Geißenklösterle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec la Cave à la Chèvre, un autre site préhistorique.
Geißenklösterle
Blaubeuren - OT Weiler, Geißenklösterle im Bruckfelsmassiv .JPG
Entrée du site de l'abri de Geißenklösterle.
Localisation
Coordonnées
Adresse
Massif
Bruckfels, dans le Jura souabe moyen
Vallée
Ach
Localité voisine
Voie d'accès
Bruckfelsstraße, via la route B 492 Blaubeuren-Weiler[1]
Caractéristiques
Type
Altitude de l'entrée
580 m[2]
60 m au-dessus du talweg[3],[4],[5]
Longueur connue
22 m[6]
Période de formation
Cours d'eau
Occupation humaine
Statut patrimonial
Localisation sur la carte d’Allemagne
voir sur la carte d’Allemagne
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Bade-Wurtemberg
voir sur la carte du Bade-Wurtemberg
Red pog.svg

La Geißenklösterle, ou Geissenklösterle (littéralement cloître des chèvres), est un abri (ou « semi-grotte ») formé de roches karstiques. L'abri sous roche est situé à Weiler, dans la ville de Blaubeuren au sein de la vallée de l'Ach (affluent de la Blau), Land du Bade-Wurtemberg, en Allemagne. L'entrée de la cavité préhistorique s'ouvre sur un flanc du massif de Bruckfels, une formation rocheuse du Jura souabe moyen[10],[11],[6].

L'occupation de la caverne débute à la fin du Paléolithique moyen. L'abri sous roche est ensuite utilisé de la période aurignacienne jusqu'au Mésolithique, puis durant l'âge du fer et enfin le Moyen Âge[12],[13]. L'existence de la grotte est connue depuis la seconde moitié des années 1950, puis fouillée au début des années 1970. L'un des artefacts mis au jour au sein de la cavité préhistorique est une sculpture votive, un adorant, façonnée en demi-relief représentant une créature mi-humaine mi-animale. L'objet, fabriqué à partir d'ivoire de défense de mammouth, mesure 3,4 cm de haut pour 1,4 de large. Cette pièce d'art préhistorique est datée d'environ 30 000 ans av. J.-C.[3].

En 2017, la Geißenklösterle a été inscrite par l'UNESCO avec cinq autres grottes du Jura souabe sur la liste du patrimoine mondial de l'humanité sous l'intitulé « Grottes et art de la période glaciaire dans le Jura souabe »[9],[4].

Situation et topographie[modifier | modifier le code]

Le massif de Bruckfels, où s'ouvre la Geißenklösterle.
Le cours de l'Ach.

L'abri sous roche trouve son emplacement dans le quartier de Weiler (de), à Blaubeuren, une ville localisée dans l'arrondissement d'Alb-Danube, district, dans le Land du Bade-Wurtemberg[1],[14],[15],[16],[12],[Note 1]. La cavité préhistorique est distante de 1,3 km du centre-bourg de Weiler et 3,3 km du centre-ville de Blaubeuren via une route forestière[1],[16].

La Geißenklösterle est située dans le massif de Bruckfels, une formation rocheuse faisant partie du Jura souabe moyen[17],[18],[19],[20]. La semi-grotte s'élève à une altitude de 580 m[2] et elle est établie à une hauteur de 60 m au-dessus du talweg de la vallée de l'Ach (de)[1],[6],[21],[13], une rivière affluente de la Blau[22],[23].

L'abri sous roche fait partie de l'« élément 1 » du bien patrimonial Grottes et l’art de la période glaciaire dans le Jura souabe, la vallée de l'Ach. Cet élément recouvre une superficie de 271,7 ha, pour 766,8 ha de zone tampon[Note 2],[24],[4]. Cette zone s'étend sur 3 km et comprend une partie du fond et des versants de la vallée. Le territoire de se prolonge l'« élément 1 » jusqu'à la limite du plateau avoisinant. Relativement large, la dépression formée par le lit de l'Ach présente une largeur allant jusqu'à 500 m. Ses versants atteignent jusqu'à 130 m de dénivelé. Les paysages qui composent le fond de la vallée de l'Ach affectent un caractère rural, comprenant des fermes et des pentes constituées de massifs forestiers[4]. La Geißenklösterle, la cavité la plus au nord faisant partie de l'« élément 1 »[14], est établi à 2 km de l'Hohle Fels[13].

La semi-grotte est accessible par un chemin pédestre d'une longueur de 400 m, un sentier qui aboutit à une aire de stationnement, la Linde-Plarkplatz, puis via la Bruckfelsstraße, une voie automobile qui mène à la route B 492 Blaubeuren-Weiler[1],[16],[25],[14],[15].

Géologie, karstologie, paléoclimatologie et sédimentologie[modifier | modifier le code]

Profil stratigraphique de la Geißenklösterle.

La grotte et la vallée de l'Ach s'inscrivent au sein du Jura souabe. Les roches de ce massif, de nature calcaire, ont été formées au début du Jurassique inférieur, il y a environ 200 Ma. Entre 12 et 2,6 Ma, les roches du Jura souabe ont été soumises à d'importants phénomènes d'érosion. C'est à cette époque que la vallée de la Lone a acquis sa configuration actuelle. Entre 1,8 Ma et environ 800 000 années (période du Calabrien) les eaux du bassin du Danube se sont élevées pour atteindre jusqu'à près de 80 m au-dessus de leur niveau actuel, inondant ainsi les dépressions creusées au sein du Jura souabe. Ce phénomène a induit un drainage d'alluvions, lesquelles se sont déposées sous formes de couches sédimentaires. Aux environs de 300 000 années AP, les eaux du bassin danubien ont effectué un retrait[7],[4],[26],[27].

La Geißenklösterle dans le massif de Bruckfels.

Le processus de formation de la Geißenklösterle s'est effectué sur une longue période. Les trois dernières étapes de ce processus correspondent aux deux dernières ères glaciaires et à leur période interglaciaire. La première phase s'est réalisée au cours de la glaciation de Riss (Pléistocène moyen) ; la seconde phase durant l'interglaciaire de Riss-Würm ; et la dernière troisième phase pendant la glaciation de Würm (époque géologique du Pléistocène supérieur)[26].

Les formations karstiques du Jura souabe marquent une continuité avec celles du Jura franconien. Dans les vallées du Jura souabe, les premiers phénomènes de karstification apparaissent au Paléogène, entre 66 et 23,03 Ma AP, voire au Crétacé supérieur, entre 100,5 Ma et 66,0 Ma. Avec la surrection, mais également avec l'activité volcanique du Hegau, la montée du massif souabe se poursuit et s'amplifie au cours du Pliocène (entre environ 5,33 Ma et 2,58 Ma AP)[28],[27].

La formation de la semi-grotte de Geißenklösterle résulte d'un processus d'érosion et de dissolution hydrochimique de roches calcaires par infiltration d'eaux de pluies à caractère acides creusant ainsi une galerie souterraine au sein d'un environnement géologique devenu karstique. Après l'exsurgence des eaux souterraines, ce complexe géomorphologique creusé dans la roche a été asséché, devenant ainsi une cavité naturelle. Au point de jonction de la cavité avec la dépression fluviale de l'Ach, par mécanismes de taille et d'érosion de la roche, des ouvertures se sont créées, formant ainsi l'entrée de la grotte[7],[4],[26],[6]. Les roches de la semi-grotte ont été parfois soumises à de fortes altérations diagénétiques[27].

Microphotographie d'une section sédimentaire inférieure de l'abri riche en dépôt argileux.
Microphotographie d'une section sédimentaire altérée de l'abri (strate formée entre le Paléolithique moyen et supérieur).

À l'instar d'autres cavités du Jura souabe, la Geißenklösterle est constituée d'un ensemble de strates désigné par les termes Obere Felsenkalke[27]. Cette formation lithostratigraphique, une sous-unité du « Jurassique blanc (en) »[27], d'une épaisseur allant de 20 à 30 m, est apparue au cours de la période du Kimméridgien, vers la fin du Paléolithique moyen[29],[30],[31],[32],[33]. L'Obere Felsenkalke est caractérisé par un faciès géologique appelé Schwammfaziès (ou Korallenriff- und Stotzenfazies[34]), un type de roche principalement composé de calcaire massif[27],[35],[36]. Par ailleurs, ce faciès géologique contient des spongiaires fossilisés[37]. Des analyses sédimentologiques réalisées à la fin des années 1990 et début des années 2000 ont permis de mettre en évidence des traces de foraminifères benthiques provenant de l'océan Atlantique nord[38]. Une très probable variation de la concentration en 14C durant la période aurignacienne résulte de la présence de ces organismes protistes, mais également de celle de varves[38].

Lors de son excavation, l'abri sous-roche a délivré un matériel de dépôts sédimentaires épais de 2,5 m[6] ou 2,3 m selon les estimations[39]. Cet ensemble est composé de vingt couches stratigraphiques[39]. Deux principaux processus ont participé à la formation des dépôts sédimentaires de la Geißenklösterle : d'une part la gélivation de sa voûte et de ses parois ; d'autre part l'alluvionnement d'éléments allochtones survenant au cours des différentes phases de karstification[39].

Les matériaux sédimentaires les plus anciens qui ont été excavés datent de plus de 300 000 ans, entre 36 000 et 23 000 A.P. — glaciation de Riss, Pléistocène moyen[27],[39]. Le matériel sédimentaire le plus ancien s'est constitué durant une « séquence paléoclimatologique » subdivisées en 5 phases climatiques distinctes[39]. Cette séquence paléoclimatologique de la Geissenklösterle présente des caractéristiques comparables voire similaires à d'autres séquences mise en évidence dans la région naturelle du Harz ou encore dans le sud-ouest de la France[39]. Le matériel sédimentaire le plus récent s'est constitué durant une seconde séquence également subdivisée en 5 phases climatiques[39].

Caractéristiques et description[modifier | modifier le code]

Entrée de la semi-grotte.
Intérieur de l'abri sous roche.

La Geißenklösterle est de type abri sous roche, ou « semi-grotte »[6],[10],[11]. La cavité préhistorique, orientée selon un axe selon nord-sud, se développe sur une longueur totale de 22 m[6]. La semi-grotte est munie d'une entrée située au sud-ouest[6].

Cette ouverture mesure 4 m de large pour une hauteur de 5 m[6]. Un couloir de 8 m de long sur 4 m de large mène à la chambre principale[6]. Une cheminée, mesurant environ 4 m, se déploie à l'applomb de la chambre principale[6]. Une galerie se trouve adjacente à la salle principale[6]. Elle s'étend sur une longueur de 6 m pour une largeur comprise entre quatre et un mètre. En outre, la voûte de cette galerie atteint une hauteur maximale de 3 m et s'abaisse, à son extrémité, à une hauteur comprise entre 1,5 et 0,8 m[6].

La voûte de la cavité s'élève à une hauteur moyenne de 3 m[6]. Ce plafond, constitué lors de la formation de la grotte, s'est en grande partie effondré[8],[6].

L'excavation de la grotte a permis de creuser un passage de 10 m[6]. Le reste de la Geißenklösterle est comblé par des couches sédimentaires constituées de limons d'environ 3 m d'épaisseur[6]. L'instrumentum de la cavité, partiellement mis au jour, été retrouvé dans un dépôt sédimentaire épais de 2,5 m[6].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme de la cavité, Geißenklösterle (cloître des chèvres), est composé des termes Geißen, mot dérivé de Ziegen (chèvres) et de -Kloster (cloître, monastère)[6],[40]. Le nom de la semi-grotte serait issue d'une expression datant du Moyen Âge, un lieu abrité où les chèvres et les ânes étaient parqués[40]. L'élément toponymique cloître fait référence à une sorte de corniche formée autour de la semi-grotte[6]. Cette corniche, relativement large, est taillée à flanc de falaise[6]. D'autre part, la Geißenklösterle aurait probablement servi comme abri pour parquer les chèvres[6]. Le toponyme de la cavité préhistorique pourrait être également lié à une ancienne église gothique en ruine située dans le massif des Bruckfels[41].

Historique[modifier | modifier le code]

Découverte et fouilles[modifier | modifier le code]

Le préhistorien Rainer Blumentritt, découvreur de la Geißenklösterle en 1957.
Joachim Hahn, préhistorien ayant conduit les fouilles de la cavité de 1974 à 1991.

La grotte est découverte fortuitement en 1957 par les préhistoriens Rainer Blumentritt et Gustav Riek alors qu'ils conduisent une campagne de fouilles aux côtés de sur le site de la Brillenhöhle (de)[3],[42],[43],[13],[44]. Durant sa mise au jour, la Geißenklösterle livre des artefacts datés du Moustérien et du Mésolithique[3]. Riek revient sur le site de la cavité préhistorique en 1963. Le préhistorien et son équipe opère alors un sondage[45].

La cavité préhistorique fait à nouveau l'objet d'investigations à partir de la première moitié des années 1970, en 1973 par Eberhard Wagner. Une troisième campagne de fouilles est menée, entre 1974 et 1991 par l'archéologue et paléo-préhistorien Joachim Hahn[5],[3],[46],[47].

À la mort de J. Hahn, Nicholas J. Conard reprend les investigation archéogiques du site préhistorique[5],[3],[46],[47]. Une campagne de fouilles conduite en 1989 et 1990 permet à Hahn de retrouvé un artefact osseux fabriqué dans de la défense de Mammouth[48].

Dans les années 2000 et 2010, la caverne de Geißenklösterle fait à nouveau l'objet d'une campagne de fouilles. Ces travaux sont menés sous la direction de l'archéologue Nicholas J. Conard[49],[50],[8]. Actuellement, sur les six cavernes inscrites au patrimoine mondial de l'humanité en 2017, seule le site préhistorique de Geißenklösterle est soumise à un programme d'investigations archéologiques[8].

Les investigations archéologiques entreprises durant les années 1970, 1980 et 1990, puis 2000 et 2010, ont été pratiquées dans un espace dégagé et situé latéralement à la voûte. Un couloir, obstrué par des sédiments et contigüe à cet espace a été découvert mais non-encore fouillé[4]. Les chercheurs estiment que ce couloir, n'ayant pas encore été exploré et fouillé, contiendrait une importante quantité de gisements parfaitement conservés dans leur état d'origine[4]. Ces éléments archéologiques seraient attribuables à une période s'échelonnant entre le Paléolithique moyen (en particulier culture du Moustérien) et le Mésolithique[4].

Patrimoine mondial de l'humanité, archéoparc et mise en valeur du site[modifier | modifier le code]

Photographie en couleurs d'un parc et de terrains de fouilles aménagés.
Vue d'ensemble de l'archéoparc de Vogelherd, parc archéologique d'information et de conservation du bien patrimonial.
Le Landesmuseum Württemberg, à Stuttgart, musée où sont conservées des pièces retrouvées dans l'abri sous roche.

Un projet de candidature de plusieurs sites préhistoriques du Jura souabe et des objets d'art qui leur sont associés est initié en 2009. Au début des années 2010, un examen et une sélection sont réalisés par un groupe de travail délégué au monuments historiques du Baden-Württemberg[51], la semi-grotte de Geißenklösterle, ainsi que les pièces d'art mobilier qu'elle a livré appartiennent à un ensemble intitulé « Grottes et art de la période glaciaire dans le Jura souabe » et sont inscrits au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO en 2017[9].

Au mois de de la même année, afin de protéger l'abri sous roche, l'entrée de la Geißenklösterle est cloisonnée par une grille en acier munie d'une porte[41].

La plupart des objets d'art préhistorique retrouvées dans l'abri sous roche — l'adorant, une figurine représentant un mammouth, une statuette représentant un ours, une figurine représentant un bison, un fragment d'un instrument à cordes — sont conservées et exposées au Landesmuseum Württemberg, à Stuttgart[52],[53],[54],[55],[56],[57]. La Flûte tubulaire est, quant à elle, abritée au musée de Préhistoire de Blaubeuren[1].

Stratigraphie[modifier | modifier le code]

L'abri sous roche présente une séquence stratigraphique s'échelonnant entre environ 50 000 et 10 000 ans AP[5].

La stratigraphie de l'abri sous roche est composée de 13 niveaux archéologiques[39]. Sept d'entre eux ont été identifiés comme appartenant à l'Aurignacien[58]. Ces sept niveaux sont regroupés en deux ensembles archéostratigraphiques, l'« ensemble III » et l'« ensemble II »[58]. L'ensemble III, dans un premier temps considéré comme étant le seul horizon daté de l'Aurignacien ancien, a été ultérieurement associé à l'ensemble II, également attribué pour cette période[58]. Toutefois, bien que les horizons III et II correspondent à une même période, les deux ensembles présentent des caractéristiques distinctes, notamment par le mode d'occupation de l'abri sous roche[58]. L'ensemble III est caractérisé par la production de pièces lithiques et osseuses tandis que l'ensemble II atteste d'« activités centrées sur la consommation » d'éléments bruts ou transformés ayant été importés au sein de la semi-grotte[58]. À cet effet, Nicolas Teyssandier souligne que la « Geissenklösterle constitue la séquence de référence de l'Aurignacien ancien en Europe centrale »[58]. En outre, l'horizon II se distingue de l'horizon III par la présence de pointes de flèche à base fendue et de pièces d'art mobilier[58],[59]. L'horizon III diffère également de l'horizon II par sa faible quantité de pièces confectionnées à partir d'ossements animaux[59].

L'analyse du mobilier lithique recueilli lors des fouilles des années 1970-1980, montrent que la stratigraphie de la semi-grotte a subi une forte perturbation post-dépositionnelle[60]. Deux éléments technologiques ont conduit les archéologues Joachim Hahn Linda R. Owen à ce résultat : d'une part la présence de pointes retouchées aux niveaux aurignaciens et gravettiens, et d'autre part l'analyse des productions laminaires mise en évidence au sein de ces mêmes niveaux stratigraphiques[60].

Stratigraphie établie par Joachim Hahn puis Nicholas J. Conard[61].
Étage stratigraphique Horizon culturel - Période Datation
Étages stratigraphiques AH VI à AH IV Moustérien (Paléolithique moyen) Entre 300 000 et 200 000 années jusqu'à 40 000 années
Étages stratigraphiques AH II et AH III Aurignacien De 40 000 à 31 000 années
Étages stratigraphiques AH Ic à AH Ip Gravettien De 30 500 à 22 000 années
Étage stratigraphique AH Io Magdalénien De 18 000 à 12 000 ans av. J.-C.
Étage stratigraphique AH In Mésolithique De 9 600 à 4 500 ans av. J.-C.

Horizon des cultures archéologiques[modifier | modifier le code]

Mésolithique[modifier | modifier le code]

Gravettien[modifier | modifier le code]

Les niveaux gravettiens de la semi-grotte comportent un total de 4 113 pièces façonnées dont 593 outils d'une longueur supérieure à 1 cm — soit une proportion de 14,4 % du gisement[62]. L'ensemble des artefacts façonnés du Gravettien pèsent plus de 11,1 kg[62]. À cet ensemble s'ajoute 85 nuclei dont le poids total s'élève à environ 8,5 kg[62].

Le gisement des 593 pièces façonnées mesurant plus d'un centimètre de long comprend 41 pointes à cran retouchées ; 97 micro-lames retouchées ; 14 artefacts tronqués ; 15 lames et petites lames « à dos simple » ; 14 fléchettes ; 22 perçoirs dont sept simples et quinze avec une retouche latérale ; une lame à retouche bilatérale ; une pointe de flèche à forme triangulaire — type d'armature de projectile, comparable à une pointe Font-Robert, en forme de feuille et munie d'un pédoncule qui permet de l'empenner[63],[64] — ; 60 éclats dont 13 issus d'une pièce retouchée ; 17 burins sur cassure ; 18 burins sur troncature ; 14 burins à coupe diédrale ; deux burins carénés[Note 3] ; deux burins à forme polyédrique ; 7 grattoirs ; 167 éclats à retouche latérale, représentant 28,2 % du corpus ; 6 lames sur troncature ; deux pseudo-burins du Raysse[Note 4] ; et un couteau de type Kostienki[Note 5],[62],[69],[70].

Aurignacien[modifier | modifier le code]

Instrumentum lithique et osseux retrouvé dans les niveaux aurignaciens 1 à 3 de la semi-grotte.
Instrumentum lithique et osseux retrouvé dans les niveaux aurignaciens 1 à 3 de la semi-grotte.

Aurignacien récent[modifier | modifier le code]

Aurignacien ancien[modifier | modifier le code]

Moustérien[modifier | modifier le code]

Objets d'art préhistorique découverts dans l'abri sous roche[modifier | modifier le code]

La plupart des pièces mises à jour au sein de la grotte de Geißenklösterle sont datées entre 39 000 et 33 000 ans av. J.-C. (culture aurignacienne)[4].

Le mobilier découvert se compose notamment de petites statuettes zoomorphes, de pendentifs, de trois flûtes, le tout fabriqués dans le l'ivoire de mammouth, ou confectionné à partir de dent animale et d'os de taxon aviaire[8]. La flûte la mieux conservée a été façonnée à partir d'un radius d'un spécimen de cygne, probablement celui d'un Cygne chanteur[71],[72].

L'un des artefacts mis en évidence au sein de la cavité est une sculpture votive en demi-relief représentant une créature mi-humaine mi-animale. L'objet, fabriqué à partir d'ivoire de défense de mammouth, mesure 3,4 cm de haut pour 1.4 de large. Cet artefact à destination votive est daté d'environ 30 000 ans av. J.-C.à destination votive[3]. D'autres objets ont également été retrouvés, notamment une figurine représentant un bison et mesurant 2,5 cm de long sur 1,4 cm de haut[73]. Des témoignages d'art rupestre ont été également mis en évidence lors des fouilles de la semi-grotte. La cavité souterraine, à l'instar de la grotte de Hohle Fels, a délivré des galets en calcaire peints datés de l'Aurignacien supérieur[74].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Assemblage faunique[modifier | modifier le code]

Gravettien[modifier | modifier le code]

Assemblage faunique de l'abri sous roche
Gravettien[75],[76],[77]
Nom binominal du taxon Nom vernaculaire Type d'os Numéro d'inventaire Modification(s) faite(s) sur l'os Datation au 1414 par accélérateur spectrométrique de masse Niveau stratigraphique Faciès culturel (ou période)
Lepus europaeus Lièvre pelvis OxA-5157 - 24 360 ± 380 Ip Gravettien
Rangifer tarandus Renne phalange OxA-4855 - 27 000 ± 550 Ir Gravettien
Equus caballus Cheval côte OxA-4857 marques de coupe 27 500 ± 550 Ir Gravettien
Equus caballus Cheval radius OxA-4856 - 30 950 ± 800 Ir Gravettien
Equus caballus Cheval fémur OxA-5227 - 28 050 ± 550 Is Gravettien
Rangifer tarandus Renne tibia OxA-5226 impactes 26 540 ± 460 It Gravettien
Mammuthus Mammouth côte OxA-5228 marques de coupe 27 950 ± 550 It Gravettien
Mammuthus Mammouth côte OxA-5229 - 28 500 ± 550 It Gravettien
Rangifer tarandus Renne phalange OxA-4592 - 29 200 ± 460 It Gravettien
Indéterminé Indéterminé Indéterminé OxA-4593 - 29 200 ± 500 It Gravettien
Cervus elaphus Cerf élaphe bois OxA-5706 - 29 220 ± 500 Ia Gravettien
Rangifer tarandus Renne os métacarpien OxA-5161 impactes 30 300 ± 750 Ic Gravettien

Aurignacien récent[modifier | modifier le code]

Assemblage faunique de l'abri sous roche
Aurignacien récent[75],[76]
Nom binominal du taxon Nom vernaculaire Type d'os Numéro d'inventaire Modification(s) faite(s) sur l'os Datation au 1414 par accélérateur spectrométrique de masse Niveau stratigraphique Faciès culturel (ou période)
non-spécifié non-spécifié échantillon de plusieurs pièces osseuses H-4147-3346 - 30 625 ± 796 IIa Aurignacien récent
Equus caballus Cheval scapula OxA-5707 marques de coupe et impactes 33 200 ± 800 IIa Aurignacien récent
Lepus Lièvre tibia OxA-5160 - 33 700 ± 1100 IIa Aurignacien récent
Rangifer tarandus (possiblement) Renne (possiblement) humérus OxA-4594 - 36 800 ± 1000 IIa Aurignacien récent
Mammuthus Mammouth côte KIA 8960 impactes 29 800 ± 240 IIb Aurignacien récent
non-déterminé non-déterminé non-déterminé Pta-2361 os carbonisé 31 070 ± 750 IIb Aurignacien récent
Equus caballus Cheval humérus KIA 8958 impacte 31 870 ± 260/250 IIb Aurignacien récent
non-déterminé non-déterminé non-déterminé Pta-2270 os carbonisé 31 870 ± 1000 IIb Aurignacien récent
Mammuthus Mammouth crâne OxA-5708 - 32 300 ± 700 IIb Aurignacien récent
non-déterminé non-déterminé non-déterminé Pta-2116 os carbonisé 32 680 ± 470 IIb Aurignacien récent
Lepus Lièvre pelvis OxA-5162 - 33 200 ± 1100 IIb Aurignacien récent
non-spécifié non-spécifié échantillon de plusieurs fragments osseux H 4751-4404 - 33 700 ± 825 IIb Aurignacien récent

Aurignacien ancien[modifier | modifier le code]

Assemblage faunique de l'abri sous roche
Aurignacien ancien[75],[76]
Nom binominal du taxon Nom vernaculaire Type d'os Numéro d'inventaire Modification(s) faite(s) sur l'os Datation au 1414 par accélérateur spectrométrique de masse Niveau stratigraphique Faciès culturel (ou période)
Rangifer tarandus Renne tibia OxA-6256 impacte 30 100 ± 550 III Aurignacien ancien
non-spécifié non-spécifié os long KIA 8963 impacte 31 180 ± 270/260 III Aurignacien ancien
non-spécifié (échantillon d'ossements de plusieurs espèces) non-spécifié non-spécifié H 5316-4909 - 36 540 ± 570 III Aurignacien ancien
Capra ibex Bouquetin des Alpes mandibule OxA-5163 - 37 300 ± 800 III Aurignacien ancien
Equus caballus Cheval fémur OxA-4595 - 40 200 ± 600 III Aurignacien ancien
Rangifer tarandus Renne métatarse OxA-6229 - 30 300 ± 550 IIIa Aurignacien ancien
OxA-6628 IIIa reindeer metatarsal 30 450550Rangifer tarandus Renne métatarse OxA-6628 - 30 450 ± 550 IIIa Aurignacien ancien
non-spécifié non-spécifié non-spécifié ETH-8268 - 33 100 ± 680 IIIa Aurignacien ancien
Rangifer tarandus Renne métatarse OxA-5705 - 33 150 ± 1000 IIIa Aurignacien ancien
non-spécifié non-spécifié non-spécifié ETH-8269 - 33 500 ± 640 IIIa Aurignacien ancien
Rhinocerotidae rhinocéros humérus OxA-6255 - 32 900 ± 850 IIIa Aurignacien ancien
Rangifer tarandus Renne tibia KIA 13075 impacte 34 330 ± 310/300 IIIa Aurignacien ancien
Rangifer tarandus Renne tibia KIA 13074 impacte 34 800 ± 290/280 IIIa Aurignacien ancien
non-spécifié non-spécifié non-spécifié ETH-8267 - 37 800 ± 1050 IIIa Aurignacien ancien
non-spécifié non-spécifié côte KIA 8962 impacte 28 640 ± 380/360 IIIb Aurignacien ancien
Rangifer tarandus Renne humérus KIA 8961 fracture 33 210 ± 330/290 IIIb Aurignacien ancien
Rangifer tarandus Renne tibia KIA 13076 impacte et marques de coupe 34 080 ± 300/290 IIIb Aurignacien ancien
non-spécifié non-spécifié fémur KIA 8959 fracture 34 220 ± 310/300 IIIb Aurignacien ancien
Capreolus capreolus Chevreuil métacarpe KIA 16032 impacte 36 560 ± 410/390 IIIb Aurignacien ancien
Capra ibex Bouquetin des Alpes tibia OxA-6077 GH 17 marques de coupe 32 050 ± 600 Niveau stratigraphique « Stérile (en) »
Absence d'éléments anthropologiques
Pas de culture associée
Absence d'éléments anthropologiques
Cervus elaphus Cerf élaphe tibia OxA-6076 - 33 600 ± 1900 IV Paléolithique moyen

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans le système GPS, l'abri sous roche se trouve au point de coordonnées géographiques suivant : 48° 23′ 54″ N, 9° 46′ 20″ E[12]
  2. L'« élément 1 », la vallée de l'Ach, est situé au point de coordonnées géographiques suivant : 48° 23′ 16″ N, 9° 45′ 56″ E[24].
  3. Le terme caréné est employé pour deux sortes d'outils préhistoriques : les burins et les grattoirs. Il s'agit de pièces épaisses dont la partie active se présente sous la forme d'une « carène de bateau »[65].
  4. Un burin de type Raysse, également désigné sous les termes de « burin d'angle et plan » est, pour Louis Pradel, un outil à arête polygonale qui associe sur une même pièce un burin d'angle et un burin plan. Selon Pradel, ce type de burin est façonné soit sur troncature retouchée ou sans troncature retouchée[66]. Pour H. L. Movius et N. C. David, le burin du Raysse est caractérisé par les étapes de conception suivantes : l'« aménagement d’une troncature retouchée ; un premier coup de burin ; l'enlèvement du biseau par une petite retouche tertiaire ; un second coup de burin incliné » sur le côté ventral ; une deuxième « retouche tertiaire » ; et enfin un troisième coup de burin effectué de manière plus incliné sur le côté ventral de l'outil[67].
  5. Également connu sous les termes de « lame aménagée par technique de Kostienki », est un type d'artefact lithique du Gravettien paneuropéen identifié dans le village de Kostenki[68]. Ce type de lame est caractérisé par une « extrémité aménagée (presque toujours par des enlèvements inverses aménageant une sorte de troncature) » qui « sert de plan de frappe pour un enlèvement lamellaire de bord et plan (qui déborde préférentiellement sur la face supérieure mais emporte également une petite portion de la face inférieure) et qui est considéré comme une forme de ravivage du bord tranchant »[68]. Par ailleurs, « l'extrémité aménagée inverse peut aussi servir de plan de frappe pour de minces enlèvements lamellaires n’affectant que la face supérieure »[68]. Enfin, « le bord ravivé peut présenter une série de retouches plates plus ou moins couvrantes »[68].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f (de) Bernd Rindle, « Weg zum Geißenklösterle : Trittsicher in die Steinzeit », Sudwester Presse,‎ , p. 1-2 (lire en ligne, consulté le 11 janvier 2019).
  2. a et b Josette Renault-Miskovsky et Arlette Leroi-Gourhan, « Palynologie et archéologie : nouveaux résultats, du Paléolithique supérieur au Mésolithique. », Bulletin de l'Association française pour l'étude du quaternaire, vol. 18,‎ , p. 125 - Allemagne (DOI https://doi.org/10.3406/quate.1981.2093, lire en ligne, consulté le 15 janvier 2019)
  3. a b c d e f et g Joachim Hahn, « Demi-relief aurignacien en ivoire de la grotte Geissenklösterle, près d'Ulm (Allemagne Fédérale). », Bulletin de la Société préhistorique française, t. 79, no 3,‎ , p. 73-77 (DOI 10.3406/bspf.1982.5364, lire en ligne, consulté le 27 décembre 2017).
  4. a b c d e f g h i et j Collectif - Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS), « Grottes et l’art de la période glaciaire dans le Jura souabe » [PDF], sur UNESCO.org, Comité du patrimoine mondial (consulté le 22 décembre 2017).
  5. a b c et d Münzel 2004, p. 71.
  6. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u et v (de) Thomas Striebel, « Höhlen im Gebiet der Stadt Blaubeuren », Das Jahresheft 1995 der Arge Grabenstetten - Ausgabe zum VDHK-Jahrestreffen 1996 in Blaubeuren, vol. 15,‎ , Geißenklösterle 7624/15 (lire en ligne [PDF], consulté le 8 janvier 2019).
  7. a b et c André Leroi-Gourhan et José Garanger, « Le Gravettien en Europe centrale et orientale », dans André Leroi-Gourhan et José Garanger, La préhistoire dans le monde, Presses universitaires de France, coll. « Nouvelle Clio », , 848 p. (lire en ligne).
  8. a b c d e et f Collectif - Conseil international des monuments et des sites (ICOMOS), « Grottes et l’art de la période glaciaire dans le Jura souabe » [PDF], sur le site de l'UNESCO, Comité du patrimoine mondial (consulté le 22 décembre 2017).
  9. a b et c « Grottes et l’art de la période glaciaire dans le Jura souabe : Description », sur UNESCO, (consulté le 31 décembre 2017).
  10. a et b (en) Suzanne Münzel, Friedrich Seeberger et Wulf Hein, « The Geißenklösterle Flute – Discovery, Experiments, Reconstruction », dans Suzanne Münzel, Friedrich Seeberger, Wulf Hein et al., Studien zur Muzikarchäologie, Rhaden, , 107 à 118 p. (lire en ligne [PDF]).
  11. a et b (de) « Archäologie-Preis für gleich zwei Macher des Weltkulturerbes », Schwäbische Zeitung,‎ (lire en ligne, consulté le 11 janvier 2019).
  12. a b et c (de) « Geißenklösterle (Blaubeuren-Weiler - Achtal ADK) : UNESCO-Welterbe Höhlen und Eiszeitkunst der Schwäbischen Alb », sur le site du musée préhistorique de Blaubeuren (consulté le 19 janvier 2019).
  13. a b c et d (de) « Das Geißenklösterle », sur le site de l'institut de Pré- et Protohistoire de Tübingen (consulté le 11 janvier 2019).
  14. a b et c (en) Connie Meister, « Caves and Ice Age Art in the Swabian Jura - Maps of the inscribed property » [PDF], sur le site du Comité du patrimoine mondial, Unesco, (consulté le 15 janvier 2019), p. 2.
  15. a et b « Nœud : Geißenklösterle (937612388) - UNESCO Weltkulurerbe », sur la base de données géographiques OpenStreetMap, (consulté le 15 janvier 2019).
  16. a b et c (de) Peter Schumann, « Und ewig locken die Höhlen im Achtal », Süedwester Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 15 janvier 2019).
  17. Joachim Hahn, « Eine aurignacienzeitliche Menschendarstellung aus dem Geißenklösterle bei Blaubeuren, Alb-Donau-Kreis », Denkmalpflege in Baden-Württemberg, vol. 9, no 2,‎ (ISSN 0465-7519, lire en ligne [PDF], consulté le 12 janvier 2019).
  18. (de) « Wandern zum Geißenklösterle », Schwabische Zeitung,‎ (lire en ligne, consulté le 14 janvier 2019).
  19. (de) « 84250200047 Bruckfels und Geissenklösterle », sur Naturdenkmale Stadt Blaubeuren (consulté le 14 janvier 2019).
  20. (en) Connie Meister, « Front view of the rock formation Bruckfels with the Geißenklösterle », sur le site du Comité du patrimoine mondial, Unesco, (consulté le 14 janvier 2019).
  21. (de) « Geißenklösterle (Achtal) : UNESCO-Welterbe Höhlen und Eiszeitkunst der Schwäbischen Alb », sur le site du musée préhistorique de Blaubeuren (consulté le 13 janvier 2018).
  22. (de) « Geologie », sur le musée préhistorique de Blaubeuren (consulté le 14 janvier 2019).
  23. (de) Johann E. Wappäus, chap. III « Europa - Der Deutsche Bund », dans Handbuch der Geographie und Statistik für die gebildeten Stände, vol. 4 : Handbuch der Geographie und Statistik des Königreichs Preußen und der deutschen Mittel- und Klein-Staaten, (lire en ligne).
  24. a et b « Grottes et l’art de la période glaciaire dans le Jura souabe - Cartes », sur le site du comité du patrimoine mondial, UNESCO (consulté le 22 décembre 2017).
  25. (de) « Bruckfelsstraße (27002619) Schelcklingen-Weiler u. Umgebung, Straßen, Nutzungsarten, Geb. », sur la base de données géographiques OpenStreetMap (consulté le 15 janvier 2019).
  26. a b et c Heidenreich et Meister 2017, p. 43-50.
  27. a b c d e f et g (en) Christopher E. Miller, « Geißenklösterle and site settings », dans Nuria Sanz, Human origin sites and the World Heritage Convention in Eurasia, vol. 41, publications de l'UNESCO, , 166 p. (lire en ligne).
  28. Jean Nicod et Michel Chardon, « Recherches récentes sur les karsts de l'Alb de Souabe et de Franconie. », Annales de géographie, t. 91, no 507,‎ , p. 587-593 (lire en ligne, consulté le 2 février 2018).
  29. « Sud de l'Allemagne », sur la base de données Strati CH (Lexique lithostratigraphique de la Suisse) (consulté le 13 janvier 2019).
  30. « Säulenprofil der Schichtenfolge in Baden-Württemberg (neue und alte Terminologie) Gliederung in Grundwasserleiter und Grundwassergeringleiter, Basis der Grundwasserleiter und Grundwassergewinnbarkeit » [PDF], sur Landesamt für Geologie, Rohstoffe und Bergbau, Lander du Bade-Württemberg, (consulté le 13 janvier 2019).
  31. (de) « Oberjura in Bade-Württemberg » [PDF], sur le site du LGRB (Landesamt für Geologie, Rohstoffe und Bergbau) (consulté le 13 janvier 2019).
  32. (de) Adrian Cherek (dir.), chap. 4.1 « Geologie & Abriss der palägeographische Entsehung Süddeutschen Schichtufelanschaft », dans Vergleich von Massenbewegungen an der Jura- und der Muschelkalkschichtstufe in Deutschland, Master Publications, (lire en ligne).
  33. (de) Rudolf Schlegelmilch (dir.), chap. 3.2.4 « Das Ober-Kimmeridgium », dans Die Ammoniten des süddeutschen Malms : Ein Bestimmungsbuch für Geologen und Fossiliensammler, Springer-Verlag, , 298 p. (lire en ligne).
  34. (de) Von K. Werner Barthel et Gerhard Schairer, « Das Alter einiger Korallenriff- und Stotzenkalke des Oberjura entlang der Donau in Bayern », Mitteilungen der Bayerischen Staatssammlung für Paläontologie und Histor. Geologie, Bayerische Staatssammlung für Paläontologie und Historische Geologie München, vol. 78-79,‎ , p. 12 (lire en ligne, consulté le 14 janvier 2019).
  35. (de) Hermann Aldinger, « Die Schwammfazies im Weißen Jura Schwabens », Jahresberichte und Mitteilungen des Oberrheinischen Geologischen Vereins, vol. 43,‎ , p. 99 - 103 (DOI 10.1127/jmogv/43/1961/99, lire en ligne, consulté le 13 janvier 2019).
  36. (de) Horst Falke, chap. III « Die geologische Karte », dans Anlegung und Ausdeutung einer geologischen Karte, Walter de Gruyter, , 218 p. (lire en ligne), p. 125.
  37. (en) Helmut Keupp, Angela Jenisch et Regina Herrmann, « Microbial cabonates crusts - a key to the environmental analysis of fossil spongiolites? », Facies, vol. 29, no 1,‎ , p. 41–54 (lire en ligne [PDF], consulté le 13 janvier 2019).
  38. a et b Conard, Dippon et Goldberg 2003, p. 174.
  39. a b c d e f g et h Henri Laville et Joachim Hahn, « Les dépôts de Geissenklösterle et l'évolution du climat en Jura souabe entre 36 000 et 23 000 B. P. », Comptes rendus des séances de l'Académie des sciences, vol. 292,‎ , p. 225 à 228 (lire en ligne, consulté le 17 janvier 2019).
  40. a et b (de) Margot Autenrieth-Kronenthaler, « Führungen zum Geißenklösterle wegen Rutschgefahr abgesagt », Süedwesten Presse,‎ (lire en ligne, consulté le 15 janvier 2019).
  41. a et b (de) Gerrit R Ranft, « Kleine Nische mit großen Schätzen », Augsburger Allgemeine,‎ (lire en ligne, consulté le 27 janvier 2018).
  42. (de) « Unesco Welterbe », sur le site du musée de Schelklingen (consulté le 11 janvier 2019).
  43. (de) « Archäologie-Preis für gleich zwei Macher des Weltkulturerbes », Schwäbische Zeitung,‎ (lire en ligne, consulté le 11 janvier 2019).
  44. Bolus 2015, p. 38.
  45. (de) « Höhen und Eiszeikunst der Schwabische Alb - Welterbe Unesco 2017 : Holhe Fels », sur le site du Museum de Schelklingen (consulté le 30 décembre 2018).
  46. a et b Bolus 2015, p. 33.
  47. a et b Bolus 2015, p. 38-39.
  48. (de) Wilfried Rosendahl, « Pleistozäne Hominidenreste aus Höhlen Südwestdeutschlands. », Arge Grabenstetten Jahresheft,‎ , p. 2.5 Geißenklösterle (lire en ligne [PDF], consulté le 5 janvier 2019).
  49. Bolus 2015, p. 34.
  50. Bolus 2015, p. 35.
  51. (de) Petra Laible, « Welterbe-Antrag für Höhlen der ältesten Eiszeitkunst liegt in Paris », Südwest Presse,‎ , p. 1-4 (lire en ligne, consulté le 20 janvier 2019).
  52. (de) « Mammut », sur le site du Landesmuseum Württemberg (consulté le 30 janvier 2019).
  53. (de) « Adorant », sur le site du Landesmuseum Württemberg (consulté le 30 janvier 2019).
  54. (de) P. Frankenstein et H. Zwietasch, « Bär », sur la base de données Bawue.museum.digital, Landesmuseum Württemberg (consulté le 30 janvier 2019).
  55. (de) P. Frankenstein et H. Zwietasch, « Bison aus dem Geißenklösterle im Achtal bei Blaubeuren-Weiler », sur la base de données Bawue.museum.digital, Landesmuseum Württemberg (consulté le 30 janvier 2019).
  56. (de) P. Frankenstein et H. Zwietasch, « Mundbogen : das älteste Saiteninstrument der Welt aus dem Geißenklösterle im Achtal bei Blaubeuren-Weiler », sur la base de données Bawue.museum.digital, Landesmuseum Württemberg (consulté le 31 janvier 2019).
