Grotte Apollo 11

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Grotte Apollo 11
Apollo-11 stone slab.jpg
Pierres gravées datant de 27 000 ans provenant de la grotte.
Localisation
Coordonnées
Adresse
Localité voisine
Localisation sur la carte de Namibie
voir sur la carte de Namibie
Red pog.svg

La grotte Apollo 11 est un site archéologique situé dans la région du !Karas, au sud-ouest de la Namibie, à environ 250 km de la ville de Keetmanshoop.

Le nom donné à la région environnante, et probablement à la grotte elle-même par le peuple Nama, est Goachanas[1]. La grotte a reçu son nom de l'archéologue allemand Wolfgang Erich Wendt, lequel travaillait dans la grotte quand il apprit le retour réussi de l'équipage d'Apollo 11 sur Terre, le 24 juillet 1969[2].

La grotte contenait quelques-unes des pièces d'art mobilier les plus anciennes jamais découvertes en Afrique australe, associées à du charbon, daté, grâce au radiocarbone, de 27 500 à 25 500 ans avant notre ère. Au total, sept dalles gris-brun en quartzite ont été excavées. Outre les dalles, la grotte contient plusieurs peintures en blanc et rouge. Le sujet des peintures va de simples motifs géométriques à des abeilles[1].

D'autres représentations artistiques ont également été trouvées à proximité, au bord d'une rivière, sous la forme de gravures, ainsi que sur un grand bloc de calcaire à 150 m de la grotte. Les gravures proposent des représentations d'animaux, ainsi que des motifs géométriques simples. Il est difficile de les dater, mais les peintures pourraient remonter à 10 400 ans avant notre ère et les gravures provenir d'individus arrivés au cours du premier millénaire de notre ère. Ces dates ont été établies grâce à des enregistrements stratigraphiques du site faits par Wendt ainsi qu'à l’aide d'indices provenant d'autres sites proches[1].

Les découvertes plus récentes comprennent deux morceaux de côtes, l'une avec 26 encoches, l'autre avec 12, datés de 80 000 ans avant notre ère[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]


  1. a, b et c Masson 2006.
  2. (de) Wiebke Schmidt, « Auf den Spuren der ältesten Kunst », Allgemeine Zeitung,‎ (lire en ligne).
  3. Vogelsang 2010.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) John C. Vogel et al., « Suitability of Ostrich eggshell for radiocarbon dating », Radiocarbon, vol. 43, no 1,‎ , p. 133–137 (lire en ligne).
  • (de) Tilman Lenssen-Erz, Marie-Theres Erz et Gerhard Bosinski, Brandberg. Der Bilderberg Namibias, Kunst und Geschichte einer Urlandschaft, Stuttgart, Jan Thorbecke, .
  • (en) Ralf Vogelsang, « The Rock-Shelter Apollo 11 – Evidence of Early Modern Humans in South-Western Namibia », dans Megan Biesele, Cornelia Limpricht, Heritage and Cultures in Modern Namibia: In-depth Views of the Country, Windhoek & Göttingen, TUCSIN-Festschrift, Klaus Hess, (ISBN 978-3-933117-39-7), p. 183–193.
  • (en) Ralf Vogelsang et al., « New Excavations of Middle Stone Age Deposits at Apollo 11 Rockshelter, Namibia: Stratigraphy, Archaeology, Chronology and Past Environments », Journal of African Archaeology, vol. 8, no 2,‎ , p. 185-218 (lire en ligne).
  • (en) John Masson, « Apollo 11 Cave in Southwest Namibia: Some Observations on the Site and Its Rock Art », The South African Archaeological Bulletin, vol. 61, no 183,‎ , p. 76-89 (présentation en ligne).
  • (en) Fred S. Kleiner, Gardner's Art through the Ages: The Western Perspective, vol. 1, Cengage Learning, (présentation en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]