Grotte de Tabon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Grotte de Tabon
Image illustrative de l’article Grotte de Tabon
Localisation
Pays Drapeau des Philippines Philippines
Province Palawan
Coordonnées 9° 16′ 48″ nord, 117° 58′ 52″ est
Géolocalisation sur la carte : Philippines
(Voir situation sur carte : Philippines)
Grotte de Tabon
Grotte de Tabon

La grotte de Tabon est un ensemble de 215 grottes situé dans une formation calcaire de l'île de Palawan, aux Philippines, connu pour les fossiles humains qui y ont été découverts, dont le plus ancien date de 47 000 ans avant le présent. La valeur naturelle et scientifique du site est reconnue internationalement ; Palawan est classée depuis 1991 au programme de l’UNESCO Man and the Biosphere[1],[2] et le complexe de la grotte de Tabon et l'ensemble de Lipuun a été ajouté à la Liste indicative du patrimoine mondial de l'UNESCO en 2006[3]. Ce complexe porte le nom de l'une de ses grottes principales. 29 grottes ont fait l'objet de fouilles ; 7 sont ouvertes au public, parmi lesquelles Tabon, Diwata, Igang et Liyang.

« Tabon » est le nom du mégapode des Philippines, appelé en anglais « Tabon scrubfowl », un oiseau qui creuse son nid dans le sol[4].

Le complexe est géré par le Musée national des Philippines[5] ; il a été déclaré trésor culturel national par cette institution en février 2011[6],[7],[8].

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Pendant les périodes glaciaires, l'île de Palawan formait un pont terrestre, emprunté notamment par l'homme, entre l'île de Bornéo (territoire partagé aujourd'hui entre la Malaisie, l'Indonésie, Brunei) et le centre et le nord des Philippines[4]. Palawan fait partie géologiquement de Bornéo ; sa flore et sa faune sont plus liées à celles de cette île qu'à celles du reste des Philippines[4]. Palawan, « trait d’union entre les archipels philippin et indonésien », se situe de ce fait «au cœur des problématiques sur les migrations humaines en Asie du Sud-Est insulaire»[1].

Au Pléistocène, période à laquelle appartiennent les plus vieux fossiles de la grotte de Tabon, le niveau de la mer était plus bas qu'à l'époque actuelle, des terres aujourd'hui sous la surface de l'eau étaient alors émergées. La grotte de Tabon se trouvait à 30 km de la côte[9]. Actuellement elle donne sur un lagon.

L'ensemble des grottes, situé sur un promontoire calcaire, fait partie de la réserve de Lipuun Point, un complexe karstique[1] protégé par le gouvernement des Philippines pour prévenir la déforestation du site et préserver les artefacts culturels qui y sont présents[10]. Les formations calcaires de la réserve sont du Miocène moyen.

Les grottes sont au nord de la municipalité de Quezon, dans la partie sud-ouest de la province de Palawan. Le massif calcaire est bordé par la mer des Philippines à l'ouest au nord et à l'est, par la ville de Quezon proprement dite au sud, par Panitian (en) à l'ouest.

Restes humains[modifier | modifier le code]

Palawan et les pays voisins

Les grottes ont fait l'objet de fouilles systématiques entre 1962 et 1966 par Robert B. Fox et une équipe du Musée national des Philippines[10]. Leur importance tient notamment au fait qu'elles sont un des rares sites d'Asie du Sud-Est à avoir livré des fossiles d' Homo sapiens du Pléistocène[4]. L'occupation y est continue entre 50 000 ans et 9000 ans avant le présent[4]. Les restes d' Homo sapiens les plus notables sont les suivants :

  • une diaphyse de tibia droit datant de 47 000 +/- 11-10000 ans (série IV-2000-T-97)[11],[2], découverte par Robert Fox en 1962[7].
  • une mandibule droite datant d'il y a 31 000 + -8-7 000 ans (série PXIII-T-436)[4]

Artefacts[modifier | modifier le code]

Outils lithiques[modifier | modifier le code]

Les outils découverts dans les grottes s'inscrivent dans une tradition datant de la fin du Pléistocène supérieur (soit vers 11 000 ans avant le présent) et du début des périodes post-Pléistocène[4]. La grotte a peut-être été utilisée comme atelier[12]. La technologie du travail de la pierre présente des ressemblances avec celle observée dans la grotte de Niah sur l'île de Bornéo ; les outils sur éclats sont bien représentés, à la différence des galets aménagés, peu nombreux[9].