  57. (de) P. Frankenstein et H. Zwietasch, « Mammut aus dem Geißenklösterle im Achtal bei Blaubeuren-Weiler », sur la base de données Bawue.museum.digital, Landesmuseum Württemberg (consulté le 31 janvier 2019).
  58. a b c d e f et g Nicolas Teyssandier, « Les débuts de l'Aurignacien en Europe. Discussion à partir des sites de Geissenklosterle, Willendorf II, Krems-Hundssteig et Bacho Kiro. », Bulletin de la Société préhistorique française, t. 102, no 1 « La grotte Chauvet à Vallon-Pont-d'Arc : un bilan des recherches pluridisciplinaires Actes de la séance de la Société préhistorique française, 11 et 12 octobre 2003, Lyon. »,‎ , p. 211-216 (lire en ligne, consulté le 19 janvier 2019).
  59. a et b Nicolas Teyssandier et Despina Liolios, « Le concept d’Aurignacien : entre rupture préhistorique et obstacle épistémologique. », Bulletin de la Société préhistorique française, Société préhistorique française, t. 105, no 4,‎ , p. 741 et 742 (DOI https://doi.org/10.3406/bspf.2008.13782, lire en ligne, consulté le 20 janvier 2019).
  60. a et b (en) Joachim Hahn et Linda R. Owen, « Blade technology in the Aurignacian and Gravettian of Geissenklösterle Cave, Southwest Germany », World Archaeology, vol. 17, no 1 « Studying stones »,‎ (lire en ligne, consulté le 28 janvier 2019).
  61. (en) Thomas Higham, Laura Basell, Roger Jacobic, Rachel Wood, Christopher Bronk Ramsey et Nicholas J. Conard, « Τesting models for the beginnings of the Aurignacian and the advent of figurative art and music : The radiocarbon chronology of Geißenklösterle », Journal of Human Evolution, Elsevier, vol. 62, no 6,‎ , p. 664–76 (PMID 22575323, DOI 10.1016/j.jhevol.2012.03.003, lire en ligne, consulté le 13 janvier 2018).
  62. a b c et d Moreau 2010, p. 81.
  63. (en) « tanged point », sur le site du dictionnaire Archaeology Worldsmith (consulté le 29 janvier 2019).
  64. « Pointe de la Font-Robert », sur le site du Musée national de Préhistoire (consulté le 29 janvier 2019).
  65. Foni Le Brun-Ricalens, Jean-Pierre Bracco et Laurent Brou, « Burins carénés, grattoirs carénés et formes associées : un retournement ! », dans Burins préhistoriques : formes, fonctionnement, fonction, Luxembourg, coll. « Archéologique », (lire en ligne [PDF]).
  66. Louis Pradel, « Burins « d'angle et plan » et le type du Raysse. », Bulletin de la Société préhistorique française. Comptes rendus des séances mensuelles, t. 62,, no 2,‎ , p. 54-58 (DOI https://doi.org/10.3406/bspf.1965.8824, lire en ligne, consulté le 1er février 2019)
  67. (en + fr) Géraldine Lucas, « À propos des burins du Raysse du Flageolet i (Dordogne, France / About the Raysse burins of the Flageolet I (Dordogne, France) », Paleo, no 14,‎ (lire en ligne, consulté le 1er février 2019).
  68. a b c et d Laurent Klaric, Sergey Lev, Yevgeniy Girgia et Michaela Polanská, « Couteaux de Kostienki et lames aménagées par technique de Kostienki : retour sur un malentendu historique. », Bulletin de la Société préhistorique française, t. 112, no 3,‎ , p. 421-474 (DOI 10.3406/bspf.2015.14550, lire en ligne, consulté le 30 janvier 2019).
  69. Moreau 2010, p. 82.
  70. Moreau 2010, p. 83.
  71. Münzel 2004, p. 72.
  72. (en) Suzanne Münzel, Friedrich Seeberger et Wulf Hein, « The Geißenklösterle Flute – Discovery, Experiments, Reconstruction », dans Suzanne Münzel, Friedrich Seeberger, Wulf Hein et al., Studien zur Muzikarchäologie, Rhaden, , 107 à 118 p. (lire en ligne [PDF]).
  73. (de) Wilfried Rosendahl, « Höhleninhalte - bedeutende Archivalien für die Rekonstruktion von Klima- und Umweltverhältnissen im Pleistozän », dans Wilfried Rosendahl, Arbeitsgemeinschaft Höhle und Karst Grabenstetten, (lire en ligne [PDF]).
  74. J. Conard Nicholas et Floss Harald, « Une pierre peinte du Hohle Fels (Baden-Württemberg, Allemagne) et la question de l'art pariétal paléolithique en Europe centrale/A painted stone from Hohle Fels cave (Baden-Württemberg, Germany) and the question of paleolithic parietal art in Central Europe/Ein bemalter Stein vom Hohle Fels (Baden-Württemberg, Deutschland) und die Frage nach paläolithischer Höhlenkunst in Mitteleuropa. », Paléo, no 11,‎ , p. 167-176 (DOI 10.3406/pal.1999.1252, lire en ligne, consulté le 27 décembre 2017).
  75. a b et c (en) Nicholas J. Conard et Michael Bolus, « Radiocarbon dating the appearance of modern humans and timing of cultural innovations in Europe : new results and new challenges », Journal of Human Evolution, no 44,‎ , p. 331–371 (lire en ligne [PDF], consulté le 14 janvier 2019).
  76. a b et c (de) Joachim Hahn, « Neue Beschleuniger14C-Daten zum Jungpaläolithikum in Südwestdeutschland », Quaternary, Hannovre, no 45,‎ (lire en ligne [PDF], consulté le 12 janvier 2019).
  77. (de) Nicholas J. Conard, Maria Malina, Susanne C. Münzel et Friedrich Seeberger, « Eine Mammutelfenbeinflöte aus dem Aurignacien des Geißenklösterle : Neue Belege für eine musikalische Tradtion im Frühen Jungpaläolithikum auf der Schwäbischen Alb »,  Archaologisches Korrespondenzblatt, Verlag des Römisch-Germanischen Zentralmuseums, vol. 34, no 4,‎ , p. 447-462 (lire en ligne, consulté le 11 janvier 2019).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Suzanne Münzel, Friedrich Seeberger et Wulf Hein, « The Geißenklösterle Flute – Discovery, Experiments, Reconstruction », dans Suzanne Münzel, Friedrich Seeberger, Wulf Hein et al., Studien zur Muzikarchäologie, Rhaden, , 107 à 118 p. (lire en ligne [PDF]).
  • (en) Joachim Hahn et Linda R. Owen, « Blade technology in the Aurignacian and Gravettian of Geissenklösterle Cave, Southwest Germany », World Archaeology, vol. 17, no 1 « Studying stones »,‎ (lire en ligne, consulté le 28 janvier 2019). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (de + en) Luc Moreau, « Geißenklösterle. The Swabian Gravettian its European context / Geißenklösterle. Das schwäbische Gravettien im europäischen Kontext », Quartär, vol. 57,‎ , p. 79-93 (lire en ligne, consulté le 29 janvier 2019). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en + fr) João Zilhão et Francesco D'Errico, « An Aurignacian Garden of Eden in southern Germany? An alternative interpretation of the Geissenklö̈sterle and a critic of the Kulturpumpe model », Paléo, no 15,‎ (lire en ligne, consulté le 28 janvier 2019).
  • (de) Joachim Hahn, Die Geissenklösterle-Höhle im Achtal bei Blaubeuren : Fundhorizontbildung und Besiedlung im Mittlelpaläolithikum und im Aurignacien, K. Theiss - service des monuments historiques du Bade-Wurtemberg, , 262 p. (lire en ligne).
  • Henri Laville et Joachim Hahn (préf. Jean Piveteau), « Les dépôts de Geissenklösterle et l'évolution du climat en Jura souabe entre 36 000 et 23 000 B. P. », Comptes rendus des séances de l'Académie des sciences, vol. 292, t. 2 « Mécanique-physique, Chimie, Sciences de l'univers, Sciences de la Terre »,‎ , p. 225 à 228 (lire en ligne, consulté le 17 janvier 2019). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) Nicholas J. Conard, Gerlinde Dippon et Paul Goldberg, « Chronostratigraphy and Archeological Context of the Aurignacian Deposits at Geißenklösterle », dans João Zilhão et alii, The chronology of the Aurignacian and of the transitional technocomplexes, Lisboa, , 165 à 176 p. (lire en ligne [PDF]).
  • (de) Stephan M. Heidenreich et Conny Meister, UNESCO Welterbe Höhlen und Eiszeitkunst der Schwäbischen Alb, Land Baden-Württemberg, Landesamt für Denkmalpflege, , 3e éd., 159 p. (lire en ligne [PDF]).
  • (de) Thomas Striebel, « Höhlen im Gebiet der Stadt Blaubeuren », Das Jahresheft 1995 der Arge Grabenstetten - Ausgabe zum VDHK-Jahrestreffen 1996 in Blaubeuren, vol. 15,‎ , Geißenklösterle 7624/15 (lire en ligne [PDF], consulté le 8 janvier 2019).
  • (en) Nicholas J. Conard, « The demise of the Neandertal Cultural Niche and the beginning of the Upper Paleolitic in the Southwestern Germany », dans Nicholas J. Conard et Jürgen Richter, Neanderthal Lifeways, Subsistence and Technology : One Hundred Fifty Years of Neanderthal Study, Springer Science & Business Media, , 293 p. (lire en ligne), pages 223 à fin chapitre.
  • (en) Michael Bolus, « The Swabian Jura : History of Research and the Aurignacian of the Sites in the Swabian Jura », dans Nuria Sanz, Human origin sites and the World Heritage Convention in Eurasia, vol. 41, publications de l'UNESCO, , 166 p. (lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (de) Berrin Çep, « Ausgangsbasis oder Versorgungsstandort? Raumnutzung im Mittel- und Jungpaläolithikum des Ach- und Blautals bei Blaubeuren. », Quartär, vol. 60,‎ , p. 61-83 (lire en ligne [PDF], consulté le 30 janvier 2018).
  • (en) Fiona Coward, Robert Hosfield, Matt Pope et Francis Wenban-Smith, « The Early Upper Paleolitic and the art of Central Euope. », dans Fiona Coward, Robert Hosfield, Matt Pope, Francis Wenban-Smith, Settlement, Society and Cognition in Human Evolution, Cambridge University Press, , 448 p. (lire en ligne).
  • (en) Timothy Insoll, The Oxford Handbook of Prehistoric Figurines (lire en ligne).
  • (en) Suzanne C. Münzel, « Subsistence patterns in the Gravettian of the Ach valley, a former tributary of the Danube in the Swabian Jura », dans J. A. Svoboda & L. Sedláčková (directeurs de publication), The Gravettian along the Danube. Proceedings of the Mikulov conference, 20.–21. November 2002, Brno, Institute of Archaeology, AS CR, 71–85 p. (DOI 10.13140/RG.2.1.4552.4962, lire en ligne). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Joachim Hahn, « Demi-relief aurignacien en ivoire de la grotte Geissenklösterle, près d'Ulm (Allemagne Fédérale). », Bulletin de la Société préhistorique française, t. 79, no 3,‎ , p. 73-77 (DOI 10.3406/bspf.1982.5364).
  • Nicolas Teyssandier, « Les débuts de l'Aurignacien en Europe. Discussion à partir des sites de Geissenklosterle, Willendorf II, Krems-Hundssteig et Bacho Kiro. », Bulletin de la Société préhistorique française, t. 102 « La grotte Chauvet à Vallon-Pont-d'Arc : un bilan des recherches pluridisciplinaires Actes de la séance de la Société préhistorique française, 11 et 12 octobre 2003, Lyon, sous la direction de Jean-Michel Geneste, Jean-Pierre Fagnart et Jean-Jacques Delannoy », no 1,‎ , p. 211-216 (lire en ligne, consulté le 10 janvier 2019).
  • Nicolas Teyssandier et Despina Liolios, « Le concept d’Aurignacien : entre rupture préhistorique et obstacle épistémologique. », Bulletin de la Société préhistorique française, t. 105, no 4,‎ , p. 737-747 (DOI 10.3406/bspf.2008.13782, lire en ligne, consulté le 10 janvier 2019)
  • (de) Manfred Spitzer, « Evolution », dans Manfred Spitzer, Musik im Kopf : Hören, Musizieren, Verstehen und Erleben im neuronalen Netzwerk, Schattauer Verlag, , 468 p. (lire en ligne).
  • (en) Suzanne Münzel, Friedrich Seeberger et Wulf Hein, « The Geißenklösterle Flute – Discovery, Experiments, Reconstruction », dans Suzanne Münzel, Friedrich Seeberger, Wulf Hein et al., Studien zur Muzikarchäologie, Rhaden, , 107 à 118 p. (lire en ligne [PDF]).
  • Ilie Borziac, Vasile Chirica et Mădălin Cornel Văleanu, Culture et sociétés pendant le paléolithique supérieur à travers l'espace carpato-dniestréen, (lire en ligne).
  • (de) Nicholas J. Conard, Maria Malina, Susanne C. Münzel et Friedrich Seeberger, « Eine Mammutelfenbeinflöte aus dem Aurignacien des Geißenklösterle : Neue Belege für eine musikalische Tradtion im Frühen Jungpaläolithikum auf der Schwäbischen Alb »,  Archaologisches Korrespondenzblatt, Verlag des Römisch-Germanischen Zentralmuseums, vol. 34, no 4,‎ , p. 447-462 (lire en ligne, consulté le 11 janvier 2019).
  • Joachim Hahn, « Eine aurignacienzeitliche Menschendarstellung aus dem Geißenklösterle bei Blaubeuren, Alb-Donau-Kreis », Denkmalpflege in Baden-Württemberg, vol. 9, no 2,‎ (ISSN 0465-7519, lire en ligne [PDF], consulté le 12 janvier 2019).
  • Henri Delporte, Les Aurignaciens, premiers hommes modernes : de -40.000 à -25.000 ans, FenixX - La Maison des Roches, coll. « Histoire de la France préhistorique », (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Visite de la Geißenklösterle par webcam.