Ligne de Lyon-Perrache à Marseille-Saint-Charles (via Grenoble)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ligne de
Lyon-Perrache à Marseille-St-Charles
(via Grenoble)
Image illustrative de l’article Ligne de Lyon-Perrache à Marseille-Saint-Charles (via Grenoble)
La ligne dans la Drôme : Lus-la-Croix-Haute
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Grenoble, Veynes, Sisteron, Manosque, Pertuis et Aix-en-Provence
Historique
Électrification 1983 – 1985
Concessionnaires Lyon-Avignon (1846 – 1847)
Non concédée (1847 – 1855)
St-R.-Grenoble (1855 – 1857)
Dauphiné (1857 – 1859)
PLM (1859 – 1938)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2015)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 905 000
Longueur 444 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification 1500 V continu
de Lyon à Chandieu - Toussieu
25 kV – 50 Hz
de Chandieu-Toussieu à Grenoble - bif de Veynes
Nombre de voies 2 et 1
Signalisation BAL de Lyon à Jarrie-Vizille
BM jusqu'à Vif
CAPI jusqu'à Aspres-sur-Buëch
BAPR jusqu'à Serres
BM jusqu'à Aix-en-Provence
BAL jusqu'à Marseille
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF et divers nouveaux entrants
Trafic TGV de Lyon à Grenoble, TER Rhône-Alpes, TER PACA, Fret
Schéma de la ligne

La ligne Lyon-Perrache - Marseille-Saint-Charles (via Grenoble) (ligne 905 000[1] du réseau ferré national) relie Lyon et Marseille en traversant les Alpes par Grenoble, Veynes - Dévoluy et Aix-en-Provence. Pour ses concepteurs du XIXe siècle, à une époque où les vitesses commerciales en plaine n'étaient pas significativement meilleures qu'en montagne, et où le prix du billet étant lié à la distance et non à la durée, cet itinéraire était une alternative plus courte (en kilomètres) à celui empruntant la vallée du Rhône. De nos jours, la ligne est exploitée en trois tronçons séparés, entre Lyon et Grenoble (TGV, TER et fret), Grenoble et Veynes (TER), et Veynes et Marseille (TER). Le premier de ces segments est à double voie et électrifié. Il supporte un trafic important, et est proche de la saturation aux heures de pointe. Les deux autres segments sont pour l'essentiel à voie unique, et ne sont pas électrifiés. Ils supportent un trafic beaucoup plus faible, à l'exception de la section finale entre Aix-en-Provence et Marseille-Saint-Charles qui assure des liaisons de proximité à l'intérieur de la région marseillaise.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le viaduc des Fauries à proximité de la Gare de Lus-la-Croix-Haute
Carte de la section Lyon-Grenoble

La loi du [2] autorisait la construction d'un chemin de fer de Lyon à Avignon avec embranchement vers Grenoble. Parmi les tracés possibles (ligne directe de Lyon à Grenoble, ligne de Valence à Grenoble, ligne est-ouest située entre les deux premières), c'est cette dernière option qui est choisie, sous la forme d'un embranchement de 93 km entre Saint-Rambert-d'Albon et Grenoble. Elle réduisait la longueur de ligne à construire et représentait un compromis entre les liaisons de Grenoble vers le nord et le sud de la vallée du Rhône. Une ligne de Saint-Rambert à Rives a donc été concédée à la Compagnie du chemin de fer de Lyon à Avignon le 10 juin 1846[3]. La compagnie s'étant trouvée incapable de mener à bien la construction de ce chemin de fer, la concession a été déchue par un arrêté ministériel du .

Le [4], une nouvelle concession pour une ligne de Saint-Rambert à Grenoble a été attribuée à la Compagnie du chemin de fer de Saint-Rambert à Grenoble. Le tronçon de Saint-Rambert à Rives a été ouvert le , celui de Rives à Piquepierre le , prolongé à Grenoble le après achèvement du pont sur l'Isère. La section de Rives à Grenoble (soit 39 km) de l'actuelle ligne de Lyon à Grenoble par les Alpes était ainsi mise en service.

Entrée sud de la gare de Grenoble (Isère, France)

Grenoble était ainsi relié à Lyon, mais par le biais d'un détour important par Saint Rambert. Le 18 mars 1857[5] une ligne de Lyon à Grenoble plus directe a été concédée, sur sa demande, à la Compagnie du chemin de fer de Saint-Rambert à Grenoble. De nombreux débats ont précédé l'établissement du tracé qui passera finalement par La Tour-du-Pin, au prix d'un tracé en « S ». Cette ligne a été mise en service en cinq étapes :

  • De Lyon à Bourgoin le 1er juillet 1858 ;
  • De Bourgoin à Saint-André-le-Gaz le 22 août 1861 ;
  • De Saint-André-le-Gaz à Châbons le 14 juin 1862 ;
  • De Châbons au Grand-Lemps le 8 janvier 1862 ;
  • Du Grand-Lemps à Rives le 24 décembre 1860.

Le 5 décembre 1857[6], la compagnie concessionnaire a pris le nom de Compagnie des chemins de fer du Dauphiné qui à son tour a fusionné le 11 juin 1859[7] avec la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM).

Le 19 juin 1857[8] une ligne d'Avignon à Gap avec embranchement vers Aix-en-Provence a été concédée à titre éventuel au PLM. Elle comprenait également un prolongement de Gap vers la frontière sarde (col de Montgenèvre). Elle a été déclarée d'utilité publique le 25 août 1861[9] rendant ainsi la concession définitive. Elle a été ouverte à l'exploitation en quatre étapes :

Le 11 juin 1863[10] était concédée à titre éventuel au PLM une ligne de Grenoble à la ligne d'Avignon à Gap. À la suite de la déclaration d'utilité publique, le concession est devenue définitive le 2 janvier 1869[11]. Elle a été mise en service en deux étapes :

  • De Grenoble à Vif le 11 décembre 1876 ;
  • De Vif à Veynes (bifurcation du Poteau-Saint-Luc) le 27 juillet 1878.

Enfin, le 11 juin 1863 la section d'Aix-en-Provence à Marseille était également concédée à la compagnie du PLM qui l'a mise en service le 15 octobre 1877.

Un raccordement direct à Pertuis a été mis en service le 8 octobre 1950. Il évite le rebroussement en gare de Pertuis pour les trains qui n'ont pas d'arrêt commercial à cette gare.

En 1954, le block manuel unifié (BMU) remplace le cantonnement téléphonique entre Grenoble et Vif, et les gares de croisement sont dotées de voies directes. En 1968, lorsque la ligne Grenoble - Montmélian est déviée vers le sud de Grenoble, le tronçon commun aux deux lignes le long du Cours Jean Jaurès est mis à double voie, tandis que le block automatique lumineux (BAL) remplace le BMU jusqu'à Pont-de-Claix. En 1977 et 1984, d'importants travaux de régénération des tunnels de la ligne sont menés, avec modernisation de la voie sur certains tronçons. Enfin en 1987, le tronçon Vif - Aspres est doté du système de cantonnement assisté par informatique (CAPI), avant l'équipement sept ans plus tard, en 1994, du BAL de voie banalisée en remplacement du block manuel, entre Pont-de-Claix et Jarrie-Vizille, sur six kilomètres[12].

La ligne n'a pas connu d'évolution significative jusqu'à la reconstruction du bâtiment voyageurs de la gare de Grenoble dans le cadre des Jeux olympiques d'hiver de 1968, avec la mise en service d'un PRS et la reconstruction d'une petite partie du tracé grenoblois sur une estacade, afin de supprimer quatre passages à niveau urbains. En 1979, la section Lyon-Grenoble de la ligne a connu un important bouleversement avec le début de travaux d'électrification : les passages supérieurs sont surélevés et plusieurs tunnels sont mis au gabarit électrification. Des relèvements ponctuels de vitesse sont effectués dans plusieurs gares de la ligne, avec une modification du plan des voies. La signalisation est à son tour modernisée : hormis les tronçons Lyon - Vénissieux (5 km) et Grenoble - La Buisserate (3 km) déjà équipés, le block automatique lumineux remplace le block manuel de double voie uniformisé S, de mi-1983 à l'été 1984, permettant des relèvements de vitesse jusqu'à 160 km/h. Plusieurs pas d'installation permanente de contre-sens (IPCS) sont par ailleurs mis en place[13].

