Grotte de Mayrière supérieure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Grotte de Mayrière supérieure
Localisation
Coordonnées
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
MayrièreVoir et modifier les données sur Wikidata
Caractéristiques
Longueur connue
360 m
Patrimonialité
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Occitanie
voir sur la carte d’Occitanie
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Midi-Pyrénées
voir sur la carte de Midi-Pyrénées
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Tarn-et-Garonne
voir sur la carte de Tarn-et-Garonne
Red pog.svg

La grotte de Mayrière supérieure est une grotte ornée proche de la vallée de l'Aveyron, sur la commune de Bruniquel en Tarn-et-Garonne.

Situation[modifier | modifier le code]

Elle se trouve à 2,2 km au sud-est de Bruniquel, à 900 m à l'est de la D964 (distances à vol d'oiseau). La carte IGN indique deux autres grottes plus proches[2] ; selon la carte de Google, c'est la grotte la plus éloignée de la D964[3].

Les trois grottes sont sur le versant nord d'une petite vallée débouchant sur la Vère ; cette dernière rejoint l'Aveyron à Bruniquel[2].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Elle est constituée d'un grand couloir sinueux de 350 m de long dans lequel des peintures du Paléolithique supérieur furent découvertes en 1952 par A. Jarlan[4]. Situées à une cinquantaine de mètres de l'entrée, elles furent étudiées en 1976 par J. Clottes et R. Guicharnaud[5],[6]. Elles consistent en deux figures de bison se suivant, sur un panneau de 2 m de long. Sur des bases stylistiques (perspective frontale des cornes, absence de détails anatomiques), ces bisons ont été attribués au Solutréen (style III de Leroi-Gourhan)[7],[8].

Les peintures pariétales altérées volontairement[modifier | modifier le code]

Les peintures de la grotte de Mayrière supérieure ont été gravement altérées en 1992 par un groupe d'Éclaireuses Éclaireurs de France, encadrés par des membres du Spéléo-club albigeois, ayant entrepris de nettoyer les parois de la cavité. « Les traces de ce nettoyage, bien marquées, dénotent une ferme intention de faire disparaître toute trace de peinture, vraisemblablement confondue par les auteurs de la dégradation, avec du « noir de fumée » »[9]. Cette initiative valut aux Éclaireuses éclaireurs de France l'attribution du Prix Ig-Nobel d'archéologie en 1992.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Site archéologique de la grotte de Mayrière Supérieure », notice no PA00125618, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. a et b « Grotte de Mayrière, carte interactive » sur Géoportail.
  3. « Grotte de Mayrière supérieure, carte interactive », sur google.fr/maps (consulté le ). Les distances par route entre deux points donnés sont calculées dans le panneau latéral (voir l'onglet en haut à gauche de l'écran) - cliquer sur "itinéraires".
  4. [Jarlan 1952] André Jarlan, « Découverte de deux peintures aurignaciennes dans la grotte de Mayrières supérieure, commune de Bruniquel (Tarn-et-Garonne) », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 49, nos 11-12,‎ séance du 27 novembre 1952, p. 567-568 (lire en ligne [sur persee]).
  5. [Clottes & Guicharnaud 1977] Jean Clottes et Robert Guicharnaud, « Les bisons de la grotte de Mayrière supérieure, à Bruniquel (Tarn-et-Garonne) », Gallia-Préhistoire, t. 20, no 1,‎ , p. 293-299 (lire en ligne [sur persee]).
  6. [Clottes & Guicharnaud 1984] Jean Clottes et Robert Guicharnaud, « Grotte de Mayrières supérieure », dans L'Art des cavernes. Atlas des grottes ornées paléolithiques, Paris, Imprimerie Nationale, , p. 549-551.
  7. « Grotte de Mayrière supérieure », sur europreart.net.
  8. « Les styles (d'après A. Leroi-Gourhan) », sur solutreen.forumactif.org (consulté le ).
  9. [Rouzaud & Aubert 1992] François Rouzaud et Jean-Jacques Aubert, « Dégradation des bisons paléolithiques de la grotte de Mayrière à Bruniquel (Tarn-et-Garonne) », Bulletin de la Société préhistorique française, t. 89, no 3,‎ , p. 71-72 (lire en ligne [sur persee]).