Grotte de Marsoulas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grotte des Fées.
Grotte de Marsoulas
(Grotte des Fées)
Pointe de sagaie Marsoulas MHNT PRE 2010.0.9.2.Fond.jpg
Pointe de sagaie du Magdalénien moyen - Félix Régnault - Muséum de Toulouse
Localisation
Coordonnées
Adresse
LaouinVoir et modifier les données sur Wikidata
Marsoulas
Flag of France.svg France
Massif
Vallée
Vallée du ruisseau Lavin
Localité voisine
Voie d'accès
D 69
Caractéristiques
Altitude de l'entrée
310 m
Longueur connue
50 m
Occupation humaine
Statut patrimonial
Localisation sur la carte de Haute-Garonne
voir sur la carte de Haute-Garonne
Red pog.svg
Localisation sur la carte des Pyrénées
voir sur la carte des Pyrénées
Red pog.svg

La grotte de Marsoulas, dite encore grotte des Fées, est une petite grotte ornée située sur la commune française de Marsoulas, dans le département de la Haute-Garonne en région Midi-Pyrénées.

Elle est célèbre pour avoir été la première grotte ornée paléolithique officiellement reconnue dans les Pyrénées.

Situation[modifier | modifier le code]

Elle se trouve à environ 80 km au sud de Toulouse, en bordure ouest de la commune de Marsoulas[1],[2] au quartier de Las Roques, en rive droite dans la vallée du Laouin affluent du Salat[1],[3], à 200 m en aval du pont de la D69 sur le Salat entre Salies et Marsoulas[4].

Autres sites proches

La grotte de Tarté, autre site préhistorique (Moustérien, Châtelperronien, Aurignacien (grattoirs épais dits « de Tarté ») et Gravettien), se trouve sur la même colline à 500 m au nord-ouest (mais sur la commune de Cassagne)[5]. L'abri de Téoulé, également un site préhistorique, est à quelques centaines de mètres en aval de la grotte de Tarté[6],[7].

Altitude

À l'aplomb de la grotte de Marsoulas, le Laouin est à 301 m d'altitude[1] et une source sourde à 1 m au-dessus du Laouin. Selon Méroc et al (1947), le porche de la grotte est à 10 m au-dessus de la source[4] et serait donc à 312 m d'altitude, ce qui la rapproche des 315 m d'altitude donnés par Martel (1911)[8],[9],[n 1].

Description[modifier | modifier le code]

Également appelée « grotte des Fées »[11],[12], la grotte de Marsoulas est une grotte de petites dimensions mais d'une grande richesse archéologique. Elle est constituée d'une simple galerie rectiligne d'environ 70 m de long, avec la paroi gauche toujours verticale et la paroi droite inclinée, ce qui donne une section en triangle-rectangle de environ 3 m de large sur 4 m de haut. La voûte à l'entrée s'est effondrée ; restent à cet endroit les parois, qui forment à l'extérieur un corridor ouvert[13].
À 29 m de la porte se trouve une étroiture, avec abaissement du plafond et resserrement des parois. Au-delà, la circulation ne peut se faire qu'en rampant, sur les 20 derniers mètres de sol sec. À 40 m de l'entrée le sol s'incline abruptement vers le bas pour rejoindre le lit du ruisseau actuel[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Campagne de fouille de 1931

La grotte est rendue publique en 1883, suite aux fouilles de David Cau-Durban[14].

Des peintures et des gravures pariétales y sont identifiées par Félix Régnault en 1897[15]. Mais Régnault ne réussit pas à convaincre ses contemporains de l'ancienneté des peintures. Il faut attendre la visite des préhistoriens Cartailhac et Breuil en 1902, qui passent par là en revenant du congrès de l'A.F.A.S. à Montauban et en « officialisent » l'ancienneté remontant au Paléolithique[13].
Les fouilles conduites par Félix Régnault ont essentiellement livré des vestiges magdaléniens, et dans une moindre mesure des indices aurignaciens et aziliens.[réf. nécessaire]

Il s'agit donc de la première grotte ornée paléolithique officiellement reconnue dans les Pyrénées. Cartailhac, qui en devient propriétaire[13], réalise une première étude et des relevés des œuvres pariétales de la grotte[16]. Breuil réalise également les relevés, mais seulement une très petite partie en est publiée.

Henri Bégouën et Townsend Russsel fouillent le talus d'entrée en 1931[13], ce qui révèle une grande quantité de mobilier préhistorique, notamment une conque de très grande taille avec des traces d'ocre[17].
D'autres chercheurs cités sont Louis Méroc (1904-1970), L. Michaud, André Leroi-Gourhan[18], Aleth Plénier (sa thèse porte sur la grotte), Denis Vialou, Pascal Foucher et Sébastien Lacombe[13].

Art pariétal[modifier | modifier le code]

Les premières gravures rencontrées sont à 3 m de l'entrée actuelle[13].

L'art pariétal y est représenté par des figures gravées et peintes s'étendant sur une cinquantaine de mètres[13], essentiellement sur la paroi gauche. Il comprend essentiellement des bisons et des chevaux, accompagnés de cervidés, de capridés, d'anthropomorphes et de signes barbelés ou quadrangulaires. L'un des bisons se distingue par un remplissage constitué de ponctuations rouges.

Les images sont souvent difficiles à déchiffrer à cause de la superposition de nombreuses lignes fines gravées[19].

Protection[modifier | modifier le code]

La grotte est classée monument historique depuis 1910[20].

Elle est fermée au public pour raison de conservation.

Un fac-similé grandeur nature de la grande frise de Marsoulas a été élaboré au Parc pyrénéen de l'art préhistorique de Tarascon-sur-Ariège.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Azéma 2016] Marc Azéma, « Le bison ponctué de la grotte de Marsoulas », futura sciences,‎ (lire en ligne [sur futura-sciences.com]).
  • [Begouën & Russell 1933] Henri Begouën et James Townsend Russell, « La campagne de fouilles de 1931 à Marsoulas, Tarté et Roquecourbère », Muséum d'Histoire Naturelle,‎ (présentation en ligne).
  • [Cartailhac & Breuil 1902] Cartailhac et Breuil, « Photo du relevé du bison à points rouges », sur documents.univ-toulouse.fr, (consulté le 7 juillet 2019) (tiré de cette page (univ. de Toulouse)).
  • [Foucher 1991] Pascal Foucher, « Expérience en double aveugle sur l'art pariétal de la grotte de Marsoulas », Bulletin de la Société préhistorique de l'Ariège, t. 46,‎ , p. 75-118 (lire en ligne [sur researchgate.net], consulté en /07/2019).
  • [Fritz & Tosello 2007] Carole Fritz et Gilles Tosello, « La grotte de Marsoulas - Grands bisons et petits humains », Les Dossiers d’Archéologie, no 324,‎ , p. 20-29 (lire en ligne [PDF]). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Fritz & Tosello 2010] Carole Fritz et Gilles Tosello, Marsoulas, renaissance d'une grotte ornée (livre + DVD), Paris, Errance, , 64 p. (présentation en ligne). Pour la bande-annonce de la DVD de Marc Azéma, « Marsoulas, la grotte oubliée », accompagnant ce livre, voir Azéma 2006, section « Filmographie ».
  • [Fritz et al. 2010] Carole Fritz, Gilles Tosello, Marc Azéma, Olivier Moreau, Guy Perazio et José Péral, « Restauration virtuelle de l’art pariétal paléolithique : le cas de la grotte de Marsoulas », In Situ, no 13,‎ (lire en ligne [sur journals.openedition.org]).
  • [Leroi-Gourhan 1988] André Leroi-Gourhan, « Marsoulas, Haute-Garonne », dans Dictionnaire de la Préhistoire, Paris, Presses universitaires de France, , p. 693-694.
  • [Méroc et al. 1947] L. Méroc, L. Michaut et M. Ollé, « La grotte de Marsoulas (Haute-Garonne) », Bulletin de la Société méridionale de spéléologie et de préhistoire, no 9,‎ , p. 285-305 (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • [Méroc et al. 1947 (carte)] L. Méroc et al., « La grotte de Marsoulas (Haute-Garonne) » (page de frontispice avec carte), Bulletin de la SMSP, no 10,‎ , p. 284 (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
    • [Méroc et al. 1947 (Art)] L. Méroc et al., « La grotte de Marsoulas (Haute-Garonne) » (liste des décorations et relevé de leurs emplacements), Bulletin de la SMSP, no 11,‎ , p. 306-320 (lire en ligne [sur docs.google.com]).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jeannel et Racovitza (1908) donnent une altitude de 420 m[10].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Carte IGN interactive sur « Grotte de Marsoulas » sur Géoportail. La grotte marquée d'une étoile rose est la grotte de Tarté. La grotte de Marsoulas est 500 m plus bas en amont du Lavin (vers le sud).
    Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Hydrographie » activées. Vous pouvez bouger la carte (cliquer et maintenir, bouger), zoomer (molette de souris ou échelle de l'écran), moduler la transparence, désactiver ou supprimer les couches (= cartes) avec leurs échelles d'intensité dans l'onglet de "sélection de couches" en haut à droite, et en ajouter depuis l'onglet "Cartes" en haut à gauche. Les distances et surfaces se mesurent avec les outils dans l'onglet "Accéder aux outils cartographiques" (petite clé à molette) sous l'onglet "sélection de couches".
  2. [Russell 1932] (en) James Townsend Russell, « Report on archaeological research in the foothills of the Pyrenees », Smithsonian miscellaneous collections, Smithsonian Institution, vol. 87, no 11,‎ (lire en ligne [sur semanticscholar.org]), p. 1.
  3. Méroc et al. 1947, p. 286.
  4. a et b Méroc et al. 1947, p. 3.
  5. Russell 1932, p. 4.
  6. Méroc et al. 1947, carte en frontispice de Méroc et al. 1947, p. 284.
  7. Méroc et al. 1947, p. 3, note 3.
  8. [Martel & Fournier 1911] É. A. Martel et E. Fournier, « Rapport sur la seconde mission pour l'exploration des Pyrénées (juillet-août 1909) », Annales du Ministère de l'agriculture,‎ , plan p. 79-80. Cité dans Méroc et al. 1947, p. 3, note 3.
  9. [Martel 1930] E. A. Martel, La France ignorée : des Ardennes aux Pyrénées, . Cité dans Méroc et al. 1947, p. 3, note 3.
  10. [Jeannel & Racovitza 1908] R. Jeannel et Racovitza, « Énumération des grottes visitées (2e et 3e séries) », Biospeologica - Arch. Zool. Exp., t. 8 « 4e série »,‎ , p. 327-414 et 5e série, 1910, p. 180. Cité dans Méroc et al. 1947, p. 3, note 3.
  11. Méroc et al. 1947, p. 285.
  12. [Menu & Plenier 1988] Michel Menu et Aleth Plenier, « Grotte de Marsoulas (Grotte des Fées) », Archéologie de la France Informat,‎ (lire en ligne [sur journals.openedition.org], consulté le 7 juillet 2019).
  13. a b c d e f g et h Fritz & Tosello 2007, p. 21.
  14. [Cau-Durban 1885] D. Cau-Durban, « La Grotte de Marsoulas », Matériaux pour l'Histoire de l'Homme, vol. II (19e année, 3e série),‎ , p. 341-349 (présentation en ligne).
  15. [Regnault 1897] Félix Regnault, « Peintures de Marsoulas », Bulletin de la Société Archéologique du Midi de la France,‎ , p. 127.
  16. [Cartailhac 1902] Émile Cartailhac, « Note sur les dessins préhistoriques de la grotte de Marsoulas », Comptes-rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, vol. 46, no 5,‎ , p. 478-483 (lire en ligne [sur persee]).
  17. Bégouën & Russell 1933.
  18. [Leroi-Gourhan 1978] André Leroi-Gourhan, « Marsoulas », dans André Leroi-Gourhan, Préhistoire de l'Art Occidental, Paris, éd. Lucien Mazenod, coll. « L'art et les grandes civilisations », , p. 300-301.
  19. Fritz & Tosello 2007, p. 20.
  20. « Grotte (lieu-dit Laouin, Marsoulas) », notice no PA00094376, base Mérimée, ministère français de la Culture.