Grotte de Bruniquel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne pas confondre avec la grotte de Mayrière supérieure, également sur la commune de Bruniquel
Ne pas confondre avec les abris de Bruniquel, également sur la commune de Bruniquel
Grotte de Bruniquel
La structure de la grotte de Bruniquel.jpg
Structure de spéléofacts
découverte dans la grotte de Bruniquel.
Localisation
Coordonnées
Adresse
Vallée
Vallée de l'Aveyron
Localité voisine
Caractéristiques
Type
Altitude de l'entrée
150 m
Longueur connue
500 m
Période de formation
Occupation humaine

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Occitanie

(Voir situation sur carte : Occitanie)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Midi-Pyrénées

(Voir situation sur carte : Midi-Pyrénées)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

(Voir situation sur carte : Tarn-et-Garonne)
Point carte.svg

La grotte de Bruniquel (Bruniquel, Tarn-et-Garonne) a livré des traces d'activité humaine en milieu souterrain datant de 176 500 ans avant le présent. Elle a été occupée par l'homme de Néandertal qui y a construit une structure composée de près de 400 morceaux de stalagmites juxtaposés, alignés et superposés[1],[2].

Cette structure d'habitation constitue en l'état actuel des recherches (2017) la plus ancienne construction humaine connue au monde[3].

La grotte est fermée au public pour études scientifiques. À défaut, on peut visiter la salle consacrée à cette cavité aux châteaux de Bruniquel.

Découverte et description[modifier | modifier le code]

L'inventeur de la cavité est Bruno Kowalczewski, jeune spéléologue qui découvre en février 1990, en surplomb de l'Aveyron, l'entrée d'une grotte de la taille d'un terrier de lapin, qu'il désobstrue sur une période de plus de deux ans, pour tomber sur une vaste galerie habitée jadis par des ours bruns qui y ont laissé leurs traces. Elle est explorée ensuite et protégée par la Société spéléo-archéologique de Caussade (SSAC)[4].

Géologie[modifier | modifier le code]

La cavité se développe dans les calcaires dolomitisés du Bajocien (Jurassique).

Spéléométrie[modifier | modifier le code]

Le développement[N 1] est d'environ 500 m[5], sous la forme d'une galerie ponctuée de salles plus vastes.

Étude de la grotte[modifier | modifier le code]

Une grotte occupée par les ours et les hommes[modifier | modifier le code]

Elle livre une quarantaine de bauges d'ours et de nombreux ossements d'animaux (chevaux, bisons, cerfs) qui y ont été nécessairement introduits par l'homme.[réf. nécessaire]

Première étude[modifier | modifier le code]

L'étude est menée par Michel Soulier, président de la SSAC, et par François Rouzaud, spéléologue et conservateur en chef du patrimoine à la Direction régionale des affaires culturelles de la région Midi-Pyrénées. En 1992 et 1993, ils prospectent l'ensemble de la grotte et procèdent notamment au relevé de structures faites de tronçons de stalagmites. En 1995, ils font dater par le carbone 14 un morceau d'os brûlé trouvé sur la structure : le carbone 14 n'est plus décelable, ce qui indique un âge supérieur à 47 600 ans. Les travaux sont interrompus à la mort de François Rouzaud en 1999.

Nouvelles études[modifier | modifier le code]

Sophie Verheyden, chercheuse à l'Institut royal des sciences naturelles de Belgique, visite la grotte en 2011[6], poussée par la curiosité après avoir examiné certaines des photographies de la grotte exposées aux châteaux de Bruniquel[7]. Elle contacte alors Dominique Genty, chercheur au CNRS au Laboratoire des Sciences du Climat et de l'Environnement (LSCE, CEA-CNRS-UVSQ, Saclay, France), spécialiste des concrétions, qui connaissait l'existence et l'intérêt de cette structure. Il la met en contact avec Jacques Jaubert pour envisager une opération archéologique et pour dater la structure par la méthode uranium-thorium, avec Michel Soulier, mandaté et autorisé par les propriétaires. Deux campagnes de relevés et prélèvements se déroulent aux printemps 2014 et 2015, sous la direction de Jacques Jaubert et Sophie Verheyden. Elles aboutissent au résultat publié en 2016 : les structures ont été réalisées il y a près de 180 000 ans[8].

Spéléofacts[modifier | modifier le code]

Une construction humaine[modifier | modifier le code]

Dans l'une des salles de la grotte, à 336 mètres de l'entrée, une construction formée d'amoncellements de concrétions brisées a été découverte sur le sol de la cavité. Constituée d'une grande structure annulaire (6,7 × 4,5 m) et d'une autre plus petite (2,2 × 2,1 m), c'est la première construction connue à base de stalagmites. Elle est composée de 399 « spéléofacts »[N 2], dont les morceaux de stalagmites mis bout à bout forment une longueur de 112 mètres pour une masse totale d'environ 2,2 tonnes[8]. Les tronçons utilisés ont été calibrés (ceux de la plus grande structure ont des tailles similaires et sont plus grands que ceux de la petite) et ordonnés en rangs superposés (jusqu'à quatre). Certains ont servi d'étais ou de cales.

Dix-huit points de chauffe ont également été identifiés, repérés par l'altération de la calcite (rougie ou noircie par la suie, ou éclatée par la chaleur) et/ou par des vestiges de combustible dont des os calcinés (notamment le fragment de radius d'ours partiellement calciné dont on avait tenté la datation en 1995). La disposition des structures de combustion suggère qu'elles ont servi à l'éclairage.

Datations[modifier | modifier le code]

Les spéléofacts sont surmontés de petites stalagmites ayant poussé sur les fragments constituant les structures annulaires. La calcite au-dessus et au-dessous du contact entre un spéléofact et la calcite de ces petites stalagmites a été prélevée en 14 points différents et datée par la méthode uranium-thorium, ce qui a permis de cerner l'âge de ces constructions. Le résultat est surprenant : 176 500 ± 2 000 ans. Cet âge a ensuite été confirmé par la datation de la couche de calcite recouvrant un fragment d'os brûlé trouvé au sein d'une des structures démontrant définitivement la présence humaine à cet endroit.

Une œuvre de l'homme de Néandertal[modifier | modifier le code]

L'âge minimum obtenu en 1995 pour l'os d'ours calciné[9], soit 47 600 ans au plus tard, suggérait déjà que la construction soit l’œuvre de l'homme de Néandertal, car cet âge est nettement plus ancien que celui de l'arrivée des premiers hommes modernes dans la région. Mais cette suggestion suscitait en 1995 le scepticisme : derniers Néandertaliens ou tout premiers hommes modernes ? De plus, l'os d'ours, certes collecté à l'entrée de la grotte et brûlé par les constructeurs, aurait aussi pu être de beaucoup antérieur aux spéléofacts.

L'âge des spéléofacts, obtenu par datation de la calcite, soit presque 180 000 ans, est lui sans appel. À cette époque, il n'est pas question d'hommes modernes ni même de Néandertaliens classiques, mais de Néandertaliens anciens. Ceux-ci maîtrisaient donc l'éclairage et son entretien, et la conception et la réalisation de structures sophistiquées. Plus encore, ils s'étaient déjà approprié le monde souterrain, presque 130 000 ans avant les hommes du Paléolithique supérieur.

La destination et la signification des structures annulaires restent inconnues. En l'absence d'autre indice, on ne peut que formuler des hypothèses, en attendant que l'étude du sol foulé par les constructeurs, actuellement caché sous une couche de calcite, nous livre peut-être d'autres informations.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • F. Rouzaud, M. Soulier et Y. Lignereux, « La grotte de Bruniquel », Spelunca, 5e série, no 60,‎ , p. 27-34.
  • Jacques Jaubert, « Que faisait Néandertal dans la grotte de Bruniquel ? », Pour la Science, no 465,‎ , p. 26-35. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Jacques Jaubert, « Les étranges structures de Bruniquel », Dossier Pour la Science, no 94,‎ , p. 96-103.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En spéléologie, le développement correspond à la longueur cumulée des galeries interconnectées qui composent un réseau souterrain.
  2. « Spéléofact » est un mot-valise forgé par les chercheurs à partir de « spéléothème » et « artefact » pour désigner ce nouveau type d'artefact.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nicolas Delesalle, « Grotte de Bruniquel : c'est définitif, Néandertal n’était pas la moitié d'un idiot », sur Télérama, (consulté le 26 mai 2016).
  2. Jaubert 2016.
  3. Jordi Rosell Ardèvol, « Moi, Néandertal », Histoire et civilisations, Le Monde / National Geographic, no 28,‎ , p. 33-50 (lire en ligne).
  4. Site de la Société spéléo-archéologique de Caussade
  5. Jean-Yves Bigot, Fédération française de spéléologie, Spéléométrie de la France. Cavités classées par département, par dénivellation et développement, GAP, coll. « Spelunca, n° 27 », , 160 p. (ISBN 2-7417-0291-8).
  6. Hervé Morin, « Néandertal s'aventurait au fond des grottes, 140 000 ans avant « Homo sapiens » », sur lemonde.fr,
  7. Sophie Verheyden, une Belge au cœur de la découverte de la grotte de Bruniquel - Le Soir, le
  8. a et b (en) Jacques Jaubert, Sophie Verheyden, Dominique Genty, Michel Soulier, Hai Cheng, Dominique Blamart, Christian Burlet, Hubert Camus, Serge Delaby, Damien Deldicque, R. Lawrence Edwards, Catherine Ferrier, François Lacrampe-Cuyaubère, François Lévêque, Frédéric Maksud, Pascal Mora, Xavier Muth, Édouard Régnier, Jean-Noël Rouzaud, Frédéric Santos, « Early Neandertal constructions deep in Bruniquel Cave in southwestern France », Nature, no 534,‎ , p. 111–114 (DOI 10.1038/nature18291)
  9. H. Valladas, CEA, LSCE, France in Rouzaud et al., 1995, Spelunca n° 60.