Grotte de la Luire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grotte de la Luire
Coordonnées 44° 53′ 29″ nord, 5° 25′ 54″ est
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Massif Massif du Vercors
Localité voisine Saint-Agnan-en-Vercors
Altitude de l'entrée 875 m
Longueur connue 54 120 m
Signe particulier gouffre naturel

Géolocalisation sur la carte : Drôme

(Voir situation sur carte : Drôme)
Grotte de la Luire

Géolocalisation sur la carte : Alpes

(Voir situation sur carte : Alpes)
Grotte de la Luire

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Grotte de la Luire

La grotte de la Luire est située dans le massif du Vercors sur la commune de Saint-Agnan-en-Vercors dans le département français de la Drôme, en région Rhône-Alpes.

Pendant la seconde Guerre mondiale, le porche de la grotte a brièvement servi d'hôpital de fortune pour les résistants des maquis du Vercors.

Histoire[modifier | modifier le code]

Drapeau de la République libre du Vercors (juin-juillet 1944).

L'entrée de la grotte, monumentale, est connue de longue date.

L'exploration des premiers conduits de la cavité a débuté à la fin de XIXe siècle.

Son vaste porche d'entrée abrite quelques jours un hôpital de la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale. Il est, le , le théâtre d'une sanglante attaque lors d'un raid allemand contre le maquis du Vercors. Cette attaque se solda par le massacre des 35 maquisards blessés, des médecins, du prêtre jésuite Yves de Montcheuil, ainsi que par l'arrestation et la déportation du personnel soignant féminin - des infirmières qui n'avaient pas été violées et tuées.

Localisation de la grotte de la Luire, au sud du Vercors, près du col de Rousset.

Tourisme[modifier | modifier le code]

La visite guidée de la partie aménagée au public dure environ une heure, associée à une animation originale. Après avoir fabriqué sa bougie, le visiteur explore la cavité à la recherche des émotions qu'ont ressenties les premiers explorateurs, il y a plus d'un siècle. Le guide présente alors ce qui reste encore aujourd'hui de l'un des mystères hydrologique du monde, avant de faire découvrir les proportions remarquables et le décor exceptionnel de la cavité, grâce à un éclairage spectaculaire.

La visite de la grotte de la Luire permet d'entrevoir une des entrées du plus grand réseau souterrain de la Drôme, le réseau Luire-Bournillon.

Spéléologie[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Résurgence vauclusienne temporaire, la grotte de la Luire est un trop-plein de la Vernaison souterraine[1]. En crue, lorsque l'eau sort par le porche de la grotte, on dit que la Luire « crève » ou « perce »[2].

Explorations[modifier | modifier le code]

Le , plusieurs habitants de La Chapelle-en-Vercors entreprennent la première exploration. La profondeur approximative de 80 mètres est atteinte[réf. nécessaire].

En 1898, Oscar Decombaz et son équipe pénètrent à leur tour dans la grotte ; la salle d'entrée porte aujourd'hui son nom[réf. nécessaire].

Diverses explorations ont ensuite conduit les spéléologues jusqu'à une profondeur de -200 mètres. Les principales expéditions furent généralement conduites par le GSV (Groupe Spéléologique Valentinois) à partir de 1952[Note 1].

Avec l'arrivée de techniques plus modernes, pompages et escalades ont amené le développement du réseau connu à plus de 54 kilomètres (54 120 mètres en août 2016), dont plus d'une dizaine derrière des siphons ; c'est la grotte la plus longue du Vercors[réf. nécessaire]. Dans sa dimension verticale, le siphon Oméga est un point bas découvert le , à la profondeur de -483 mètres.

En 2017, la grotte est toujours le théâtre d'explorations, notamment par les nouvelles générations de spéléologues du même Groupe Spéléologique Valentinois[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le livre Grotte de la Luire, 1896-1996, un siècle d'explorations, l'aventure continue... Jean-Jacques Garnier et Groupe Spéléologique Valentinois, , (ISBN 2-902935-21-8), 1997, ré-édité en août 2008, ainsi qu'un double DVD retracent l'histoire de ces explorations

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Jacques Delannoy et Richard Maire, « Les grandes cavités alpines. Répartition et contexte hydrogéologique », Karstologia, vol. 3,‎ , p. 66 (lire en ligne).
  2. Antoine GARRIGUES, avec la participation du Groupe Spéléologique Valentinois, « Crue de la Luire des 15 et 16 novembre 2002 » (consulté le 5 juin 2008).
  3. « Groupe Spéléologique Valentinois » (consulté le 16 août 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]