Grottes de Montmaurin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Les grottes de Montmaurin sont un ensemble de cavités dans les gorges de la Seygouade sur la commune de Montmaurin en Haute-Garonne, en Pays Comminges Pyrénées, région Midi-Pyrénées, région administrative Occitanie, France.

Le remplissage[n 1] archéologique des grottes couvre une longue période, allant de l'interglaciaire Mindel-Riss (environ 400 000 ans) jusqu'à l'époque gallo-romaine. Plusieurs de ces grottes ont livré des fossiles humains, dont le plus célèbre, tiré de la grotte de la Niche, est la « mandibule de Montmaurin », pendant un temps le plus ancien fossile humain connu sur le territoire de Midi-Pyrénées et plus vieux fossile d'hominidé découvert en France. En 2020 elle est toujours l'un des fossiles humains français les plus anciens avec le crâne de l'homme de Tautavel.

La grotte des Abeilles est le premier site où a été reconnu le proto-Aurignacien.

Le site de Montmaurin, dont les principales cavités sont la Terrasse, Coupe-Gorge et la Niche, est un gisement important pour la connaissance des phases anciennes du Paléolithique et pour l'évolution de l'humanité préhistorique.

Ces grottes ont pour voisines proches les grottes de Lespugue, qui participent de la même formation géologique et dont la grotte des Rideaux a livré la célèbre « Vénus de Lespugue » (Gravettien).

D'autres grottes sont techniquement sur Montmaurin mais participent de l'ensemble des grottes de la Save et situées en rive gauche de cette rivière. Ce sont la grotte de Cahuzère I et II et un abri sans nom, dans les gorges même de la Save ; et la grotte de Bacuran et le gisement de la Terrasse de Bacuran, entre les deux premiers mais beaucoup plus haut sur le plateau donc hors des gorges de la Save[1].

Situation[modifier | modifier le code]

Les grottes de Montmaurin sont dans le sud de la Haute-Garonne à 93 km au sud-ouest de Toulouse, 60 km à l'est de Tarbes, 20 km au nord-ouest de Saint-Gaudens[2] et à environ 800 m au nord-ouest de Montmaurin[3]. Elles font partie du pays du Nébouzan[4].

Situées dans les gorges de la Seygouade (affluent de la Save et sous-affluent de la Garonne), les grottes de Montmaurin sont principalement en rive droite (côté est) de la Seygouade[1] et s'ouvrent vers le nord-ouest[3], dans l'ancienne carrière dite « carrière Miro »[5]. La grotte du Chêne est elle aussi en rive droite mais à plusieurs centaines de mètres en aval. Seules la grotte des Abeilles et la grotte Zubiate se trouvent sur la rive gauche[3],[1].

L'interfluve, un environnement naturel privilégié…[modifier | modifier le code]

La Seygouade conflue avec la Save près du point extrême nord-est de la commune de Montmaurin. Ces deux rivières, venant du sud, forment chacune des gorges (celles de la Save marquant la limite naturelle de la commune), sur ~3,6 km de long à l'ouest et nord-ouest pour les gorges de la Seygouade et sur ~2,9 km de long à l'est et nord-est pour les gorges de la Save[3]. Ce sont aussi les longueurs de rivières incluses dans la ZNIEFF de type 1 « Gorges de la Save et vallée de la Seygouade », qui vise les deux vallées presque jusqu'à leur confluence pour une surface totale de 279,5 ha (2,795 km2), avec toutefois une différence notable entre les deux rivières : la ZNIEFF n'inclut que la rive droite de la Seygouade mais couvre les deux rives de la Save[6],[7].

Cet interfluve réunit sur moins de 400 ha « les principaux types d'indicateurs écologiques de la flore française, voire européenne, à l'exception des indicateurs des hautes montagnes et des milieux littoraux »[8] et abrite une très remarquable et même rare diversité biologique[9]. Sur une note générale de climat atlantique atténué[8] (forêts mixtes de type atlantique), les vallées encaissées servent de « stations-refuges » fraîches à froides. On y trouve des plantes des milieux froids, témoins de plusieurs paléoclimats[9] : hêtre et plantes montagnardes[8] implantées pendant les périodes glaciaires froides et humides[9], et chêne sessile et charme[8] venus du centre et du nord-est de la France, voire d'Europe moyenne, pour les périodes froides et moins humides[9].
Juste à côté de ces stations-refuges froides, se situe un ensemble de stations-refuges chaudes et sèches : les soulanes sur le versant sud du même dôme karstique de Montmaurin. Le chêne vert et les espèces de son cortège, indicateurs d'un climat méditerranéen, se sont installés dans la région pendant les périodes chaudes du Quaternaire et ont pu s'y maintenir pendant les refroidissements ultérieurs grâce aux soulanes[9].
Les bords des rivières amènent aussi une galerie continue de végétation classique en terrain humide, avec aulnes glutineux, peupliers et saules, accompagnés de leurs cortèges arbustifs et herbacés. Les terrains plats ou peu inclinés sont peuplés de chênes pédonculés et surtout chênes pubescents et leurs cortèges[8].

Avec une telle diversité d'environnements, l'endroit attire donc des faunes inféodées[n 2] tout aussi diversifiées[9].

… et un Haut Lieu de l'histoire de la race humaine[modifier | modifier le code]

Cet espace de quelque 3 km2[10] se trouve dans une zone karstique qui n'aurait pas subi de lessivage (tout au moins pas de lessivage généralisé). Il forme un « lieu si prestigieux, mentionné dans tous les manuels d'histoire, un ensemble unique qui, du Pithécanthrope à l'Homme moderne, fait partie de patrimoine de l'Humanité » et renferme, selon la paléontologue Isaure Gratacos, « tous les restes de tous les âges »[10],[11],[12]. Avec la perspective d'un retour des carriers faisant peser une grave menace sur le site, de nombreuses voix se sont élevées pour sa défense. Jean Clottes, Henry de Lumley, Yves Coppens et bien d'autres scientifiques[n 3] s'accordent pour considérer l'interfluve Save-Seygouade comme un Haut Lieu de l'Humanité[18]. Sa place dans l'histoire du peuplement de l'Europe et dans l'histoire de l'évolution de l'humanité est de pair avec l'Homme de Tautavel, la mandibule de Mauer, l'Homme de Ceprano et quelques autres fossiles célèbres.

Le site de Montmaurin est complémenté par les grottes de la Save, à environ 2 km en bordure est et nord-est de la commune.

Géologie[modifier | modifier le code]

Les grottes de Montmaurin sont à l'extrémité ouest des Petites Pyrénées, sur « la dernière ride nord pyrénéenne calcaire[8] » ; le village lui-même est sis sur un prolongement de l'anticlinal du massif du Plantaurel, constitué selon M. Delpoux (2014) de couches de calcaires à algues et milioles dano-montiens[19]. Cailhol et al. (2019) précise que le dôme de Lespugue-Montmaurin est un brachy-anticlinal[n 4] qui résulte de la poussée du chevauchement frontal nord-pyrénéen et s'allonge dans la direction sud-ouest / nord-est sur 5 km[21]. Le « front des Petites Pyrénées » est ici affecté par le « décrochement de Lespugues »[n 5], une structure qui a contribué à la formation des gorges de la Save et de la Seygouade[21].

Selon Girard (1973), les grottes sont creusées dans le calcaire marin du Danien[23] (entre 66,0 et 61,6 millions d'années), premier étage du Paléocène, dans l'ère cénozoïque (Tertiaire). La carte géologique indique le Dano-Montien (e1, couleur rouge brique clair sur la carte géologique[24]) : « calcaires sublithographiques à algues et milioles[25] », avec une extension du temps de dépôt incluant le Montien jusqu'à environ 59,2 millions d'années. Ces calcaires correspondent aux couches les plus anciennes de l'ère tertiaire[19].

La Garonne et ses affluents ont édifié cinq terrasses alluviales, corrélées avec les glaciations du Quaternaire[26] et connues sous les appellations de « nappe culminante » (Donau), « haute terrasse » (Günz), « moyenne terrasse » (Mindel), « basse terrasse » (Riss) et « basses plaines » (Würm)[27]. La série de gisements paléontologiques et archéologiques du massif de Montmaurin-Lespugue est le seul ensemble préhistorique de l'Aquitaine garonnaise qui s'articule au sein de ce vaste système : les cinq nappes régionales se retrouvent dans les gorges de la Seygouade[28], et la carte géologique les montre également dans les gorges de la Save[24].

Répartition des grottes et abris[modifier | modifier le code]

Le réseau karstique des grottes de Montmaurin est développé sur quatre niveaux qui correspondent vraisemblablement à quatre étapes d'enfoncement de la Seygouade[29], en relation avec l'étagement des terrasses de la Garonne[26]. Subséquemment, les dépôts plus anciens sont dans les cavités les plus hautes[30]. La Seygouade se trouve de nos jours à 308 m d'altitude[3],[23].

Le plus haut niveau, à 60 m au-dessus de la rivière, est constitué de grandes poches de terre remplies d'un conglomérat coloré par les oxydes métalliques[29].

Les grottes elles-mêmes sont situées à trois niveaux sur une paroi verticale de calcaire :

  • Au niveau supérieur se trouvent la grotte de Montmaurin ou grotte Boule ; et, un peu au sud de celle-ci[31], la grotte de la Terrasse qui est effondrée. Ces deux grottes s'ouvrent à environ 40 m au-dessus de la Seygouade[32].
  • Au niveau intermédiaire sont la grotte de Coupe-Gorge, à la verticale de la grotte Boule[32] ; et la grotte de la Niche[31], mieux décrite comme une fissure qui prolonge la grotte de la Terrasse vers le bas. De nombreuses poches et cavités prolongent ce niveau vers l'aval ; elles sont soit remplies de terre, soit encore en activité, et elles apparaissent et disparaissent (détruites) avec la progression du front de carrière vers le cœur du massif. Ce niveau se trouve à environ 25 m au-dessus de la rivière[32].
  • Au niveau inférieur se trouve la grotte du Putois, ou les quatre grottes de ce nom (voir la section « Grotte du Putois »), qui s'ouvrent au niveau de la route D633 à 4 m au-dessus de la rivière[32].

D'autres grottes sont occasionnellement citées dans la littérature scientifique, sans pour autant en donner la location précise. Ce sont : les Abeilles, Zubiate, Clarens, grotte des Stalagmites, la faille de l'Éléphant[33]. Crégut-Bonnoure et al. (2010) indiquent seulement « huit cavités »[34] mais mentionnent aussi la poche Mothe, la faille et le puits de l'Éléphant, la grotte Clarens et la grotte des Stalactites[35].

