink
  • Logicore : Pour la génération d'IP

Depuis la version 14.1 de ISE, Vivado[9] , un nouvel outil beaucoup plus intégré et performant remplace ceux cités ci-dessus.

Technologies[modifier | modifier le code]

Xilinx fabrique une large gamme de FPGA et de CPLD pour diverses applications. Les plus onéreux sont les FPGA de la famille des Virtex (Virtex II/pro, Virtex 4 et virtex 5). Les Virtex II Pro Virtex 4 et Virtex 5 sont très performants grâce à la présence d'un PowerPC 405 on-chip, c’est-à-dire directement inclut au sein du FPGA. Ils peuvent dès lors contenir des systèmes d'exploitation embarqués comme Linux et travailler avec la logique implémentée dans le FPGA.

Les CPLD sont meilleur marché (Coolrunner I/II) mais sont bien plus limités. Citons encore les FPGA de la famille Spartan qui se trouvent à mi-chemin en termes de complexité. Xilinx vend également des spécifications d'architectures ("IP Cores"). Cela peut aller de fonctions très simples comme des compteurs jusqu'à des systèmes complets comme des microcontrôleurs. Xilinx est également à l'origine du processeur softcore Microblaze.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]