Abri de la Madeleine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Abri de la Madeleine
Image dans Infobox.
L'abri vue intérieure
Localisation
Coordonnées
Pays
Région
Département
Commune
Vallée
Vallée de la Vézère
Caractéristiques
Type
Calcaire
Occupation humaine
Patrimonialité
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Occitanie
voir sur la carte d’Occitanie
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Nouvelle-Aquitaine
voir sur la carte de Nouvelle-Aquitaine
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Aquitaine
voir sur la carte d’Aquitaine
Red pog.svg
Localisation sur la carte de la Dordogne
voir sur la carte de la Dordogne
Red pog.svg

Abri de la Madeleine *
Coordonnées 44° 58′ 01″ nord, 1° 02′ 11″ est
Critères (i) (iii)
Superficie 6 560 m2[1]
Numéro
d’identification
085-015
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 1979 (3e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification UNESCO

L'abri de la Madeleine est un abri sous roche situé dans la commune de Tursac en Dordogne, dans la vallée de la Vézère, qui est principalement connu en tant que gisement archéologique paléolithique.

Il est l'un des quinze « sites préhistoriques et grottes ornées de la vallée de la Vézère » inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1979.

Gisement préhistorique[modifier | modifier le code]

L'abri sous roche de la Madeleine est le site éponyme du Magdalénien et a livré de très nombreux objets d'art mobilier de la fin du Paléolithique supérieur. Il a été découvert et fouillé par Édouard Lartet de 1863 à 1865, puis par Denis Peyrony.

Il a également livré une sépulture d'enfant âgé de deux à quatre ans, datée de 10 190 ± 100 ans BP (soit 9990-10390 cal BP) et accompagnée d'une très riche parure en coquillage (900 dentales, 160 Neritina, 20 Cyclope et 36 Turritella). Si la datation correspond plutôt à l'Azilien, le mobilier funéraire s’enracine toutefois dans le monde magdalénien.

Classé au titre des monuments historiques par arrêté du [2], il fait partie des quinze « sites préhistoriques et grottes ornées de la vallée de la Vézère » inscrits au Patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1979[1].

Vue générale du site de la Madeleine

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le site fut occupé au Moyen Âge. Il reste comme témoignage de ce village troglodyte une église partiellement creusée dans la roche et les ruines d'un château qui dominait le site.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Capitan & Peyrony 1928] Louis Capitan et Denis Peyrony, La Madeleine : son gisement, son industrie, ses œuvres d’art, Paris, Librairie Émile Nourry, , 125 p. (présentation en ligne).
  • [Gambier et al. 2000] Dominique Gambier, Hélène Valladas, Nadine Tisnerat-Laborde, Maurice Arnold et Frédérique Besson, « Datation de vestiges humains présumés du Paléolithique supérieur par la méthode du carbone 14 en spectrométrie de masse par accélérateur », Paléo, no 12,‎ , p. 201-212 (lire en ligne [sur persee]).
  • [Vanhaeren & d’Errico 2001] Marian Vanhaeren et Francisco d'Errico, « La parure de l’enfant de la Madeleine (fouilles Peyrony). Un nouveau regard sur l’enfance au Paléolithique supérieur », Paléo, no 13,‎ , p. 201-240 (lire en ligne [sur paleo.revues.org], consulté le 2 mars 2021).

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]