Général (militaire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Général)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Général (homonymie).

Le terme général désigne un rang élevé dans une organisation hiérarchisée. Il a une signification différente selon le domaine auquel il s'applique, mais il est largement le plus connu avec son sens militaire, ce depuis l'Antiquité[1].

Domaine militaire[modifier | modifier le code]

Dans le domaine militaire, « général » est un grade pour un officier général s'inscrivant au sommet de la hiérarchie militaire, laquelle comprend dans l'ordre ascendant : les militaires du rang, les sous-officiers, les officiers subalternes et les officiers supérieurs, .

Dans la plupart des armées, le général commande une unité plus importante qu'un régiment : une brigade, une division, un corps d'armée ou une armée. Dans certains cas, l'usage veut que le grade ait le nom de l'unité : général de brigade, général de division, général de corps d'armée ou général d'armée. Dans plusieurs pays, ces différents grades sont représentés par le nombre d'étoiles portées sur le képi, la casquette ou les manchettes, le casque en campagne le cas échéant.

Hiérarchie des généraux par pays[modifier | modifier le code]

Note : dans certains pays, le grade de « brigadier » se situe au même niveau que le général de brigade, mais n'est pas considéré comme un grade de général.

Pays
Drapeau de l'Albanie Albanie Gjeneralbrigad Gjeneralmajor Gjenerallejtnant Gjeneral
Drapeau de l'Algérie Algérie Général Général-major Général de corps d'armée
Drapeau de l'Allemagne Allemagne Brigadegeneral Generalmajor Generalleutnant General
Drapeau de l'Autriche Autriche Brigadier Generalmajor Generalleutnant General
Drapeau de la Belgique Belgique Général de brigade
Brigadegeneraal
Général-major
Generaal-majoor
Lieutenant-général
Luitenant-generaal
Général
Generaal
Drapeau de la Biélorussie Biélorussie Генерал-маёр
(Major-général)
генерал-лейтэнант
(Lieutenant-général)
генерал-палкоўнік
(Colonel-général)
Drapeau du Brésil Brésil General-de-brigada General-de-divisão General-de-exército
Drapeau de la Bulgarie Bulgarie бригаден генерал
(Brigadier-général)
генерал-майор
(Major-général)
генерал-лейтенант
(Lieutenant-général)
генерал
(Général)
Drapeau du Canada Canada Brigadier-général
Brigadier general
Major-général
Major general
Lieutenant-général
Lieutenant general
Général
General
Drapeau de la Croatie Croatie Brigadni general General bojnik General pukovnik
(Colonel-général)
General zbora
Drapeau du Danemark Danemark Brigadegeneral Generalmajor Generalløjtnant General
Drapeau de l'Espagne Espagne General de Brigada
General de Brigada
General de división
General de Divisió
Teniente General
Tinent General
General de Ejercito
General
Drapeau de l'Estonie Estonie Brigaadikindral Kindralmajor Kindralleitnant Kindral
Drapeau des États-Unis États-Unis Brigadier general Major general Lieutenant general General
Drapeau de la Finlande Finlande Prikaatikenraali Kenraalimajuri Kenraaliluutnantti Kenraali
Drapeau de la France France Général de brigade Général de division Général de corps d'armée Général d'armée
Drapeau de l'Indonésie Indonésie Brigadir Jenderal Mayor Jenderal Letnan Jenderal Jenderal
Drapeau de l'Italie Italie Generale di brigata Generale di divisione Generale di corpo d'armata Generale
Drapeau du Japon Japon   陸将補(少将)[2] 陸将(中将)[3] 陸上幕僚長たる陸将(大将)[4]
Drapeau de la Lettonie Lettonie : Brigādes ģenerālis Ģenerālmajors Ģenerālleitnants .
Drapeau de la Lituanie Lituanie Brigados generolas Generolas majoras Generolas leitenantas
Drapeau de la Macédoine Macédoine Бригадниот генерал генерал-мајор Генерал-потполковник
(Lieutenant-colonel-général)
генерал
Drapeau de la Norvège Norvège Brigader Generalmajor Generalløytnant General
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Brigadegeneraal Generaal-majoor Luitenant-generaal Generaal
Drapeau de la Pologne Pologne Generał brygady Generał dywizji Generał broni Generał
Drapeau du Portugal Portugal Brigadeiro-general Major-general Tenente-general General
Roumanie Roumanie General de brigadă General-maior General-locotenent General
Drapeau de la République tchèque République tchèque Brigádní generál Generálmajor Generálporučík Armádní generál
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Brigadier Major-General Lieutenant-General General
Drapeau de la Russie Russie Генерал-майор
(Major-général)
генерал-лейтенант
(Lieutenant-général)
генерал-полковник
(Colonel-général)
генерал армии
(Général d'armée)
Drapeau de la Slovaquie Slovaquie Brigádny Generál Generálmajor Generálporučík Generál
Drapeau de la Slovénie Slovénie Brigadir Generalmajor Generalpodpolkovnik
(Lieutenant-colonel-général)
General
Serbie Serbie Бригадни генерал Генерал-мајор Генерал-потпуковник
(Lieutenant-colonel-général)
Генерал
Drapeau de la Suède Suède Brigadgeneral Generalmajor Generallöjtnan General
Drapeau de l'Ukraine Ukraine Генерал-майор
(Major-général)
Генерал-лейтенант
(Lieutenant-général)
Генерал-полковник
(Colonel-général)
Генерал армії України
(Général de l'Armée de l'Ukraine)

Algérie[modifier | modifier le code]

Grades de la Marine-officiers supérieurs.JPG En Algérie, les trois grades d'officiers généraux sont communs à toutes les armées — Armée de terre, Armée de l'air, Marine, Défense aérienne du territoire, Gendarmerie nationale et Garde républicaine — qui composent l'Armée nationale populaire (ANP) ; ces grades sont les suivants, dans l'ordre hiérarchique ascendant :

Allemagne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : General (Allemagne).

Lorsqu'il est employé seul, suivi ou nom d’un complément de nom, General est un grade militaire de l’Armée allemande. Utilisé depuis le XIXe siècle, le rang de classement de ce grade, parmi les officiers généraux, dépend de la période concernée. Avant la création de la Bundeswehr en 1955, il correspond au grade de général de corps d'armée[5] tel qu'il se présente dans la hiérarchie militaire française actuelle. Depuis 1955, il correspond au grade de général d'armée de la hiérarchie militaire française.

Belgique[modifier | modifier le code]

Généralité[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grades de l'Armée belge.

En Belgique, les quatre grades d'officiers généraux sont les suivants, dans l'ordre ascendant :

Les grades sont identiques dans l'Armée de l'air, même si les insignes diffèrent.

Rang supérieur : Général[modifier | modifier le code]

En Belgique, le Général — Generaal en néerlandais — est le quatrième et plus haut grade des officiers généraux dans les composantes « terre » et « air ». Il est donc supérieur au grade de Lieutenant-général — Luitenant-generaal en néerlandais — dans ces composantes.

L'insigne du général est constitué d'une épaulette à quatre étoiles dans la composante « terre », de deux larges galons accompagnés de quatre galons plus fins, dans les composantes « air » et « médicale ».

Dans la composante « marine », le grade correspondant est celui d'Amiral.

Army-BEL-OF-09.svg BE-Air Force-OF9.svg ---- Generic-Navy-O11.svg
Terre[6] Air [7] Médicale[8] Marine

On s'adresse au Général en disant « Général ». On s'adresse à l'Amiral en disant « Amiral ».

Canada[modifier | modifier le code]

Le général Raymond Hénault.

