Kromdraai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kromdraai
Image illustrative de l'article Kromdraai
Kromdraai B vu du nord-est en 2007
Coordonnées 26° 00′ 00″ sud, 27° 45′ 00″ est
Pays Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud
Province Gauteng

Géolocalisation sur la carte : Gauteng

(Voir situation sur carte : Gauteng)
localisation

Géolocalisation sur la carte : Afrique du Sud

(Voir situation sur carte : Afrique du Sud)
localisation

Géolocalisation sur la carte : Afrique

(Voir situation sur carte : Afrique)
localisation
Localisation de Kromdraai (ZA-3), parmi les principaux sites de découverte d'Hominines (Australopithèques, ...), en Afrique :
Tchad (TD) :
•  TD-1 – Bahr el-Ghazal
•  TD-2 – Djourab
Éthiopie (ET) :
•  ET-1 – Hadar
•  ET-2 – Herto
•  ET-3 – Omo
Kenya (KE) :
•  KE-1 – Lac Turkana
Tanzanie(TZ) :
•  TZ-1 – Gorges d'Olduvai
•  TZ-2 – Laetoli
Afrique du Sud (ZA) :
•  ZA-1 – Sterkfontein
•  ZA-2 – Swartkrans
•  ZA-3 – Kromdraai
•  ZA-4 – Taung (en)

Kromdraai (« petite route sinueuse » en afrikaans) est une grotte renfermant des brèches fossilifères, localisée à environ 2 km à l'est du site de Sterkfontein et à environ 45 km au nord-ouest de Johannesburg en Afrique du Sud. Elle appartient à l'ensemble de sites inscrits au patrimoine mondial de l’Unesco en 2000 sous le nom de « Berceau de l’Humanité »[1].

Historique des recherches[modifier | modifier le code]

Kromdraai A, vu du sud-ouest en 2007.

En 1938, l'attention de Robert Broom a été attirée sur Kromdraai par un écolier des environs, nommé Gert Terrblanche, qui avait découvert plusieurs dents d'hominidés. Les dents appartenaient à un crâne qui devait devenir l'holotype de Paranthropus robustus. Broom commença des fouilles qui se poursuivirent jusqu'en 1947 environ et qui permirent la découverte de nombreux restes fossiles d'hominidés. Deux dépôts furent trouvés, Kromdraai A et Kromdraai B, ce dernier étant celui qui livra des fossiles de pré-humains[2].

En 1955, C.K. Brain repris les recherches à Kromdraai B et découvrit de nombreux autres fossiles d'hominidés ainsi que de faune[3].

Dans les années 1980, Elizabeth Vrba conduisit de brèves recherches à Kromdraai B afin de recueillir de nouveaux ensembles pour ses travaux sur les bovidés d'Afrique australe[4].

En 1993, les fouilles reprirent sous la direction de Francis Thackeray du Transvaal Museum et de Lee Berger de l'université du Witwatersrand. Ils furent rejoints par des équipes de l'université Harvard et d'autres collaborateurs[5]. Parmi les résultats importants obtenus lors de ces travaux, il convient de mentionner la découverte de nouveaux restes fossiles d'hominidés ainsi que des datations plus précises pour le site.

Fossiles mis au jour[modifier | modifier le code]

Outre le spécimen holotype de P. robustus, 29 restes d'hominines ont été recueillis à Kromdraai B[3]. Plusieurs milliers de fossiles d'animaux ont aussi été extraits de Kromdraai A et B.

Âge des dépôts[modifier | modifier le code]

Les dépôts de Kromdraai B datent d'entre 2,0 et 1,6 Ma environ. La majorité si ce n'est la totalité des restes de Paranthropus robustus datent de 1,8 à 1,6 Ma[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « 9/2/233/0022-001 - Kromdraai Palaeontological Reserve, Kromdraai 71, Krugersdorp District », South African Heritage Resources Agency (consulté le 16 septembre 2013)
  2. R. Broom, Finding the Missing Link, Watts, London,
  3. a et b J.F. Thackeray, D.J. de Ruiter, L.R. Berger and N.J. van der Merve, Hominid fossils from Kromdraai: a revised list of specimens discovered since 1938, Annals of the Transvaal Museum 38, , 43–56 p.
  4. E. Vrba, The Kromdraai Australopithecine site revisited in 1980: recent investigations and results, Annals of the Transvaal Museum, , 17–60 p.
  5. L.R. Berger, C. Menter and F. Thackeray, The renewal of excavation activities at Kromdraai, South Africa, South African Journal of Science, , 209–210 p.
  6. Herries, A.I.R., Hopley, P.J., Adams, J.W., Curnoe, D., Maslin, M.A. 2010. Letter to the editor: Geochronology and palaeoenvironments of Southern African hominin-bearing localities-A reply to Wrangham et al., 2009. "shallow-water habitats as sources of fallback foods for hominins".

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]