Une des grottes principales porte deux graffitis signés Norbert Casteret, célèbre spéléologue commingeois qui l'a visitée en 1902 ; c'était sa première exploration de grotte[10].

Découvertes et fouilles[modifier | modifier le code]

La grotte Boule, dite aussi grotte de Montmaurin, est connue de longue date[29]. Au tournant du XXe siècle, Émile Cartailhac prélève des os dans la « brèche à Machairodus » de la grotte Boule, dite alors « grotte de Montmaurin » car elle est la seule grotte connue sur le site ; Boule étudie ces os[36],[32] et les publie en 1902[37]. René de Saint-Périer prélève de nouveaux échantillons en 1914 et arrive à des conclusions similaires[32].

L'ouverture d'une carrière à flanc de coteau met au jour les autres grottes[29], avec cependant un certain délai : le début de l'exploitation en carrière commence de façon artisanale fin XIXe siècle et s'amplifie jusqu'à une exploitation industrielle au XXe siècle[38], mais les nouvelles grottes ne sont découvertes que juste après la fin de la deuxième guerre mondiale[39]. Les premiers observateurs de ces nouvelles grottes sont MM. Zubiate et Cammas[40].

Le les grottes nouvellement dévoilées reçoivent la visite de l'abbé Henri Breuil et du comte Henri Bégouën, qui en confient les fouilles à Louis Méroc[39]. Le maire de l'époque, inquiet des conséquences restrictives d'un classement du site, fait des difficultés pour la fouille mais finit par les accepter puisque les premières fouilles commencent à Pâques 1946[32].

Méroc dirige les fouilles de l'ensemble du site pendant 15 ans de 1946 à 1961, y utilisant les premières techniques « modernes » de fouille[41]. Il se concentre principalement sur la grotte de Coupe-Gorge[26] (27 campagnes de fouilles), mais travaille aussi sur celle de la Terrasse qu'il fouille entièrement[42] après sa découverte dans ce lieu de quartzites taillés dans une couche de sédiments surmontant un lit de galets roulés[40]. Il effectue des sondages dans la grotte Boule (anciennement grotte de Montmaurin) en 1947, 1948 et 1956[26]. En 1953 la grotte du Putois est menacée de destruction[26] ; Méroc suspend les fouilles de Coupe-Gorge et de la Terrasse et fouille entièrement le Putois[43],[42].

Les hauts et les bas de la notoriété[modifier | modifier le code]

Méroc publie régulièrement les résultats de ses recherches dans la revue Gallia[44] et fait du chantier de Coupe-Gorge une « école de fouilles » où les positions de chaque objet trouvé sont strictement notées par des coordonnées cartésiennes - une nouveauté à l'époque, qui va de pair avec la rigueur de l'école de fouilles dirigée par André Leroi-Gourhan au chantier d'Arcy-sur-Cure[45]. Il est activement soutenu par le comte Bégouën et l'abbé Breuil, figures emblématiques, officielles et influentes du milieu de la préhistoire dans cette première partie du XXe siècle[46] ; et, localement, par Raymond Saint-Martin, maire de Montmaurin de 1944 à 1989, qui encourage à la fois Méroc et Georges Fouet - ce dernier travaillant à la mise au jour des beaux vestiges gallo-romains sur la commune[47] (villa gallo-romaine de Lassalles et de la Hillère).

La « mandibule de Montmaurin », découverte par Raoul Cammas le dans la Niche, fait grand bruit dans les milieux préhistoriques internationaux. Décrite comme « pré-néandertalienne », elle est à l'époque considérée comme le plus vieux fossile de France. Henri-Victor Vallois l'étudie et fait une courte publication, d'abord en français dans les Comptes-rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences (Vallois 1955) puis en anglais dans l'American Journal of Physical Anthropology (Vallois 1956) ; son étude détaillée, publiée quelque vingt ans plus tard (Billy & Vallois 1977a et 1977b), assied ce fossile dans le milieu paléo-anthropologique[48].
Entre-temps, les grottes de Montmaurin sont devenues incontournables dans le monde paléo-anthropologique ; elles sont au programme de l'excursion du 78e Congrès national des sociétés savantes en  ; et de l'excursion dans les Pyrénées orientales et centrales du VIIIe Congrès de l'International Union for Quaternary Research (INQUA) en 1969[47].

Mais Méroc meurt en 1970, sans avoir pu étudier l'énorme quantité de matériel qu'il a exhumé. Tout juste a-t-il eu le temps de publier quelques courtes notices entre 1947 et 1954 (Méroc 1947, 1948, 1952, 1954), et une étude plus détaillée de la mandibule de la Niche (1963)[49].

Il y a par ailleurs conflit entre les méthodes de Méroc et les besoins de la nouvelle génération d'archéologues : sa méthode d'enregistrement des données de fouilles n'est, selon Georges Laplace, pas assez performante. Ce dernier doit en partie ses débuts à Méroc : il fait ses premiers pas sur le terrain à Montmaurin en 1947[50] et Méroc le soutient activement pour son installation dans le milieu universitaire. Laplace souhaite mettre sur pied des enregistrements plus complets qui puissent servir non seulement à la localisation du matériel recueilli mais aussi à son analyse directe[51]. Les deux chercheurs, l'un considéré comme amateur (Méroc n'a jamais eu le temps de compléter son doctorat)[52] et l'autre mieux implanté dans les sphères universitaires, finissent par se disputer vers la fin des années 1950 à propos de la publication des résultats de fouilles de la grotte des Abeilles, sur fond de différence dans les enjeux scientifiques, et cessent de coopérer[53]. Finalement, Méroc, un « ancien », manque de reconnaissance officielle[54]. Personne ne prend son relais à Montmaurin[52], et ces grottes qui ont tant a fournir tombent dans l'oubli[55].

Les grottes[modifier | modifier le code]

Elles sont présentées ici dans l'ordre chronologique de l'ancienneté de leurs remplissages respectifs (voir Renault–Miskovsky et al. 2005, paragr. 8).

Grotte Boule ou grotte de Montmaurin[modifier | modifier le code]

La « grotte de Montmaurin » a été rebaptisée « grotte Boule », du nom du paléontologue Marcellin Boule qui en a le premier étudié les ossements, pour la différencier des autres grottes du site après l'apparition de ces dernières[29]. Elle est à l'étage supérieur de la falaise du site, à environ 40 m au-dessus de la Seygouade. Les premières fouilles datent de 1947[32].

Brèche à Machairodus[modifier | modifier le code]

La « brèche à Machairodus » a fourni les plus anciennes données stratigraphiques de cet ensemble de grottes, avec de l'Acheuléen ancien[56]. Particulièrement riche en fossiles, elle forme une sorte de bandeau sur la paroi droite de la grotte Boule, à environ 1,50 m au-dessus du sol actuel de la grotte. Émile Cartailhac y a prélevé des os, que Boule a étudiés[36],[32] et publiés en 1902[37]. René de Saint-Périer prélève de nouveaux échantillons en 1914 et arrive à des conclusions similaires[32]. Il refouille la brèche en 1922[57].

Les ossements récoltés par Boule étaient cimentés, formant une brèche très dure qui témoigne d'un remplissage[n 1] anciennement disparu : il n'en subsiste que des lambeaux fixés à la paroi à environ 1,80 m de hauteur. Ils sont dominés par Rhinoceros merki et Machairodus latidens, indiquant un climat chaud[32]. Girard (1973) mentionne aussi le cheval et d'autres espèces de faune[36].

Malgré le mauvais état des fossiles recueillis, Boule y détermine un assemblage d'espèces[36] caractérisé par Rhinoceros mercki et Machairodus latidens, typique d'un climat chaud[32], qualifié de « faune archaïque chaude du début du Quaternaire »[57] :

  • Rhinoceros mercki Kaup : 7 molaires.
  • Equus caballus L. : une molaire inférieure de lait, qui rattache l'animal à une des nombreuses races de E. caballus actuel ; et quelques os longs dont la forte taille[36] indiquerait une étape d'évolution entre E. stenonis et E. caballus vrai[57], ce qui donne un caractère ancien mais non archaïque[36].
  • Sus scrofa L. : quelques dents isolées semblables à celles du sanglier actuel.
  • un bovidé : quelques dents et des fragments d'os longs[36]. Saint-Périer en trouve également un métacarpien, un métatarsien, une prémolaire et deux molaires supérieures, qui rappellent l'aurochs et en tout cas une forme beaucoup plus développée que Bos elatus du Pliocène[57].
  • Cervus elaphus L. : dents, fragments d'os longs et un canon.
  • Cervus capreolus L. : quelques molaires inférieures indifférenciables de celles du chevreuil ordinaire.
  • Canis lupus L. : un fragment de carnassière droite supérieure.
  • Ursus sp. : un arrière-crâne d'ours de petite taille n'appartenant ni à U. spelaeus ni à U. arvernensis[n 6].
  • Hyaena brunnea : une mandibule droite avec ses dents, qui indiquent un stade d'évolution entre H. arvernensis et la hyène brune actuelle.
  • Castor sp. : une petite arrière-molaire droite, de forme similaire à celle des castors actuels. La taille seule ne suffit pas à déterminer l'appartenance à une espèce archaïque[36].
  • Machairodus latidens : une canine supérieure rongée par les hyènes[36].

Cette faune rappelle par certains éléments le Tertiaire final mais reste éloignée de la faune du Pliocène supérieur[57]. L'assemblage lithique associé est attribué à l'Acheuléen tardif, de même que les assemblages lithiques de Coupe-Gorge (niveau intermédiaire sur la falaise) [41] et de La Terrasse (niveau supérieur). La flore associée est celle d'une steppe herbeuse avec 20–35% de pollen d'arbres, principalement des pins et du bouleau[66].

Grotte de Coupe-Gorge[modifier | modifier le code]

La grotte de Coupe-Gorge a livré des vestiges humains datés de environ 200 000 ans, soit l'interstade Riss II – Riss III[67]. D'autres fossiles datent de la fin de la glaciation de Riss, de l'Éémien (environ 130 000 à 115 000 ans, intervalle entre la fin du Riss et le début de la glaciation de Würm), et du stade isotopique 5 (début du Würm)[68].

Un squelette de lion des cavernes (Panthera leo spelaea) presque complet a également été trouvé[69] en 1956[70].

Grotte de la Niche[modifier | modifier le code]

La grotte de la Niche a livré des fossiles humains anté-néandertaliens[71], dont la célèbre « mandibule de Montmaurin » trouvée par Raoul Cammas en 1949[72].

Elle se présente comme une galerie verticale à l'étage intermédiaire[73],[31],[74],[75],[76], reliée à la grotte de la Terrasse[77]. Elle a été trouvée par R. Cammas en 1945. Il y a recueilli 1 856 pièces de matériel (os et outils lithiques), une mandibule humaine : la « mandibule de Montmaurin », et une vertèbre cervicale[78]. Une douzième vertèbre thoracique et un tibia humains ont été trouvés lors du classement de la faune[79]. R. Cammas a établi la stratigraphie précise de la grotte ; le matériel, pour sa plus grande partie, a pu être situé dans le remplissage[34],[n 1].

Louis Méroc a pensé que le remplissage de la Niche provenait peut-être de la grotte de la Terrasse[80] ; mais des études ultérieures montrent que la Niche est une grotte à part entière[81].

Son remplissage[n 1] est passé par plusieurs étapes. D'après É. Cartailhac, la grotte a d'abord été complètement remplie. Ensuite toutes les couches meubles ont été emportées par une vidange importante ; seul le niveau concrétionné, riche en faune est resté en place, encore visible de nos jours[23]. Ensuite la grotte s'est remplie de nouveaux sédiments, incluant les vestiges d'une faune froide dominée par le renne et associée à une industrie aurignacienne pauvre[36].

Mandibule de Montmaurin[modifier | modifier le code]

La célèbre « mandibule de Montmaurin » est datée du MIS 7 (soit environ 190 000 à 240 000 ans AP) (Crégut-Bonnoure et al. 2010[82],[83], Martínez et al. 2020).

Elle présente des caractéristiques néandertaliennes (notamment pour ses dents) mais son aspect est plus primitif que les fossiles de la Sima de los Huesos, qui sont supposés être plus vieux. Comme le fossile de Ceprano (Italie) et d'autres fossiles da la même fouchette d'âge, chacun avec ses caractéristiques uniques, celui de Montmaurin dément une évolution linéaire vers le néandertalien[84].

Autres vestiges humains de la Niche[modifier | modifier le code]

Cette grotte a également livré une vertèbre thoracique (signalée mais jamais étudiée), ainsi qu'un tibia et une autre vertèbre thoracique, décrits par Cammas & Tavoso (1986), qui n'ont pas encore été localisés (en 2017)[72].

Paléoclimat[modifier | modifier le code]

Les humains de la Niche ont connu des paysages découverts de type steppe à graminées, avec un climat froid et sec correspondant vraisemblablement à l'avant-dernière glaciation. C'est le même paysage qui se retrouve à la base de la stratigraphie de Coupe-Gorge[56].

Grotte du Putois[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Elle se trouve à l'étage inférieur, au bord de la route, à 3 m au-dessus du cours d'eau la Seygouade et à 21 m au-dessous de Coupe-Gorge (Méroc 1947)[85]. Curieusement, Méroc (1948) la situe à 300 m de cette dernière[86] alors qu'elle est tout juste à quelques dizaines de mètres au nord (en aval) de Coupe-Gorge ; à la distance que Méroc indique, se trouve seulement une grotte isolée : la grotte du Chêne, en aval[1].

Les quatre ouvertures, ou quatre grottes, sont répertoriées de 1 à 4 d'aval en amont[87].

La grotte du Putois 2 est pratiquement la seule étudiée dans la littérature scientifique. Elle commence par un boyau d'environ 6 m de long, large de 1 à 1,50 m ; il s'agrandit vers le fond pour former une très petite salle d'environ 2 × 2 m, remplie de stalagtites ou débris de stalagtites[87].

Nombre d'ouvertures[modifier | modifier le code]

Méroc (1948[86], 1954[43]) et Vialet (2019[26]) lui donnent quatre ouvertures. Mais Méroc (1948[86]) indique aussi « quatre petites grottes [au niveau inférieur] dont celle du Putois ». La question reste ouverte faute de documentation suffisante sur ce point.

Fouilles[modifier | modifier le code]

Méroc sonde la grotte du Putois 2 en 1946. En Raoul Cammas commence seul le carroyage (mise en place des repères pour les coordonnées cartésiennes). Méroc y revient en 1953 alors que l'ensemble est menacé de destruction ; il étend le sondage aux grottes du Putois 1, 3 et 4 en 1954. Les fouilles sont poursuivies sans continuité : Pâques et , automne 1959[87].

Remplissage[modifier | modifier le code]

Un sondage par Louis Méroc en 1946 révèle des sépultures de l'Âge du Bronze et des foyers magdaléniens[85] dans la grotte du Putois 2[87].

La stratigraphie donnée ci-dessous est celle donné par Méroc, sauf mention autre.

  • C1 z : par endroits, couche de galets roulés[88].
  • C1 a: 10 cm de limon brun rouge avec ossements humains et quelques fragments de poterie (âge du fer)[88].
  • C1 y : lit de gros galets ovoïdes, longs de 30 cm, déposés intentionnellement côte à côte verticalement. Cammas ajoute que ces galets, de 25 à 30 cm, sont séparés par des plaques stalagmitiques[88].
  • C1 b : 10 cm de limon brun rouge avec ossements humains (Énéolithique). Selon Cammas, il y a là un foyer à ossements humains dans une couche argileuse stalagmitée[88].
  • C1 bis : 5 cm de plancher stalagmitique (Mésolithique ?)[88].
  • C2 : 30 cm : d'après Méroc, un « limon brun rouge avec Magdalénien III (...) qui semble disposé en trois lits (2a, b, c) peut-être simples foyers ». Selon Cammas, ce niveau est divisé en 3 (mais les différentiations entre ces sous-couches ne sont pas aussi claires qu'il le suggère) :
    • C II a : limon sableux avec galets à la base et industrie.
    • C II b : « limon argileux, quelques gros galets et industrie légèrement calcités, cailloux calcaires à la base ».
    • C II c : « limon argileux, gros éléments calcaires (5-7 cm) nombreux galets et graviers de diamètre variant entre 1 cm (rare) et 2 cm »[88].
  • C3 : 60 cm de petits éléments cryoclastiques enrobés de limon argileux jaune clair. Cette formation rappelle en moins sableux, la « castine du Périgord ». Cammas précise : « dans le carré, en troisième couche, il y avait une couche d'argile irrégulière de 2 cm contre le bord gauche pour finir contre le bord droit de 6 à 10 cm. Stérile »[88].
  • C4 : argile d'abord identique à celle de la couche III du Putois I puis jaune clair très plastique. Un sondage à 2,20 m en-dessous du niveau actuel de la Seygouade n'a pas trouvé le fond rocheux de la vallée. Selon Cammas, immédiatement en dessous de cet argile se trouve une couche de gravier de terre de 10 cm sur le bord droit et de 5 à 6 cm d'épaisseur sur le bord gauche ; et dans cette couche de trouvaient quelques ossements d'animaux et quelques éclats de silex[88].

Matériel lithique[modifier | modifier le code]

L'industrie lithique inclut plusieurs centaines de pièces mais seulement 17 pièces d'outils. Elle utilise essentiellement le silex local, qui est de qualité moyenne et affecté d'une partie blanchâtre. Quelques lamelles sont tirées de silex Turonien du Fumélois (~180 km au nord) ; on trouve aussi un très petit nombre d'éclats en silex jaspoïde beige. Elle inclut quelques nucleus à lamelles et des pièces globuleuses informes associées à de nombreux débris de taille[89].

L'outillage, qui n'est jamais franchement laminaire, est de petite dimension (module général en débitage inférieur à 5 cm) et de facture médiocre - une qualité vraisemblablement dur à celle de la matière première. L'outil dominant est la lamelle à dos, avec huit pièces dont une à retouche alterne et une à troncature oblique confinant au triangle. Il y a aussi une lame retouchée, deux burins dièdres déjetés et un burin sur plan. L'un des trois grattoirs est un petit museau très atypique[89]. Les chutes de burin sont nombreuses malgré la rareté des burins présents[90].

Matériel osseux[modifier | modifier le code]

Les objets en os sont rares mais de bonne qualité. Leur état de conservation est variable[90].

Une baguette fragmentaire en bois de renne porte quelques incisions géométriques. Un petit tronçon de baguette demi-ronde atypique est gravé de deux fines incisions longitudinales. Un segment de sagaie en bois de renne, à section circulaire, appartenir peut-être à un type à biseau simple[90].

Parmi les pièces en bon état de conservation, un lissoir très fin est amputé par une fracture ancienne. Une belle armature de sagaie en bois de renne du type « à base raccourcie » est ornée d'incisions longitudinales doubles encadrant un motif gravé en oblique ; d'après L. Mons, ce type est particulièrement répandu au Magdalénien supérieur (Lortet, Isturitz) mais des exemplaires antérieurs peuvent aussi exister[90].

Cette industrie appartient au Magdalénien moyen, mais il est difficile d'être plus précis. Les opinions émises par L. Méroc, J. Clottes, et les résultats d'une analyse pollinique, tendent vers une phase récente du Magdalénien moyen[90].

Parures[modifier | modifier le code]

La plus belle pièce est une pendeloque en os (côte de renne ?) gravée d'un protomé d'hydrontin trouvée par Cammas à Pâques 1957. Elle mesure 70 × 13 cm pour une épaisseur maximale de 2,5 cm, et est légèrement arquée. Le trou de suspension est à l'extrémité d'une cannelure gravée des deux côtés de fines incisions en chevrons. Le principal élément de décor est exécuté avec des traits fins et précis, en détail : mufle bien apparent, œil souligné d'un trait, longues oreilles pointues avec interruption du trait suggérant un effet de profondeur. Les pattes antérieures de ce protomé ont cependant une position peu anatomique[91] ; elles sont fines - une autre caractéristique asinienne typique[92]. Cette pièce a peut-être servi de lissoir[91].

La base du niveau II a livré trois fragments de coquillages du genre Cypraea), une valve perforée d'un coquillage du genre Glycymeris, et deux incisives de cheval perforées[91].

Deux perles en pierre proviennent vraisemblablement des horizons supérieurs proto-historiques[91].

Conservation des collections[modifier | modifier le code]

Le musée des antiquités nationales (Saint-Germain-en-Laye) a acheté en 1989 une partie de cette collection rassemblée sur Montmaurin et sa région, qui comprend entre autres une partie du mobilier de la grotte du Putois 2[87] - mais pas tous les 1 153 objets provenant de tous les niveaux de Putois 2. Le musée national de Préhistoire (Les Eyzies) en possède également. Une autre partie du mobilier du Putois 2 est conservée à la D.R.A.P. Midi-Pyrénées[89].

Grotte de la Terrasse[modifier | modifier le code]

Découverte du gisement[modifier | modifier le code]

L'attention de Louis Méroc se porte sur la grotte de la Terrasse entre 1947 (date de sa première campagne de fouilles à Montmaurin) et 1954 (date de sa première publication sur la grotte), lorsqu'il constate la présence d'un gisement de quartzites taillés emballés dans un lit de sédiments surmontant un lit de galets roulés[40].

Fouilles[modifier | modifier le code]

Méroc mène les fouilles de la Terrasse conjointement avec G. Laplace[40]. Les premières fouilles datent de 1948[32] ; elle est entièrement fouillée jusqu'en 1957[26].

Présentation[modifier | modifier le code]

Une terrasse orientée vers le nord-ouest précède une petite esplanade allongée perpendiculairement à la falaise et encadrée par deux parois calcaires verticales ; ces parois sont les vestiges d'une galerie dant la voûte s'est effondrée[93].
Méroc (1954) la qualifie de « station de plein air »[43]. De nos jours elle se présente de fait comme telle, avec un terrain très incliné en direction de l'à-pic ; c'est pourquoi sa nature véritable a longtemps éludé les chercheurs[94].

Évolution de la grotte[modifier | modifier le code]

Certains aspects de la formation et de l'évolution de la grotte ne font pas l'unanimité. Méroc pense qu'elle s'est creusée pendant la glaciation de Mindel ; d'autres chercheurs divergent pour ce point. Les avis se rejoignent pour un premier éboulement advenu avant le début de la sédimentation, et cette dernière aurait commencé en climat tempéré avec les couches 3 puis 2. Les hyènes s'y installent, puis les humains.
Ensuite les avis divergent de nouveau : selon Méroc, le deuxième éboulement a eu lieu pendant l'occupation humaine et il est possible que des humains soient restés emmurés ; il a tenté de retrouver par sondages le reste supposé de la galerie, mais sans résultat.
D'autres chercheurs pensent que les humains ont toujours habité l'intérieur de la grotte et que le dernier éboulement est postérieur à la dernière occupation humaine[95].

Stratigraphie[modifier | modifier le code]

La stratigraphie est assez complexe, avec des sous-couches alternantes de substrats variés, des épaiseurs elles aussi très variables pour la plupart des sous-couches et couches, et des stratifications entrecroisées pour plusieurs d'entre elles[96]. Serra-Joulin (2002) la résume ainsi :

La couche 4, la plus ancienne, est faite de galets roulés sur 40 cm d'épaisseur, vestiges d'un ancien affluent de la Seygouade, correspondant à l'époque de creusement de la grotte[97].

La couche 3 est faite d'une série principalement de sables entrecoupés de dépôts manganésifères : d'abord des sables meubles sans stratification apparente, puis des sables à stratification horizontale, ensuite d'épaisses couches argilo-limoneuses contenant deux planchers stalagmitiques[98]. Le tout est surmonté par une couche de sable blanc couverte de coprolithes de hyènes, puis d'épaisses concrétions sableuses, et enfin par un deuxième lit de coprolithes de hyènes[99]. Elle correspond à un climat tempéré[100]. Seule sa partie supérieure a livré de l'industrie lithique[101].

La couche 2 présente de 0 à 3 m d'épaisseur de limon argileux avec une gamme de couleurs allant du brun-rouge au jaune clair. Ce limon est entrecoupé de deux passées fossilifères : les « couches à os » inférieure et supérieure, séparées par un banc d'argile rouge stérile. Ces couches sont fortement concrétionnées et imprégnées de manganèse, avec par endroits des nodules phosphatés[102]. Cette couche correspond aussi à un climat tempéré et peut dater soit de l'interglaciaire Mindel-Riss (~ 410 000 à 370 000 ans), soit[100] - plus probablement[41] - d'un épisode doux inter-Riss[100]. Elle a livré de l'industrie lithique[101].

La couche 1 est faite de 60 cm à 1 m de limon brun-rouge emballant des éboulis calcaires, que surmonte parfois un lit de terre noire[103]. Elle correspond au retour à des conditions climatiques plus rigoureuses[41] : elle a les caractéristiques d'une couche d'époque glaciaire et date probablement du Riss[103]. Elle aussi a livré de l'industrie lithique[101].

Industrie lithique[modifier | modifier le code]

Les séquences médiane et supérieure (Serra-Joulin 1980) de sa stratigraphie, similaires à celle de la base de de Coupe-Gorge (Gaillard 1979 / 1982), se sont déposées lors des stades isotopiques (MIS) 6 et 5e[104]. Elles ont livré de l'Acheuléen supérieur[41].

L'essentiel de l'outillage est fait de quartzite local[41] (en moyenne 75 % de l'outillage[105] et plus utilisé dans la couche 1 que dans la couche 2[106]) qui vient du plateau de Lannemezan et tapisse le lit de la Seygouade[105] ; un peu de lydiennes (les « roches bleues » de L. Méroc)[107], de silex et de quartz[108]. Il inclut des galets aménagés[104] : choppers, chopping-tools et bifaces[41],[109], trois hachereaux sur éclats[110]. Il n'y a pas de débitage Levallois vrai[104],[111] ; seuls de petits éclats s'en rapprochent[112]. Mais le débitage discoïde, largement prédominant, est très différent de l'Acheuléen classique[104]. Les rares bifaces sont de qualité moyenne ; par contre le débitage d'éclats systématisé domine très largement[104].

L'évolution de l'outillage entre les deux couches[113] indique une adaptation à des besoins différents, peut-être liés à un changement de climat et donc de faune[114].

Grotte des Abeilles[modifier | modifier le code]

Elle se trouve en rive gauche (côté ouest) de la Seygouade, juste après la confluence du ruisseau du Ber[3],[1], et s'ouvre vers le sud-ouest[115]. Cette grotte est la première dans laquelle a été reconnu le proto-Aurignacien, publié par G. Laplace en 1966[116]. Elle est découverte par Raoul Cammas[117], qui l'étudie en 1945 et 1947. Les premières fouilles de Méroc datent de 1948[32]. Elle est fouillée jusqu'en 1951 sur environ 22 m2, à l'entrée et à l'intérieur[118].

Stratigraphie[modifier | modifier le code]

Quatre niveaux stratigraphiques y sont trouvés[117] sur environ 1,50 m de hauteur, révélant trois ensembles culturels (Laplace et al. 2006[119])[118] :

Après étude, les couches 9[123] et 10[124] (ces notations sont de Laplace 1966, ce sont les couches 3 et 2) s'avèrent être du proto-Aurignacien : il existe une discontinuité entre le niveau inférieur et le niveau moyen d'Aurignacien, représentant deux phases d'évolution distinctes. Le niveau inférieur représente une industrie aurignacoïde archaïque marquée par une dominance des pièces à dos marginal, qui composent la quasi-totalité des lames à dos et des protogéométriques. L'industrie aurignacoïde du niveau moyen voit une régression des pièces à dos marginal et le développement des lames-racloirs et des grattoirs carénés, et amène à l'Aurignacien ancien du niveau supérieur[125].

L'industrie lithique est réétudiée par Eizenberg (2006)[126] et par Bon (2011) ; Les vestiges de faune abondants correspondent à des restes de nourriture ; certains ont été transformés en outils et ornements[116].

L'industrie lithique des Abeilles sur une longue séquence stratigraphique témoigne d'activités multiples dès le proto-Aurignacien[127].

Les niveaux de Proto-Aurignacien et d'Aurignacien ancien ont également livré des dents humaines[128].

La publication de son remplissage fait l'objet d'une dispute entre L. Méroc et G. Laplace vers la fin des années 1950, qui amène une rupture entre les deux chercheurs[53].

Le musée des antiquités nationales a acheté en 1989 la collection Cammas rassemblée sur Montmaurin et sa région, qui comprend entre autres tout le mobilier de la grotte des Abeilles[87].

Ne pas confondre la grotte des Abeilles à Montmaurin, avec :

Grotte Zubiate[modifier | modifier le code]

Elle se trouve en rive gauche (côté ouest) de la Seygouade[3],[1]. C'est une petite cavité ouverte par les travaux de la carrière Zubiate[131]. Les premières fouilles datent de 1948[32]. Elle a livré un crâne humain, sans mobilier[131].

Protection[modifier | modifier le code]

Sous l'impulsion de Louis Méroc[44], quatre grottes de Montmaurin sont classées sous la même dénomination comme monument historique depuis le  : grotte de Coupe-Gorge, grotte Boule, la Terrasse et la Niche[132].

Menaces[modifier | modifier le code]

Les grottes de Montmaurin sont répétitivement menacées par l'établissement de carrières d'extraction du calcaire du massif, c'est-à-dire par cela même qui les a remises au jour.

Le début des carrières

La première carrière concerne la vallée de la Save, vers le haut du versant rive gauche de ses gorges, près de leur sortie nord. Elle est stoppée lorsque l'entaille commence à défigurer le site. Les carriers viennent ensuite dans la vallée de la Seygouade, où ils trouvent le même calcaire. Les moyens mis en œuvre restent artisanaux[133].

En 1923 Henri Vallois raconte comment l'exploitation d'une carrière met à jour une grotte non explorée : « A une distance de quelques mètres de l'entrée, […] les ouvriers ont découvert un certain nombre de squelettes, mais l'entrepreneur qui dirigeait ces travaux s'est empressé de faire jeter à la rivière, toutes les pièces exhumées, de peur que l'on ne vienne déranger ses ouvriers en les recueillant ! »[134].

En 1954 les quatre grottes du Putois risquaient déjà la destruction par des travaux de carrière et il importait d'en sauver d'urgence le contenu (d'où les fouilles de L. Méroc)[43].

En 1969, alors même que Louis Méroc, Georges Simonnet, Jacques Aubinel, Christian Servelle et Michel Girard préparent la visite des membres du Congrès international de l'U.I.S.P.P. (Union Internationale des Sciences Préhistoriques et Protohistoriques), ils assistent impuissants à des tirs de mines qui détruisent la zone entourant les grottes préhistoriques : « Plusieurs cavités emplies d'ossements avaient d'ailleurs été éventrées sous nos yeux par ces explosions sans que l'on puisse intervenir ni pouvoir collecter quoi que ce soit »[135].

Un projet de carrière en cours

La CO.RE.P.H.A.E. (Commission Régionale du Patrimoine Historique, Archéologique et Ethnologique), obtient une décision interdisant la poursuite de l'exploitation au-delà du , date prévue pour la fin de la concession[136]. Dès , l'entreprise Giuliani – Dragages Garonnais la société exploitante

Depuis 2007, ans un projet d'ouverture de carrière menace les grottes[10],[137]. Les premiers pourparlers entre l'ancien maire et la société des Dragages Garonnais datent de 2007. Dès 2008 les protestations s'élèvent contre cette destruction d'un patrimoine unique[11], dont les voix de préhistoriens bien connus[138]. Un arrêté préfectoral du autorise l'exploitation d'une carrière de calcaire par la SARL Dragages Garonnais ; la commune de Montmaurin donne concession du site de la carrière pour une période de 9 ans.
Le diagnostic archéologique, préalable requis pour la carrière, voit sa première phase réalisée par l'Inrap en 2010 ; il met au jour un ensemble fortifié de la fin du XIIe siècle-début XIIIe siècle. Le tribunal administratif de Toulouse, saisi le , annule l'arrêté d'autorisation. Le , la cour administrative d'appel est saisie par l'entreprise : elle annule le jugement du tribunal administratif, mais soustrait du périmètre de l'autorisation initiale les terrains des vestiges médiévaux nouvellement découverts. Le , le Conseil d'État confirme le jugement de la cour administrative d'appel de Bordeaux[139].
Le Conseil départemental refuse son accord pour ce projet depuis le début, arguant que les routes ne sont pas assez bonnes pour supporter le trafic de camions que l'exploitation de carrière engendrera ; et que la carrière « génère(rait) des nuisances à l'encontre de ce site naturel et archéologique reconnu » (motion votée en )[139],[140].

Outre la première phase du diagnostic archéologique, publiée en 2011[141], une deuxième phase a été réalisée en 2018[142],[4].

Voir aussi Marcel Delpoux, « Plaidoyer pour la sauvegarde d'un sanctuaire géologique, géomorphologique, floristique, faunistique et archéologique : l'interfluve Save-Syegouade et ses abords immédiats à hauteur des gorges de la Save », résumé, publié dans le cadre d'un appel à soutien auprès des défenseurs de la nature et du patrimoine pour le compte de L'association « Entre Save et Seygouade », sur fichier-pdf.fr, (consulté en /12/2020).

Visites, musées[modifier | modifier le code]

Le musée de Montmaurin, installé au rez-de-chaussée de l'ancien presbytère du village[143], est composé de trois espaces : le paysage (bassin alluvial, dôme karstique, gorges de la Save et de la Seygouade), la préhistoire et les deux villas gallo-romaines. Il présente une sélection d'objets trouvés au cours des fouilles, des dépôts du Service régional de l'archéologie d'Occitanie et du Muséum d'histoire naturelle de Toulouse, des illustrations et photographies, et une maquette numérique et des audiovisuels pour faire découvrir la longue histoire du territoire. La deuxième salle : « Montmaurin, un haut-lieu de la Préhistoire », a été réalisée en collaboration avec Amélie Vialet et son équipe, Jean-Marc Pétillon et le Service Régional de l'Archéologie d'Occitanie. Quatre vitrines murales, une vitrine en niche et trois vitrines sur table présentent les objets sélectionnés pour illustrer cette partie de l'histoire de Montmaurin et des grottes de la Save. Une vitrine est dédiée aux restes humains de Montmaurin et à leur place dans l'évolution de l'espèce humaine[38].

Petite histoire du musée de Montmaurin

Les premiers à s'intéresser à l'archéologie des lieux dès le XIXe siècle sont les curés de Montmaurin, les abbés Gazaux et Couret[143]. Le site de la villa gallo-romaine de Lassalles étant menacé par la récupération de ses matériaux pour construction, Jean-Marie Couret demande son aide à isidore Miro, chef d'une famille d'agriculteurs installée dans la région depuis le XVIe siècle. I. Miro achète les terres de la villa de Lassalles de 1879 à 1882[144]. Les objets découverts, gallo-romains puis préhistoriques, sont stockés dans la réserve de pomme de terre de la ferme des Miro ; après Isidore, ses descendants François, Jean et Jean-Paul prennent le relais pour assurer la préservation de ces objets[145].

La famille Miro, qui exploite aussi le calcaire local, facilite également les travaux des archéologues dans leurs carrières - pour ses services elle reçoit d'ailleurs le la médaille d'argent avec diplôme de la Société archéologique du Midi de la France[133]. La carrière où se trouvent les principales grottes de Montmaurin porte leur nom[146].

Lorsqu'est découverte la tête d'un éphèbe connu depuis comme « l'adolescent de Montmaurin », l'instituteur et archéologue amateur de Saint-Plancard Georges Fouet est en train de fouiller la villa de Lassalles ; ses fouilles amènent la notoriété de la villa et la commune met à disposition les deux salles qui jouxtent la mairie pour y créer le musée de Montmaurin[145]. Ce musée communal a une « galerie de la Préhistoire », dont Louis Méroc disait déjà en 1955 les problèmes d'exigüité et d'absence de salle de réserve[147].

L'État rachète de la famille Miro les 1,2 ha du site de Lassalles en 1953[148]. Les collections du musée de Montmaurin sont rachetées par l'État (Centre des Monuments Nationaux, ou CMN) à la fin des années 1960[145].

L'ancien musée communal a fermé avant l'ouverture du nouveau musée : le , les deux salles Préhistoire et Époque gallo-romaine du musée sont vidées (manu militari et malgré les protestations locales dont celles du premier adjoint Alain Baqué et de l'adjoint Bertrand Miro) pour inventaire et restaurations en vue de préparer l'ouverture du nouveau musée[145],[149],[150],[151].