Jarre funéraire Manunggul .

Mobilier funéraire[modifier | modifier le code]

Un complexe funéraire est apparu au Néolithique tardif (le Néolithique commence en Chine vers 6000 av. J.-C, soit 8000 ans avant le présent) et s'est maintenu jusqu'à l'âge du fer[4]. Plus de 1 500 jarres funéraires ont été mises au jour ; la jarre de Manunggul, en particulier, est considérée comme un trésor culturel national. Selon une vidéo du Dr Fox, une période d'inhumation en jarre a commencé il y a 3000 ans et a duré jusqu'à il y a 1500 ans. C'est la preuve que la région est devenue dominée par ce que l'on appelle la culture de Sa Huỳnh[13].

Les Sa Huynh ornaient leurs morts d'agate, de cornaline et de perles de verre d'Inde et d'Iran[13]. Des artefacts de cette nature, parmi lesquels des bracelets en verre, ont été trouvés dans la grotte et sont exposés au musée culturel de Palawan à Puerto Princesa. La plupart des spécialistes s'accordent à penser que le peuple Sa Huynh a migré au Vietnam vers 1000 avant J.-C, et que les Sa Huynh sont les ancêtres de l'actuel peuple Cham, de langue malayo-polynésienne, au Vietnam[13]. Les Cham, dont la culture a commencé à être florissante vers le IIème siècle après-J.-C, ont créé un empire connu sous le nom de Royaume de Champā. L'histoire des habitants de la région a pris une nouvelle signification à l'époque moderne en raison du conflit des îles Spratly.

Une image d'un Garuda doré de Palawan trouvé dans la grotte.

Objets importés[modifier | modifier le code]

Sous les dynasties Song et Yuan s'est développé un commerce avec la Chine dont témoignent les objets en porcelaine et grès dans les grottes[4].

Un pendentif ornemental en or porte une image de Garuda, l'oiseau-aigle qui est la montagne de la divinité hindoue Vishnou[14] ; il daterait de la période indonésienne de Majapahit (13ème-14ème après J.-C.)[4]. Des images hindoues sophistiquées et des objets en or dans les grottes de Tabon ont été liés à des images du site archéologique d'Óc Eo dans le district de Thoại Sơn dans le sud de la Province d'An Giang au Vietnam, dans le delta du Mékong[15]. Ces preuves archéologiques suggèrent un commerce actif de nombreux produits spécialisés et d'or entre l'Inde, les Philippines et les régions côtières du Vietnam et de la Chine.

Environ 25% des sites archéologiques de l'ensemble des grottes ont été fouillés[10].

Grotte d'Igang[modifier | modifier le code]

Igang est l'une des grottes supérieures et l'une des plus longues du complexe. Elle semble avoir été le principal site de sépulture ; la plupart des jarres funéraires ont été trouvées dans ce lieu.

Grotte de Tabon[modifier | modifier le code]

Elle prête son nom au complexe dans son ensemble. Dans cette grande grotte, les chercheurs ont trouvé des artefacts indiquant un commerce avec la Chine pendant la dynastie Song et la dynastie Yuan[16], et conservés aujourd'hui au Musée national des Philippines à Manille.

Grotte de Manunggul[modifier | modifier le code]

Un assemblage dans une chambre de la grotte daté par le radiocarbone de 200 av. J-C comprend des bracelets en fer et en verre, des perles en verre, en cornaline et en agate[17].

En 2015, l'Université Holy Trinity de Puerto Princesa, Palawan a été choisie pour y édifier un Collège d'études sur l'Ancien Homme de Palawan (ou de «Tabonologie»)[18]

Galerie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « HNHP - Histoire Naturelle de l’Homme Préhistorique (UMR 7194) - Philippines - Tabon Cave », sur hnhp.cnrs.fr (consulté le 26 septembre 2020)
  2. a b et c « Aux Philippines, à la rencontre des artistes des hautes terres », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 26 septembre 2020)
  3. UNESCO Centre du patrimoine mondial, « UNESCO - Centre du patrimoine mondial - recherche », sur UNESCO Centre du patrimoine mondial (consulté le 27 septembre 2020)
  4. a b c d e f g h i j et k (en) UNESCO World Heritage Centre, « The Tabon Cave Complex and all of Lipuun », sur UNESCO World Heritage Centre (consulté le 26 septembre 2020)
  5. « Tabon Caves: Site of an important Philippine archaeological discovery », Palawan Council for Sustainable Development (consulté le 1er février 2009)
  6. Mendoza, « Tabon Cave in Palawan declared Nat'l Cultural Treasure », Philippine Information Agency, (consulté le 2 septembre 2014)
  7. a et b « Philippine Caves Declared National Cultural Treasure », Caving News, (consulté le 4 septembre 2014)
  8. « Tabon Cave in Palawan: A national treasure », (consulté le 4 septembre 2014)
  9. a et b Corinne Julien, Histoire de l'humanité, UNESCO, (ISBN 978-92-3-202810-5, lire en ligne), p.641
  10. a b et c « Tabon Cave Complex », National Museum (consulté le 9 février 2016)
  11. (en) « (PDF) Les ossements humains de la grotte de Tabon (Palawan, Philippines): Répartition spatiale et étude d’une collection d’ossements inédite », sur ResearchGate (consulté le 27 septembre 2020)
  12. Dizon, Détroit, Sémah et Falguères, « Notes on the Morphology and Age of the Tabon Cave Fossil Homo sapiens », Current Anthropology, The University of Chicago Press, vol. 43, no 4,‎ , p. 660–666 (DOI 10.1086/342432, JSTOR 10.1086/342432)
  13. a b et c « The Cham: Descendants of Ancient Rulers of South China Sea Watch Maritime Dispute From Sidelines », National Geographic, (consulté le 29 juin 2015)
  14. Palawan Tabon garuda
  15. Anna T. N. Bennett (2009), "Gold in early Southeast Asia", ArcheoSciences, Volume 33, pp 99-107
  16. « The Tabon Cave Complex and all of Lipuun », UNESCO World Heritage Centre (consulté le 9 février 2016)
  17. (en) Ian Glover, Peter Bellwood, Peter S. Bellwood et Dr Glover, Southeast Asia: From Prehistory to History, Psychology Press, (ISBN 978-0-415-29777-6, lire en ligne), p. 934
  18. Joy Tabuada, « HTU named as research center for ancient Palawan man », Palawan News, (consulté le 17 juillet 2015)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) « (PDF) Les ossements humains de la grotte de Tabon (Palawan, Philippines): Répartition spatiale et étude d’une collection d’ossements inédite », sur ResearchGate (consulté le 27 septembre 2020)
  • (en) Helen Lewis, « Preliminary soil micromorphology studies of landscape and occupation history at Tabon Cave, Palawan, Philippines », Geoarchaeology, vol. 22, no 7,‎ , p. 685–708 (ISSN 1520-6548, DOI 10.1002/gea.20182, lire en ligne, consulté le 26 septembre 2020)
  • Hermine Xhauflair, «Usewear and residue analysis: contribution to the study of the lithic industry from Tabon Cave, Palawan, Philippines» , Annali dell’Università di Ferrara, 2010.
  • S.C. Jago-on, «Analysis of the Lithic Materials recovered during the 2000-2001 archaeological excavations of Tabon Cave, Palawan Island, Philippines», Proceedings of the Society of Philippine Archaeologists 5, 2007, p.24-34
  • (en) « Upper Pleistocene Homo sapiens from the Tabon cave (Palawan, The Philippines): description and dating of new discoveries », Comptes Rendus Palevol, vol. 3, no 8,‎ , p. 705–712 (ISSN 1631-0683, DOI 10.1016/j.crpv.2004.06.004, lire en ligne, consulté le 26 septembre 2020)
  • Eusebio Dizon, Florent Détroit, François Sémah et Christophe Falguères, « Notes on the Morphology and Age of the Tabon Cave Fossil Homo sapiens », Current Anthropology, vol. 43, no 4,‎ , p. 660–666 (ISSN 0011-3204, DOI 10.1086/342432, lire en ligne, consulté le 26 septembre 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :