Grotte des Combarelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Grotte des Combarelles
Image dans Infobox.
Mammouth gravé de la grotte de Combarelles
Localisation
Coordonnées
Pays
Région
Département
Commune
Vallée
Localité voisine
les Combarelles
Voie d'accès
D47
Caractéristiques
Période de formation
calcaires du Coniacien[1].
Occupation humaine
Patrimonialité
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte d’Aquitaine
voir sur la carte d’Aquitaine
Red pog.svg
Localisation sur la carte de la Dordogne
voir sur la carte de la Dordogne
Red pog.svg

Grotte des Combarelles *
Coordonnées 44° 56′ 37″ nord, 1° 02′ 32″ est
Critères (i) (iii)
Superficie 4,095 ha[2]
Numéro
d’identification
085-009
Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
Année d’inscription 1979 (3e session)
* Descriptif officiel UNESCO
** Classification UNESCO

La grotte des Combarelles est une grotte ornée qui se trouve sur le territoire de la commune des Eyzies-de-Tayac en Dordogne. Avec plus de 600 figurations pariétales, majoritairement gravées, cette grotte est considérée comme un site majeur de la culture magdalénienne (aux alentours de 13 000 ans avant le présent).

Elle est l'un des quinze « sites préhistoriques et grottes ornées de la vallée de la Vézère » inscrits au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1979.

Situation[modifier | modifier le code]

La grotte est dans le quart sud-est du département de la Dordogne, dans la commune des Eyzies-de-Tayac-Sireuil, près de la route D47 en rive gauche (côté sud) de la Beune, à environ 2,5 km en amont de la confluence avec la Vézère à l'ouest où se trouve aussi le bourg des Eyzies. Font-de-Gaume est à 1,3 km (à vol d'oiseau) au sud-ouest[3].

Historique[modifier | modifier le code]

La grotte des Combarelles est découverte le par Denis Peyrony, Louis Capitan et Henri Breuil[4], quatre jours avant Font-de-Gaume. Le porche est fouillé par Émile Rivière dès 1892[5].

Description[modifier | modifier le code]

Le grand porche s'ouvre sur deux galeries divergentes : Combarelles I et Combarelles II[6]. Combarelles I, la plus importante, est un couloir étroit de 249 m de long. Combarelles III est une troisième zone décorée découverte en 2005 par Marc Delluc à l'extrémité de Combarelles I[1].

Bestiaire[modifier | modifier le code]

Le bestiaire, finement gravé et plus rarement dessiné en noir, évoque une faune diversifiée incluant chevaux, rennes, bouquetins, mammouths, rhinocéros, ours, félins et quelques bovidés ; la lecture de ces gravures animalières, largement enchevêtrées, est facilitée par un traitement souvent réaliste qui les distingue nettement d'un ensemble exceptionnel d'une cinquantaine de figures anthropomorphes, beaucoup plus schématiques, et de quelques signes, notamment des tectiformes.

Gravures d'animaux

Protection[modifier | modifier le code]

Depuis 1979, le site est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO, parmi les quinze sites et grottes ornées de la région listés sous le nom de « Sites préhistoriques et grottes ornées de la vallée de la Vézère »[2].

Combarelles I est classée au titre des monuments historiques peu après sa découverte par par arrêté du 12 décembre 1902[7]. Combarelles II est inscrite par arrêté du 24 septembre 1943[8].

Outils lithiques trouvés à l'entrée de la grotte. Époque magdalénienne.

La grotte des Combarelles est toujours ouverte à la visite. Pour des raisons de conservation, le nombre de visiteurs est limité à 42 par jour, par groupes de 7 personnes.

"Photographie de la vallée des Combarelles"
La vallée des Combarelles. L'entrée de la grotte se trouve au fond à droite.

Visites[modifier | modifier le code]

Combarelles I est ouverte à la visite.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Archambeau & Archambeau 1991] Monique Archambeau et Claude Archambeau, « Les figurations humaines pariétales de la grotte des Combarelles », Gallia Préhistoire, no 33,‎ , p. 53-81 (ISSN 0016-4127, lire en ligne [sur persee]).
  • [Barrière 1997] Claude Barrière, « Paléo 1997, n° 1, hors série : L'art pariétal des grottes des Combarelles », 24 articles + 3 annexes disponibles en ligne, sur journals.openedition.org, (consulté le 1er mars 2021).
  • [Capitan, Breuil & Peyrony 1924] Louis Capitan, Henri Breuil et Denis Peyrony, Les Combarelles aux Eyzies (Dordogne), Paris, Masson et Cie, coll. « Peintures et gravures murales des cavernes paléolithiques » (no 5), , 192 p..
  • [Delluc, Delluc & Vialou 1994] Brigitte Delluc, Gilles Delluc et Denis Vialou, « Une étude de l'abbé Henri Breuil sur la grotte des Combarelles II (Les Eyzies) », Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, t. 121,‎ , p. 285 (lire en ligne [PDF] sur docs.shap.fr, consulté le 1er mars 2021).
  • [Man-Estier et al. 2015] Elena Man-Estier,,,, Emeline Deneuve, Patrick Paillet, Lucie Loiseau et Catherine Cretin, « Something new in Combarelles I (Les Eyzies-de-Tayac, Dordogne, France) » [« Du nouveau aux Combarelles I (Les Eyzies-de-Tayac, Dordogne, France) »], Paléo, vol. 26,‎ , p. 201-214 (lire en ligne [sur journals.openedition.org], consulté le 1er mars 2021). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article.
  • [Peyrony & Peyrony 1937] Denis Peyrony et Élie Peyrony, « Gravures pariétales de la galerie de droite de la grolle des Combarelles », Actes du Congrès préhistorique de France, 12e session, Toulouse - Foix, 1936, Société préhistorique française,‎ , p. 736-739 (lire en ligne [sur prehistoire.org], consulté le 1er mars 2021).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Man-Estier et al. 2015, paragr. 2.
  2. a et b Cartographie.
  3. « Les Combarelles, carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Hydrographie » activées. Les distances à vol d'oiseau se mesurent avec l'outil « Mesurer une distance » dans l'onglet « Outils cartographiques » à droite (symbole de petite clé plate).
  4. Man-Estier et al. 2015, paragr. 3.
  5. Grotte des Combarelles, sur donsmaps.com.
  6. Man-Estier et al. 2015, paragr. 1.
  7. « Notice n°PA00082546 », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. « Notice n°PA00082547 », sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture