Grottes Schmerling

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grottes Schmerling
Image illustrative de l'article Grottes Schmerling
Le vallon des grottes de Schmerling aux Awirs; « Une colline calcaire très escarpée, remplie de fentes et d'ouvertures » (Schmerling, 1833)
Coordonnées 50° 35′ 32″ N 5° 24′ 32″ E / 50.592222, 5.408889 ()50° 35′ 32″ Nord 5° 24′ 32″ Est / 50.592222, 5.408889 ()  
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Province Drapeau de la province de Liège Province de Liège
Vallée Awirs
Localité voisine Engis - Awirs, Flémalle
Type de roche Calcaire
Protection Icône du bouclier bleu apposé sur un immeuble classé de la Région wallonne Patrimoine classé (1978, no 62120-CLT-0006-01)
Icône du bouclier bleu apposé sur un immeuble classé de la Région wallonne Patrimoine exceptionnel (2013, no 62120-PEX-0001-02)

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Grottes Schmerling

Les Grottes Schmerling sont situées sur la rive droite du ruisseau des Awirs sur le territoire des Awirs dans l’entité de Flémalle. Elles ont été découvertes et explorées en 1829 par Philippe-Charles Schmerling qui en a exhumé les restes de trois individus, dont le premier os fossile de type néandertalien trouvé au monde.

Les autres restes concernent des Homo sapiens fossiles, dont les seuls autres fossiles précédemment trouvés le furent en 1823 au Pays de Galles : il s'agit de la dame rouge de Paviland (en).

Les grottes sont classées patrimoine immobilier exceptionnel de Wallonie, à titre de site à caractère exceptionnel à fossiles humains néandertaliens, depuis 1938.

Dénomination et situation[modifier | modifier le code]

Schmerling appelle ces cavernes les « cavernes d’Engis » car il y a eu accès par le plateau des Fagnes situé dans cette commune. Il n’a pu les atteindre qu’encordé, se laissant glisser contre la paroi de la colline calcaire fort escarpée. Les cavernes sont en fait sur le territoire des Awirs ce qui explique que leur classement comme patrimoine exceptionnel ait été accordé à la commune de Flémalle par arrêté du 14 mai 1938[1].

Description[modifier | modifier le code]

Caverne supérieure[modifier | modifier le code]

La caverne supérieure; au-dessus, le plateau des Fagnes d'où est descendu Schmerling; « Nous fûmes donc obligés de prendre un moyen pour examiner de plus près ces cavités; à l'aide d'une corde, attachée au-dessus à un arbre nous pûmes nous glisser obliquement vers le pied d'une première ouverture. (...) La première cavité est large de 5 mètres, et haute de 6 à l'entrée. » (Schmerling, 1833)

Les dimensions de la caverne la plus haute, ouverte vers le nord, sont de 5 m l x 6 h x 17 L et une petite galerie est présente sur la droite. Le découvreur a trouvé à l’entrée, dans 2 m d’épaisseur de terre[2] :

  • une incisive humaine ;
  • une vertèbre dorsale ;
  • une phalange d’homme ;
  • des restes d’ours, d’hyène, de cheval et de ruminants ;
  • plusieurs silex taillés en triangle.

Une troisième cavité se trouvait plus à l'est sur la falaise, mais fut détruite lors de l'exploitation de la carrière[3].

Image ancienne caverne supérieure

Caverne inférieure[modifier | modifier le code]

Cavernes supérieures et ruines de la caverne inférieure

Les dimensions d’ouverture de la caverne en dessous, aujourd'hui effondrée[4], également ouverte vers le nord, sont de 4 m l x 5 h. Une première chambre de 12 m de profondeur donne sur une galerie avec terre à ossements ; à gauche de l’entrée, une autre galerie était garnie de stalactites de 150 cm de long ; une autre galerie ascendante débouche sur une seconde chambre qui était jonchée d’os. Le découvreur a trouvé dans la terre assez sèche[2] :

  • des os d’ours, d’hyène, de rhinocéros, parfois entiers, parfois cassés, portant les traces de roulement dues au transport par l’eau ;
  • une grande incisive humaine,
  • un fragment d’os maxillaire supérieur aux molaires usées ;
  • deux vertèbres dorsales ;
  • une clavicule ;
  • des fragments de radius et cubitus ;
  • un métacarpien et des métatarsiens ;
  • le crâne d’un individu âgé dont les os de la face manquaient, à côté de restes d’animaux ; il est connu sous le nom de Engis 1, considéré comme la boite crânienne d’un homo sapiens et daté de l’époque néolithique ;
  • le crâne d’un enfant, l’âge étant déduit du fait que les molaires n’avaient pas encore percé la gencive ; des molaires de lait détachées et des fragments d’os crânien étaient à proximité. Ces fragments ont ultérieurement été parfaitement ajustés au crâne et un moulage a été réalisé de qui est appelé dans la littérature scientifique le « crâne d’Engis 2 ».

Image ancienne caverne inférieure (disparue)

Autres trouvailles[modifier | modifier le code]

Le crâne se détache, bien éclairé, posé sur plan horizontal brun ou sont dessinés les contours de fragments osseux, du fond brun foncé de la photographie.
Engis 1, un des deux crânes découverts par Schmerling; c'est le crâne d'un homo sapiens daté de l’époque néolithique - Collection du Grand Curtius

Des grains de blé ont également été trouvés dans la grotte d'Engis[5].

Engis 2[modifier | modifier le code]

Le crâne de l’enfant constitue le premier os de type néandertalien trouvé au monde. En 1936 il est daté de 50 000 à 35 000 ans[4]. À ce titre, il aurait pu donner le nom d’« Homme d’Engis » aux individus qui vécurent à son époque – comme le proposa d’ailleurs le professeur à la Faculté des sciences de Paris Jean Piveteau.

Il a peu intéressé les savants du XIXe siècle qui ont surtout étudié Engis 1 pour déterminer si oui ou non il provenait d’un homme fossile. Gabriel de Mortillet ayant estimé que les crânes d’Engis étaient néolithiques[6], Engis 2, pourtant étudié aussi par Carl Vogt, Ernest Hamy et Julien Fraipont[7], n’a pas reçu d’attention particulière. Rangé dans des caisses avec les autres ossements, il est resté entreposé à l’université de Liège et délaissé. Ce n’est qu’une centaine d’années plus tard, en 1936, qu’il a été ré-examiné par Charles Fraipont, sur la suggestion du scientifique polonais G. Loth, et daté de l’époque néandertalienne.

Le crâne a été reconstitué d’abord par Joseph Antoine Spring, puis par Twiesselman.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fiche de la Région wallonne, Fiche de la Région wallonne, ancienne carrière de Awirs?
  2. a et b Philippe Charles Schmerling, Recherches sur les ossements fossiles découverts dans les cavernes de la province de Liège, vol. I, P.-J. Collardin, Liège, 1833, 213 p., p. 30 à 31, 61 et 62.
  3. http://membres.multimania.fr/engis/nature/prehistoire.htm
  4. a et b Engis et Néandertal sur le site de la ville d'Engis.
  5. Ernest Doudou, « Notes sur les grains de végétaux trouvés dans la brèche préhistorique de la Grotte d'Engis (Belgique) », dans la Revue de l'École d'Anthropologie de Paris, janvier 1904, cité dans H. Desmaisons, « Blés et Céréales Préhistoriques », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 32, no 6, 1935, p. 336-343.
  6. Liliane Henderickx dans « Philippe Charles SCHMERLING (1790-1836) révèle l'antiquité de l'homme grâce aux dépôts antédiluviens des grottes Liégeoises » paru dans la Revue d'Archéologie et de Paléontologie , no 10, Centre d'archéologie et de paléontologie, Plainevaux, 1991, p. 24-66
  7. M. Toussaint - Les hommes fossiles en Wallonie - De Philippe-Charles Schmerling à Julien Fraipont, l'émergence de la paléoanthropologie, Carnets du patrimoine n° 33, Ministère de la Région wallonne, 2001.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe-Charles Schmerling, Recherches sur les ossemens fossiles découverts dans les cavernes de la province de Liège, Liège, P.J. Collardin, 1833-1834 ;
  • Édouard François Dupont, « Sur une nouvelle exploration des cavernes d’Engis » dans Bulletin de l’Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-arts, Bruxelles, 1872 ;
  • Julien Fraipont, « Nouvelle exploration des cavernes d’Engis » dans Annales de la Société géologique de Belgique, 1885 ;
  • Charles Fraipont, les Hommes Fossiles d’Engis, Mémoire 10, Archives de l’institut de paléontologie, Paris 1936.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Vue de la carrière dans le vallon des Awirs, en rive droite du ruisseau, lorsque l'on vient du confluent avec la Meuse. Les grottes sont visibles dans un vallon à droite de la carrière

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]