Selon les prévisions en 2019[152], le nouveau musée ouvre ses portes le samedi [143].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • [Baylac et al. 1950] P. Baylac, Raoul Cammas, E. Delaplace, P. Lacombe, Georges Laplace-Jauretche, Louis Méroc, L. Mothe, G. Simonnet, R. Simonnet et L. Trouette, « Découvertes récentes dans les grottes de Montmaurin (Hte-Garonne) », L'Anthropologie, vol. 54, nos 3-4,‎ , p. 262-271.
  • [Billy & Vallois 1977a] Ginette Billy et Henri Victor Vallois, « La mandibule pré-rissienne de Montmaurin », L'Anthropologie, vol. 81, no 2,‎ , p. 273-312.
  • [Billy & Vallois 1977b] Ginette Billy et Henri Victor Vallois, « La mandibule pré-rissienne de Montmaurin (suite) », L'Anthropologie, vol. 81, no 3,‎ , p. 411-458 (résumé).
  • [Billy 1982] Ginette Billy, « Les dents humaines de la grotte du Coupe-Gorge à Montmaurin », Bulletins et Mémoires de la Société d'Anthropologie de Paris, xIII,‎ , p. 211-225 (lire en ligne [sur persee]). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Boule 1902] Marcellin Boule, La caverne à ossements de Montmaurin (Haute-Garonne), Masson et Cie, , 15 p..
  • [Cailhol et al. 2019] Didier Cailhol, Laurent Bruxelles, Céline Pallier, Fabien Callède, Olivier Dayrens, Françis Duranthon, Christian Salmon, Laure-Amélie Lelouvier et Marc Jarry, « De la géoarchéologie à la karstologie, le site du Castet à Montmaurin », dans Marie Laroche, Laurent Bruxelles, Philippe Galant & Martine Ambert (dir.), Paysages pour l'Homme (Actes du colloque international en hommage à Paul Ambert, Cavtières (Hérault), 15-19 octobre 2019), éd. Association culturelle des Amis de Cabrières, (lire en ligne [PDF] sur researchgate.net), p. 145-153. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Cammas & Tavoso 1986] R. Cammas et A. Tavoso, « Nouveaux restes humains issus du remplissage de la Niche (Montmaurin, Haute-Garonne) », Comptes rendus de l'Académie des Sciences, vol. 302, no 8,‎ , p. 609-614.
  • [Cleyet-Merle & Madelaine 1991] Jean-Jacques Cleyet-Merle et Stéphane Madelaine, « La pendeloque magdalénienne gravée d'un « Equus hydruntinus » de la grotte du Putois II, commune de Montmaurin (Haute-Garonne) », Paléo, no 3,‎ , p. 119-129 (lire en ligne [sur persee]).
  • [Crégut-Bonnoure et al. 2010] Évelyne Crégut-Bonnoure, Nicolas Boulbes, Claude Guérin, Jacques Pernaud, André Tavoso et Raoul Cammas, « Le contexte géomorphologique et faunique de l'homme de Montmaurin (Haute-Garonne) », Préhistoires Méditerranéennes,‎ (lire en ligne [sur journals.openedition.org], consulté le 8 décembre 2020). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Delpoux 2014] Marcel Delpoux, « Le site archéologique et naturel de Montmaurin (Haute-Garonne) : histoire du débat pour sa sauvegarde et sa sanctuarisation », Mémoires de l'Académie des sciences, inscriptions et belles-lettres de Toulouse, 19e série, vol. 5, no 176,‎ , p. 109-131 (lire en ligne [PDF] sur academie-sciences-lettres-toulouse.fr, consulté le 19 décembre 2020). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Fosse et al. 2018] Philippe Fosse, Guillaume Fleury, Jean-Baptiste Fourvel et Stéphane Madelaine, « Le squelette de lion des cavernes (Panthera (Leo) spelaea) de Montmaurin : observations paléontologiques et taphonomiques », Revue de Comminges et des Pyrénées centrales, t. 134, no 2,‎ , p. 269-280.
  • [Gaillard 1979] Claire Gaillard, L'industrie lithique du Paléolithique inférieur et moyen de la grotte de Coupe-Gorge à Montmaurin (Haute-Garonne) (ouvrage résumé dans Gaillard 1982), coll. « Travaux du Laboratoire de paléontologie humaine et de préhistoire » (no 2), , 586 p., 2 tomes.
  • [Gaillard 1982] Claire Gaillard, « L'industrie lithique du Paléolithique inférieur et moyen de la grotte de Coupe-Gorge à Montmaurin (Haute-Garonne) », Gallia Préhistoire, vol. 25, no 1,‎ , p. 79-105 (lire en ligne [sur persee]). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Gaillard 1983] Claire Gaillard, « Matières premières de l'industrie lithique de la grotte de Coupe-Gorge à Montmaurin (Haute-Garonne) », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 80, no 2,‎ , p. 57-64 (lire en ligne [sur persee]).
  • [Girard 1973] Michel Girard, « La brèche à « machairodus » de Montmaurin (Pyrénées Centrales) », Bulletin de l'Association française pour l'étude du Quaternaire, vol. 10, no 3,‎ , p. 193-209 (lire en ligne [sur persee]). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Girard & Renault-Miskovsky 1979] Michel Girard et Josette Renault-Miskovsky, « Analyse pollinique de la grotte de Coupe-Gorge à Montmaurin (Haute-Garonne) », Quaternaire, vol. 16, no 4,‎ , p. 175-189 (lire en ligne [sur persee]).
  • [Granat & Peyre 2012] Jean Granat et Evelyne Peyre, « Les fossiles humains (125-200 ka) de la grotte du Coupe-Gorge - Montmaurin (Haute-Garonne-France), nouvelle interprétation. Émergence de la parole », Biométrie Humaine et Anthropologie (revue de la Société de biométrie humaine - SBH), vol. 29, nos 3-4,‎ , p. 89-105 (lire en ligne [PDF] sur hal.archives-ouvertes.fr, consulté le 8 décembre 2020). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Guadelli 1990] JL Guadelli, « Quelques données sur la faune de Coupe-Gorge, Montmaurin (Haute-Garonne, France) », Paléo, vol. 2, no 1,‎ , p. 107-126 (lire en ligne [sur persee]).
  • [Jaubert & Bismuth 1993] Jacques Jaubert et Thierry Bismuth, « Le Paléolithique moyen des Pyrénées centrales : esquisse d'un schéma chronologique et économique dans la perspective d'une étude comparative avec les documents ibériques » (actes du 118e congrès national des sociétés historiques et scientifiques), « Pyrénées préhistoriques - arts et sociétés »,‎ , p. 9-26 (lire en ligne [PDF] sur excerpts.numilog.com, consulté le 20 novembre 2020).
  • [Jaubert 2001] Jacques Jaubert, « Industries à outils bifaciaux du Paléolithique moyen entre Massif central et Pyrénées » (Actes de la table-ronde internationale organisée à Caen (Basse-Normandie - France), 14-15 octobre 1999), ERAUL, no 98 « Les industries à outils bifaciaux du Paléolithique moyen d'Europe occidentale »,‎ , p. 151-161 (lire en ligne [PDF] sur researchgate.net, consulté le 8 décembre 2020). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Laplace 1966] Georges Laplace (préf. Jean Bayet), Recherches sur l'origine et l'évolution des complexes leptolithiques, Paris, De Boccard, coll. « Mélanges d'archéologie et d'histoire », , 586 p., sur persee (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Laplace et al. 2006] Georges Laplace, Ignacio Barandiarán, Andoni Saenz de Buruaga et Jesús Altuna (es), Les Aurignaciens pyrénéen des Abeilles et méditerranéen de Régismont-le-Haut. Analyses typologique et paléontologique, Les Eyzies-de-Tayac, SAMRA (Société des Amis du Musée National de Préhistoire et de la Recherche Archéologique des Eyzies), , 154 p. (présentation en ligne).
  • [Méroc 1947] Louis Méroc, « Xe Circonscription préhistorique », Gallia, vol. 5, no 1,‎ , p. 193 (lire en ligne [sur persee]). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Méroc 1948] Louis Méroc, « Xe Circonscription préhistorique », Gallia, vol. 6, no 2,‎ , p. 409-412 (lire en ligne [sur persee]). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Méroc 1952] Louis Méroc, « Xe Circonscription préhistorique », Gallia, vol. 10,‎ , p. 93 (lire en ligne [sur persee]).
  • [Méroc 1954] Louis Méroc, « Xe Circonscription préhistorique », Gallia, vol. 12, no 1,‎ , p. 109-111 (lire en ligne [sur persee]). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Méroc 1963] Louis Méroc, « Les éléments de datation de la mandibule humaine de Montmaurin (Haute-Garonne) », Bulletin de la Société géologique de France, vol. 7, no 5,‎ , p. 508-515 (résumé). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Paris 1977] J.-P. Paris, Notice explicative de la carte géologique à 1/50000e no 1032 « Boulogne-sur-Gesse », Orléans, BRGM, , 25 p. (lire en ligne [PDF] sur ficheinfoterre.brgm.fr). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Renault-Miskovsky & Girard 1998] Josette Renault-Miskovsky et Michel Girard, « Palynologie des grottes de Montmaurin (Haute-Garonne) et du versant nord pyrénéen. Corrélations interséquentielles du Pléistocène moyen à l'Holocène », Quaternaire, vol. 9, no 3,‎ , p. 185-201 (lire en ligne [sur persee]).
  • [Renault–Miskovsky et al. 2005] Josette Renault–Miskovsky, Michel Girard et Bui Thi Mai, « De l'Acheuléen à l'Antiquité dans les grottes et les sites archéologiques de plein air du versant nord des Pyrénées, de la Méditerranée à l'Atlantique. Palynologie, climatologie et environnement », dans Michel Martzluff, Roches ornées, roches dressées, Presses universitaires de Perpignan, , 574 p., sur books.openedition.org (lire en ligne).Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Serra-Joulin 1980] Danielle Serra-Joulin, Les industries acheuléennes de la grotte de la Terrasse-Montmaurin (Hte-Garonne) : inventaire de l'industrie moustérienne du Putois-Montmaurin (thèse de doctorat « Géologie des formations sédimentaires »), Centre de Marseille Saint-Charles, Université de Provence, , 340 p..
  • [Serra-Joulin 2002] Danielle Serra-Joulin, « Les industries lithiques de la grotte de la Terrasse à Montmaurin (Haute-Garonne) », Préhistoires méditerranéennes, vol. 10-11,‎ (lire en ligne [sur journals.openedition.org], consulté le 20 novembre 2020). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Soulier 2014] Marie-Cécile Soulier, « L'exploitation alimentaire et technique du gibier au début du Paléolithique supérieur aux Abeilles (Haute-Garonne, France) », Paléo, no 25,‎ , p. 287-307 (lire en ligne [sur journals.openedition.org], consulté le 31 décembre 2020). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Vallois 1955] Henri Victor Vallois, « La mandibule humaine pré-moustérienne de Montmaurin », Comptes-rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences, no 240,‎ , p. 1577-1579.
  • [Vallois 1956] (en) Henri Victor Vallois, « The premousterian human mandible from Montmaurin », American journal of Physical Anthropology, no 14,‎ , p. 319-324. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Vialet et al. 2017] Amélie Vialet, Marina Martínez de Pinillos, María Martinón-Torres, José María Bermúdez de Castro, Benoît Bertrand et Thomas Colard, « Résultats préliminaires du récolement et de l'étude des fossiles humains des grottes de Montmaurin (Haute-Garonne, France) », Publication,‎ (lire en ligne [sur researchgate.net], consulté le 8 décembre 2020). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Vialet et al. 2018] (en) Amélie Vialet, Mario Modesto-Mata, María Martinón-Torres, Marina Martínez de Pinillos et José-María Bermúdez de Castro, « A reassessment of the Montmaurin-La Niche mandible (Haute Garonne, France) in the context of European Pleistocene human evolution », PLoS ONE, vol. 13, no 1,‎ (lire en ligne [sur journals.plos.org], consulté le 11 décembre 2020). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • [Vialet 2019] Amélie Vialet, « Interruption dans le processus de transmission du savoir : exemple des grottes préhistoriques de Montmaurin (Haute-Garonne) fouillées par Louis Méroc (1904-1970) », dans Michel Sot (dir.), Pratiques de la médiation des savoirs, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, , sur books.openedition.org (ISBN 9782735508983, lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
Géologie

Cartographie et aides pour la localisation[modifier | modifier le code]

  • Cailhol et al. 2019, p. 145 « Carte du contexte géologique régional et des sites archéologiques sur la commune de Montmaurin, à l'entrée des gorges de la Seygouade et dans celles de la Save à Lespugue » : carte complète des principales grottes de Montmaurin et de Lespugue.
  • Billy 1982, p. 212, fig. 1 « Les gorges de la Seygouade à Montmaurin » : schémas de front et en coupe montrant la disposition de la grotte Boule (« grotte de Montmaurin »), la Terrasse, Coupe-Gorge et la Niche. Reproduction des dessins de Méroc 1963.
  • Serra-Joulin 1980, paragr. 2, fig. 2 « La carrière Miro » : schéma montrant les mêmes grottes que précédemment, avec l'ajout de la grotte du Putois en encadré (donc sans localisation précise relativement aux autres grottes).
  • Vialet 2019, paragr. 4, fig. 1 « Le massif de Montmaurin dans les années 1950 » : photo montrant clairement les ouvertures de Coupe-Gorge et de la Niche.
  • Crégut-Bonnoure et al. 2010, paragr. 20, fig. 4 « Vue générale du karst de Montmaurin », avec une flèche pointant sur la Niche.
  • Méroc 1948, p. 410, fig. 3 « Vue d'ensemble d'une partie des grottes et gisements de la commune de Montmaurin » : photo (très sombre, donnée ici à titre documentaire) indiquant la grotte de Montmaurin, la Terrasse, Coupe-Gorge, cheminée (de la Niche).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Le remplissage, du point de vue archéologique, est l'accumulation de dépôts formant le sol qui recouvre la roche sous-jacente ; il est composé de couches de terre, de graviers et d'autres matériaux naturels. Ces couches peuvent contenir ou non des objets issus de l'industrie humaine, des vestiges humains, d'animaux ou de flore. Leur analyse paléopalynologique, une discipline initiée par Arlette Leroi-Gourhan dans les années 1950, est précieuse pour la détermination des variations climatiques de l'ensemble de la préhistoire.
  2. Une faune inféodée est une faune typique d'un environnement particulier.
  3. Quelques-unes parmi les nombreuses voix qui se sont élevées pour la défense du site :
    Henry de Lumley : « les célèbres sites de Montmaurin […] constituent des sites exceptionnels de renommée mondiale »[13] ;
    • Bruno Maureille : « une zone particulièrement riche en sites dont certains sont uniques dans l'histoire de l'Humanité » (18)[14] ;
    • José Braga : « le site de Montmaurin fait indiscutablement partie d'une dizaine de sites européens remarquables (avec Tautavel notamment)... »[15] ;
    Jean Clottes : « Sur le plan scientifique, les découvertes faites, cette mandibule prénéanderthalienne, notamment, et toutes les recherches publiées de Louis Méroc, sont très importantes »[12] ;
    • Georges Larrouy : « avec la prestigieuse villa gallo-romaine […], la célèbre mandibule ou le crâne du lion des cavernes, […], la Vénus de Lespugue, ont fait la renommée internationale de Montmaurin »[16] ;
    Yves Coppens : « sanctuariser Montmaurin »[17]
    Voir aussi « Motion 2008 ».
  4. Un « brachy-anticlinal » est un anticlinal d'ampleur forte mais très court, prenant une allure de dôme. L'endroit où un anticlinal s'ennoie est appelé » terminaison périanticlinale »[20].
  5. Décrochement de Lespugue, explication dans Cavaillé & Ternet 1977 :

    « le Front des Petites Pyrénées est une zone de failles parallèles découpant des compartiments longitudinaux. L'anticlinal est longé au Sud par un étroit synclinal bordé par un décrochement important, d'orientation SW—NE, sécante par rapport à celle du Front des Petites Pyrénées, le décrochement de Lespugue[22]. »

  6. †Ursus arvernensis Croizet & Jobert, 1828[58] : espèce éteinte du genre Ursus, famille des ursidés, déterminé dans des couches stratigraphiques du Pliocène[59] en quatre locations : une en Hongrie, deux en Géorgie et une en Angleterre[58],[59]. La base de données fossilworks lui donne un âge de 3,2 à 2,588 Ma. Les deux bases de données fossilworks et paleobiodb le donnent comme un taxon frère (donc différent taxon) de Ursus etruscus et Ursus minimus (parmi d'autres taxons frères)[59],[60].
    Baryshnikov & Lavrov (2013) en font un synonyme de Ursus minimus, ce dernier défini par Baryshnikov (2007) comme l'ancêtre présumé de l'ours noir, de l'ours des cavernes (Ursus spelaeus) et de l'ours brun d'Eurasie et d'Amérique du Nord[61]. Avant eux, E.T. Newton (1913) en a fait un synonyme de Ursus etruscus[62].
    Édouard Lartet dit de ses dents que les prémolaires sont distinctes à la mâchoire inférieure, que les quatre premières prémolaires sont en ligne droite et que la première est la plus forte[63] ; les canines supérieures sont comprimées, tandis que les canines inférieures sont robustes et à peine comprimées[64]. Les dents tuberculeuses sont excessivement grandes et allongées[65].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Cailhol et al. 2019, p. 145 : « cartes du contexte géologique régional simplifié et des sites archéologiques » sur Montmaurin et Lespugue.
  2. « Montmaurin, carte interactive », sur google.fr/maps (consulté le 9 décembre 2020). Les distances par route entre deux points donnés sont calculées dans le panneau latéral (voir l'onglet en haut à gauche de l'écran) - cliquer sur "itinéraires".
  3. a b c d e f et g « Site des grottes de Montmaurin, carte IGN interactive » sur Géoportail.
  4. a et b Cailhol et al. 2019, p. 145.
  5. Serra-Joulin 1980, paragr. 2, fig. 2 (« La carrière Miro »).
  6. « ZNIEFF « Gorges de la Save et vallée de la Seygouade », carte IGN interactive », Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives », « Hydrographie » et « ZNIEFF type 1 » activées (consulté en /12/2020)
  7. « ZNIEFF no 730011401 : Gorges de la Save et vallée de la Seygouade », fiche de présentation avec carte zoomable, données générales et liens vers « cartographie du site » et vers le descriptif en PDF « formulaire de la ZNIEFF », sur inpn.mnhn.fr (consulté en /12/2020).
  8. a b c d e et f Delpoux 2014, p. 111.
  9. a b c d e et f Delpoux 2014, p. 112.
  10. a b c et d H.G., « Montmaurin. Une paléontologue a découvert une dizaine de grottes inconnues », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le 19 décembre 2020).
  11. a et b Agnès Marin, « Dossier contre le projet de carrière de Montmaurin », (« Note sur le péril que pourrait constituer la mise en œuvre d'un projet de carrière à haut rendement sur la commune de Montmaurin »), sur vivreencomminges.org, (consulté le 12 décembre 2020). Également publié dans le compte-rendu de la séance du 1er avril 2008 de la Société Archéologique du Midi de la France, qui débat sur le message envoyé par René Souriac sur le sujet (voir « Motion 2008 »).
  12. a et b Pierre Challier, « Montmaurin, patrimoine de l'humanité en péril », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le 19 décembre 2020).
  13. H. de Lumley (Directeur de l'Institut de paléontologie humaine, Président du Centre européen de recherches préhistoriques de Tautavel), « Lettre à Stéphane Fargeot et Thérèse Miro », 7 avril 2008. Cité dans Delpoux 2014, p. 113.
  14. Bruno Maureille (Directeur du laboratoire d'anthropologie des populations du passé, Université de Bordeaux 1), « Courriel à Stéphane Fargeot ». Cité dans Delpoux 2014, p. 113.
  15. José Braga (Professeur d'anthropologie à l'Université Paul Sabatier de Toulouse, Directeur de la Mission archéologique française en Afrique du Sud), « Lettre à Sylvia Belair, Présidente de l'Association « Entre Save et Seygouade ». et Thérèse Miro, Responsable du Musée archéologique de Montmaurin ». Cité dans Delpoux 2014, p. 113.
  16. G. Larrouy (Président honoraire de l'Université Paul Sabatier de Toulouse et de l'Académie des Sciences, Inscriptions et Belles Lettres de Toulouse), « Lettre à Monsieur le Maire de Montmaurin », 23 février 2011. Cité dans Delpoux 2014, p. 113.
  17. Pierre Challier, « Un appel d'Yves Coppens », La Dépêche du Midi, pages « Grand Sud », Toulouse, 13 mars 2011. Cité dans Delpoux 2014, p. 113. Y. Coppens est Professeur au Collège de France, Membre de l'Institut, co-inventeur de Lucy.
  18. Delpoux 2014, p. 113.
  19. a et b Delpoux 2014, p. 109.
  20. « anticlinal », définition, sur larousse.fr, Encyclopédie Larousse (consulté en /01/2021).
  21. a et b Cailhol et al. 2019, p. 146.
  22. Cavaillé & Ternet 1977, p. 19.
  23. a b et c Girard 1973, p. 193.
  24. a et b « Site des grottes de Montmaurin, carte géologique interactive » sur Géoportail..
  25. Paris 1977, p. 11.
  26. a b c d e f et g Vialet 2019, paragr. 4.
  27. Crégut-Bonnoure et al. 2010, paragr. 25.
  28. Crégut-Bonnoure et al. 2010, paragr. 26.
  29. a b c d et e Gaillard 1982, p. 79.
  30. Méroc 1963, résumé.
  31. a b et c Billy 1982, p. 212, plan d'ensemble des grottes.
  32. a b c d e f g h i j k l m n et o Gaillard 1982, p. 80.
  33. Serra-Joulin 2002, paragr. 2.
  34. a et b Crégut-Bonnoure et al. 2010, paragr. 3.
  35. Crégut-Bonnoure et al. 2010, paragr. 16.
  36. a b c d e f g h i et j Girard 1973, p. 194.
  37. a et b Boule 1902.
  38. a et b « Le Centre des monuments nationaux présente le nouveau musée et le nouveau parcours de visite du site de Montmaurin (Haute-Garonne). Ouverture le samedi 25 janvier 2020 », Dossier de presse [PDF], sur montmaurin.fr, (consulté le 9 décembre 2020), p. 4-5.
  39. a et b Vialet 2019, paragr. 3.
  40. a b c et d Serra-Joulin 2002, paragr. 4.
  41. a b c d e et f Serra-Joulin 2002, résumé.
  42. a et b Vialet 2019, paragr. 24.
  43. a b c et d Méroc 1954, p. 111.
  44. a et b Vialet 2019, paragr. 18.
  45. Vialet 2019, paragr. 17.
  46. Vialet 2019, paragr. 19.
  47. a et b Vialet 2019, paragr. 20.
  48. Vialet 2019, paragr. 22.
  49. Vialet 2019, paragr. 21.
  50. [Plutniak 2017] Sébastien Plutniak, « L'innovation méthodologique, entre bifurcation personnelle et formation des disciplines : les entrées en archéologie de Georges Laplace et de Jean-Claude Gardin », Revue d'histoire des sciences humaines, vol. 31,‎ , p. 113-139 (ISSN 1622-468X, DOI 10.5281/zenodo.1164953, lire en ligne [sur hal.archives-ouvertes.fr]), p. 7.
  51. Plutniak 2017, p. 4.
  52. a et b Vialet 2019, paragr. 26.
  53. a et b Vialet 2019, paragr. 27.
  54. Vialet 2019, paragr. 29.
  55. Vialet 2019, paragr. 32.
  56. a et b Renault–Miskovsky et al. 2005, paragr. 8.
  57. a b c d et e Girard 1973, p. 195.
  58. a et b (en) « Ursus arvernensis Croizet & Jobert, 1828 », fiche descriptive, sur gbif.org, The Paleobiology Database (consulté le 20 décembre 2020). Pour les locations où il a été déterminé, cliquer sur le lien "View occurrences " dans cette page.
  59. a b et c (en) « Ursus arvernensis Croizet and Jobert 1828 (bear) », fiche descriptive, sur fossilworks.org (consulté le 20 décembre 2020).
  60. (en) « Ursus arvernensis Croizet and Jobert 1828 (bear) », fiche descriptive, sur paleobiodb.org (consulté le 20 décembre 2020).
  61. [Baryshnikov & Lavrov 2013] (en) Gennady F. Baryshnikov et Alexander V. Lavrov, « Pliocene bear Ursus minimus Devиze de Chabriol et Bouillet, 1827 (Carnivora, Ursidae) in Russia and Kazakhstan », Russian Journal of Theriology, vol. 12, no 2,‎ , p. 107-118 (lire en ligne [sur researchgate.net], consulté le 13 décembre 2020), p. 107 (Introduction).
  62. [Newton 1913] Edwin T. Newton, « On the remains of Ursus etruscus (= U. arvernensis) from the Pliocene deposits of Tegelen sur Meuse », Verhand. Geol.-Mijnbouw. Genootsch. Nederl. Kolon. (Geol. series), vol. 1 (série 1912-1915),‎ , p. 249-254.
  63. [Lartet] « Divers, mammifères fossiles, carnivores et ursidés : anatomie et dentition » (transcription par Ph. Gardère d'un article de Édouard Lartet), document édité à l'université de Toulouse,‎ (lire en ligne [PDF] sur documents.univ-toulouse.fr, consulté le 13 décembre 2020), p. 35D.
  64. Lartet, p. 19G.
  65. [Gaudry 1896] Albert Gaudry, Essai de paléontologie philosophique (ouvrage faisant suite aux enchaînements du monde animal dans les temps géologiques), Paris, éd. Masson et Cie, , 230 p. (lire en ligne [PDF] sur speleologie.free.fr), p. 191.
  66. Vialet et al. 2018, « The Montmaurin Sites ».
  67. Granat & Peyre 2012, p. 92.
  68. Jaubert 2001, p. 155.
  69. « Squelette de Panthera leo spelaea de la grotte de Coupe-Gorge », sur academie-sciences-lettres-toulouse.fr (consulté le 7 janvier 2021).
  70. [Costamagno et al. 1998] Sandrine Costamagno, François Duranthon et François Rouzaud, « L'Igue du lion à Bramefond (Autoroute A20, section 4 Brive-Souillac, Souillac, Lot) », Bulletin de la Société préhistorique française, t. 95, no 3,‎ (lire en ligne [sur persee]), p. 427.
  71. Crégut-Bonnoure et al. 2010, résumé.
  72. a et b Vialet et al. 2017.
  73. Vialet 2019, paragr. 4, fig. 1 : « Le massif de Montmaurin dans les années 1950 ». Photo montrant les installations de la carrière de l'époque, avec les porches de Coupe-Gorge et de La Niche bien visibles à mi-hauteur de la falaise.
  74. Crégut-Bonnoure et al. 2010, paragr. 5, schéma général des grottes de Montmaurin.
  75. Crégut-Bonnoure et al. 2010, paragr. 7, fig. 2 : « Vue générale de la Niche et de son remplissage. La flèche indique l'emplacement de la mandibule humaine. À gauche Raoul Cammas ».
  76. Crégut-Bonnoure et al. 2010, paragr. 20, fig. 4 : « Vue générale du karst de Montmaurin », avec une flèche pointant sur la Niche.
  77. Billy 1982, p. 211.
  78. Baylac et al. 1950. Cité dans Crégut-Bonnoure et al. 2010, paragr. 3.
  79. Cammas & Tavoso 1986. Cité dans Crégut-Bonnoure et al. 2010, paragr. 3.
  80. Méroc 1963. Cité dans Vialet et al. 2018, section « The Montmaurin sites ».
  81. Cammas & Tavoso 1986. Cité dans Vialet et al. 2018, section « The Montmaurin sites ».
  82. Vialet et al. 2018, résumé.
  83. Vialet et al. 2018, Introduction.
  84. Vialet et al. 2018, section « Discussion ».
  85. a et b Méroc 1947, p. 193.
  86. a b et c Méroc 1948, p. 410, fig. 3.
  87. a b c d e et f Cleyet-Merle & Madelaine 1991, p. 119.
  88. a b c d e f g et h Cleyet-Merle & Madelaine 1991, p. 121.
  89. a b et c Cleyet-Merle & Madelaine 1991, p. 123.
  90. a b c d et e Cleyet-Merle & Madelaine 1991, p. 124.
  91. a b c et d Cleyet-Merle & Madelaine 1991, p. 125.
  92. Cleyet-Merle & Madelaine 1991, p. 126.
  93. Serra-Joulin 2002, paragr. 6, fig. 4.
  94. Serra-Joulin 2002, paragr. 5.
  95. Serra-Joulin 2002, paragr. 15.
  96. Serra-Joulin 2002, paragr. 15, fig. 5.
  97. Serra-Joulin 2002, paragr. 8.
  98. Serra-Joulin 2002, paragr. 9.
  99. Serra-Joulin 2002, paragr. 10.
  100. a b et c Serra-Joulin 2002, paragr. 12.
  101. a b et c Serra-Joulin 2002, paragr. 14.
  102. Serra-Joulin 2002, paragr. 11.
  103. a et b Serra-Joulin 2002, paragr. 13.
  104. a b c d et e [Colonge et al. 2010] David Colonge, Marc Jarry, Géraldine Delfour, Carole Fondeville, Thomas Arnoux et Anne-Laure Berthet, « De la transition paléolithique inférieur-moyen dans la vallée de la Garonne : l'Acheuléen supérieur de Raspide 2 (Blagnac, Haute-Garonne) », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 107, no 2,‎ , p. 205-225 (lire en ligne [sur persee], consulté le 3 janvier 2021), p. 221.
  105. a et b Serra-Joulin 2002, paragr. 123.
  106. Serra-Joulin 2002, paragr. 138.
  107. Serra-Joulin 2002, paragr. 125.
  108. Serra-Joulin 2002, paragr. 122.
  109. Serra-Joulin 2002, paragr. 82-117.
  110. Serra-Joulin 2002, paragr. 118-120.
  111. Serra-Joulin 2002, paragr. 32.
  112. Serra-Joulin 2002, paragr. 33.
  113. Serra-Joulin 2002, paragr. 139-148.
  114. Serra-Joulin 2002, paragr. 150.
  115. Soulier 2014, paragr. 4.
  116. a et b Soulier 2014, paragr. 2.
  117. a b c d e et f Laplace 1966, p. 109
  118. a b c d e et f Soulier 2014, paragr. 5.
  119. Laplace et al. 2006. Cité dans Soulier 2014, paragr. 5.
  120. Soulier 2014, paragr. 44.
  121. a et b Soulier 2014, paragr. 14, table 2.
  122. Soulier 2014, paragr. 46.
  123. Laplace 1966, pl. 11, pl. 16, pl. 18, pl. 19.
  124. Laplace 1966, pl. 8, pl. 13, pl. 18.
  125. Laplace 1966, p. 111
  126. [Eizenberg 2006] Le rôle de l'Aurignacien archaïque dans les phases initiales du Paléolithique supérieur : apports des industries lithiques de la grotte des Abeilles (Haute-Garonne) (mémoire de Master 2), Université de Toulouse-Le Mirail, , 68 p., sur xxx.
  127. [Bon et al. 2011] François Bon, Sandrine Costamagno et Nicolas Valdeyron, « Haltes de chasse en Préhistoire : Quelles réalités archéologiques ? », Palethnologie, no 3,‎ , p. 133-168 (lire en ligne [PDF] sur blogs.univ-tlse2.fr, consulté le 1er janvier 2021), p. 146.
  128. Soulier 2014, paragr. 6.
  129. « Châteauneuf-les-Martigues », Photothèque Archéologie, sur patrimages.culture.gouv.fr (consulté le 31 décembre 2020).
  130. « Grotte des Abeilles », Inventaire du patrimoine du versant sud de la Montagne Noire (consulté le 31 décembre 2020).
  131. a et b Méroc 1947, p. 194.
  132. « Quatre gisements préhistoriques », notice no PA00094396, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  133. a et b Delpoux 2014, p. 114.
  134. Delpoux 2014, p. 115-116.
  135. Delpoux 2014, p. 115.
  136. Delpoux 2014, p. 116.
  137. « Historique du Dossier « exploitation d'une carrière à Montmaurin » », liste non exhaustive des documents administratifs et des actions et recours des Associations Entre Save et Seygouade et Adaq-Vie. Annexe au Bulletin municipal no 16 [PDF], sur montmaurin.fr, (consulté le 30 décembre 2020).
  138. [Motion 2008] René Souriac (Président de la Société des Études du Comminges), « Motion. Pour la sauvegarde de l'intégrité d'un site naturel et archéologique majeur : les gorges de la Seygouade et de la Save à Montmaurin-Lespugue », message électronique envoyé à la Société Archéologique de France, lu en séance du 1er avril 2008, dans le bulletin établi par Patrice Cabau et Maurice Scellès, Mémoires de la Société Archéologique du Midi de la France, t. LXVIII, sur societearcheologiquedumidi.fr, (consulté le 18 décembre 2020). Cette motion a été signée par Jean Clottes, Henri de Lumley, Michel Girard, Bruno Maureille, Josette Renault-Miskovsky, la Société des Études du Comminges (Saint Gaudens), l'association Nature Comminges (Saint Gaudens), la Société Méridionale de Spéléologie et de Préhistoire (Toulouse) et la Coordination Environnementale Comminges (8 associations).
  139. a et b Maxime Noix, « Le projet explosif de carrière à Montmaurin », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le 9 décembre 2020).
  140. Laurence Boffet, « Le Conseil d'État valide le projet contesté de carrière de Montmaurin (31) », sur france3-regions.francetvinfo.fr (consulté le 9 décembre 2020).
  141. [Rapport Inrap 2011] Marc Jarry, Olivier Dayrens, Michel Barrère, Marina Biron, Fabien Callède, Francis Duranthon, Éric Tranier (Mobilier métallique), Michel Barrère (chape de boucle métallique), Laurent Bruxelles (géologie), Céline Pallier (géologie), Philippe Gardes (céramique protohistorique), Jean Catalo (céramique médiévale), Francis Duranthon (faune tertiaire), Hélène Martin (archéozoologie), Henri Molet (archives/documentation), Christian Salmon (dessins du mobilier céramique et lithique), Olivier Onézime et Catherine Viers, Le Castet, phases 1, 5 et 6 (Montmaurin, 31) (Rapport de diagnostic), Saint-Orens, Inrap GSO, , 210 p., sur ariadne-portal.dcu.gr (résumé, présentation en ligne). Cité dans Cailhol et al. 2019, p. 145.
  142. [Rapport Inrap 2018] Laure-Amélie Lelouvier, Didier Cailhol, Jean Catalo, Fabien Callède, Nicolas Lebar, Manon Inizan, Olivier Dayrens, Franck Decanter, C Dunikoswski et al., Le Castet - tranches 2, 3 et 4, Montmaurin, Haute-Garonne, Occitanie (Rapport de diagnostic), RFO Inrap Midi-Méditerranée, , 103 p. (présentation en ligne). Cité dans Cailhol et al. 2019, p. 145.
  143. a b et c Élodie Maurot, « Montmaurin, 250 habitants et un nouveau musée », sur la-croix.com, (consulté le 19 décembre 2020).
  144. Dossier de presse sur le nouveau musée, p. 9.
  145. a b c et d B. dv., « Montmaurin. La famille Miro expulsée de son héritage culturel », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le 22 décembre 2020).
  146. Serra-Joulin 2002, paragr. 2, fig. 2.
  147. [Méroc 1955] Louis Méroc, « Xe Circonscription préhistorique », Gallia, vol. 13, no 2,‎ , p. 117-123 (lire en ligne [sur persee]), p. 119.
  148. Dossier de presse sur le nouveau musée, p. 10.
  149. Martin Vanlaton, « Haute-Garonne : le musée archéologique de Montmaurin vidé de ses collections sur fond de tensions », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 22 décembre 2020).
  150. « Montmaurin - Le musée de Montmaurin a été vidé », sur lepetitjournal.net, (consulté le 22 décembre 2020).
  151. « Montmaurin. Carrière et musée : situation bloquée au conseil municipal », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi, (consulté le 22 décembre 2020).
  152. Dossier de presse sur le nouveau musée.