Grotte de Rouffignac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rouffignac (homonymie).
Grotte de Rouffignac
Image illustrative de l'article Grotte de Rouffignac
Entrée de la grotte
Coordonnées 45° 00′ 31″ N 0° 59′ 16″ E / 45.0086, 0.98777845° 00′ 31″ Nord 0° 59′ 16″ Est / 45.0086, 0.987778
Pays Drapeau de la France France
Région française Aquitaine
Département Dordogne
Vallée Lavaure
Localité voisine Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac
Longueur connue 8 km
Type de roche Calcaire et silex
Signe particulier grotte ornée
Température 13 °C
Occupation humaine Magdalénien (-13 000 ans)

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

(Voir situation sur carte : Dordogne)
Grotte de Rouffignac

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Grotte de Rouffignac

La grotte de Rouffignac est une grotte ornée située au cœur du Périgord, sur la commune de Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac, entre Bergerac et Sarlat, dans le département de la Dordogne (France). Le site abrite plus de 250 gravures ainsi que des dessins au trait datant du Paléolithique supérieur (Magdalénien, plus de 13 000 ans).

Historique[modifier | modifier le code]

La grotte est connue depuis plusieurs siècles et a été décrite en 1575 par François de Belleforest.

La grotte de Rouffignac est connue sous d'autres noms, utilisés par le passé : la grotte de Miremont, le Cro des Cluzeau, le Cro de Granville[1].

Les dessins de la frise des rhinocéros sont découverts par le Spéléo-Club de Périgueux. Ils apparaissent derrière une tente de leur campement photographié par Bernard Pierret lors d'une expédition en 1948. Cette photo est publiée en 1951 dans Le Périgord souterrain de B. Pierret. Informé par les spéléologues, le directeur de la Circonscription préhistorique (Séverin Blanc) avait conclu à "des dessins faits par le maquis".

Les peintures et gravures de la grotte ont été découvertes scientifiquement le par le professeur Louis-René Nougier, titulaire de la chaire de Préhistoire de l'Université de Toulouse, et Romain Robert de la Société Préhistorique de l'Ariège.

Une vive polémique relatée dans l'ouvrage La Guerre des Mammouths [2] surgit entre ceux qui croient en l'authenticité des œuvres d'art et ceux qui en doutent. La conclusion ferme et définitive est donnée en septembre 1956, après les expertises de Henri Breuil, du professeur Paolo Graziosi de l'Université de Florence et du professeur Martin Almagro de l'Université de Madrid.

La grotte est classée comme Monument historique et a été inscrite en 1979 au Patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco parmi les sites préhistoriques et grottes ornées de la vallée de la Vézère.

En 2006 a été célébré le 50e anniversaire de la découverte scientifique des peintures et gravures.

Le , la vallée de la Vézère est classée par décret parmi les grands sites d'Aquitaine[3]. Ce classement intègre également la grotte de Rouffignac[4] et le site préhistorique de la Ferrassie[3].

Description[modifier | modifier le code]

Mammouth et bouquetins

Longue de plus de 8 kilomètres, cette caverne est l'une des plus grandes grottes ornées d'Europe. La visite, en chemin de fer électrique, fait parcourir 4 kilomètres aller-retour dans les galeries principales.

Les recherches ont permis d'identifier d'innombrables traces de griffes et de bauges laissées par les ours des cavernes avant l'intervention humaine.

Il y a environ 13 000 ans, ces galeries furent ornées de 158 mammouths associés à des rhinocéros laineux, des bisons, des chevaux et des bouquetins. Les figures sont profondément gravées ou peintes en noir. Quatre figurations humaines et des signes tectiformes sont également présents.

Visite touristique[modifier | modifier le code]

La grotte est ouverte au public depuis 1959. La visite se fait en train électrique. Comme il y a un quota de visiteurs par jour, et qu'on ne peut pas réserver par téléphone, ni même sur place pour le lendemain, il faut y être en début de matinée en juillet/août pour avoir un chance d'avoir une place le jour même.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hominidés : Grotte de Rouffignac
  2. éditions de la Table Ronde, 1957.
  3. a et b Léa Sanchez, « Le plus grand site classé d'Aquitaine », Sud Ouest édition Périgueux, 29 décembre 2015, p. 17.
  4. Site classé de la grotte de Rouffignac sur le site de la DREAL Aquitaine, consulté le 30 décembre 2015.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Leroi-Gourhan, A. « Rouffignac » in Dictionnaire de la Préhistoire, sous la dir. d'A. Leroi-Gourhan, Presses universitaires de France, Paris, 1988, p. 959-960.
  • Jean Plassard, Rouffignac. Le sanctuaire des mammouths, Coll. Arts rupestres, Paris, Le Seuil, 1999, 99 p.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]