Grotte de Bédeilhac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Grotte de Bédeilhac
Image dans Infobox.
Entrée de la grotte.
Localisation
Coordonnées
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Montagne du SeydourVoir et modifier les données sur Wikidata
Massif
Massif du Soudour
Vallée
Vallée de Saurat
Voie d'accès
D 618
Caractéristiques
Type
Altitude de l'entrée
690 m
Longueur connue
2 240 m
Occupation humaine
Patrimonialité
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
(Voir situation sur carte : Occitanie)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Midi-Pyrénées
(Voir situation sur carte : Midi-Pyrénées)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Ariège
(Voir situation sur carte : Ariège)
Point carte.svg

La grotte de Bédeilhac est une vaste grotte ornée située sur le territoire de la commune de Bédeilhac-et-Aynat en Ariège. Elle fait partie du réseau de grottes ornées de la chaîne pyrénéo-cantabrique.

Spéléométrie[modifier | modifier le code]

Le développement[N 1] de la cavité est de 2 240 m[1].

Géographie et contexte géologique[modifier | modifier le code]

La grotte de Bédeilhac est située dans la vallée de Saurat, sur le territoire de la commune de Bédeilhac-et-Aynat, près de Tarascon-sur-Ariège[2], à 690 mètres d'altitude. Elle s'ouvre sur le flanc de la montagne[3] et pénètre à 750 mètres à l'intérieur du massif du Soudour.

La grotte est creusée dans le calcaire du Crétacé inférieur[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Fréquentation[modifier | modifier le code]

L'homme, depuis 15 000 ans au moins, connaît et fréquente la grotte préhistorique de Bédeilhac[5]. Ce lieu de refuge et de probables rituels pour les chasseurs de l'époque magdalénienne voit se succéder les groupes humains de l'âge des métaux (sépultures de l'âge du bronze), de l'Antiquité, puis les premiers naturalistes dès le XVIe siècle au moins.

Découverte[modifier | modifier le code]

Plaque gravée du Magdalénien. Jeune bison européen (Bos bosanus).

La grotte, connue de tout temps[3] a été visitée et décrite dès 1773 par Marcorelle.

En , une peinture pariétale paléolithique y est découverte et authentifiée par l'abbé Henri Breuil[6], la première du département de l'Ariège.

La grotte est explorée à plusieurs reprises et messieurs Cartailhac, Vidal et Mandement y font des découvertes[3],[7]. Après plusieurs découvertes de peintures, gravures et modelages sur argile, la grotte est classée Monument historique en 1929[8].

La légende[modifier | modifier le code]

De par sa grande taille, la grotte sert d'entrepôt pendant la Seconde Guerre mondiale[9]. Une légende prétend que l'aviation allemande y aurait installé un aérodrome. Cette rumeur est démentie par la réalité historique[6],[10],[11].

En fait, la grotte fut réquisitionnée à partir du pour les usines aéronautiques Dewoitine qui entreprirent le chemin qui conduit à la grotte, commencèrent à aplanir son entrée dans le but d'y installer des ateliers pour produire des pièces pour ses avions. La défaite de l'armée française fit cesser cette entreprise : l'usine fut démantelée début juillet de la même année. Les troupes d'occupation allemandes reprirent l'idée et se rendent maîtres de la grotte à partir de pour la restauration de leurs avions Junkers : elles poursuivirent l'aplanissement et le bétonnage de l'entrée commencés par Dewoitine pour y installer leurs machines-outils. Les Allemands abandonneront le site le en y laissant huit carcasses de Junker, les outils et les baraques installées pour le personnel[12].

Le site de Bédeilhac fait l'objet d'un exploit le . Le pilote d’essai Georges Bonnet, aux commandes d'un petit avion de tourisme (type Morane[13]), réussit à atterrir dans la grotte. Il renouvelle son exploit en 1974, à l'occasion du tournage du film « le Passe Montagne » de Christian Bernadac[10],[6]. Une réplique de cet avion se trouve au début du parcours de la visite[14].

Premières médiatiques[modifier | modifier le code]

Le site a également été l'objet en 1929, d'un des premiers films tournés sous terre[13]. En 1958, Norbert Casteret et sa fille Raymonde ainsi que José Bidegain, Joseph Delteil, Georges Lépineux participent au premier reportage télévisé en direct d’une grotte depuis Bédeilhac, présenté par Georges de Caunes.

Description de la grotte[modifier | modifier le code]

Entrée de la grotte de Bédeilhac.

La grotte préhistorique de Bédeilhac est de très grande dimension[5],[15], avec une ouverture de 40 mètres de large sur 1 km[9],[16], et dont la voûte s'élève parfois jusqu'à 80 mètres au-dessus du sol[4]. L’entrée de la grotte a été nivelée sur environ 350 mètres[6].

Le site comprend des concrétions stalagmitiques et des œuvres préhistoriques de la période magdalénienne, réparties en plusieurs salles : une grande galerie, salle qui possède la plus grande dimension[17], un labyrinthe, une galerie des modelages, la galerie Vidal et une salle terminale[14]. L'art rupestre de la grotte est une illustration des techniques connues dans les œuvres magdaléniennes[18].

On trouve dans la grande galerie une concrétion stalagmitique dite le bénitier, un bison peint de la période magdalénienne, un grand pilier stalagmitique, des mains positives de la période magdalénienne. Le labyrinthe compte un ensemble de piliers stalagmitiques. La galerie des modelages comporte des modelages d'argile de la période magdalénienne, des bas-reliefs modelés sur argile[15], un cheval acéphale de la période magdalénienne. Dans la galerie Vidal on peut voir une tête de bison de la période magdalénienne. Enfin, la salle terminale comporte des gravures sur argile de la période magdalénienne (bison, cheval et une vulve[19] tracée au doigt), un bison au charbon de bois de la période magdalénienne[14].