Dans l'Armée canadienne[9] et l'Aviation royale canadienne des Forces armées canadiennes, il y a quatre grades d'officiers généraux. Ces grades sont dans l'ordre ascendant : le brigadier-général, le major-général, le lieutenant-général et le général.

Dans l'Armée canadienne[9], les militaires ayant ces grades portent sur l'épaulette, en plus de deux épées croisées, un nombre variable d'étoiles et de couronnes.

Dans l'Aviation royale canadienne, les généraux portent tous une très large bande sur les manches et un nombre variable de feuilles d'érable sur les épaulettes qui va de un à quatre.

Il n'y a qu'un seul général dans les Forces armées canadiennes et il occupe la position de chef d'État-Major de la Défense. Cependant, les anciens chefs d'État-Major qui accèdent à d'autres fonctions peuvent continuer à porter leur grade : cela a été notamment le cas avec le général Raymond Hénault qui est devenu le président du conseil militaire de l'OTAN ; cela a aussi été le cas et avec le général Maurice Baril qui est devenu le président de la commission d'enquête sur le décès de quatre soldats canadiens en Afghanistan.

États-Unis[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Général (États-Unis).

France[modifier | modifier le code]

Le général[modifier | modifier le code]

Il existe en France quatre titres de généraux. À chaque titre correspond à un certain nombre d'étoiles. Les appellations et signes distinctifs sont[10] :

Officiellement il n'existe que deux grades dans le corps des généraux, celui de « général de brigade » et celui de « général de division ». Les généraux de division accèdent aux rangs supérieurs en étant « élevés aux rang et appellation » de « général de corps d'armée » puis de « général d'armée », ce depuis un décret du 6 juin 1939 formalisant et simplifiant une circulaire du 17 mars 1921[10],[11],[12].

Contrairement à certaines légendes, il n'y a jamais eu de généraux portant six étoiles[10].

Le maréchal (de France)[modifier | modifier le code]

Le maréchal de France porte sept étoiles d'argent. Le maréchalat n'est pas un grade ou un rang mais une « dignité dans l'État[13] ». Autrefois conférée à un général ayant commandé en chef devant l'ennemi, cette dignité ne peut aujourd'hui être attribuée qu'à un officier général victorieux[11].

Historique[modifier | modifier le code]

Le terme « général » date du XVe siècle. Il est d'abord employé par opposition au terme « officiers particuliers » qui désigne les propriétaires d'unités[14].

  • Brigadier
Les premiers brigadiers de cavalerie ont été nommés le 8 juin 1657, onze ans avant ceux d'infanterie[14]. Ils ne sont pas officiers généraux, mais ont le pas sur les autres colonels des régiments qui forment brigade avec le leur[10]. Leur attribut particulier est une étoile, selon le règlement du 31 mai 1776[10]. Une ordonnance du 17 mai 1788 les fait disparaitre[10].
Ils sont d’abord appelés « maréchal de camp » à leur création au XVIe siècle sous l'Ancien Régime, puis encore sous la Restauration et la Monarchie de Juillet. Un décret du 28 février 1848 en fixe l'appellation moderne[11].
Ils sont créés en 1621 et sont d’abord appelés « lieutenant-général » ; ils sont supprimés à la Révolution, le 25 février 1793 ; le titre est rétabli par Bonaparte, de l'an IX à l'an XII, pour désigner les commandants de corps d'armée, puis disparait de nouveau pour reparaître sous la Restauration et la Monarchie de Juillet ; le décret du 28 février 1848 établit le grade de « général de division »[10]. Jusqu'en 1921, ce grade est le plus élevé et permet d'accéder aux commandements de corps d'armée ou d'armée[11].
  • Général en chef
Il s'agit du grade d'officier général le plus élevé sous la Révolution, d’après le décret du 25 février 1793 ; cette appellation est supprimée par le décret du 18 février 1848[10]. Depuis, c'est une charge en temps de guerre : on dit alors plutôt « commandant en chef[14] ».
La première mention de ces titres, qui ne constituent qu'une fonction, apparait dans la circulaire du 17 mars 1921. Le rang est créé en 1939[10].
Le Premier Empire a utilisé le titre de généralissime[15]. Lors de la Première Guerre mondiale, ce titre a été celui du général[16] Foch nommé, le 26 mars 1918, commandant en chef des armées alliées sur le front de l'Ouest.

Effectifs[modifier | modifier le code]

En 2007, on compte 633 officiers généraux en activité dans les armées dont 202 pour l’Armée de terre, 120 pour la direction générale de l'Armement, 81 pour l’Armée de l’air, 80 pour le contrôle général des armées, 65 pour la Marine nationale, 54 pour la Gendarmerie nationale, 3 pour le Service des essences des armées.

Au 31 décembre 2011, on ne compte plus que 498 officiers généraux en activité dont 173 pour l'Armée de terre, 74 pour l'Armée de l'air et 52 pour la Marine[17], soit plus de 20 % en moins comparativement à 2007.

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Suisse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Général de l'Armée suisse.

En Suisse, un général est nommé uniquement en cas de guerre. En temps normal, l'officier qui se trouve à la tête de l'armée suisse revêt le grade de commandant de corps et la fonction de chef de l'Armée. Le général de l'Armée suisse en temps de guerre doit être élu par l'Assemblée fédérale.

Domaine financier[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, on nommait général des finances la personne responsable d'une généralité.

Domaine religieux[modifier | modifier le code]

Armée du salut[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Général de l'Armée du salut.

Le chef mondial de l'Armée du salut porte le titre de général.

Ordres monastiques[modifier | modifier le code]

Le dirigeant d'un ordre religieux est parfois qualifié de général de son ordre, c'est notamment le cas chez les jésuites.

Vie paroissiale[modifier | modifier le code]

Sous l'Ancien Régime, l'assemblée paroissiale était parfois appelée le « général de la paroisse ».

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'exemple le plus connu est celui de Jules César, général de l'Armée romaine.
  2. Major-général ou général de brigade
  3. Lieutenant-général ou général de division
  4. Général ou général d'armée
  5. Exemples de titres de General dans l'Allemagne nazie d’avant 1945, au sein de la Wehrmacht : General der Infanterie, General der Fallschirmtruppe ou General der Panzertruppe ; ou encore au sein de la branche militaire de la SS, General der Waffen-SS.
  6. Composante terre, Officier.
  7. Composante air, Officier.
  8. Composante médicale, Officier.
  9. a et b Autrement dit l'Armée de terre canadienne.
  10. a, b, c, d, e, f, g, h et i Ministère de la Défense, service historique de la Défense, « Les grades dans l'Armée française – Signes distinctifs de grade et appellation des officiers généraux », sur le site servicehistorique.sga.defense.gouv.fr, consulté le 23 février 2008.
  11. a, b, c et d Ministère de la Défense, « Les grades de l'Armée de terre – Présentation des grades et appellations dans l'Armée de terre – Les officiers généraux », sur le site defense.gouv.fr, consulté le 26 avril 2008.
  12. Ministère de la défense, « Armée de Terre – Général de division », Sur le site defense.gouv.f, consulté le 13 janvier 2009.
  13. Selon l'article 4 de la loi du 13 juillet 1972.
  14. a, b et c Pierre Carles, « Essai sur l'histoire des grades dans l'infanterie », dans Infanterie, 1989, no 16, p. 11-16 ; no 17, p. 17-27.
  15. Se référer à la liste des généraux de la Révolution et du Premier Empire.
  16. Puis maréchal.
  17. Philippe Chapleau, « Ô combien de généraux, combien de colonels, qui sont partis joyeux pour des courses lointaines… », sur ouest-france.fr, Ouest-France,‎ 17 février 2012 (consulté le 6 décembre 2012).

Sur les autres projets Wikimedia :