VISA International Service Association

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Visa.

VISA est une marque de carte de paiement de la Visa International Service Association. VISA est aussi le nom de l'entreprise commune composée de quelque 21 000 sociétés financières (banques, sociétés de crédit). Les principaux concurrents de VISA sont American Express et MasterCard (ou Eurocard Mastercard).

Visa Inc.[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

L'histoire de VISA remonte à 1958, quand la Bank of America lança la BankAmericard. La carte est commercialisée dans tout l'État de la Californie et offre à ses clients un service de crédit. En 1965, Bank of America travaille à des accords de licence avec des banques basées en dehors de la Californie qui leur permettent une plus large diffusion de la BankAmericard. Au même moment, un consortium de banques localisées dans l'Illinois, et sur la côte Est crée une nouvelle association de cartes bancaires puis émet Master Charge (MasterCard). La plupart des banques locales et régionales mettent alors fin à leur programme de cartes bancaires indépendant et rejoignent soit BankAmericard, soit Master Charge. En 1970, plus de 1400 banques offrent l'une des deux cartes[1].

70’s : un consortium réorganise BankAmericard[modifier | modifier le code]

Dee Ward Hock, Président du comité des banques invite les banques licenciées à s’impliquer dans le programme de BankAmericard et en 1970 ils créent ensemble National BankAmericard Inc. (NBI), un consortium de banques émettant la BankAmericard[2].

Ce consortium administre et développe le système de BankAmericard et Dee Ward Hock est choisi pour diriger la nouvelle organisation.

De la BankAmericard à la carte Visa[modifier | modifier le code]

En 1973, le paiement électronique est mis en place avec des systèmes d’autorisation (passage de 5 minutes à 56 secondes par autorisation) et de compensation.

La carte fut rebaptisée Visa en 1977 pour faciliter le déploiement de cette carte dans le monde. En effet, ce nom n'implique aucune identité nationale, il se prononce dans toutes les langues et ne fait référence à aucune banque[3].

La première carte Visa Classic est émise en 1977, et en 1979 Visa introduit les chèques voyageurs. En 1979, Visa commence à encourager les commerçants à utiliser un système opération qui consiste en une autorisation électronique chaque fois qu'un achat a été effectué avec la carte afin de réduire la fraude[1].

En 1984, la carte Visa Classic est remaniée pour y inclure un hologramme qui ajoute une sécurité supplémentaire contre la fraude. La carte Visa Premier est introduite en 1986.

Entre 1977 et 1983, la part de marché de Visa passe de 40% à 60%[1].

80’s : le déploiement des distributeurs automatiques de billets[modifier | modifier le code]

En 1983 Hock met en place un réseau mondial de guichets automatiques bancaires (ATM) qui permettent aux titulaires de carte Visa d’obtenir de l'argent à des endroits situés en dehors des banques ou des coopératives de crédit[4].

La plupart des distributeurs automatiques de billets sont d’abord situés dans des endroits jugés pratiques pour les utilisateurs, tels que les aéroports et les lieux touristiques. Ils sont ensuite placés dans les banques elles-mêmes, les stations-service, les épiceries et autres lieux innombrables.

Dee Hock W. quitte son poste de Président de Visa en 1984 et est remplacé par Charles T. Russell, vice-président et employé de longue date de l'entreprise[5].

En Février 1987, Visa conclu un accord de 5 millions de dollars pour une part de 33 % dans le système de distributeurs automatiques de billets et devient le deuxième plus grand réseau de ATM aux Etats-Unis. Visa fournit à ses titulaires l'accès à près d'un tiers des 68 000 distributeurs automatiques de billets aux États-Unis[1].

Début 90’s : Leader du marché[modifier | modifier le code]

En 1992, la Gold Card Visa devient la carte de crédit la plus utilisée au monde. 1993 est une année record pour Visa avec un total facturé à travers le monde sous le nom de Visa qui s‘élève à plus de 500 milliards de dollars. Plus de 300 millions de cartes ont été émises à des clients dans le monde et Visa a exploité plus de 160 000 guichets automatiques dans 60 pays[6],[7].

90’s – 00’ : nouveaux produits et services[modifier | modifier le code]

Visa lance sa « carte à puce » EMV en 1993 avec pour but de renforcer la protection contre la fraude[8]. En 1997, Visa lance le plus important programme pilote au monde pour le commerce électronique sécurisé en utilisant le protocole Secure Electronic Transaction (SET). En 2002, Visa lance Verified by Visa qui permet d’authentifier le titulaire et de le protéger contre les utilisations malveillantes de sa carte lors des achats en ligne[9]. En 2003, plus d'un milliard de cartes VISA sont en circulation. Elles sont acceptées comme mode de paiement dans 150 pays. Toujours en 2003, 3 000 milliards de dollars de biens et services ont été réglés par l'intermédiaire des modes de paiement de VISA. En 2008, Visa fait son entrée en bourse au prix de 43,5 dollars par action. Les souscripteurs ont acheté pour 19,9 milliards de dollars de titres.

Visa Europe et l’association Visa Europe France[modifier | modifier le code]

Visa Europe est créé en 2004 en tant que société autonome, détenue et contrôlée exclusivement par plus de 4000 banques membres européennes. En 2007, Visa Europe devient autonome de la société Visa Inc. avec une licence exclusive, irrévocable et perpétuelle[10]. En 2013, il y a 500 millions de cartes en circulation en Europe.

Visa Europe en France[modifier | modifier le code]

Le groupement Carte Bleue s'associe avec la société américaine Bank of America dont la division "coûts" deviendra Visa en 1976. En 1984, Les banques du Groupement Carte Bleue, le Crédit Agricole et le Crédit Mutuel, fondent le Groupement des Cartes Bancaires "CB"[1].

En 2010, Carte Bleue a été rachetée par Visa Europe afin de fusionner les deux activités pour donner naissance à l’association Visa Europe France[11].

En France en 2013, avec 39 millions de cartes en circulation, plus de 1€ sur 5 soit 22% des dépenses, sont réalisées par carte Visa.

Innovations[modifier | modifier le code]

En 2002, est créé e-Carte Bleue, la carte virtuelle pour les paiements en ligne.

En 2010, Visa Europe lance Visa payWave, un nouveau service reposant sur la technologie NFC (Near Field Communication) ou sans contact qui permet de régler ses achats sans avoir à taper son code secret pour un montant inférieur à 20 euros[12].

En 2013, Visa Europe lance V.me by Visa, un service de paiements en ligne sécurisés regroupant plusieurs cartes de paiements en un seul portefeuille numérique[13].

Partenariats[modifier | modifier le code]

En 1986, Visa signe un accord de partenariat avec le CIO (Comité International Olympique) et devient le TOP sponsor et le système de paiement électronique exclusif des Jeux Olympiques. Ce partenariat débute avec les Jeux de Séoul, en Corée du sud, en 1988. VISA est, de par son contrat actuel, un commanditaire des Jeux olympiques jusqu'en 2012. Une controverse eut lieu à l'occasion des Jeux olympiques d'été de 2004 à Athènes du fait d'une restriction sur les distributeurs de billets, qui n'acceptaient que les cartes VISA, tout comme les terminaux de paiement aux Jeux olympiques d'été de 2012.

En 2002, Visa devient également partenaire des Jeux Paralympiques.

En 2007, Visa poursuit son engagement dans le sponsoring sportif en devenant partenaire de la coupe du monde de Football : FIFA 2010 et ce jusqu’en 2022[14].

Codes[modifier | modifier le code]

Toutes les VISA commencent par le chiffre 4, comportent un total de 16 chiffres et possèdent 3 chiffres de sécurité situés au dos de la carte. Ces chiffres permettent en principe au vendeur de s'assurer que le client a sa carte en main. Ils sont principalement utilisés pour le commerce électronique.

Les MasterCard commencent par le chiffre 5. Les American Express et les Diners Club commencent par le chiffre 3.

Références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]