Bédeilhac-et-Aynat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bédeilhac-et-Aynat
Bédeilhac-et-Aynat
Entrée de la grotte de Bédeilhac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Foix
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Tarascon
Maire
Mandat
Michel Anquet
2020-2026
Code postal 09400
Code commune 09045
Démographie
Gentilé Bédeinatois
Population
municipale
195 hab. (2018 en stagnation par rapport à 2013)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 52′ 24″ nord, 1° 33′ 55″ est
Altitude Min. 549 m
Max. 1 424 m
Superficie 6,38 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Foix
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton du Sabarthès
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Bédeilhac-et-Aynat
Géolocalisation sur la carte : Ariège
Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Bédeilhac-et-Aynat
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bédeilhac-et-Aynat
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bédeilhac-et-Aynat

Bédeilhac-et-Aynat (Vedelhac (e Ainat) en occitan) est une commune française, située dans le département de l'Ariège en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Bédeilhac-et-Aynat se situe dans le Pays de Tarascon[1], sur la route D 618, entre Tarascon-sur-Ariège et Surba, à l'est, et Saurat à l'ouest[2].

Communes aux alentours : Rabat-les-Trois-Seigneurs (2 km), Saurat (2 km), Surba (2 km), Arignac (3 km), Quié (4 km), Gourbit (4 km), Tarascon-sur-Ariège (4 km), Bompas (4 km), Génat (5 km) et Mercus-Garrabet (6 km)[3].

Communes limitrophes de Bédeilhac-et-Aynat[2]
Montoulieu
Saurat Bédeilhac-et-Aynat Arignac
Rabat-les-Trois-Seigneurs Surba

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se trouve dans la vallée du Saurat[2]. Son altitude varie de 549 à 1 424 mètres, et s'étend sur plus de 6 km2 (638 hectares)[4].

Climat[modifier | modifier le code]

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 10,6 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 4,9 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 4,4 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 14,3 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 1 067 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 10,5 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,6 j

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat semi-continental », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[5]. En 2020, la commune ressort du type « climat de montagne » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Pour ce type de climat, la température décroît rapidement en fonction de l'altitude. On observe une nébulosité minimale en hiver et maximale en été. Les vents et les précipitations varient notablement selon le lieu[6]. À l'est du département, l’influence méditerranéenne accentue les contrastes saisonniers, le climat y est plus sec[7].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[8]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[5].

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[9] complétée par des études régionales[10],[11] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Tarascon-sur-Ariège », sur la commune de Tarascon-sur-Ariège, mise en service en 1959[12]et qui se trouve à 4 km à vol d'oiseau[13],[Note 2], où la température moyenne annuelle est de 11,9 °C et la hauteur de précipitations de 769,3 mm pour la période 1981-2010[14]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Saint-Girons », sur la commune de Lorp-Sentaraille, mise en service en 1949 et à 40 km[15], la température moyenne annuelle évolue de 12,2 °C pour la période 1971-2000[16], à 12,3 °C pour 1981-2010[17], puis à 12,7 °C pour 1991-2020[18].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bédeilhac-et-Aynat est une commune rurale[Note 3],[19]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[20],[21]. Elle appartient à l'unité urbaine de Tarascon-sur-Ariège, une agglomération intra-départementale regroupant 9 communes[22] et 6 120 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[23],[24].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Foix, dont elle est une commune de la couronne[Note 4]. Cette aire, qui regroupe 38 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[25],[26].

En 2009 on trouvait 156 logements sur la commune de Bédeilhac-et-Aynat, dont 55 % étaient des résidences principales, pour une moyenne sur le département de 67 %, et dont 79 % des ménages en étaient propriétaires[27].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (81,4 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (78,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (47 %), forêts (28 %), prairies (12,3 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (6,4 %), zones agricoles hétérogènes (6,2 %)[28].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Formes anciennes du nom de Bédeilhac : Bedeillac en 1793, Bedeilhac en 1801, puis Bédeilhac-et-Aynat en 1828 à la suite de la fusion de Bédeilhac avec Aynat[29].

Formes anciennes du nom de Aynat : Ainat en 1793, puis Aynat en 1801[30].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les communes de Bédeilhac et d'Aynat étaient indépendantes avant d'être réunies en une seule par ordonnance du [29].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Annick Fournie[31],[32] DVD Employée
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est intégrée à la communauté de communes du Pays de Tarascon[33].

Autres circonscriptions[modifier | modifier le code]

Bédeilhac-et-Aynat fait partie du canton de Tarascon-sur-Ariège[34],[35] et de l'arrondissement de Foix[36]. En 2014, dans le cadre de la réforme territoriale, un nouveau découpage territorial pour le département de l'Ariège est défini par le décret du [37]. La commune est alors rattachée au canton du Sabarthès[35].

Population et société[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Bédeinatois.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[38]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[39].

En 2018, la commune comptait 195 habitants[Note 5], en stagnation par rapport à 2013 (Ariège : +0,25 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
264272278289552536559605611
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
586515533510535506502506502
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
511517513261259303245200166
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
140126120119136150163199190
2018 - - - - - - - -
195--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[40] puis Insee à partir de 2006[41].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vie locale[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le revenu fiscal médian par ménage était en 2010 de 18 546 , pour une moyenne sur le département de 16 584 [27].

En 2009, 51 % des foyers fiscaux étaient imposables, pour 45 % sur le département[27].

Tissu économique[modifier | modifier le code]

Sur 26 établissements présents sur la commune à fin 2010, 8 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 19 % sur l'ensemble du département), 8 % du secteur de l'industrie, 23 % du secteur de la construction, 54 % de celui du commerce et des services (pour 47 % sur le département) et 8 % du secteur de l'administration et de la santé[27].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

La grotte de Bédeilhac[modifier | modifier le code]

Grotte préhistorique au lieu-dit Montagne du Soudour, immense grotte décrite dès 1773 par Marcorelle : grande galerie d'un kilomètre de long, salles d'environ 100 mètres de diamètre, imposantes concrétions : piliers, stalactites, stalagmites... Peintures, gravures et modelages préhistoriques, d'époque magdalénienne (environ 15 000 ans). La première peinture préhistorique découverte en Ariège est le grand bison noir en teinte plate authentifié par l'abbé Henri Breuil en [42].

Autres lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  3. Selon le zonage publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  4. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en celle d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  5. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes

Références[modifier | modifier le code]

  1. Communauté de communes du Pays de Tarascon, Site de l'intercommunalité, consulté le 6 juin 2014
  2. a b et c Carte IGN sous Géoportail
  3. Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
    Lion1906, Distances orthodromiques à partir de Bédeilhac-et-Aynat (09), consulté le 6 juin 2014
  4. IGN, Répertoire géographique des communes (RGC 2013), consulté le 6 juin 2014
  5. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 16 juin 2021)
  6. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le 16 juin 2021)
  7. [PDF]« Plan Local d’Urbanisme d’Allières – Rapport de présentation », sur wxs-gpu.mongeoportail.ign.fr, (consulté le 16 juin 2021), p. 125
  8. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le 16 octobre 2020)
  9. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le 12 juin 2021).
  10. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le 16 juin 2021)
  11. [PDF]« Le changement climatique dans les Pyrénées : impacts, vulnérabilités et adaptation. », sur opcc-ctp.org (consulté le 16 juin 2021).
  12. « Station météofrance Tarascon-sur-Ariège - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le 16 juin 2021)
  13. « Orthodromie entre Bédeilhac-et-Aynat et Tarascon-sur-Ariège », sur fr.distance.to (consulté le 16 juin 2021).
  14. « Station météofrance Tarascon-sur-Ariège - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté en tarascon-sur-ariège).
  15. « Orthodromie entre Bédeilhac-et-Aynat et Lorp-Sentaraille », sur fr.distance.to (consulté le 16 juin 2021).
  16. « Station météorologique de Saint-Girons - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 16 juin 2021)
  17. « Station météorologique de Saint-Girons - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 16 juin 2021)
  18. « Station météorologique de Saint-Girons - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 16 juin 2021)
  19. « Zonage rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  20. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 24 mars 2021).
  21. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 24 mars 2021).
  22. « Unité urbaine 2020 de Tarascon-sur-Ariège », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 24 mars 2021).
  23. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 24 mars 2021).
  24. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 24 mars 2021).
  25. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 24 mars 2021).
  26. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 24 mars 2021).
  27. a b c et d Insee, Statistiques locales du territoire de Bédeilhac-et-Aynat (09), consultées le 1er juin 2014
  28. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 12 avril 2021)
  29. a et b Nom de la municipalité en 1793 (an II), selon le recensement réalisé sur l’ensemble du territoire français de l’époque, et en 1801, selon les « Arrêtés de réduction des justices de paix » (actes publiés au Bulletin des lois) constituant la première nomenclature officielle des circonscriptions administratives de la France contemporaine.
    EHESS, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, Fiche de Bédeilhac-et-Aynat, consultée le 1er juin 2014
  30. EHESS, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, Fiche de Aynat, consultée le 1er juin 2014
  31. Ministère de l'Intérieur, Résultats définitifs des élections municipales 2014 (Bédeilhac-et-Aynat), consulté le 1er juin 2014
  32. Communauté de communes du Pays de Tarascon, Bédeilhac-Aynat, consulté le 1er juin 2014
  33. Insee, Composition de l'EPCI du Pays de Tarascon (240900431), consulté le 6 juin 2014
  34. Conseil général de l'Ariège, Élus (carte des cantons), consulté le 13 juin 2014
  35. a et b Préfecture de l'Ariège, Nouveaux cantons et anciens cantons, document du 3 mars 2014
  36. Ministère de l'Égalité des territoires et du Logement et Ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie, Territoires administratifs et politiques de l'Ariège, consulté le 13 juin 2014
  37. Légifrance, Décret no 2014-174 du 18 février 2014, portant délimitation des cantons dans le département de l'Ariège.
  38. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  39. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  40. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  41. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  42. « Grotte préhistorique », notice no PA00093775, base Mérimée, ministère français de la Culture