Gouffre de Proumeyssac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gouffre de Proumeyssac
Proumeyssac-3.JPG
Vue d'ensemble du gouffre avec à droite la concrétion de la cascade.
Localisation
Coordonnées
Adresse
Vallée
Vallée de la Vézère
Localité voisine
Caractéristiques
Type
Altitude de l'entrée
160 m
Période de formation
Température
14°C
Site web
Localisation sur la carte de Dordogne
voir sur la carte de Dordogne
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Nouvelle-Aquitaine
voir sur la carte de Nouvelle-Aquitaine
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le gouffre de Proumeyssac est une cavité naturelle de la commune d'Audrix, en Périgord noir, dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est ouverte à la visite.

Spéléométrie[modifier | modifier le code]

Le développement[N 1] de la cavité est faible, car le gouffre est principalement constitué d'une grande salle. En revanche, le gouffre accuse une profondeur de 42 m[1].

Géologie[modifier | modifier le code]

La grotte s'ouvre dans les calcaires détritiques jaunes du Maastrichtien (Crétacé).

Description[modifier | modifier le code]

Le gouffre de Proumeyssac est exploré en 1907 par Gabriel Galou. Au XVIIIe siècle, il existait un trou dans la terre, d'où sortait une vapeur qu'on pensait être la fumée d'un volcan. Une légende racontait que ce trou était la demeure du diable (à cause de la supposée fumée), ce qui peut expliquer que de nombreux cadavres humains ou animaux y aient été déposés.

Le gouffre de Proumeyssac, composé de diverses galeries, est appelé la « cathédrale de cristal ». On y trouve des stalactites, des monolithes et des stalagmites. Une particularité de ce gouffre est sa fontaine pétrifiante qui, en un an, transforme de simples poteries artisanales en objets calcaires brillants, commercialisés. Son autre particularité est la présence de cristaux triangulaires, concrétions rares en France puisque seules trois grottes de l'hexagone en sont pourvues.

Tournages cinématographiques[modifier | modifier le code]

Après avoir servi en 1969 de lieu de tournage d'une scène du film Le Boucher de Claude Chabrol, le gouffre sert de toile de fond en 2017 à deux scènes du film Les Fauves de Vincent Mariette[2].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En spéléologie, le développement correspond à la longueur cumulée des galeries interconnectées qui composent un réseau souterrain.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bigot Jean-Yves, « Spéléométrie de la France. Cavités classées par département, par dénivellation et développement. », Spelunca Mémoires no 27,‎ , p. 160 (ISSN 0249-0544)
  2. Émilie Delpeyrat, « Deux fauves au fond du gouffre », Sud Ouest édition Dordogne, 28 septembre 2017, p. 12.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :