Gouffre de Cabrespine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Gouffre de Cabrespine
Cabrespine.jpg
Aperçu du fond du gouffre de Cabrespine.
Localisation
Coordonnées
Adresse
Massif
Localité voisine
Caractéristiques
Type
Longueur connue
22 500 m en 2017
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de l’Aude
voir sur la carte de l’Aude
Red pog.svg
Localisation sur la carte des Pyrénées
voir sur la carte des Pyrénées
Red pog.svg

Le gouffre de Cabrespine est une cavité aménagée ouverte au public. L'entrée artificielle de la cavité s'ouvre au-dessus du village de Cabrespine dans le département de l'Aude, à proximité du pic de Nore, point culminant de la Montagne Noire.

La cavité recèle des volumes de dimensions importantes 80 m de large pour 250 m de profondeur), mais elle est surtout connue pour son concrétionnement. Le « gouffre géant de Cabrespine » est une appellation touristique et correspond à l'entrée artificielle accessible au public. L'entrée historique de la cavité est Lo Gaugnas, dont le nom signifie « la grande grotte ».

Localisation[modifier | modifier le code]

L'itinéraire pour atteindre le gouffre de Cabrespine, est fléché depuis l’autoroute A61. Le gouffre se trouve à 25 minutes en voiture de la cité de Carcassonne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le gouffre est découvert en 1934 par le spéléo-club de l’Aude [1] ; il est toutefois cité dans des documents remontant au XVIe siècle, et on y a retrouvé de nombreux vestiges attestant son utilisation ancienne par les hommes, dont des poteries et des outils en tout genre.

Des spéléologues célèbres qui ont parcouru la grotte de Cabrespine et ont été frappés par sa beauté ; ainsi, en 1981, Michel Siffre déclarait : « J’ai vu à Cabrespine des bouquets d’aragonite d’une taille unique au monde »[2].

Aménagé depuis 1988 pour le public, la grotte est citée dans des documents remontant au XVIe siècle (1570)[3]. Celle-ci a été cependant utilisée depuis longtemps par des hommes. Le développement de la cavité atteint en 2017 22 500 m pour 504 m de profondeur [4].

Description[modifier | modifier le code]

Le gouffre possède des dimensions impressionnantes : 80 mètres de large pour 250 mètres de profondeur ; il est réputé pour sa richesse en spéléothèmes : disques, excentriques, aragonites, draperies, colonnes, cascades

La variété des cristallisations est exceptionnelle en cristaux de calcite et d'aragonite, richement colorés par des oxydes métalliques (fer et manganèse).

Les Salles rouges, ainsi nommées pour les teintes ocre vif dues à la présence d'oxyde de fer, contiennent des disques, énormes plateaux de cristallisation littéralement suspendus à la voûte et dont le poids peut atteindre plusieurs centaines de kilos[5].

Rivière souterraine[modifier | modifier le code]

Le vaste réseau souterrain est parcouru par une rivière souterraine dont le lit est taillé dans du marbre bleu. Parcourant plusieurs kilomètres sous terre, cette rivière revoit le jour à la résurgence du Prestil [6] au pied des châteaux « cathares » de Lastours.

Classement[modifier | modifier le code]

En 1999 un dossier de 18 sites et 24 grottes à concrétions du sud de la France est proposé pour une inscription sur la liste indicative du patrimoine mondial naturel, antichambre de la liste du patrimoine mondial[7],[8]. En octobre 2001 un avis défavorable est émis par l'union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Fin 2005, l'état Français pense représenter une demande d'inscription. En 2007 le projet est retiré et l'association de valorisation des cavités françaises à concrétions (AVCFC) regroupant 23 cavités du sud de la France est créée [9],[10].

Visites[modifier | modifier le code]

Aménagé depuis 1988, le site bénéficie d’une structure moderne et de qualité. Plusieurs circuits sont offerts à la visite, un circuit complet et sportif de 4 à 5 heures et un aménagement en balcons dénommé « Balcons du Diable » permettant de découvrir le site sans fatigue et en toute sécurité, pouvant accueillir les handicapés.

Le site est praticable toute l'année, il compte une moyenne annuelle de 100 000 visiteurs[11]. Le gouffre a obtenu en 2005 le label Tourisme Handicap[12].

D'autres attractions sont disponibles aux alentours du gouffre de Cabrespine[13]. En plus de la Grotte de Limousis, la région dispose de nombreux chemins de randonnée entretenus par le GRAAL[14] et répartis entre les villages de Cabrespine, Castans et Pradelles-Cabardès.

Les visites touristiques guidées qui ont lieu toute l'année durent 45 minutes. Le parking est gratuit. Les photographies et vidéo sont autorisées. La température est d'environ 15 °C.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche de cavité: Lo Gaugnas », sur comité départemental de spéléologie de l'Aude.
  2. Article de la Dépêche du Midi du 30 avril 2000
  3. « Cabrespine (Entrée historique de la grotte de) ».
  4. « Lo Gaugnas », sur comité départemental de spéléologie de l'Aude.
  5. Plan de la cavité
  6. « Cabrespine (Barrenc de) [C 2] [Gouffre de Cabrespine] », sur grottocenter.org.
  7. UICN – Union mondiale pour la nature, « Évaluation UICN des propositions d’inscription de sites naturels et mixtes sur la Liste du patrimoine mondial », sur whc.unesco.org, (consulté le 23 février 2017).
  8. « Ensemble de grottes à concrétions du Sud de la France », sur whc.unesco.org (consulté le 23 février 2017).
  9. Roger Parzybut, « Une canditature pour figurer au patrimoine mondial de l'humanité-Un projet ambitieux. », Spéléo, Corenc, Spéléo magazine, nos 97-98,‎ (ISSN 1629-1573).
  10. « Gouffre de Cabrespine », sur Association de valorisation des cavités Françaises à concrétions.
  11. Article de la Dépêche du Midi du 18/10/2007
  12. AudeTourisme
  13. Élevage des Lamas de la Montagne Noire situé a 15 km du Gouffre de Cabrespine
  14. GRAAL (Groupe de Randonnées et d'Aménagement d'Animations Locales)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Clergue, « Gouffre géant de Cabrespine », Spéléo, Corenc, Spéléo magazine, nos 97-98,‎ , p. 24-27 (ISSN 1629-1573).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]