On y trouve aussi un emplacement de foyer, ainsi qu'un certain nombre d'objets[20],[21], comme une rondelle perforée[22].

Site touristique[modifier | modifier le code]

La grotte de Bédeilhac, propriété de la commune[8], est ouverte aux visites[23].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Note[modifier | modifier le code]

  1. En spéléologie, le développement correspond à la longueur cumulée des galeries interconnectées qui composent un réseau souterrain.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [Bigot 2004] Jean-Yves Bigot, « Spéléométrie de la France. Cavités classées par département, par dénivellation et développement » ( Mémoires), Spelunca, no 27,‎ , p. 24 (ISSN 0249-0544, lire en ligne [PDF], consulté le ).
  2. OpenStreetMap, Grotte de Bedeilhac (860968419), consulté le 1er juin 2014.
  3. a b et c [Bégouën 1928] Henri Bégouën, « Note sur les peintures de la grotte de Bédeilhac (Ariège) », Comptes-rendus des séances de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles-Lettres de Toulouse, vol. 71, no 3,‎ , p. 231-233 (lire en ligne [sur persee]).
  4. a et b [Garrigou & Filhol 1866] F. Garrigou et H. Filhol, Âge de la pierre polie dans les cavernes des Pyrénées Ariégeoises, éd.-libr. Baillière & Fils (Paris) / éd.-libr. Delboy (Toulouse), , sur books.google.fr (lire en ligne), p. 6.
  5. a et b « Grotte de Bédeilhac », Ariège Pyrénées (Agence de développement touristique d'Ariège Pyrénées)(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur ariegepyrenees.com.
  6. a b c et d « Un peu d'histoire »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur grotte-de-bedeilhac.org.
  7. [Groenen 1994] Marc Groenen, Pour une histoire de la préhistoire. Le Paléolithique, Grenoble, éd. Jérôme Millon, coll. « L’Homme des Origines », , 603 p., p. 521.
  8. a et b « Grotte préhistorique (Bédeilhac-et-Aynat) », notice no PA00093775, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  9. a et b « Que visiter en Ariège - Grottes »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur ariege.com.
  10. a et b « Grotte de Bédeilhac : la vérité sur la légende des avions allemands », Gazette Ariégeoise « (Les carnets de l'alpha) »,‎ « lien brisé »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  11. « Bedeilhac et Aynat », Histoire de l'Ariège(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur histariege.com.
  12. [Pétris 2017] Jean-Jacques Pétris, L'occupation des grottes de Bédeilhac et du Mas d'Azil durant la Seconde Guerre mondiale, Saint-Girons, Archives ariégeoises, (ISBN 978-2-9534325-8-9), p. 201-233.
  13. a et b « Bédeilhac : sur les traces des artistes du paléolithique », .
  14. a b et c « Grotte de Bédeilhac - La grotte »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur grotte-de-bedeilhac.org.
  15. a et b « À la rencontre de nos ancêtres… les magdaléniens… », Office de tourisme des montagnes de Tarascon et du Vicdessos(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur montagnesdetarasconetduvicdessos.com.
  16. « Histoire - Grotte de Bédeilhac »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur luzenac.fr, Mairie de Luzenac.
  17. Garrigou & Filhol 1866, p. 7.
  18. « Grotte ornée paléolithique de Bédeilhac »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur cnrs.fr, CNRS (Centre national de la recherche scientifique).
  19. « Grotte de Bédeilhac - L'art préhistorique sous toutes ses formes », sur hominides.com (consulté le ).
  20. Garrigou & Filhol 1866, p. 8.
  21. [Reinwald 1866] C. Reinwald, Matériaux pour l'histoire primitive et naturelle de l'homme, vol. 2, .
  22. [Rodière 2011] Jean Rodière, « Étude tracéologique de la perforation. Application aux perles gravettiennes de l’abri Pataud, du Blot, des Peyrugues », ArchéoSciences, no 35,‎ , p. 273-281 (lire en ligne [sur journals.openedition.org], consulté le ).
  23. « Grotte de Bédeilhac », Horaires de visites(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur grotte-de-bedeilhac.org.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Vidal 1932] G. Vidal, « L'art dans les cavernes de Tarascon-sur-Ariège », Bull. Soc. Ariégeoise Sciences, Lettres et Arts, t. XVIII,‎ , p. 54-77.
  • [Barbaza 1993] M. Barbaza, « Bédeilhac-et-Aynat - Grotte de Bédeilhac », Bilan Scientifique, SRA, DRAC Midi-Pyrénées,‎ , p. 28.
  • [Barbaza & Lacombes 1993] M. Barbaza et S. Lacombes, « Bédeilhac-et-Aynat - Grotte de Bédeilhac », Bilan Scientifique, SRA, DRAC Midi-Pyrénées,‎ , p. 28-29.
  • [Beltràn, Gailli & Robert 1967] Antonio Beltràn, Romain Robert et René Gailli, La cueva de Bédeilhac, Zaragoza, Departamento de Prehistoria y Arqueologia, coll. « Monografias arqueologicas » (no 2), , 146 p..
  • [Gailli, Pailhaugue & Rouzaud 1984] René Gailli, N. Pailhaugue et F. Rouzaud, « Grotte de Bédeilhac », dans L'Art des cavernes, Paris, Ministère de la Culture, , p. 369-375.
  • [Gailli & Duhard 1993] René Gailli et Jean-Pierre Duhard, « Les représentations humaines de la grotte magdalénienne de Bédeilhac », dans Pyrénées préhistoriques : arts et société (actes du 118e congrès national des sociétés savantes (Pau, 1993)), Paris, éd. du Comité des travaux historiques et scientifiques, , p. 403-413.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]