Grotte de Saint-Marcel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grotte de Saint-Marcel
Image illustrative de l'article Grotte de Saint-Marcel
Gours de la grotte de Saint-Marcel
Coordonnées 44° 19′ 55″ nord, 4° 32′ 28″ est
Pays Drapeau de la France France
Région française Auvergne-Rhône-Alpes
Département Ardèche
Vallée vallée de l’Ardèche
Localité voisine Bidon
Voie d'accès D 290
Longueur connue 57 km en 2015
Type de roche calcaire
Signe particulier Grotte ornée
Spéléothème
Température 14°C
Occupation humaine 75 000 ans av J.C - 4500 à 1800 ans av J.C
Protection Logo monument historique Classé MH (1934)

Géolocalisation sur la carte : Rhône-Alpes

(Voir situation sur carte : Rhône-Alpes)
Grotte de Saint-Marcel

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Grotte de Saint-Marcel

La grotte de Saint-Marcel est une grotte classée pour ses spéléothèmes et ses gisements archéologiques depuis 1934[1]. Elle est située sur le territoire de la commune française de Bidon, dans le département de l'Ardèche, en région Rhône-Alpes ; cependant elle appartient à la commune voisine de Saint-Marcel-d'Ardèche, à la suite d'une donation.

Localisation[modifier | modifier le code]

La grotte de Saint-Marcel est située à l’entrée des gorges de l'Ardèche, sur le territoire de la commune française de Bidon, dans le département de l'Ardèche en région Rhône-Alpes. Cependant, la grotte appartient à Saint-Marcel-d'Ardèche, à la suite d'une donation de terrains faite en 1228 par Dame Vierne de Baladun « aux seigneurs de cette cité, à leurs chevaliers et à leurs hommes »[2].

Description[modifier | modifier le code]

La grotte abrite plusieurs gisements archéologiques d'époque moustérienne qui ont déjà livré plusieurs milliers d'objets lithiques[3].

Formation[modifier | modifier le code]

La grotte a été creusée "per ascensum" pendant le Pliocène lors de la crise de salinité messinienne[4].

Historique[modifier | modifier le code]

L'entrée naturelle de la grotte fut découverte en 1838 par un chasseur d’Aiguèze à la poursuite de son gibier, utilisant la technique du furet.

Il faudra attendre cinquante ans pour qu’une première étude un peu approfondie soit faite par Edouard-Alfred Martel, considéré comme le fondateur de la spéléologie moderne. Il consacre un chapitre entier sur la grotte de Saint-Marcel dans son livre « Les Abîmes » publié en 1894, où il dresse une description complète et détaillée des parties connues de la cavité.

Robert de Joly, découvreur de l’Aven d'Orgnac, y mènera par la suite plusieurs campagnes dans les années 1930 puis 1940.

Dans les années 1960, des équipes de spéléologues belges, ardéchois et stéphanois (groupe Forez) continuèrent les explorations.

À partir des années 1980, ce fut au tour des plongeurs de prendre le relais.

En 2015, la grotte de Saint-Marcel présente un réseau de plus de 57 km de développement, dont 18 km de galeries noyées. Le dénivelé est de 257+137−120 mètres. Avec ces nombreux kilomètres de galeries répertoriées comprenant, au fil des découvertes, plusieurs cavités (7) physiquement reliées entre elles par plusieurs séries de puits, une dénomination plus juste serait « grottes de Saint-Marcel » ou « réseau de Saint-Marcel ». La grotte de Saint-Marcel visitable par les touristes correspond seulement à la partie aménagée de ce réseau, sur un parcours de 600 mètres environ[5].

Visite touristique et protection[modifier | modifier le code]

Dès 1870, la commune organise des visites pour les touristes mais, en raison des difficultés d'accès, leur nombre reste limité.

À partir de 1962, la construction de la route touristique des gorges de l’Ardèche va favoriser l'arrivée des visiteurs à la grotte.

En 1988, dans le respect des contraintes environnementales (le site se trouve dans la Réserve naturelle nationale des Gorges de l'Ardèche, classée en 1980), des travaux sont effectués afin de créer l’actuel tunnel conduisant à la partie la plus attirante d'un point de vue touristique. La grotte est rouverte au public le [6].

L'édifice est classé au titre des monuments historiques en 1934[1], et se trouve en zone protégée au titre de site naturel inscrit depuis le .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Grotte de Saint-Marcel », notice no PA00116648, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. « Les communes d'Ardèche : Bidon », sur medarus.org, (consulté le 1er septembre 2015)
  3. Marie-Hélène Moncel, « Les niveaux moustériens de la grotte de Saint-Marcel (Ardèche) [Fouilles René Gilles. Reconnaissance de niveaux à débitage discoïde dans la vallée du Rhône] in Bulletin de la Société préhistorique française, Volume 95, Numéro 2 », sur Persée, (consulté le 1er septembre 2015), p. 141-170
  4. Ludovic Mocochain, Jean-Yves Bigot, Georges Clauzon, Marc Favergon et Philippe Brunet, Association française de karstologie, « La grotte de Saint-Marcel: un référenciel pour l'évolution des endokarsts méditerranéens depuis 6 Ma », Karstologia : revue de karstologie et de spéléologie physique de la Fédération française de spéléologie et de l'Association française de karstologie, Paris, Fédération française de spéléologie, no 48,‎ , p. 33-50 (ISSN 0751-7688, lire en ligne).
  5. Site officiel de la grotte de Saint-Marcel d'Ardèche > Visite de la grotte
  6. « La grotte de Saint Marcel d’Ardèche - Dossier de presse », sur grotte-ardeche.com, (consulté le 11 juillet 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Billard, Gilbert Bohec (respons. publication) et Baudouin Lismonde (respons. publication), Fédération française de spéléologie, « La grotte de Saint- Marcel d'Ardèche », Scialet : bulletin du CDS de l'Isère, Grenoble, Comité départemental de spéléologie de l'Isère, no 6,‎ , p. 89-121 (ISSN 0336-0326, lire en ligne [PDF]).
  • Mocochain Ludovic, Les manifestations géodynamiques - externes et internes - de la crise de salinité messinienne sur une plate-forme carbonatée péri-méditerranéenne : le karst de la Basse-Ardèche (Moyenne vallée du Rhône ; France), Aix-en-Provence, , 221 p. (lire en ligne).
  • Philippe Audra, Marc Faverjon et Ludovic Mocochain, Fédération française de spéléologie, « La grotte de Saint-Marcel d’Ardèche n’est pas fossile! », Spelunca, Paris, Fédération française de spéléologie, no 107,‎ , p. 27-30 (ISSN 0249-0544, lire en ligne).
  • Collectif, La Grotte de Saint Marcel d'Ardèche, Chauzon, Comité départemental de spéléologie de l'Ardèche, , 240 p. (ISBN 2-9517215-6-0).
  • Philippe Audra-Responsable d'édition, Ludovic Mocochain et Jean Yves Bigot, Association française de karstologie, « Grottes et karts de France - La grotte de Saint- Marcel-Ardèche », Karstologia Mémoires, Paris, Association française de karstologie, no 19,‎ , p. 300-301 (ISBN 978-2-95-042225-5).
  • Didier Cailhol, Le fonctionnement hydrogéologique du réseau de Saint Marcel 2014-2015, Chauzon, Comité départemental de spéléologie de l'Ardèche, (lire en ligne [PDF]).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]