Ksar Akil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ksar Akil
Localisation
Pays Drapeau du Liban Liban
Coordonnées 33° 55′ nord, 35° 36′ est
Géolocalisation sur la carte : Liban
(Voir situation sur carte : Liban)
Ksar Akil
Ksar Akil
Histoire
Époque Paléolithique moyen, Paléolithique supérieur, Épipaléolithique du Levant

Ksar Akil (Ksar 'Akil, ou Ksar Aqil[1]) est un site préhistorique du Paléolithique au Liban, à 10 km au nord-est de Beyrouth. Les restes d'un Homo sapiens surnommé «Egbert» et d'un Homo sapiens archaïque surnommé «Ethelruda» y ont été découverts dans les années 1930-1940, de même que des milliers d'outils en pierre, des coquillages ayant servi de parure, et des os d'animaux brisés. Le fossile humain le plus ancien mis au jour dans ce grand abri sous roche (Ethelruda) a été daté de 42 000 ans avant le présent, en 2013[2]. Ksar Akil est considéré comme un site majeur pour la connaissance de la phase initiale du Paléolithique supérieur au Levant[3].

Contemporain de sites européens d'Homo sapiens, Ksar Akil permet de retracer une voie empruntée par les Hommes modernes quittant l'Afrique et migrant pour certains d'entre eux en Europe.

Localisation[modifier | modifier le code]

Il est situé 10 km de la côte[4], dans la vallée (Wadi) Antélias, à environ 800 mètres à l'ouest de la source Antélias. L'abri se trouve sous une falaise calcaire abrupte[5].

Historique[modifier | modifier le code]

Son existence a été signalée pour la première fois par Godefroy Zumoffen en 1900[6] ; A.E. Day l'a étudié en 1926 [7] ; il a fait l'objet de fouilles systématiques par les Américains JG Doherty, et J. Franklin Ewing (Université de Fordham) en 1937-1938 et de nouveau en 1947-1948, puis par Jacques Tixier en 1969-1975 avant que les recherches ne soient interrompues par la guerre du Liban.

Le site a été sauvé de l'enfouissement sous les machines en 1964 par le Département des Antiquités, mais reste pour l'essentiel méconnaissable à la suite d'opérations d'extraction ; son entrée est obstruée par des tonnes de débris de carrières[5].

Coquilles d'escargots et de mollusques trouvées à Ksar Akil

Stratigraphie[modifier | modifier le code]

Niveaux et cultures matérielles[modifier | modifier le code]

La stratigraphie d'une hauteur de 23,6 mètres présente l'une des plus longues séquences d' industries de silex paléolithiques connues au Moyen-Orient.

  • Les niveaux XXV à XX sont de l'Émirien ; ils sont également appelés «transitionnels» ou, selon une autre dénomination, de l'«Initial Upper Palaeolithic»[3]. Les niveaux «transitionnels» sont en général caractérisés par la présence de pièces à chanfrein, de pointes d'Emireh, et d'outils du Paléolithique supérieur (grattoirs, burins)[3].
  • Les niveaux XX à XV sont de l'Ahmarien ; l'industrie ahmarienne est dominée par la production de lames[3]. Ksar Akil livre également dans ces niveaux des coquilles percées (probablement utilisées comme pendentifs), qui indiquent les débuts d'une activité artistique[3].
  • Les niveaux XIII à V sont de l'Aurignacien du Levant, que caractérise la production d'outils sur éclats (seuls les niveaux VIII à VII, datés de 30 000-29 000 ans AP sont de manière consensuelle considérés comme aurignaciens)[3].
  • Les niveaux IV à II sont du Kébarien ancien, ou protokébarien[3].
  • Le niveau I (à 8 mètres) est du Kébarien classique, avec la présence de la pointe de Kébara[3].
Eclats Levallois de Ksar Akil. Silex jurassique bleu-gris.

La présence d'ornements personnels à Ksar Akil évoque un comportement humain moderne. Ces ornements sont contemporains de parures trouvées sur des sites de la fin de l'âge de pierre comme Enkapune Ya Muto au Kenya[8], [9],[10].

Une structuration continue du Paléolithique supérieur[modifier | modifier le code]

Ksar Akil, comme le site préhistorique d’Uçagizli (de), dans l’Hatay en Turquie, témoigne d'une élaboration progressive du Paléolithique supérieur à partir des productions moustériennes indigènes[11]. L'Aurignacien des sites archéologiques européens, qui semble en rupture par rapport aux formes du Paléolithique moyen (au point que l'on a pu parler d'une «révolution du Paléolithique supérieur»), cet Aurignacien occidental pourrait être issu du Paléolithique supérieur proche-oriental[11].

Certaines productions livrées par le site de la Grotte Mandrin en France, occupée entre 50 000 ans et 42 000 ans avant le présent, ont été rapprochées de celles de Ksar Akil (dans ses couches XXV à XXI). Considérant que ces industries de la vallée du Rhône sont peu comparables à celles du Paléolithique moyen en Europe, Ludovic Slimac suggère qu'elles proviennent du Levant méditerranéen[12].

Restes humains[modifier | modifier le code]

Ksar Akil 1 : « Egbert »[modifier | modifier le code]

Un squelette complet d'un Homo sapiens juvénile appelé Ksar Akil 1, ou plus communément «Egbert», a été découvert au niveau XVII à 11,6 mètres, en 1938. Egbert était âgé de 7 à 9 ans au moment de son décès ; sa petite taille permet de supposer qu'il s'agit peut-être d'une jeune fille[13]. Le fossile était couvert de rochers empilés et adossés à la paroi de l'abri, ce qui peut indiquer un enterrement délibéré[14]. Un deuxième maxillaire et des fragments de côtes ont été découverts à proximité, ce qui indique qu'un deuxième individu peut également avoir été enterré au même endroit[15].

Egbert n'est connu que par des descriptions, des photographies et des moulages reconstitués du crâne[15], exposés aujourd'hui au Musée national de Beyrouth, après avoir été étudiés en Amérique. Ewing avait remis le crâne d'Egbert au Musée national de Beyrouth, on ne sait pas ce qu'il a fait avec le reste du squelette, mais aussi bien le squelette que le crâne ont été perdus par la suite[16].

La séquence stratigraphique à Ksar Akil, et les deux fossiles d' Homo sapiens, datés de 40 800 à 39 200 ans BP pour "Egbert"[15] et de 42 400-41 700 BP pour "Ethelruda" (cliquer pour agrandir).

Cependant le fossile d'Egbert a pu être daté assez précisément parce qu'il était associé à des coquilles[2]. La datation au radiocarbone de 20 coquilles et la modélisation bayésienne donnent un âge compris entre 40 800 à 39 200 ans avant le présent pour Egbert (2013)[15]. Une autre datation proposée en 2015, de 43 000 ans AP par M.D.Bosch[17], a provoqué la même année une controverse[18],[19].

Ksar Akil 2 : « Ethelruda »[modifier | modifier le code]

En 1947, un fragment d'un maxillaire, appelé Ksar Akil 2, ou «Ethelruda», a été découvert dans les niveaux XXVI ou XXV, vers 15 mètres, stratigraphiquement plus profonds que celui d'Egbert. La couche dans laquelle Ksar Akil 2 a été trouvé est du début de l'«Initial Upper Paleolithic» (Paléolithique supérieur initial du Levant). Une pointe Emireh a également été trouvée dans ce niveau[15].

On a pensé pendant de nombreuses années qu'Ethelruda était perdue, mais elle avait été transférée dans les entrepôts du Musée national de Beyrouth[15].

Le maxillaire était à l'origine décrit comme celui d'un individu adulte de sexe féminin « néandertaloïde » sur la base de sa similitude avec les fossiles de Tabun I, Skhul IV et V, Gibraltar et La Chapelle-aux-Saints 1[15]. Cependant, ces ressemblances ont été remises en question depuis. Ainsi, Ksar Akil 2 avait été décrit, en raison de sa petite taille et de ses alvéoles dentaires, comme analogue au maxillaire Skhul V, qui était à l'origine considéré comme un néandertalien, mais considéré aujourd'hui comme un Homo sapiens archaïque. De plus, le plancher nasal est déprimé et le spécimen n'a pas de fosse canine, deux caractéristiques des Néandertaliens. Les éléments permettant de savoir avec certitude si Ethelruda est un Homo sapiens ou un Homme de Néandertal ou un hybride sont actuellement insuffisants[13].

Le collagène étant mal conservé, la datation du fossile s'est fondée sur une modélisation statistique qui donne un âge compris entre 42 400 à 41 700 ans avant le présent pour Ethelruda (2013)[15]. Une autre datation proposée en 2015[17] de 45 900 ans AP a provoqué la même année une controverse[18],[19].

Mis à part 10 dents de la Grotte d'Uçagizli (de) dans le sud de la Turquie, Ksar Akil est le seul site avec des restes d'hominines du début du Paléolithique supérieur et de l' Initial Upper Paleolithic du Levant découverts jusqu'à présent[13],[15].

Restes fauniques[modifier | modifier le code]

L'animal chassé le plus représenté est le daim dans les niveaux moustériens, ahmariens et aurignaciens[3]. A partir des niveaux ahmariens, les coquilles de mollusques marins et d'eau douce (Phorcus turbinatus notamment[19]) font partie du régime alimentaire des habitants de Ksar Akil[3]. Le daim domine également dans les niveaux épipaléolithiques (kébariens anciens), avec des restes de chèvre sauvage en plus petit nombre[3].

Des études menées par Hooijer (1965) ont montré que les Capra et les Gazella dama étaient dominants dans la faune avec le rhincéros Stephanorhinus (en) kirchbergensis dans les niveaux du Levallois-Moustérien tardif[5], cependant l'identification de cette dernière espèce reste à confirmer[20].

Le site se trouvait en lisière de forêt à proximité d'un point d'eau au Paléolithique moyen[3] ; les données paléoenvironnementales manquent pour le Paléolithique supérieur.

Routes de dispersion d' Homo sapiens

Une route d'Homo sapiens[modifier | modifier le code]

Chronologie des fossiles d'Homo sapiens au Levant et en Europe, 50 000 BP-30 000 BP[15] (cliquer pour agrandir)

Le site de Ksar Akil au Liban indique que le Moyen-Orient est une route de sortie d'Afrique empruntée par les populations d'Homo sapiens, dont certaines ont migré vers le continent européen : vers 42 000 ans avant le présent, en effet, plusieurs sites attestent la présence des Hommes modernes en Europe, comme la grotte de Kent en Angleterre, ou la grotte du Cheval en Italie[2]. «Les fossiles humains de Ksar Akil semblent être d'un âge similaire aux fossiles des gisements européens», écrit Keterina Douka, «il est possible que la région du Proche-Orient ne soit pas le seul point de passage de l'Homme moderne se dirigeant vers l'Europe ; les Homo sapiens peuvent également avoir emprunté des routes alternatives»[2] — une route maritime à travers la Méditerranée, ou une route terrestre en Asie centrale, mais pour ces deux hypothèses les preuves archéologiques font actuellement défaut.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Wiley-Blackwell encyclopedia of human evolution, Chichester, West Sussex, Wiley-Blackwell, (ISBN 9781444342499, OCLC 739118512)
  2. a b c et d « Homo sapiens au Moyen-Orient il y a 42 000 ans - Hominidés », sur www.hominides.com (consulté le 29 octobre 2020)
  3. a b c d e f g h i j k l m et n C. Yazbeck, « Le Paléolithique du Liban : bilan critique », Paléorient, vol. 30, no 2,‎ , p. 111–126 (DOI 10.3406/paleo.2004.1015, lire en ligne, consulté le 29 octobre 2020)
  4. Archives des Missions Archéologiques Françaises à l'étranger, Le gisement préhistorique de Ksar'Aqil (Liban), lire en ligne
  5. a b et c Lorraine Copeland et P. Wescombe, Inventory of Stone-Age sites in Lebanon, p. 100-101, Imprimerie Catholique, (OCLC 917417205)
  6. Zumoffen, G., La Phénicie avant les Phéniciens, Imprimerie Catholique, Beyrouth, 1900.
  7. Day, A.E., The Rock Shelter of Ksar Akil near the Cave of Antilias, Quarterly Statement of the Palestine Exploration Fund, 1926
  8. Kuhn, Stiner, Reese et Güleç, « Ornaments of the earliest Upper Paleolithic: New insights from the Levant », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 98, no 13,‎ , p. 7641–6 (PMID 11390976, PMCID 34721, DOI 10.1073/pnas.121590798, Bibcode 2001PNAS...98.7641K)
  9. Douka, K. 2011. An Upper Palaeolithic shell scraper from Ksar Akil (Lebanon). Journal of Archaeological Science 38 (2):429-437
  10. Kuhn, Steven L., Stiner, Mary C., Reese, David S., Güleç, Erksin., Ornaments of the earliest Upper Paleolithic: New insights from the Levant, Edited by Henry C. Harpending, PNAS, June 5th 2001
  11. a et b Ludovic Slimac, La préhistoire de l’Europe occidentale, un bilan des connaissances à l’aube du IIIe millénaire, (lire en ligne), « L’émergence des formes du Paléolithique supérieur, une nécessaire déconstruction », p. 69
  12. Ludovic Slimac, Le Troisième Homme, (lire en ligne), « Mosaïques culturelles des derniers Néandertaliens et des premiers Hommes modernes. Les données de la vallée du Rhône », p. 154
  13. a b et c Bergman, « Fifty Years After : Egbert, an Early Upper Palaeolithic Juvenile from Ksar Akil, Lebanon », Paléorient, vol. 15, no 2,‎ , p. 99–110 (DOI 10.3406/paleo.1989.4512, JSTOR 41492366)
  14. Kirkpatrick Sale, After Eden: The Evolution of Human Domination - Kirkpatrick Sale - Google Książki, (ISBN 0822339382, lire en ligne)
  15. a b c d e f g h i et j (en) Higham, Wesselingh, Hedges et Bergman, « Chronology of Ksar Akil (Lebanon) and Implications for the Colonization of Europe by Anatomically Modern Humans », PLOS ONE, vol. 8, no 9,‎ , e72931 (ISSN 1932-6203, PMID 24039825, PMCID 3770606, DOI 10.1371/journal.pone.0072931, Bibcode 2013PLoSO...872931D)
  16. « Fifty years after: Egbert, an early Upper Palaeolithic juvenile from Ksar Akil, Lebanon - Persée »
  17. a et b (en) Marjolein D. Bosch, Marcello A. Mannino, Amy L. Prendergast et Tamsin C. O’Connell, « New chronology for Ksâr ‘Akil (Lebanon) supports Levantine route of modern human dispersal into Europe », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 112, no 25,‎ , p. 7683–7688 (ISSN 0027-8424 et 1091-6490, DOI 10.1073/pnas.1501529112, lire en ligne, consulté le 29 octobre 2020)
  18. a et b (en) Katerina Douka, Thomas F. G. Higham et Christopher A. Bergman, « Statistical and archaeological errors invalidate the proposed chronology for the site of Ksar Akil », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 112, no 51,‎ , E7034–E7034 (ISSN 0027-8424 et 1091-6490, PMID 26668379, DOI 10.1073/pnas.1519746112, lire en ligne, consulté le 29 octobre 2020)
  19. a b et c (en) Andrew Curry, « Ancient humans brought tools to Europe », Nature News,‎ (DOI 10.1038/nature.2015.17661, lire en ligne, consulté le 30 octobre 2020)
  20. (en) Emmanuel M. E. Billia, « Revision of the fossil material attributed to Stephanorhinus kirchbergensis (Jäger 1839) (Mammalia, Rhinocerotidae) preserved in the museum collections of the Russian Federation », Quaternary International, quaternary of Baikalia: Stratigraphy, paleontology and paleoenvironments of the Pliocene-Pleistocene of Transbaikalia and interregional correlations, vol. 179, no 1,‎ , p. 25–37 (ISSN 1040-6182, DOI 10.1016/j.quaint.2007.09.034, lire en ligne, consulté le 29 octobre 2020)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages

  • Dirk Leder, Technological and Typological change at the Middle to Upper Plaeolithic boundary in Lebanon. Universitätsforschungen zur Prähistorischen Archäologie. Habelt Verlag, 2014
  • California Bergman, Ksar Akil, Lebanon: A Technological and Typological Analysis of the Later Palaeolithic Levels, Volume II. BAR International Série 329, 1987.
  • C.A Bergman, L. Copeland, Ingrid Azoury (éd.), Ksar Akil, Lebanon: A Technological and Typological Analysis of the Transitional and Early Upper Palaeolithic Levels of Ksar Akil and Abu Halka, Volume I. BAR International Series 289 (i et ii), 1986.

Articles

  • Corinne Yazbeck, « Le Paléolithique du Liban : bilan critique », Paléorient, vol. 30, no 2,‎ , p. 111–126 (DOI 10.3406/paleo.2004.1015, lire en ligne, consulté le 29 octobre 2020)
  • Christopher Bergman, John Williams, Katerina Douka et Daniel Schyle, « The Palaeolithic Sequence of Ksar ‘Akil, Lebanon », dans Quaternary of the Levant: Environments, Climate Change, and Humans, Cambridge University Press, (ISBN 978-1-107-09046-0, lire en ligne), p. 267–276
  • Dirk Leder, «Core reduction strategies at the Initial Upper Palaeolithic sites of Ksar Akil and Abou Halka in Lebanon», In: Lithics – The Journal of the Lithic Studies Society. Band 37, 2017, S. 33–54, lire en ligne
  • (en) Higham, Wesselingh, Hedges et Bergman, « Chronology of Ksar Akil (Lebanon) and Implications for the Colonization of Europe by Anatomically Modern Humans », PLOS ONE, vol. 8, no 9,‎ , e72931 (ISSN 1932-6203, PMID 24039825, PMCID 3770606, DOI 10.1371/journal.pone.0072931, Bibcode 2013PLoSO...872931D)
  • (en) Katerina Douka, « An Upper Palaeolithic shell scraper from Ksar Akil (Lebanon) », Journal of Archaeological Science, vol. 38, no 2,‎ , p. 429–437 (ISSN 0305-4403, DOI 10.1016/j.jas.2010.09.026, lire en ligne, consulté le 29 octobre 2020), accès au texte intégral
  • (en) Marjolein D. Bosch, Marcello A. Mannino, Amy L. Prendergast et Tamsin C. O’Connell, « New chronology for Ksâr ‘Akil (Lebanon) supports Levantine route of modern human dispersal into Europe », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 112, no 25,‎ , p. 7683–7688 (ISSN 0027-8424 et 1091-6490, DOI 10.1073/pnas.1501529112, lire en ligne, consulté le 29 octobre 2020)
  • (en) Katerina Douka, Thomas F. G. Higham et Christopher A. Bergman, « Statistical and archaeological errors invalidate the proposed chronology for the site of Ksar Akil », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 112, no 51,‎ , E7034–E7034 (ISSN 0027-8424 et 1091-6490, PMID 26668379, DOI 10.1073/pnas.1519746112, lire en ligne, consulté le 29 octobre 2020) (cet article est écrit en réponse à l'étude de Marjolein Bosch, 2015).
  • (en) Andrew Curry, « Ancient humans brought tools to Europe », Nature News,‎ (DOI 10.1038/nature.2015.17661, lire en ligne, consulté le 30 octobre 2020) (cet article est écrit en réponse à l'étude de K. Douka qui répondait à celle de M. Bosch)
  • C.A. Bergman, «Twisted Debitage and the Levantine Aurignacian Problem. in A. Belfer-Cohen and A.N. Goring-Morris» (eds.) More than Meets the Eye: Studies on Upper Palaeolithic Diversity in the Near East. Oxbow Press, Oxford, 2004, 185-195.
  • Steven L. Kuhn et al., «Ornaments of the earliest Upper Paleolithic: New insights from the Levant», In: PNAS. Band 98, Nr. 13, 2001, S. 7641–7646, doi:10.1073/pnas.121590798
  • K. Ohnuma et CA Bergman, «A technological study of the Upper Palaeolithic levels XXV-VI from Ksar Akil, Lebanon». in P. Mellars and C. Stringer (eds.) The Origins and Dispersal of Modern Man, Cambridge University Press, 1990, p. 91-138.
  • Christopher A. Bergman et Chris Stringer: «Fifty years after: Egbert, an early Upper Palaeolithic juvenile from Ksar Akil, Lebanon», In: Paléorient. Band 15, Nr. 2, 1989, S. 99–111, doi:10.3406/paleo.1989.4512
  • C. Bergman, «Ksar Akil and the Upper Palaeolithic of the Levant», Paléorient 14/2, 1988, 201-210.
  • C. Bergman, et N. Goring-Morris, «The Levantine Aurignacian with special reference to Ksar Akil» («L'Aurignacien levantin avec une référence particulière à Ksar Akil, Liban»), Paléorient 13/1, 1987, 142-145.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]