Grotte de Pedra Pintada

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Grotte de Pedra Pintada
Gruta Pedra Pintada.jpg
Localisation
Coordonnées

La grotte de Pedra Pintada, est un site archéologique situé dans le Nord du Brésil. Elle a été fréquentée durant le Magdalénien moyen, autour de 11 200 av. J.-C.[1],[2]

Sa découverte a abouti à la remise en cause de certaines théories concernant les modes d'établissement humain en Amérique du Sud. Anna C. Roosevelt, archéologue américaine et chercheur principale travaillant sur la grotte depuis 1990, estime que les différents travaux sur la grotte démontrent que des Paléoaméricains étaient présent dans cette région. Ceux-ci avaient une culture indépendante et différente de celles des groupes humains habitant à la même époque dans les Grandes Plaines de l'Amérique du Nord. Jusqu'alors, les chercheurs pensaient que le peuplement de l'Amazonie était plus tardif que celui de la cordillère des Andes, et qu'il avait le fait de migrants issus de la région des hauts plateaux.

Emplacement[modifier | modifier le code]

La grotte de Pedra Pintada est situé près de la ville de Monte Alegre, dans le bassin du fleuve Amazone dans l'État du Pará dans le Nord du Brésil. Elle constitue la principale attraction touristique du parc fédéral de Monte Alegre, créé en 2001[3].

Fouilles[modifier | modifier le code]

D'importantes fouilles y ont été conduites de 1990 à 1992 par Anna C. Roosevelt. Les fouilles ont été prises en charge par le Muséum Field et l'université de l'Illinois à Chicago. Les niveaux inférieurs de la grotte ont été datés au carbone 14 et à la thermoluminescence de 11 200 à 10 000 av. J.-C. Les premières dates de ces découvertes ont affecté l'interprétation de l'occupation humaine dans le bassin de l'Amazone. Roosevelt estime que la grotte de la preuve appuie la théorie, le bassin de l'Amazone a été occupé beaucoup plus tôt que jusqu'alors estimé[4].

Découverte[modifier | modifier le code]

Les premières dates d'occupation humaine dans la grotte démontrent que l'homme n'a pas exclusivement migré depuis l'Amérique du Nord jusqu'à la cordillère des Andes en Amérique du Sud, comme le croyaient jusqu'alors certains archéologues.

Les niveaux les plus bas de la grotte de rendement carbonisés floral et des restes fauniques et des outils de pierre, y compris les pointes de lance, ce qui suggère que les premiers visiteurs étaient des chasseurs-cueilleurs dans l'environnement tropical humide. Ces Paléoaméricains ont utilisé la grotte, sur une période de plus de 1 200 ans, laissant des restes de fruits et de graines, y compris les noix du Brésil, ainsi que de poissons, d'oiseaux, de reptiles, de mollusques et d'amphibiens.

Près de 30 000 spécimens de pierres taillées ont été trouvés dans la grotte.

Peintures[modifier | modifier le code]

Des morceaux de pigment brut et des gouttes de peinture des peintures rupestres ont été datés. Les peintures sont considérés comme les plus anciennes en Amérique du Sud et les plus anciennes peintures rupestres connus du continent américain. Celles-ci représentent notamment une femme accouchant, des dessins géométriques, et des mains faites au pochoir dans les tons bruns, rouges et jaunes.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Saraceni, Jessica E. et Adriana Franco da Sá. "People of South America." Archaeology. Vol. 49, No. 4, juillet-août 1996. Retrieved 9 April 2012.
  2. Wilford, John Noble. "Scientist at Work: Anna C. Roosevelt: Sharp and To the Point In Amazonia", New York Times. 23 April 1996, Retrieved 9 April 2012.
  3. « {{{1}}} »
  4. "SCIENTIST AT WORK: Anna C. Roosevelt; Sharp and To the Point In Amazonia", New York Times, 23 avril 1996, consulté le 24 avril 2016