Grottes de Gueldaman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grottes de Gueldaman
Image illustrative de l'article Grottes de Gueldaman
Grottes préhistoriques de Gueldaman.
Coordonnées 36° 27′ 00″ nord, 4° 33′ 00″ est
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Kabylie
Wilaya wilaya de Béjaïa
Vallée Soummam
Localité voisine Akbou

Géolocalisation sur la carte : Kabylie

(Voir situation sur carte : Kabylie)
Grottes de Gueldaman

Géolocalisation sur la carte : Algérie

(Voir situation sur carte : Algérie)
Grottes de Gueldaman

Géolocalisation sur la carte : Afrique

(Voir situation sur carte : Afrique)
Grottes de Gueldaman

Gueldaman est un site préhistorique algérien, constitué de plusieurs grottes naturelles, situées à proximité de la ville d'Akbou, dominant la vallée de la Soummam, dans la wilaya de Béjaïa, en Kabylie.

Le site préhistorique de Gueldaman[modifier | modifier le code]

L'Adrar Gueldaman est situé sur la rive droite de la Soummam à l’Ouest d’Akbou. Il constitue la terminaison occidentale de la chaîne tellienne des Babors. Il s’étend sur 7 km et présente une crête dentelée plus ou moins sinueuse, qui s’élève d’Ouest (alt. 556 m) en Est (alt. 898 m). Dans le prolongement de son extrémité occidentale, sur la rive gauche de la Soummam, à hauteur du point de confluence entre l’oued Sahel et l’oued Bou-Sellam, s’observe une petite éminence rocheuse sub-conique, le piton d’Akbou (alt. 431 m). Les versants N-W et S-E de l’Adrar Gueldaman sont situés respectivement sur les territoires des communes d’Amalou et de Bouhamza (ancien nom : Ighil Aberkane).

Sur le versant S-E de l’Adrar Gueldaman, à 507 m d’altitude, au-dessus du hameau de Tasfart, s'ouvre la première grotte préhistorique (GLD1) qui a livré une documentation archéologique au début du XXe siècle et au cours des récentes recherches préhistoriques entreprises depuis 2010 par le CNRPAH (Centre national de recherches préhistoriques anthropologiques et historiques, Alger). En 2010 deux autres grottes préhistoriques(GLD2 et GLD3) furent découvertes par les chercheurs du CNRPAH. Dans chacune d’elles, des indices d’une occupation humaine ont été recueillis.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]