Grottes d'Azé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne pas confondre avec les grottes du Pech-de-l'Azé sur la commune de Carsac-Aillac, Dordogne.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Azé.
Grottes d'Azé
Grotte d AzeP1010300mod.jpg
Grottes d'Azé.
Localisation
Coordonnées
Adresse
Localité voisine
Caractéristiques
Type
Altitude de l'entrée
275 m
Longueur connue
436 m
Période de formation
Température
12°C
Occupation humaine
300 000 ans

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

(Voir situation sur carte : Saône-et-Loire)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté

(Voir situation sur carte : Bourgogne-Franche-Comté)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg


Les grottes d'Azé sont une appellation touristique qui intègre la grotte préhistorique, appelée « grotte de la Balme de Rochebin », et la grotte parcourue par une rivière souterraine, appelée « source de la balme[N 1] de Rizerolles ». Ces deux grottes sont situées sur le territoire de la commune d'Azé près de Lugny (au hameau de Rizerolles), dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Elles consistent en deux cavernes allongées à peu près parallèlement et orientées sensiblement sud-nord.

Les eaux qui les parcourent proviennent des hauteurs granitiques du mont Saint-Romain, dont la base méridionale est couverte par la forêt de Goulaine. Une petite rivière en part, file droit au sud puis se perd dans le calcaire à proximité du hameau de La Verzée (Saint-Gengoux-de-Scissé) ; trois kilomètres de parcours souterrain et 70 mètres de dénivellation sont nécessaires à cette eau pour reparaître, à la résurgence d'Azé.

C'est un site préhistorique classé, qui couvre une période allant de deux cent cinquante mille à dix mille ans avant notre ère[1],[2].

Spéléométrie[modifier | modifier le code]

La dénivellation de la grotte d'Azé est de 22 m pour un développement[N 2] de 436 m[3].

Géologie[modifier | modifier le code]

La grotte s'ouvre dans les calcaires du Bajocien et du Bathonien (Jurassique).

Historique[modifier | modifier le code]

C'est à partir de 1954 qu'un petit groupe de passionnés d'Azé, au cours de fouilles laborieuses, mit à jour de nombreux vestiges des époques paléolithiques, néolithiques et gallo-romaines.

Au printemps 1963, après des mois d'efforts, les spéléologues parvinrent à déboucher le fond de la caverne, portant le développement des galeries de 75 à 265 mètres, en découvrant au passage une série de gravures schématiques magdaléniennes.

Dans la foulée, les hommes-grenouilles du Sub-Aquatique Mâconnais remontèrent dans les eaux de la source, suivis en août et septembre par des spéléologues.

Le 15 septembre, ces explorations dans les galeries noyées permirent une découverte archéologique remarquable : deux vastes galeries accolées, un lac et des salles se développant sur une longueur de 750 mètres[4]

En 1966, le travail se poursuivant, le site préhistorique d'Azé, en tête des cavités de la Bourgogne du Sud, avait un développement total de 1 050 mètres.

Descriptif[modifier | modifier le code]

La grotte préhistorique consiste en un parcours aménagé permettant de découvrir les restes d'un grand nombre d'animaux (squelettes d'ours, ossements de lions des cavernes...), puis une rivière souterraine.

Le site dispose d'un musée archéologique.

Aux abords de l'entrée de la grotte, tout près de la résurgence, les Gallo-Romains édifièrent un spacieux monument de 30 x 15 mètres, à une époque où un culte était rendu aux sources.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Fernand Nicolas, Trésor souterrain en Saône-et-Loire : les grottes d'Azé, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 71 (automne 1987), pp. 25-27.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Balme » signifie rocher ou abri sous roche et par extension grotte.
  2. En spéléologie, le développement correspond à la longueur cumulée des galeries interconnectées qui composent un réseau souterrain.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Combier, Claire Gaillard et Marie-Hélène Moncel, « L'industrie du Paléolithique inférieur de la Grotte d'Azé (Saône-et-Loire) — Azé I-1 », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 97, no 3,‎ , p. 349-370 (lire en ligne).
  2. Johan Barriquand, Lionel Barriquand, Yves Quinif et Alain Argan, « Grotte d'Azé (Saône-et-Loire, France) -bilan et interprétation des datations U/TH », géologica Belgica,‎ , p. 309-321 (lire en ligne).
  3. Bigot Jean-Yves, « Spéléométrie de la France. Cavités classées par département, par dénivellation et développement. », Spelunca Mémoires n° 27,‎ , p. 160 (ISSN 0249-0544)
  4. Article de M. Bonnefoy paru dans La Saône-et-Loire : la Bourgogne-du-Sud, guide officiel du groupement des syndicats d'initiative de Saône-et-Loire (édité sous le patronage des chambres de commerce et d'industrie de Mâcon-Charolles-Tournus), Éditions Larrieu-Bonnel, Toulouse, 1968 (pages 38 et 39).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]