Le , la section d'Aix à Marseille est fermée pour être modernisée[14]. Elle est rouverte le [15] après deux années de travaux. Cette modernisation comporte notamment : la reprise de la signalisation, le renouvellement de la voie unique et son doublement sur plusieurs tronçons pour un total de 12 kilomètres ; la création de trois nouvelles haltes sur le territoire de la ville de Marseille : Saint-Antoine, Saint-Joseph-le-Castellas, et Picon-Busserine ; la rénovation des gares de Gardanne, Simiane, Septèmes, et Sainte-Marthe-en-Provence. L'offre de desserte s'enrichit avec trois trains TER par heure lors des périodes d'affluence[16].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Tracé[modifier | modifier le code]

Le viaduc de Darne (ou d'Orbannes) à proximité de la Gare de Clelles - Mens

La ligne est à quatre voies pendant 7,8 km de Lyon-Perrache jusqu'aux abords de Vénissieux. Elle est ensuite à trois voies pendant 4 km jusqu'à Saint-Priest, puis à deux voies jusque immédiatement après Grenoble (bifurcation entre les directions Veynes et Montmélian). Elle est ensuite à voie unique pendant près de 100 km, jusqu'à la gare de bifurcation d'Aspres-sur-Buëch où elle passe à double voie sur quelques kilomètres avant de rejoindre la gare de Veynes. Le tronçon méridional, de la bifurcation du Poteau-Saint-Luc à proximité de Veynes jusqu'à Simiane, est également à voie unique sur près de 180 km. La voie en tiroir vers Pertuis est double : une voie vers Aix, une vers Veynes, sans communication entre les deux. Entre Simiane et Septèmes, un petit tronçon est à double voie, avant que la ligne ne redevienne une voie unique. À partir de Marseille-St-Antoine, les derniers 9 km sont une double voie jusqu'à Marseille-Saint-Charles.

Cette ligne a la propriété de rebrousser deux fois :

Au niveau de cette dernière gare, un raccordement direct, le raccordement de Pertuis évite le rebroussement des trains directs ou de fret.

Le profil est très médiocre, avec des déclivités qui atteignent 16  entre Lyon et Grenoble, 25  entre Grenoble et Veynes et enfin 18  entre Veynes et Marseille.

Électrification[modifier | modifier le code]

La section Lyon-Perrache - Grenoble a été électrifiée en deux étapes :

  • Lyon-Guillotière - Saint-Priest (1,5 kV - CC) : 11 janvier 1983[17].
  • Saint-Priest - Section de séparation du PK 18,58 (1,5 kV - CC) : 18 février 1985[17].
  • Section de séparation du PK 18,58 - Grenoble (25 kV - 50 Hz) : 18 février 1985[17].

L'alimentation est réalisée au moyen des sous-stations de La Guillotière (1,5 kV - CC), Chandieu (1,5 kV - CC), Faron (25 kV - 50 Hz) et Pérèle (25 kV - 50 Hz).

Vitesses limites[modifier | modifier le code]

L'arrivée au point culminant de la ligne des Alpes, au col de la Croix Haute, en direction de Veynes
Bifurcation ferroviaire en gare d'Aspres sur Buëch (26) avec à gauche la direction de Valence (26) et à droite celle de Grenoble (38)
Bifurcation ferroviaire avec à gauche la direction de Marseille (13) et à droite Valence (26) et Grenoble (38)

Vitesses limites de la ligne en 2016 pour les AGC, les X 72500 ainsi que les TGV et Z2 en sens impair (certaines catégories de trains, comme les trains de marchandises, possèdent des limites plus faibles)[18] :

De À Limite
Lyon-Perrache Km 511,4 30
Km 511,4 Km 513,7 90
Km 513,7 Km 514,2 100
Km 514,2 Lyon-Guillotière Poste 7 130
Lyon-Guillotière Poste 7 Km 7,0 140
Km 7,0 Km 37,2 160
Km 37,2 Km 55,6 140
Km 55,6 Km 66,0 120
Km 66,0 Rives 140
Rives Voiron 130
Voiron Km 112,5 120
Km 112,5 Km 123,6 160
Km 123,6 Grenoble Poste 1 130
Grenoble Poste 1 Grenoble Gare 120
Grenoble Gare Bifurcation de Montmélian 110
Bifurcation de Montmélian Jarrie-Vizille 90
Jarrie-Vizille Vif 100
Vif Saint-Michel-les-Portes 80
Saint-Michel-les-Portes Saint-Maurice-en-Trièves 70
Saint-Maurice-en-Trièves Col-de-la-Croix-Haute-Lalley 50
Col-de-la-Croix-Haute-Lalley Aspres-sur-Buëch 80
Aspres-sur-Buëch Bifurcation du Poteau-Saint-Luc 95
Bifurcation du Poteau-Saint-Luc Veynes - Dévoluy 120
Bifurcation du Poteau-Saint-Luc Serres 105
Serres Km 267,2 100
Km 267,2 Mison 105
Mison Manosque 115
Manosque Km 352,3 130
Km 352,3 Km 367,5 105
Km 367,5 Km 385,6 100
Km 385,6 Km 391,5 110
Km 391,5 Km 399,5 120
Km 399,5 Aix-en-Provence 100
Aix-en-Provence Bouc-Cabriès 110
Bouc-Cabriès Bifurcation des Chartreux 100
Bifurcation des Chartreux Marseille-Saint-Charles Portique Poste 2 110
Marseille-Saint-Charles Portique Poste 2 Marseille-Saint-Charles Portique Poste 3 60
Marseille-Saint-Charles Portique Poste 3 Marseille-Saint-Charles Gare 30

