Grotte de la Vache (Hérault)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Grotte de la Vache.
Grotte de la Vache
Grotte de la Vache P1010038mod.jpg
Avant-train du bovidé gravé.
Localisation
Coordonnées
Adresse
Massif
Massif du Thaurac
Vallée
Vallée de l'Hérault
Localité voisine
Caractéristiques
Type
Altitude de l'entrée
210 m
Longueur connue
18 m
Période de formation
Occupation humaine
Solutréen et Magdalénien
Statut patrimonial

Géolocalisation sur la carte : Hérault

(Voir situation sur carte : Hérault)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

La grotte de la Vache, ou grotte de Laroque II, est une cavité ornée située sur la commune de Laroque, dans le massif du Thaurac, département de l'Hérault. La cavité s'ouvre en rive gauche du fleuve Hérault.

Spéléométrie[modifier | modifier le code]

Le développement[N 1] de la grotte de la Vache est de 18 m.

Géologie[modifier | modifier le code]

La cavité s'ouvre dans les calcaires du Jurassique.

Fouilles archéologiques[modifier | modifier le code]

En 1967, le préhistorien Michel Lorblanchet découvre une fine gravure de bovidé associée à quelques signes et traits. La cavité est classée à l'Inventaire des monuments historiques le 28 mai 1990[1]. C'est le seul site de l'Hérault qui recèle des traces d'art pariétal du Magdalénien supérieur.

Au XIXe siècle, la grotte a été fouillée par Paul Gervais[2] et Cazalis de Fondouce[3], mais c'est seulement en 1905 qu'un article est publié par E. Gimon dans le Bulletin de la Société préhistorique française[4]. Le mobilier extrait de la grotte est entreposé au musée de Nîmes. Il a fait l'objet d'une étude publiée en 1966 par Georges Ravoux dans le Bulletin de la Société préhistorique française[5]. Le matériel est attribué au Magdalénien V.

En 1955, A. Nourrit effectue quelques sondages et met au jour des objets solutréens (feuille de laurier). Il identifie également une industrie du Magdalénien supérieur.

En 1979, Frédéric Bazile entreprend une fouille de sauvetage et parvient à dissocier deux niveaux d'habitat séparés par un niveau stérile. Les niveaux sont attribués au Magdalénien moyen et supérieur[6].

Les gravures préhistoriques[modifier | modifier le code]

Les gravures représentent un bovidé de 40 cm vu de profil. Michel Lorblanchet a effectué un relevé complet qui inclut des signes et traits associés au bovidé[7], notamment un signe en forme de pointe de flèche au niveau du cou de l'animal.

La gravure préhistorique était recouverte d'une pellicule de calcite attestant son authenticité. Par leur style, les gravures pourraient être attribuées au Magdalénien récent. 

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En spéléologie, le développement correspond à la longueur cumulée des galeries interconnectées qui composent un réseau souterrain.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00103763, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Gervais Paul (1848-1852) - Zoologie et paléontologie générales, p. 49.
  3. Cazalis de Fondouce (1905) - L'Hérault aux temps préhistoriques. Soc. Languedocienne de Géographie, t. III, fasc. 1, p. 32.
  4. Gimon E. (1905) - Une grotte magdalénienne à La Roque. BSPF, p. 224-229.
  5. Ravoux Georges (1966) - La grotte magdalénienne de La Roque. BSPF, p. 239-250.
  6. Roudil Jean-Louis (1980) - Informations. Gallia Préhistoire, volume 23.
  7. Lorblanchet Michel (1967) - Découverte de gravures pariétales paléolithiques dans la grotte de La Roque, B.S.P.F., p. 143-154.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]