Armes parlantes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En héraldique, on appelle « armes parlantes », les armes comportant des figures qui expriment plus ou moins complètement le nom du possesseur de ces armes.

Cette expression peut se faire selon divers procédés :

  • directement : un coq pour un dénommé Lecoq ; un lion pour León (Espagne) ou un château pour Castille ;
  • par une homonymie : une grenade pour la ville de Grenade (Espagne) Un rameau dans le bec d'une colombe pour Jean-Philippe Rameau;
  • par un à-peu-près : un calice pour la Galice, cinq calices pour Saint-Calixte (Québec) ; ou une couleuvre (latin : coluber) pour Colbert;
  • par une figuration conforme à l’étymologie : un bras tenant une lance pour Shakespeare (« secoue-lance ») ; un bœuf les pieds dans l’eau pour Oxford (« Gué du bœuf ») ;
  • par une forme rébus : Un château et un renard pour la commune de Châteaurenard (Bouches-du-Rhône) ; un sanglier et une fasce ondée d’azur, représentant un ruisseau, pour la commune d’Eberbach en Allemagne (allemand : Eber = sanglier ; Bach = ruisseau) ; un faucon sur un mont pour la commune de Falkenberg en Suède (suédois : Falken = faucon ; Berg = mont).
  • au deuxième degré : un sanglier, (plus valorisant…) pour un dénommé Cochon, ou un voilier pour Marines, une commune en plein milieu du plateau du Vexin (illustration ci-dessous)… Citons aussi le blason de la Lorraine : d’or, à la bande de gueules, chargée de trois alérions d’argent où une origine possible serait l’anagramme de « LOREINA », (orthographe autrefois usitée pour désigner cette province) en « ALERION » (Mais alors, pourquoi trois ?).

ou même par combinaison de deux (ou plusieurs !) procédés :

  • Combinaison du rébus et du deuxième degré : famille Forcadel : d'argent au chêne de sinople sur une terrasse de même, une levrette de gueules courant au-devant de l'arbre : le chêne est le symbole de la force, la levrette, de fidélité, et l'on retrouve le début du mot force et la fin du mot fidèle dans le patronyme.
  • Combinaison du rébus et de l'à-peu-près : la commune de Osny (Val-d'Oise) blasonne : D'azur à l'aulne fruité d'or issant d'un nid du même […] pour l'à-peu-près/rébus « aulne-nid ». Un gond et un S pour Gonesse : De gueules …. et à senestre d'un gond enlacé d'une lettre S capitale du même …. pour l'à-peu-près/rébus "gon(d)-Esse" . Des fleurs dans un sac pour Florensac (Herault) d'azur à un sac d'or rempli de fleurs d'argent pour l'à-peu-près/rébus « Fleurs-en-sac » . Des arcs dans deux quartiers, et un lion dans les deux autres, pour la famille Bowes-Lyon : écartelé ; en 1 et 4 d'argent, au lion d'azur, au double trescheur fleuronné et contre-fleuronné du même et en 2 et 3 d’hermine aux trois arcs d'or en pal pour l'à-peu-près/rébus « Arcs-lion » (anglais : bows-lion).


Le terme ancien armes chantantes est resté dans la terminologie anglaise (canting arms).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]