Trafic[modifier | modifier le code]

La ligne est exploitée en trois segments séparés, Lyon-Grenoble, Grenoble-Veynes, et Veynes-Marseille. Le premier segment est parcouru par des TGV Paris-Grenoble et des TER Lyon-Grenoble, et emprunté par les circulations entre Lyon et Chambery jusqu'à la bifurcation de Saint-André-le-Gaz, et par les circulations entre Valence et Grenoble à partir de Moirans. Le second segment est utilisé pour des liaisons TER entre Grenoble et Veynes ou Gap. Le dernier segment est parcouru par des TER assurant les parcours Aix-Marseille, Gap-Marseille, Veynes-Marseille, et Romans Bourg-de-Péage - Briançon.

Projets[modifier | modifier le code]

À l'horizon 2020, des travaux pourraient avoir lieu autour du raccordement de la LGV Rhône-Alpes pour la connexion à l'hypothétique Contournement ferroviaire de l'agglomération lyonnaise avec d'éventuels triplements et quadruplements de voies.

Par ailleurs, le Schéma de cohérence territoriale de la région urbaine grenobloise envisage la mise à quatre voies de la section Moirans - Grenoble[19] pour résorber sa saturation actuelle.

Galerie de photographies[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Classement sonore des voies RFF du département des Bouches-du-Rhône, page 5 Lien
  2. Bulletin des lois de la République française, année 1845/07, page 205.
  3. Les chemins de fer français : étude historique sur la constitution et le régime du réseau, par Alfred Picard, tome 2, page 60.
  4. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, et avis du Conseil d'État, année 1855, page 19.
  5. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, et avis du Conseil d'État, année 1857, page 57.
  6. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, et avis du Conseil d'État, année 1857, page 596.
  7. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, et avis du conseil d'État, année 1859, page 230.
  8. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, et avis du Conseil d'État, année 1857, page 226.
  9. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, et avis du Conseil d'État, année 1861, page 502.
  10. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, et avis du Conseil d'État, année 1863, page 677.
  11. Les chemins de fer français : étude historique sur la constitution et le régime du réseau, par Alfred Picard, Tome 2, page 502.
  12. Magazine Le Train, Les trains des Alpes, n°57, janvier 2009, p. 78
  13. Magazine Le Train, Les trains des Alpes, n°57, janvier 2009, p. 51
  14. « Ligne des Alpes (Lyon - Marseille via Grenoble) », sur Le rail dans le Gard... et au delà, (consulté le 8 décembre 2016).
  15. « Le retour du train : communiqué de TER PACA », sur Gardanne, (consulté le 8 décembre 2016).
  16. Corinne Durand, « Votre ligne en quelques chiffres », sur Le Blog Maligne-TER : Aix - Marseille, (consulté le 8 décembre 2016).
  17. a, b et c Revue Chemins de fer éditée par l'AFAC, n° 393 de 1986, page 264.
  18. Renseignements techniques SNCF (RT 5152 Lyon - Saint-André-le-Gaz, RT 5154 Saint-André-le-Gaz - Grenoble, RT 5076 Grenoble - Veynes, RT 5021 Veynes - Aix-en-Provence et RT 5022 Aix-en-Provence - Marseille)
  19. « Document d'orientation et d'objectif, Schéma de cohérence territorial de la région grenobloise arrêté », sur Site de l'Établissement Public du SCoT de la Région urbaine de Grenoble, (consulté le 21 décembre 2012), p. 219

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • H. Lartilleux, Géographie des chemins de fer français, tome 1, Librairie Chaix, janvier 1955.
  • Lucien-Maurice Vilain, Les chemins de fer de montagne français, tome 1, Les presses modernes, 1964.
  • Gérard Blier, Nouvelle géographie ferroviaire de la France, tomes 1, 2 & 3, éditions La Vie du Rail, mai 1993.
  • Patricia et Pierre Laederich, André Jacquot et Marc Gayda, Histoire du réseau ferroviaire français, éditions de l'Ormet, Valignat, 1996.
  • La Vie du Rail, revue, no 1326, 1394, 1533, 1605 et 1721.
  • Rail Passion, revue, no 9, 94 et 119.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :